Dnipro, 14 Janvier 2023. Wikipedia


La présentation unilatérale de la guerre en Ukraine par les médias traditionnels nous désinforme. Elle ne nous permet pas de comprendre ce qui se passe en réalité sur le terrain.
Selon la version russe le projectile qui s’est écrasé sur un bâtiment d’habitation à Dnipro, le 14 janvier, tuant et blessant malheureusement de nombreux civils, aurait été touché par les défenses aériennes ukrainiennes, contrairement à ce qu’avait indiqué Zelensky.
Selon les médias occidentaux c’est un missile russes qui est en cause. Or, selon M. Arestovich, un conseiller principal du président Vladimir Zelensky, « l’explosion de l’immeuble résidentiel avait eu lieu après que les défenses aériennes ukrainiennes eurent intercepté un missile russe ».

Arès avoir avoué que c’était un missile de la « défense » antiaérienne de Kiev qui avait frappé l’immeuble de Dnipro, Aleksey Arestovich a démissionné de ses fonctions.

[Arrêt sur info – Mis à jour le 19.01.2023 à 13.58]


Moscou fournit des détails sur les derniers tirs de missiles contre l’Ukraine

RT anglais (traduit) 15 Jan, 2023

Aleksey Arestovich ©  Wikipedia

« Un collaborateur de Zelensky explique comment un missile est tombé sur un immeuble d’habitation à Dnipro

Le projectile russe s’est écrasé sur le bâtiment après avoir été intercepté par les défenses aériennes ukrainiennes, a déclaré Aleksey Arestovich.

Un missile russe tombé samedi sur un immeuble d’habitation dans la ville de Dnipro, dans l’est de l’Ukraine, a été abattu par les forces de Kiev, a déclaré Aleksey Arestovich, un conseiller principal du président Vladimir Zelensky.

Zelensky et les responsables ukrainiens avaient initialement indiqué que le bâtiment de neuf étages avait été touché par un missile russe. Selon le haut fonctionnaire régional Nikolay Lukashchuk, le nombre de victimes est passé à 21 morts et 73 blessés dimanche.

Cependant, M. Arestovich a déclaré dans une interview sur YouTube avec l’activiste russe Mark Feygin que le missile avait été abattu par les troupes ukrainiennes.

À la question de savoir si les forces de défense aérienne de Dniepr ont eu l’occasion d’intercepter le missile entrant, Arestovich a déclaré :

« Il a été abattu. Il est apparemment tombé sur le bloc [d’appartements]. Mais il a explosé en tombant« .

Arestovich a ensuite écrit sur Facebook que la Russie était finalement responsable des décès.

« Tout le monde comprend parfaitement que la tragédie n’aurait pas eu lieu s’il n’y avait pas eu la frappe russe« .

« Personne ne blâmera l’Ukraine. Tout comme elle n’a pas été blâmée lorsque notre missile de défense aérienne est tombé en Pologne, tuant deux citoyens polonais« , a ajouté Arestovich, faisant référence à un incident survenu l’automne dernier.

Le 15 novembre, un missile a tué deux personnes dans le village polonais de Przewodow, près de la frontière ukrainienne. Les responsables polonais ont déclaré à l’époque que le projectile avait très probablement été tiré par les forces ukrainiennes qui tentaient de repousser une attaque russe. Le président Zelensky a d’abord affirmé que la Pologne avait été « frappée par des missiles russes », mais il a ensuite déclaré qu’une enquête plus approfondie était nécessaire pour déterminer ce qui s’était passé.

La Russie n’a pas encore commenté les frappes signalées samedi, mais a nié avoir ciblé des civils dans des déclarations antérieures.

Moscou a considérablement intensifié ses frappes sur les infrastructures ukrainiennes au début du mois d’octobre de l’année dernière, reprochant à Kiev des actes de sabotage répétés sur le sol russe, notamment le bombardement du pont stratégique de Crimée. »

Source: https://www.rt.com/russia/569890-ukraine-missile-fell-dnepr/

***

Un collaborateur de Zelensky fait volte-face sur l’explosion d’un immeuble d’habitation

RT: 15 Jan, 2023

Aleksey Arestovich s’est retrouvé dans la tourmente après avoir suggéré que le bâtiment de Dnipro avait été touché par un missile russe, abattu par les Ukrainiens.

