Pilger et Assange à Londres en 2011

Par John Pilger

Paru le 8 septembre 2022 sur MintPress News sous le titre John Pilger, Silencing the Lambs – How Propaganda Works, Consortium News.

Dans les années 1970, j’ai rencontré l’une des principales propagandistes d’Hitler, Leni Riefenstahl, dont les films épiques glorifiaient les nazis. Il se trouve que nous séjournions dans le même pavillon au Kenya, où elle était en mission de photographie, après avoir échappé au sort d’autres amis du Führer. Elle m’a dit que les « messages patriotiques » de ses films ne dépendaient pas des « ordres d’en haut », mais de ce qu’elle appelait le « vide soumis » du public allemand. Cela incluait-il la bourgeoisie libérale et instruite ? ai-je demandé.

« Oui, surtout eux», a-t-elle répondu.

Je pense à cela en regardant autour de moi la propagande qui consume actuellement les sociétés occidentales. Bien sûr, nous sommes très différents de l’Allemagne des années 1930. Nous vivons dans des sociétés de l’information. Nous sommes des mondialistes. Nous n’avons jamais été aussi conscients, plus en contact, mieux connectés.

Le sommes- nous vraiment? Ou vivons-nous dans une société des médias où le lavage de cerveau est insidieux et implacable et où la perception est filtrée en fonction des besoins et des mensonges du pouvoir de l’État et des entreprises ?

Les États-Unis dominent les médias du monde occidental1. Les dix principales sociétés de médias, sauf une, sont basées en Amérique du Nord. Internet et les médias sociaux – Google, Twitter, Facebook – sont pour la plupart détenus et contrôlés par des Américains.

Au cours de ma vie, le gouvernement américain a renversé ou tenté de renverser plus de 50 gouvernements, pour la plupart des démocraties.

Il s’est ingéré dans des élections démocratiques dans 30 pays.

Il a largué des bombes sur les habitants de 30 pays, pour la plupart pauvres et sans défense. Il a tenté d’assassiner les dirigeants de 50 pays.

Il s’est battu pour réprimer les mouvements de libération dans 20 pays.

L’ampleur et la démesure de ce carnage sont en grande partie non signalées, non reconnues; et leurs responsables continuent de dominer la vie politique anglo-américaine.

Le dramaturge Harold Pinter

Dans les années qui ont précédé sa mort en 2008, Harold Pinter a prononcé deux discours extraordinaires, qui ont brisé le silence.

« La politique étrangère des États-Unis », a-t-il dit, « est mieux définie comme suit : embrasse-moi le cul ou je te défonce la tête ». C’est aussi simple et aussi grossier que cela. Ce qui est intéressant, c’est que cela réussit de façon incroyable. Leur message possède les structures de la désinformation, de l’utilisation de la rhétorique, de la distorsion du langage, qui sont très persuasives, tout en étant en fait un paquet de mensonges. C’est une propagande très réussie. Ils ont l’argent, ils ont la technologie, ils ont tous les moyens pour s’en tirer, et ils le font.

En acceptant le prix Nobel de littérature, Pinter a déclaré ceci :

« Les crimes des États-Unis ont été systématiques, constants, vicieux, sans remords, mais très peu de gens en ont réellement parlé. Vous devez reconnaître ce talent à l’Amérique qui a exercé une manipulation assez chirurgicale du pouvoir dans le monde entier, tout en se faisant passer pour une force du bien universel. C’est un acte d’hypnose brillant, pimenté d’humour, qui a réussi. »

Pinter était un de mes amis et peut-être le dernier grand sage politique – c’est-à-dire avant que la politique dissidente ne s’embourgeoise. Je lui ai demandé si « l’hypnose » à laquelle il faisait référence était le « vide de soumission » décrit par Leni Riefenstahl.

