Alors que la France impose un pass sanitaire qui limite les déplacements des non-vaccinés en leur interdisant l’entrée dans certains lieux publics clés, la Chine laisse à sa population la liberté de se faire vacciner ou non. Les quelques administrations locales qui ont tenté de limiter les déplacements des non-vaccinés, ou de leur imposer une vaccination forcée, se sont fait remettre à leur place par le gouvernement central pour lequel il n’existe qu’un principe, celui du volontariat.[LGC]

 

Chine. Photo Xinhua


La plus haute autorité sanitaire chinoise rectifie les ordonnances locales de vaccination obligatoire, soulignant le principe du volontariat


Publié sur Global Times le 17 juillet 2021

Lire l’original en anglais sur Global times


La haute commission chinoise de la santé a déclaré avoir remarqué que des réglementations locales émises par certaines villes, interdisaient aux résidents n’ayant pas reçu de vaccin contre le Covid-19 d’entrer dans certains lieux publics clés. La commission est alors intervenue pour donner des orientations supplémentaires.

«Informé, consenti et volontaire» sont les principes de base du programme d’inoculation des vaccins contre le Covid-19, a déclaré le centre de contrôle et de prévention des maladies relevant de la Commission nationale de la santé.

Selon la loi chinoise sur la prévention et le traitement des maladies infectieuses, les personnes sans contre-indications qui ont l’âge acceptable pour recevoir le vaccin doivent être vaccinées autant que possible.

Récemment, les gouvernements locaux de plusieurs villes ont émis des règles stipulant que les personnes non vaccinées seront interdites d’accès dans des lieux publics tels que les hôpitaux et les supermarchés.

Plusieurs villes ont également déclaré que les gens devaient être vaccinés pour entrer dans les lieux publics tels que les hôpitaux, les supermarchés, les restaurants, les lieux de divertissement, les bureaux gouvernementaux ou pour accéder aux transports en commun.

Certaines villes ont également stipulé que, pour assurer la sécurité du campus, les étudiants et les membres de leur famille devraient être vaccinés dès que possible. Dans le cas contraire, les élèves ne seront pas autorisés à retourner à l’école en septembre.

La réglementation a déclenché des discussions animées en ligne, beaucoup affirmant que la vaccination d’une personne devrait être un choix personnel. Certains experts ont également déclaré que les règles relatives aux enfants sont soupçonnées de violer les lois sur l’éducation.

Dans le cas le plus controversé, l’administration du district de Tanghe, dans la province du Henan (centre de la Chine), a demandé aux fonctionnaires, y compris aux retraités, de se faire vacciner, à l’exception de ceux qui ne se prêtent pas à la vaccination, sinon ils ne seront pas autorisés à continuer de travailler ou recevoir un salaire.

Plus tard, l’administration du district a reculé en affirmant que le règlement ne serait pas mis en œuvre et avait été supprimé. 

En avril, les plus hautes autorités sanitaires chinoises ont exhorté les autorités locales à suspendre les ordonnances de vaccination obligatoire que certaines villes auraient adoptées pour atteindre l’objectif du pays de vacciner 560 millions de personnes d’ici juin.

La Chine adopte une approche consistant à « faire vacciner les personnes qui en ont besoin et à faire avancer la vaccination par étapes ». Le pays a administré plus de 1,4 milliard de doses de vaccins COVID-19, couvrant environ la moitié de ses 1,4 milliard d’habitants (deux doses par personnes).


Traduction: La gazette du citoyen

Imprimer