La destruction partielle d’un immeuble résidentiel dans la ville de Dnipro, dans le sud-est de l’Ukraine, a déclenché une âpre dispute entre les hauts responsables du pays, qui peinent à expliquer les causes exactes de l’incident. Le scandale a été déclenché par l’évaluation proposée par Aleksey Arestovich, un conseiller principal du président Vladimir Zelensky, qui a déclaré que le missile russe pourrait avoir été abattu par les troupes ukrainiennes et avoir fini par toucher le bâtiment.

Le site a été fortement endommagé samedi, avec quelque 25 civils tués et 73 blessés, selon les autorités ukrainiennes.

« Le missile a été abattu. Il est apparemment tombé sur l’immeuble [d’habitation]. Mais il a explosé en tombant », a déclaré Arestovich dans une interview sur YouTube.

Cette déclaration a immédiatement été critiquée, Arestovich étant accusé de discréditer l’armée ukrainienne et de lui imputer la responsabilité de l’incident. Le maire de Dniepr, Boris Filatov, s’est montré particulièrement furieux de ses déclarations, qualifiant l’assistant présidentiel d' »animal narcissique et de sale gueule », et exhortant le Service de sécurité ukrainien (SBU) et le contre-espionnage à « réagir ».

Moscou fournit des détails sur les derniers tirs de missiles contre l’Ukraine15 janvier 2023

La prise de bec a incité l’armée du pays à fournir sa propre explication de l’incident, le commandement de l’armée de l’air ukrainienne identifiant le projectile russe qui aurait touché le bâtiment comme un Kh-22, un missile de croisière supersonique à lanceur aérien. L’armée a bizarrement affirmé dans une déclaration officielle qu’elle ne disposait d’aucun armement pour abattre les missiles de ce type, plus de 210 Kh-22 ayant réussi à franchir les défenses aériennes du pays dans le cadre du conflit en cours.

Par ailleurs, le porte-parole de l’armée de l’air, le colonel Yury Ignat, a admis sur Facebook que les informations précédentes selon lesquelles les forces ukrainiennes auraient abattu des missiles Kh-22 étaient peut-être inexactes.

Le barrage de critiques a poussé Arestovich à présenter des excuses pour ses déclarations, le fonctionnaire affirmant avoir obtenu l’information de sa connaissance, un officier anti-aérien à la retraite, qui aurait été témoin de l’incident. L’assistant de Zelensky a déclaré qu’il aurait dû indiquer plus explicitement que son évaluation n’était qu’une « version » et non la vérité absolue. Cependant, M. Arestovich s’est rétracté peu après, déclarant qu’il avait revu son interview et qu’il l’avait jugée suffisamment vague et soigneusement formulée. Il a également imputé l’explication forcée de l’armée à ses détracteurs, qui ont préféré s’emporter contre ses remarques plutôt que de souligner la « culpabilité de la Russie ».

Source : https://www.rt.com/russia/569916-ukraine-dnepr-apartment-building/

****

Moscou fournit des détails sur les dernières frappes de missiles contre l’Ukraine

RT: 16 janvier 2023

Le bombardement le plus récent a visé les sites de commandement et de contrôle militaires de Kiev, ainsi que les installations énergétiques associées, a déclaré le ministère de la Défense.

Le ministère russe de la Défense a déclaré que les dernières frappes de missiles contre l’Ukraine, samedi, ont atteint « toutes les cibles assignées ». Plus tôt, les responsables de Kiev ont indiqué que le réseau électrique du pays avait été endommagé dans plusieurs régions le même jour.

« Le 14 janvier 2023, une attaque de missiles a été menée sur le système de commandement et de contrôle militaire de l’Ukraine et les installations énergétiques associées. Toutes les cibles assignées ont été atteintes. Les objectifs ont été atteints« , a déclaré l’armée dans son communiqué dimanche.

De multiples frappes ont été signalées par des responsables et des médias ukrainiens samedi, le ministre de l’énergie German Galushchenko affirmant que les missiles russes ont atteint plusieurs sites d’infrastructure énergétique dans le pays. Le plus grand opérateur énergétique privé d’Ukraine, DTEK, a déclaré que deux de ses centrales thermiques avaient été attaquées. Des images circulant en ligne suggèrent qu’au moins l’une des installations a subi de lourds dommages, sa salle des machines principale ayant été détruite.

Un immeuble résidentiel a été lourdement endommagé lors des frappes dans la ville de Dnipro (anciennement Dnepropetrovsk), dans le sud-est de l’Ukraine, selon des vidéos publiées sur les médias sociaux. Le président ukrainien Vladimir Zelensky a déclaré que quelque 25 civils avaient été tués et 73 blessés. Les responsables de Kiev ont rejeté la faute sur Moscou, mais ont donné des versions différentes de ce qui s’est passé.