« C’est la même chose », a-t-il répondu. « Cela signifie que le lavage de cerveau est si approfondi que nous sommes programmés pour avaler un paquet de mensonges. Si nous n’identifions pas la propagande, nous pouvons l’accepter comme normale et y croire. C’est la soumission par le vide. »

La guerre, un paquet de mensonges

Dans nos systèmes de démocratie d’entreprise, la guerre est une nécessité économique, le mariage parfait de la subvention publique et du profit privé : socialisme pour les riches, capitalisme pour les pauvres. Le lendemain du 11 septembre, les cours des actions de l’industrie de guerre ont grimpé en flèche. D’autres effusions de sang arrivaient, ce qui est excellent pour les affaires. Aujourd’hui, les guerres les plus rentables ont leur propre marque.

On les appelle des « guerres sans fins » : Afghanistan, Palestine, Iraq, Libye, Yémen et maintenant Ukraine. Toutes sont basées sur un paquet de mensonges.

L’Iraq est le plus tristement célèbre mensonge, avec ses armes de destruction massive qui n’existaient pas.

La destruction de la Libye par l’OTAN en 2011 a été justifiée par un massacre à Benghazi qui n’a pas eu lieu.

L’Afghanistan était une guerre de vengeance commode pour le 11 septembre, qui n’avait rien à voir avec le peuple afghan. Aujourd’hui, les nouvelles en provenance d’Afghanistan cherchent à démontrer la perversité des talibans, sans mentionner le vol par Joe Biden de $7 milliards des réserves bancaires du pays, cause de souffrances généralisées. Récemment, la National Public Radio à Washington a consacré deux heures à l’Afghanistan – 30 secondes à son peuple affamé.

Lors de son sommet de Madrid en juin, l’OTAN, contrôlée par les États-Unis, a adopté un document stratégique qui militarise le continent européen et intensifie la perspective d’une guerre avec la Russie et la Chine. Il propose une « lutte de guerre multi-domaines contre un concurrent doté d’armes nucléaires ». En d’autres termes, la guerre nucléaire. Il dit : « L’élargissement de l’Otan a été un succès historique ». J’ai lu ça avec incrédulité.

La guerre en Ukraine

Une mesure de ce « succès historique » est la guerre en Ukraine, dont les nouvelles ne sont pour la plupart pas des nouvelles, mais une litanie unilatérale de chauvinisme, de distorsion, d’omissions. J’ai été reporter pour un certain nombre de guerres et je n’ai jamais connu une telle propagande généralisée. En février, la Russie a envahi l’Ukraine en réponse à près de huit ans de meurtres et de destructions criminelles dans la région russophone du Donbass à leur frontière, car en 2014, les États-Unis avaient parrainé un coup d’État à Kyiv qui s’était débarrassé du président ukrainien (démocratiquement élu et favorable à la Russie), pour installer un successeur dont les Américains avaient clairement fait savoir qu’il était leur homme.

Ces dernières années, des missiles «défenseurs» américains ont été installés en Europe de l’Est – Pologne, Slovénie, République tchèque – visant presque certainement la Russie, accompagnés de fausses assurances remontant à la « promesse » de James Baker à Gorbatchev en février 1990 que l’OTAN ne s’étendrait jamais au-delà de l’Allemagne.

L’Ukraine est en première ligne. L’OTAN a effectivement atteint la frontière même par laquelle l’armée d’Hitler avait pris d’assaut la Russie en 1941, faisant plus de 23 millions de morts en Union soviétique. En décembre dernier, la Russie a proposé un vaste plan de sécurité pour l’Europe, rejeté, tourné en dérision ou supprimé dans les médias occidentaux. Qui a lu ses propositions étape par étape ?

Le 24 février, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a menacé de développer des armes nucléaires, si l’Amérique n’armait pas et ne protégeait pas l’Ukraine. Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Le même jour, la Russie a débuté son invasion – selon les médias occidentaux, un acte d’infamie congénitale non provoqué.

