Dans les ruines de sa maison détruite pendant la dernière guerre contre Gaza, nous nous sommes assis avec le responsable du Hamas, Mahmoud al-Zahar, pour traiter de toute une série de questions après la guerre. Nous avons parlé de négociations directes avec l’occupation, de la position du Hamas concernant la réconciliation avec le Fatah, de la participation aux prochaines élections, et en dernier point – et non le moindre – de la position du Hamas concernant les différents axes régionaux opposés.

 460_0___10000000_0_0_0_0_0_zahar

Mahmoud al-Zahar était Ministre des relations extérieures dans le gouvernement du Hamas dans la Bande de Gaza. Il a perdu deux de ses fils, assassinés par Israël
*****

Mahmoud al-Zahar est une figure de proue du Hamas, même s’il a été mis sur la touche lors de la dernière élection interne pour le bureau politique du mouvement. Son fils Khaled a été tué en octobre 2003, lors d’une tentative israélienne d’assassinat, et un second fils, Houssam, a été également assassiné par les Israéliens en janvier 2008.
Ses proches le décrivent comme le chef de l’aile radicale et un défenseur de la lutte armée. Il était ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement d’Ismail Haniyeh en 2006.

Al-Akhbar : Quelle est votre position en ce qui concerne ce qui a été dit par un membre du bureau politique du mouvement sur ​​des négociations directes avec Israël et la possibilité pour le Hamas de s’y engager à l’avenir ?

Mahmoud al-Zahar : Il s’agit d’un canular que les médias ont propagé ce qui n’ a rien de vrai. Nous ne négocions pas directement avec Israël, même si il n’y a pas d’empêchement d’ordre religieux ou politique qui nous interdirait de le faire. Mais nous sommes opposés à cette idée. La personne qui a franchi ce pas est Abou Mazen (Mahmoud Abbas). Il nous a aidé à négocier indirectement avec l’occupation israélienne au cours des pourparlers du Caire pour un cessez-le-feu, mais nous ne l’avons pas autorisé à négocier avec Israël sur un programme politique ou sur les frontières de 1967 ou toute autre chose. Abbas négocie pour la levée du siège et pour les questions humanitaires telles que faire entrer les produits nécessaires dans la bande de Gaza.

Pour être clair, nous disons à Abbas de négocier comme il le souhaite, afin que personne ne nous accuse de mettre des bâtons dans les roues de son projet. Mais il ne parle pas en notre nom et nous ne sommes pas partie prenante de son projet.

AA : Alors qu’est-ce que Mousa Abu Marzouk ( membre du Bureau politique du mouvement du Hamas, ndlr) a voulu dire en parlant de négociations directes ?

MZ : Il voulait dire que si Abou Mazen ne joue pas son rôle au maximum dans les négociations autour des questions humanitaires, nous allons chercher un autre médiateur qui négociera directement avec Israël. Nous pourrions demander à une tierce partie, arabe ou internationale comme les Nations Unies, de négocier avec Israël sur les questions humanitaires et non politiques.

La preuve en est que, lors de l’affaire Gilad Shalit, les Irlandais ont négocié directement avec Israël, puis l’Égypte et l’Allemagne se sont immiscés et ont aussi négocié directement avec Israël, mais nous ne nous asseyons pas avec Israël. Cependant, nous insistons sur notre droit de choisir certains plutôt que d’autres pour négocier.

La direction du Fatah était en colère contre la déclaration d’Abu Marzouk, parce qu’ils imaginent que leur organisation est seule à représenter le peuple palestinien, alors que le Fatah a perdu sa légitimité électorale et populaire.

AA : Comment réagissez-vous au fait qu’Abou Mazen vous accuse de monopoliser la décision de faire la guerre et la paix et d’avoir un gouvernement de l’ombre dans la bande de Gaza ?

MZ : Le Fatah a pris la décision de faire la paix en 1992, sans consulter personne. Lors de la dernière guerre, c’est Israël qui a décidé d’aller à la guerre. Sommes-nous censés le consulter sur la décision de nous défendre ? Abou Ammar (Yasser Arafat) n’a pas non plus consulté personne sur la paix. Cela signifie bien que nous ne sommes pas ceux qui prennent la décision de faire la guerre et la paix.

En ce qui concerne le « gouvernement de l’ombre », Abbas utilise ce genre de vocabulaire afin de dissimuler l’échec de l’actuel gouvernement. Il doit nous dire qui sont les ministres de « l’ombre » et qui les dirige ? Nous lui avons offert le gouvernement de réconciliation et il a insisté pour qu’il soit essentiellement composé de membres du Fatah, sans mentionner le fait qu’il voulait que ce soit le Hamas qui assure les salaires à Gaza, et voici le résultat.

