jerusalem

“Mont du Temple”. Image: Wikipedia


Fairouz – “Zahrat el Madaen” – (Jérusalem – Fleur des cités) 


Jérusalem, Fleur des cités

Pour toi ô ville de prière je prie

Pour toi qui possèdes les plus belles maisons, fleur des cités

O Jérusalem, ô ville de prière

Chaque jour, nos yeux voyagent vers toi

Circulant dans les ruelles des temples

Enlaçant les vieilles églises

Et effaçant la tristesse des mosquées

O nuit d’Al-isra chemin de ceux qui sont aux cieux

Chaque jour, nos yeux voyagent vers toi

Je prie

 

Dans la grotte, L’enfant et sa mère Marie,

Deux visages qui pleurent

Pour ceux qui n’ont pas de toit

Pour des enfants sans-abri

Pour ceux qui ont combattu aux portes de la ville

Et qui sont morts en martyres

La paix a été martyrisée au pays de la paix

La justice est tombée aux portes de la ville

Quand la ville de Jérusalem a chuté

L’amour a reculé, et la guerre a colonisé le cœur de la vie

Dans la grotte, L’enfant et sa mère Marie,

Deux visages qui pleurent, je prie

 

La colère foudroyante arrive, j’en suis certaine

La colère foudroyante arrive, je passerai par des tourments

De tous les chemins elle arrive, sur les chevaux de la frayeur elle arrive

tout comme le visage téméraire de Dieu, elle arrive

La porte de notre ville ne se fermera pas

Et moi je vais prier

Je frapperai sur les portes et je les ouvrirai

Et tu nettoieras ô le Jourdain

Mon visage avec les eaux de Jérusalem

Et tu effaces, ô le Jourdain! Les traces des pas barbares

La colère foudroyante arrive, sur les chevaux de la frayeur elle arrive

Et le visage de la violence sera battu

C’est notre maison, Jérusalem est à nous

Et avec nos mains, nous allons rendre à Jérusalem son éclat

Avec nos mains, une paix arrive