L’histoire, les mensonges, les propositions de paix, les accords solennels sur le Donbass à Minsk ne comptaient pour rien. Le 25 avril, le secrétaire américain à la Défense, le général Lloyd Austin, s’est rendu à Kyiv et a confirmé que l’objectif américain était de détruire la Fédération de Russie – le mot qu’il a utilisé était « affaiblir ». L’Amérique avait obtenu la guerre qu’elle voulait, menée par un mandataire américain financé et armé et un pion sacrifiable. Presque rien de tout cela n’a été expliqué au public occidental.

L’invasion russe de l’Ukraine fut gratuite et inexcusable. C’est un crime d’envahir un pays souverain. Il n’y a pas de « mais » – sauf un. Quand la guerre actuelle en Ukraine a-t-elle commencé et qui l’a déclenchée ? Selon les Nations Unies, entre 2014 et cette année, quelque 14 000 personnes ont été tuées dans la guerre civile du régime de Kyiv contre le Donbass [la CIA compte 10 000 morts dans la guerre actuelle depuis février]. De nombreuses attaques avaient été menées par des néo-nazis.

Regardez un reportage d’ITV de mai 2014, par le journaliste vétéran James Mates, bombardé avec des civils dans la ville de Marioupol, par le bataillon ukrainien Azov (néo-nazi). Le même mois, des dizaines de russophones ont été brûlés vifs ou étouffés dans un bâtiment syndical à Odessa assiégé par des voyous fascistes, partisans du collaborateur nazi et fanatique antisémite Stepan Bandera. Le New York Times avait qualifié les voyous de «nationalistes».

« La mission historique de notre nation en ce moment critique », a pourtant déclaré Andreiy Biletsky, fondateur du bataillon Azov, « est de mener les races blanches du monde dans une dernière croisade pour leur survie, une croisade contre les sous-hommes dirigés par les Sémites. Depuis février, une campagne de « contrôleurs de l’information » autoproclamés (principalement financée par les Américains et les Britanniques ayant des liens avec les gouvernements) a cherché à maintenir l’absurdité selon laquelle les néonazis ukrainiens n’existent pas.

L’impérialisme s’étend au monde entier

La retouche photographique, terme autrefois associé aux purges de Staline, est devenu un outil du journalisme grand public.

En moins d’une décennie, la « bonne » Chine d’autrefois a été remplacée par une « mauvaise » Chine : de l’atelier mondial à un nouveau Satan en herbe. Une grande partie de cette propagande provient des États-Unis et est transmise par des mandataires et des « groupes de réflexion », tels que la voix de l’industrie de l’armement, et des journalistes zélés qui qualifient ceux qui propagent l’influence chinoise de « rats, mouches, moustiques et moineaux » et appellent à «éradiquer» ces « ravageurs2 ».

Les nouvelles sur la Chine en Occident concernent presque entièrement la menace de Pékin. On efface au retoucheur les 400 bases militaires américaines qui entourent la majeure partie de la Chine, un collier armé qui s’étend de l’Australie au Pacifique et à l’Asie du Sud-Est, au Japon et à la Corée. L’île japonaise d’Okinawa et l’île coréenne de Jeju sont des armes chargées braquées à bout portant sur le cœur industriel de la Chine. Un responsable du Pentagone a décrit cela comme un « nœud coulant ».

La Palestine a été honnie depuis aussi longtemps que je me souvienne. Pour la BBC, il y a le « conflit » de « deux récits ». L’occupation militaire la plus longue, la plus brutale et la plus anarchique des temps modernes est innommable.

Le peuple sinistré du Yémen existe à peine. Pour nos médias, c’est un non-peuple. Alors que les Saoudiens font pleuvoir leurs bombes à fragmentation américaines avec des conseillers britanniques travaillant aux côtés des officiers de ciblage saoudiens, plus d’un demi-million d’enfants sont menacés de famine.