Un collaborateur de Zelensky explique comment un missile est tombé sur un immeuble d’habitation à Dniepr : Un collaborateur de Zelensky explique comment un missile est tombé sur un immeuble d’habitation à Dniepr.

Moscou a intensifié ses frappes contre les infrastructures de Kiev au début du mois d’octobre de l’année dernière, invoquant les sabotages ukrainiens répétés sur le sol russe. Ces attaques ont suivi le bombardement du pont de Crimée, que Moscou a imputé au service de renseignement militaire ukrainien et à ses partenaires occidentaux. L’attentat a été largement célébré par les hauts responsables ukrainiens et le service postal du pays a même émis un timbre commémoratif quelques heures après l’explosion. Une section du pont a été gravement endommagée, tuant trois civils. L’Ukraine a toutefois nié toute implication.

La Russie a envoyé des troupes en Ukraine le 24 février 2022, invoquant l’incapacité de Kiev à mettre en œuvre les accords de Minsk, destinés à mettre fin aux combats dans le Donbass et à donner à Donetsk et à Lougansk un statut spécial au sein de l’État ukrainien. Négociés par l’Allemagne et la France, ils ont été signés pour la première fois en 2014. L’ancien président ukrainien Piotr Porochenko a depuis admis que l’objectif principal de Kiev était d’utiliser le cessez-le-feu pour gagner du temps et « créer des forces armées puissantes. »

Source: https://www.rt.com/russia/569912-ukraine-latest-missile-barrage/

***

Le Kremlin réagit à l’explosion d’un immeuble résidentiel en Ukraine

RT: 16 Janvier 2023

L’armée russe ne cible pas les habitations civiles, déclare Dmitry Peskov.

L’Ukraine est à blâmer pour l’explosion meurtrière d’un immeuble résidentiel dans la ville de Dniepr samedi qui a tué des dizaines de personnes et même certains responsables de Kiev l’ont dit, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov.

« Les forces armées russes ne ciblent pas les bâtiments résidentiels ou les installations d’infrastructure sociale. Les attaques ne visent que des cibles militaires », a déclaré Peskov aux journalistes.

« Vous avez vu les conclusions des représentants de la partie ukrainienne, qui disent que cette tragédie est le résultat des actions des missiles de défense aérienne« , a-t-il souligné.

Selon les dernières données des services d’urgence ukrainiens, au moins 36 personnes ont été tuées et 75 autres dans l’explosion, qui a fortement endommagé le bâtiment. Les opérations de sauvetage ont permis de récupérer près de 40 personnes dans les décombres. Toutefois, le sort de 34 résidents reste inconnu, a précisé l’agence.

L’aide de Zelensky fait volte-face sur l’explosion d’un immeuble d’habitation

Au lendemain de l’incident de Dnipro, Aleksey Arestovich, conseiller principal du président ukrainien Vladimir Zelensky, a déclaré que l’explosion d’un immeuble résidentiel avait eu lieu après que les défenses aériennes ukrainiennes eurent intercepté un missile russe, qui a fini par toucher le site. « [Le missile] a été abattu. Il est apparemment tombé sur l’immeuble [d’habitation]. Mais il a explosé en tombant », a-t-il déclaré.

Ses propos ont provoqué la colère de certains responsables ukrainiens, qui ont reproché à Arestovich de discréditer l’armée ukrainienne et de l’identifier comme la partie coupable. Le maire de Dniepr a qualifié l’assistant présidentiel d' »animal narcissique et de grande gueule » et a exhorté le service de sécurité ukrainien (SBU) à intervenir.

L’armée ukrainienne a également contredit le récit de l’assistant présidentiel, expliquant qu’elle n’avait tout simplement pas les moyens d’abattre des missiles de croisière supersoniques tels que le Kh-22 russe, qui aurait été impliqué dans l’incident.

Arestovich s’est rapidement excusé et a suggéré qu’il aurait dû déclarer plus explicitement que ses propos n’étaient qu’une « version » des événements et non la vérité absolue. Cependant, dimanche, il est revenu sur ses excuses, insistant sur le fait que sa remarque avait été soigneusement formulée et qu’elle n’exonérait pas la Russie d’être le véritable coupable.

Source: rt.com


Compilation des articles et traduction: Arretsurinfo.ch

Source: https://www.rt.com/russia/569912-ukraine-latest-missile-barrage/

Imprimer