AA : Quelles sont les alternatives ?

MZ : Si l’échec du gouvernement (de réconciliation, ndlr) se confirme, alors nous devons avoir une alternative. Les factions palestiniennes devraient s’asseoir ensemble et discuter des choix possibles. Les Fronts populaires et démocratiques pour la Libération de la Palestine ont appelé à un gouvernement d’unité nationale et reconnu la faiblesse de ce gouvernement-là. Nous allons étudier cette option.

AA : Mais vous avez accepté que M. Abbas soit un président de consensus pour le peuple palestinien ?

MZ : Mahmoud Abbas n’est ni le résultat d’un consensus ni un président légitime, il est un président de facto. Nous avons parlé de lui comme d’un président qui a été élu un an avant nous et nous lui avons donné la moitié du gouvernement dans l’accord de La Mecque en 2006, mais il s’est retourné contre nous et a appelé à notre liquidation. C’est pourquoi il a perdu sa légitimité depuis 2005 et qu’il ne nous représente pas politiquement. Son projet vieux de 22 ans a échoué et son « bazar » politique est en faillite, c’est pourquoi il attaque les autres organisations. Le Hamas, d’autre part, a réussi à faire face à l’agression israélienne dans les années qui ont suivi le retrait israélien de Gaza en 2005 et il a imposé des victoires lors de ces confrontations.

Ils pourraient dire que nous (le Hamas) avons également perdu notre légitimité, et c’est pourquoi nous sommes toujours prêts pour les élections et nous ne les craignons pas. Une élection était censée avoir lieu six mois après l’établissement du gouvernement, mais Abbas a refusé. Les informations dont nous disposons indiquent qu’il ne veut pas qu’il y ait d’élections parce qu’il a peur de leur résultat.

AA : À la lumière de la crise de légitimité, pourquoi l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) n’a-t-elle pas été renforcée et réactivée pour devenir un cadre de référence pour toutes les forces politiques ?

MZ : L’ordre du jour de l’OLP n’est pas notre ordre du jour. Nous voulons préserver ce dernier comme un cadre politique, et si nous rejoignions l’OLP alors nous allons changer son programme. La question pour nous n’est pas de rejoindre l’OLP mais de faire modifier son programme en raison des Accords d’Oslo que l’organisation a adoptés comme une sorte de « libre politique pour tous ». Le Hamas est devenu un projet de résistance.

AA : Qu’est devenu le comité des cinq que le Fatah a mis en place pour vous rencontrer et sur quoi allez-vous vous mettre d’accord ?

MZ : Nous n’avons pour l’instant pas d’informations sur la date ou le lieu, mais les discussions se concentreront sur la façon de mettre en œuvre la levée du siège de Gaza.

AA : Vous avez parlé d’un comité national de suivi de la question de la reconstruction.

MZ : Nous ne l’avons pas encore formé, parce que si nous le faisons, ils diront que nous essayons de contourner le gouvernement de réconciliation qui doit en assumer la responsabilité, payer les salaires et mettre en œuvre les projets de reconstruction.

AA : Le Hamas craint-il qu’il y ait un choix à faire entre son armement et la reconstruction ?

MZ : Nous ne le craignons pas du tout. Les armes de la Résistance ne sont ni sur ​​la table dans les négociations ni sur ​​le terrain. C’est la position de tous les Palestiniens et ils ont tous refusé toute discussion sur le désarmement de la Résistance.

AA : Le chef du Fatah Azzam al-Ahmed a déclaré que pas un centime n’ira à l’intérieur et que le passage de Rafah ne s’ouvrira que si l’autorité légitime entre dans la bande de Gaza. Que pensez-vous de cette condition ?

MZ : Le problème est que le Fatah se considère comme légitime parce que les parties au niveau international, principalement les États-Unis et Israël, tiennent à lui donner cette légitimité et une position indépendante [du Hamas] qui a résisté au projet israélien. En ce qui concerne le passage de Rafah, il y a deux décisions qui ont été prises en 2006, l’une par la Ligue arabe et l’autre par l’Organisation de la Conférence islamique, appelant à la levée du siège de Gaza et à l’ouverture des passages. Mais les changements politiques en Égypte à la fin de l’année 2013 ont conduit à la fermeture du point de passage, en violation de la loi.

Nous l’avons dit plus tôt, nous ne sommes pas contre le fait que vienne la garde présidentielle, mais il y a une sorte de confusion politique. La garde présidentielle devrait garder le président et les gardes-frontière se charger des passages qui concernent les organismes civils tels que l’agriculture, la santé et autres. Je crois que leur objectif est de faire de l’argent comme ce fut le cas avec les forces de sécurité qui ont travaillé aux passages frontaliers à l’époque du défunt président Yasser Arafat. Le problème, c’est qu’ils ne savent pas quoi faire avec ces passages, ou sur la façon de traiter avec les gens qui y travaillent aujourd’hui.