Ce lavage de cerveau par omission a une longue histoire. Les massacres de la Première Guerre mondiale ont été censurés par des journalistes anoblis pour leur conformisme, quitte à les avouer plus tard dans leurs mémoires. En 1917, le rédacteur en chef du Manchester Guardian, C.P. Scott, a confié au Premier ministre Lloyd George : « Si les gens savaient vraiment [la vérité], la guerre serait arrêtée demain, mais ils ne savent pas et ne peuvent pas savoir. »

Le refus de voir les gens et les événements comme ceux des autres pays les voient est un virus médiatique en Occident, aussi débilitant que le Covid. C’est comme si nous voyions le monde à travers un miroir sans tain, dans lequel « nous » sommes moraux et bénins et « eux » ne le sont pas. C’est une vision profondément impériale.

L’histoire, une vivante présence en Chine et en Russie, est rarement expliquée et rarement comprise. Vladimir Poutine est Adolf Hitler. Xi Jinping est Fu Man Chu. Des réalisations épiques, telles que l’éradication de la pauvreté abjecte en Chine, sont à peine connues. Comme c’est pervers et sordide…

À quand la rédemption ?

Quand allons-nous nous permettre de comprendre ? Former les journalistes à l’usine n’est pas la solution. Ni le merveilleux outil numérique, qui est un moyen et non une fin, comme la machine à écrire à un doigt et la machine à linotype.

Ces dernières années, certains des meilleurs journalistes ont été écartés du grand public. « Défenestré » est le mot utilisé. Les espaces autrefois ouverts aux non-conformistes, aux journalistes qui allaient à contre-courant, aux diseurs de vérité, se sont fermés.

Le cas de Julian Assange est le plus choquant. Lorsque Julian et WikiLeaks ont gagné des lecteurs et des prix pour le Guardian, le New York Times et d’autres «journaux officiels» importants, il a été célébré. Lorsque l’État obscur s’est opposé et a exigé la destruction des disques durs et l’assassinat du personnage de Julian, il est devenu un ennemi public. Le vice-président Biden l’a qualifié de « terroriste de haute technologie ». Hillary Clinton a demandé : « Ne pouvons-nous pas simplement drôner ce type ? »

Nous savons qui ils sont. Je les considère comme des collaborateurs : comme des journalistes de Vichy.

Quand les vrais journalistes se lèveront-ils ? Un samizdat inspirant existe déjà sur internet, Consortium News, fondé par le grand reporter Robert Parry, Max Blumenthal’s Grayzone, MintPress News, Media Lens, Declassified UK, Alborada, Electronic Intifada, WSWS, ZNet, ICH, Counter Punch, Independent Australia, le travail de Chris Hedges, Patrick Lawrence, Jonathan Cook, Diana Johnstone, Caitlin Johnstone et d’autres qui me pardonneront de ne pas les mentionner ici.

Quand les écrivains se lèveront-ils, comme ils l’ont fait contre la montée du fascisme dans les années 1930 ?Quand les cinéastes se lèveront-ils, comme ils l’ont fait contre la guerre froide dans les années 1940 ?

Quand les satiristes se lèveront-ils, comme ils l’ont fait il y a une génération ?

Plongés pendant 82 ans dans un profond bain de justice qui est la version officielle de la dernière guerre mondiale, n’est-il pas temps que ceux qui sont censés garder les pendules à l’heure déclarent leur indépendance et décodent la propagande ? L’urgence est plus grande que jamais.

John Pilger

John Pilger a remporté deux fois la plus haute distinction britannique pour le journalisme et a été journaliste international de l’année, journaliste de l’année et écrivain descriptif de l’année. Il a réalisé 61 films documentaires et a remporté une Emmy, un prix BAFTA de la Royal Television Society et le Sydney Peace Prize.

Son « Cambodia Year Zero » est considéré comme l’un des dix films les plus importants du 20e siècle. Cet article est une version éditée d’un discours prononcé au Festival mondial de Trondheim, en Norvège. Il peut être contacté sur www.johnpilger.com

[1] Médias, multiplicateurs de propagande par une ONG suisse

[2] Peter Hartcher du Sydney Morning Herald

Une traduction libre par Pierre Jasmin des Artistes pour la Paix

Article original en anglais MintPress News.

Imprimer