Par Trévon Austin et David Walsh
11 janvier 2018

La cérémonie des Golden Globe Awards de cette année, avec son soutien incontesté pour le mouvement #MeToo, a été un spectacle misérable, où Hollywood et les politiques identitaires étaient à leur pire. Cette foule béate de millionnaires, et dans le cas d’Oprah Winfrey – milliardaire – s’attend à ce que les spectateurs avalent que le mouvement «MeToo» constitue un chapitre épique dans la lutte pour l’émancipation de l’humanité.

L’égocentrisme, l’obsession et l’apitoiement sur soi de ces gens sont ridicules, pathétiques et totalement inappropriés. Au beau milieu de toute la misère du monde, avec notamment la déportation imminente de plus de 200.000 Salvadoriens, la dévastation provoquée par le militarisme américain et son agression partout dans le monde, les milliers d’Américains qui meurent de surdoses et une bonne centaine d’autres atrocités sociales, les célébrités hollywoodiennes ont passé toute une soirée de télévision aux heures de grande écoute à s’apitoyer sur eux-mêmes.

Peut-on s’étonner que l’industrie cinématographique américaine semble incapable, sauf en de très rares exceptions, de produire quelque œuvre décente? Ses préoccupations sont en effet des plus triviales et mal orientées, pour ne pas dire pire.

La distribution de ces prix, mérités ou non, a été éclipsée par la chasse aux sorcières pour inconduite sexuelle et l’approbation écrasante que l’industrie du cinéma et de la télévision lui a accordée dimanche soir.

Le caractère et le ton général de la cérémonie des Golden Globes cette année ont été établis il y a des jours, sinon même des semaines de cela déjà. L’appel pour que les femmes portent du noir, supposément en guise de solidarité avec la lutte contre le harcèlement sexuel, a été presque universellement suivi. L’intimidation et le conformisme sont à l’ordre du jour à Hollywood. Quelle vedette aurait en effet osé se montrer vêtue d’une couleur autre que celle sanctionnée?

Personne parmi tous ces gens ne semble troublé par les violations endémiques de toute procédure régulière même rudimentaire et des droits démocratiques. Le fait que des carrières soient détruites du jour au lendemain sur la base d’allégations non prouvées et même anonymes n’a suscité aucune objection. C’est comme si personne dans ce public n’avait jamais entendu parler de l’ère du Maccarthysme ou n’avait jamais lu un livre à ce sujet. Nous sommes de retour à «Scoundrel Time».

L’actrice Ashley Judd, l’une des leaders de la campagne contre l’inconduite sexuelle, a posté sur Instagram: «Aujourd’hui, nous portons du noir. Pourquoi? Près de la moitié des hommes pensent que les femmes sont bien représentées dans des rôles de leadership et un tiers des femmes pensent que les femmes sont bien représentées dans des rôles de leadership. Mais en réalité, seulement 1 dirigeant supérieur sur 10 est une femme. #TimesUp #WhyWeWearBlack.»

Autrement dit, toute cette «lutte» tourne en fait autour de la célébrité et de la richesse.

L’animateur de la soirée des Golden Globes était Seth Meyers, vedette de l’émission «Late Night with Seth Meyers» du réseau NBC. Meyers a déjà montré ses couleurs réactionnaires à plusieurs reprises. L’année dernière, il s’est engagé avec enthousiasme dans la campagne antirusse et l’anticommunisme pur et simple du Parti démocrate. Dimanche, Meyers a de nouveau fait sa marque avec un monologue en ouverture caractérisé par plusieurs blagues cruelles sur les accusés d’inconduite sexuelle d’Hollywood. Il a lancé le bal de la soirée dès son introduction avec comme salutations «Bonsoir, mesdames et ce qui reste des messieurs…»

Meyers a attaqué de façon particulièrement cruelle Kevin Spacey, un acteur remarquable qui vient d’être expulsé de son rôle dans la série populaire House of Cards sur Netflix uniquement sur la base d’allégations sur des événements qui se seraient produits il y a trente ans de cela.

«Eh bien, malgré tout ce qui s’est passé cette année, le spectacle continue. Par exemple, j’ai été heureux d’apprendre qu’ils allaient faire une autre saison de House of Cards, a déclaré Meyers. Christopher Plummer est-il disponible pour ça aussi? [Faisant référence à Plummer qui a remplacé Spacey dans le film Tout largent du monde. J’espère qu’il pourra faire un accent du sud, parce que Kevin Spacey lui, ne peut pas. Ooooh! Est-ce trop méchant? Pour Kevin Spacey?» Il n’y a rien de plus méprisable et lâche que d’«en rajouter» et de donner des coups de pied à quelqu’un déjà par terre, déshonoré et exclu. On ne peut qu’imaginer le genre de blagues que Meyer aurait racontées aux dépens d’Oscar Wilde s’il avait été là quand le dramaturge déshonoré était en train de pourrir en prison.

La super-riche et super-banale Oprah Winfrey a fait un sermon à la foule sur les inégalités raciales et de genre, disant à l’auditoire qu’«exprimer la vérité» est l’outil le plus puissant que l’on ait. «Pendant trop longtemps, les femmes n’ont pas été entendues ou crues si elles osaient dire la vérité quant au pouvoir de ces hommes. Mais leur temps est écoulé. Leur temps est écoulé!», a-t-elle déclaré après avoir accepté son prix. La foule est alors devenue délirante.

Le non-sens absurde, pieux et hypocrite n’avait pas de fin.

Inutile de dire que pas le moindre mot n’a été dit dimanche au sujet des nombreux maux sociaux qui sévissent dans la société américaine.

Qui a parlé de la détérioration des conditions sociales aux États-Unis ou du danger de guerre? Qui a parlé de l’appel au soutien des Portoricains encore dévastés par l’ouragan Maria? L’an dernier, Donald Trump était un sujet brûlant à la cérémonie des Golden Globe. Il a été à peine mentionné cette année. Les appels à la «solidarité» de cette année étaient bornés, manquaient totalement de sincérité et étaient des plus intéressés.

La cérémonie des Golden Globes empestait la réaction et la complaisance. Cette soirée a été la célébration des inquisitions et des allégations non fondées…

(Article paru en anglais le 9 janvier 2018)

Source: https://www.wsws.org/fr/articles/2018/01/11/atgg-j11.html

Imprimer