« Génocide » au Xinjiang, ingérence russe dans les élections américaines, etc… le problème des affirmations incendiaires, c’est qu’il faut pouvoir les prouver, sans quoi on risque de ne pas rester crédible très longtemps.

Paru le 28 avril 2021 sur Moon of Alabama sous le titre U.S. Four Star Generals Ask DNI To Stop Lying

Traduction Corinne Autey-Roussel 

Ces généraux en ont assez du flot constant de propagande sans fondement que les services de renseignement américains déversent sur le monde :

Cher Directeur du Renseignement National,

Nous, les généraux 4 étoiles à la tête des commandements régionaux américains dans le monde entier, sommes de plus en plus préoccupés par le manque de preuves des affirmations que vous faites sur nos adversaires.

En tant que vrais croyants, nous ne doutons pas des jugements, quels qu’ils soient, portés par vous sur les activités néfastes de la Russie, de l’Iran et de la Chine. Cependant, nos alliés et partenaires ne souscrivent pas à cette béatitude de l’ignorance. Ils continuent à nous demander des faits qui étayent ces jugements.

Malheureusement, nous n’en avons aucun à leur fournir.

Vous dites que la Russie a essayé de manipuler les alliés de Trump et de salir Biden, que la Russie et l’Iran visaient à influencer les élections de 2020 par des campagnes secrètes et que la Chine mène des opérations secrètes pour influencer les membres du Congrès.

Des médias ont publié des articles dans lesquels des « sources de renseignement » affirment que la Russie, la Chine et l’Iran versent tous des primes aux talibans pour tuer des soldats américains. Heureusement, aucun soldat n’a été blessé à cause de ces rumeurs.

Nos alliés et partenaires lisent ces rapports et d’autres, et nous demandent des preuves. Ils veulent savoir de quelle façon, exactement, la Russie, l’Iran et la Chine font ces choses.

Ils espèrent, bien sûr, tirer des enseignements de notre expérience pour protéger leurs propres pays.

Actuellement, nous ne sommes pas en mesure de leur fournir de telles informations. Votre peuple continue de nous dire que tout cela est SECRET.

Nous vous demandons donc de déclassifier les faits qui étayent vos jugements.*

Cordialement,
Les Généraux
—-
PS : *C’est soit ça, soit vous la fermez.

Ce qui précède pourrait bien être à l’origine de ce rapport :

Les espions américains de haut niveau disent qu’ils cherchent des moyens de déclassifier et de diffuser davantage de renseignements sur le mauvais comportement de leurs adversaires, après qu’un groupe de commandants militaires quatre étoiles ait envoyé un appel rare et urgent demandant de l’aide dans la guerre de l’information contre la Russie et la Chine.

Le mémo interne de neuf commandants militaires régionaux de l’année dernière, qui a été examiné par POLITICO et n’a pas été rendu public, implorait les agences d’espionnage de fournir davantage de preuves pour combattre les « comportements pernicieux ».

Ce n’est qu’en « faisant éclater la vérité dans le domaine public contre les challengers de l’Amérique du XXIe siècle » que Washington pourra s’assurer le soutien de ses alliés, ont-ils ajouté. Mais les efforts pour rivaliser dans la bataille des idées, ont-ils ajouté, sont paralysés par des pratiques de secret trop strictes.

« Nous demandons cette aide pour mieux permettre aux États-Unis, et par extension à leurs alliés et partenaires, de gagner sans combattre, de combattre maintenant dans les zones dites grises, et de fournir des munitions dans la guerre actuelle des narratifs », ont écrit en janvier dernier les commandants qui supervisent les forces militaires américaines en Asie, en Europe, en Afrique, en Amérique latine, ainsi que les troupes d’opérations spéciales, à Joseph Maguire, alors Directeur du renseignement national par intérim.

« Malheureusement, nous continuons à manquer des occasions de clarifier la vérité, de contrer les distorsions, de percer à jour les faux narratifs et d’influencer les événements à temps pour faire une différence », ont-ils ajouté.

Les généraux devaient être sérieusement agacés pour écrire une telle lettre. Il y a eu un certain nombre de jugements publiés sur le renseignement, où la NSA avait exprimé son manque de confiance dans des conclusions faites principalement par la CIA. La NSA fait partie de l’armée.

Entre deux bureaucraties, une lettre accusatrice ou un mémo interne de ce type équivaut à une déclaration de guerre. Il est peu probable que les gens du renseignement gagnent ce combat.

Cela permet d’espérer que le bureau du Directeur du renseignement national et les agences qui lui sont subordonnées mettront désormais un frein à leur production d’affirmations absurdes.


Traduction Corinne Autey-Roussel / Entelekheia.fr
Illustration Gerd Altmann / Pixabay

Imprimer