AA : Qu’est-ce qui s’est passé concernant la date de reprise des négociations indirectes au Caire ?

MZ : Jusqu’à présent, nous n’avons pas été informés de quoi que ce soit. Mais l’accord [de cessez-le-feu] stipule que nous devions revenir au Caire sous un mois pour consolider la trêve et discuter de questions en suspens telles que les frontières, les miles [pour la pêche en mer] et la reconstruction. Par ailleurs, le cessez-le-feu a duré et il n’a pas encore un mois d’existence, mais si les Israéliens attaquent, nous allons riposter. En ce qui concerne le port et l’aéroport, à mon avis, nous ne devrions pas attendre la permission des Israéliens pour les construire. Comme prévu dans les accords d’Oslo, il y avait un aéroport et il a été détruit par les Israéliens en 2000. Si nous décidons par nous-mêmes de construire un aéroport et si Israël l’attaque, nous attaquerons aussi ses aéroports.

Aussi, il y a la décision de construire un port, le litige porte sur la question de le construire. Il peut être construit n’importe où dans la bande de Gaza dans le cadre d’une décision palestinienne. Ici aussi, l’approbation israélienne est sans intérêt pour nous parce que nous avons payé pour l’aéroport et le port dans les accords d’Oslo, où l’OLP a reconnu Israël au détriment du peuple palestinien.

AA : Quelle est l’importance du rôle de la République islamique d’Iran dans le soutien à la Résistance dans la bande de Gaza et pourquoi le Hamas remercie-t-il l’Iran si timidement ?

MZ : Nous n’avons pas remercié tout le monde et nous n’avons distribué de médailles à personne après la guerre. Les gens savent qui était avec nous et qui a soutenu notre programme. Certaines personnes ont remercié le Qatar et la Turquie pour leurs positions dans la dernière guerre. Mais si nous voulons parler du programme de la Résistance, il y a beaucoup de monde que nous devons remercier, et le premier est l’Iran qui a fourni un soutien militaire, politique et financier tout au long de la dernière période. Je ne vais pas répondre à des affirmations selon lesquelles le financement iranien au profit du Hamas se serait arrêté après la crise en Syrie parce qu’Israël en tirerait profit. Il est vrai qu’il y a eu une certaine divergence après les événements en Syrie, où nous avons maintenu notre neutralité. Mais après avoir quitté Damas, nous aurions dû aller à Beyrouth. Nous aurions pu vivre au milieu du peuple palestinien là-bas et y créer un cadre pour un véritable programme en coordination avec les organisations qui y sont présentes. Quant à savoir pourquoi nous ne sommes pas allés à Beyrouth ? Vous devriez demander à ceux qui sont allés à Doha (Khaled Méchal, ndlr) plutôt qu’au Liban.

Néanmoins, ceux qui pensent qu’aller au Qatar signifie que le Hamas est contre l’Iran se trompent. Jouer le jeu des axes est destructeur. C’est pourquoi nous devrions avoir de bonnes relations avec la Syrie, l’Iran et tous les pays.

AA : Est-ce à dire que vous êtes pour la restauration de relations avec Damas ?

MZ : Il n’y a pas d’inimitié entre nous et les différentes composantes en Syrie. Nous y étions invités dans le cadre d’un programme de Résistance parrainé par ce pays d’accueil. Nous sommes partis parce que nous nous trouvions au milieu de problèmes. J’insiste sur le fait que nous nous opposons à toute action des Palestiniens dans le camp de réfugiés de Yarmouk ou n’importe où ailleurs, parce que notre combat est contre Israël uniquement.

AA : Qu’en est-il de votre relation avec le Caire ?

MZ : Nous ne sommes pas intéressés à nous engager dans un conflit politique ou militaire avec l’Égypte et tout ce qui a été affirmé à propos de nous est sans fondement. Il n’y a pas la moindre preuve pour appuyer les accusations de meurtre de soldats égyptiens à Rafah. Toutes les accusations portées contre nous étaient destinées à nous relier aux Frères musulmans en Égypte et à les présenter comme des terroristes. C’est pourquoi nous nous félicitons de la restauration de nos rapports avec l’Égypte.

Mohammed Fouad | 17 septembre 2014 – Al-Akhbar  http://english.al-akhbar.com/conten…

Traduction : Info-Palestine.eu – al-Mukhtar

Source: http://www.info-palestine.eu/spip.php?article14960

Imprimer