Une analyse d’un auteur que nous ne connaissons pas personnellement mais que nous lisons parfois avec intérêt. En guerre tout le monde ment. Le camp occidental n’est pas en reste. Loin s’en faut. Dans ce contexte où tout va très vite, il devient de plus en plus difficile de démêler le vrai du faux. De savoir où se trouve la vérité. Pour cette raison nous lisons beaucoup et nous publions peu en attendant que les choses se décantent. [Arrêt sur info]


La chevauchée sauvage d’Evgeniy Prigozhin

Les événements du week-end dernier (du 23 au 25 juin 2023) ont été tellement surréalistes et fantasmagoriques qu’ils vont à l’encontre de toute narration et défient toute description. Vendredi, le tristement célèbre groupe Wagner a lancé ce qui semblait être une véritable insurrection armée contre l’État russe. Ils ont occupé des parties de Rostov sur le Don – une ville de plus d’un million d’habitants, capitale régionale et siège du district militaire sud de la Russie – avant de partir en colonne armée en direction de Moscou. Cette colonne – dotée d’un équipement militaire lourd comprenant des systèmes de défense aérienne – s’est approchée à quelques centaines de kilomètres de la capitale – pratiquement sans être surveillée par les forces de l’État russe – avant de s’arrêter brusquement, d’annoncer qu’un accord avait été conclu avec l’aide du président biélorusse Alexandre « Oncle Sacha » Loukachenko, de faire demi-tour et de retourner vers les bases de Wagner dans le théâtre ukrainien.

Il va sans dire que le spectacle d’un groupe de mercenaires russes marchant à main armée sur Moscou, et des chars et de l’infanterie de Wagner bouclant les bâtiments du ministère de la défense à Rostov, a suscité une confiance généralisée parmi les commentateurs occidentaux, qui ont cru que l’État russe était sur le point d’être renversé et que l’effort de guerre russe en Ukraine allait s’évaporer. Des prédictions confiantes et farfelues ont été émises en quelques heures, notamment des affirmations selon lesquelles l’empreinte mondiale de la Russie se désintégrerait à mesure que le Kremlin rappellerait des troupes pour défendre Moscou et que la Russie serait sur le point d’entrer dans un état de guerre civile. Nous avons également vu la machine de propagande ukrainienne se mettre en branle, avec des personnages comme Anton Gerashchenko et Igor Sushko qui ont absolument bombardé les médias sociaux de fausses histoires de mutinerie d’unités de l’armée russe et de « défection » de gouverneurs régionaux au profit de Prigozhin.

Il y a quelque chose à dire sur le modèle analytique qui prévaut à notre époque : il y a une machine qui se met instantanément en marche, qui prend des rumeurs et des informations partielles dans un environnement d’incertitude extrême et qui crache des résultats formulés qui correspondent aux présupposés idéologiques. L’information n’est pas évaluée de manière neutre, mais elle est forcée de passer par un filtre cognitif qui lui attribue une signification à la lumière de conclusions prédéterminées. La Russie est supposée s’effondrer et subir un changement de régime (Fukuyama l’a dit) – par conséquent, les actions de Prigozhin devaient être encadrées en référence à cette fin supposée.

À l’autre extrémité du spectre, nous avons constaté une mesure similaire d’adaptation agressive au modèle de la part des partisans de la Russie « Trust the Plan », qui étaient convaincus que le soulèvement de Wagner n’était qu’un acte – une ruse élaborée concoctée de concert par Prigozhin et Poutine pour tromper les ennemis de la Russie et faire avancer le plan. L’erreur analytique est la même : les informations sont analysées dans le seul but d’étayer et de faire progresser une finalité préconçue, sauf que l’on suppose l’omnicompétence de la Russie au lieu de l’effondrement de l’État russe.

J’ai adopté une position intermédiaire. Je trouvais l’idée que la Russie était confrontée à une guerre civile ou à un effondrement de l’État extrêmement bizarre et totalement infondée, mais je ne pensais pas non plus (et j’ai le sentiment que les événements ont justifié ce point de vue) que Prigozhin agissait en collaboration avec l’État russe pour créer une mascarade. Si le soulèvement de Wagner était effectivement une opération psychologique visant à tromper l’OTAN, il s’agissait d’une opération extrêmement élaborée et alambiquée qui n’a pas encore donné de résultats concrets (je reviendrai sur ce point dans un instant).

Ma conviction générale est que Prigozhin a agi de son propre chef et de manière extrêmement risquée (au risque de sa propre vie et d’un effet déstabilisateur sur la Russie). L’État russe s’est ainsi trouvé confronté à une véritable crise (bien qu’elle n’ait pas été suffisamment grave pour menacer l’existence de l’État) qu’il a, à mon avis, assez bien gérée dans l’ensemble. Le soulèvement de Wagner était clairement mauvais pour la Russie, mais pas sur le plan existentiel, et l’État a fait du bon travail pour le contenir et l’atténuer.

Entrons dans le vif du sujet, en commençant par un bref aperçu de la chronologie des événements.

Anatomie d’une mutinerie

La désinformation (en particulier celle propagée par les Ukrainiens et par les libéraux russes résidant à l’ouest) qui a circulé tout au long du week-end a été extrême, aussi est-il prudent de revoir la progression des événements tels qu’ils se sont réellement produits.

Le premier signe que quelque chose n’allait pas est apparu avec quelques déclarations explosives du chef de Wagner, Evgeny Prigozhin, le 23 (vendredi). Dans une interview assez longue et erratique, il a affirmé de manière choquante que le prétexte invoqué par la Russie pour justifier la guerre en Ukraine était un mensonge pur et simple et que la guerre avait été entachée de corruption et de meurtres de civils. Les choses sont devenues encore plus folles lorsque Wagner a affirmé que l’armée russe avait frappé leur camp avec un missile. La vidéo publiée (censée montrer les conséquences de ce « tir de missile ») ne montrait aucun cratère d’impact, aucun débris, ni aucun membre du personnel de Wagner blessé ou tué.Les « dégâts » causés par le missile consistaient en deux feux de camp brûlant dans une tranchée. Apparemment, la Russie dispose de missiles capables de déclencher de petits incendies contrôlés sans détruire la végétation environnante ?

La vidéo ne montrait évidemment pas les conséquences d’une attaque au missile, mais la rhétorique de Prigozhin s’est intensifiée après cela et il a rapidement annoncé que Wagner entamerait une « marche pour la justice » afin d’obtenir réparation pour ses divers griefs. On ne sait pas exactement ce qu’il veut, mais il semble que ses griefs personnels contre le ministre de la défense Sergei Shoigu et le chef de l’état-major général Valery Gerasimov soient au centre de ses préoccupations.

Peu après, quelques vidéos ont été diffusées par les autorités russes (dont une mettant en scène le général Surovikin), demandant apparemment à Wagner de « stopper le mouvement de leurs colonnes » et de retourner à leurs postes, afin d’éviter une effusion de sang et une déstabilisation. Cela confirme certaines rumeurs selon lesquelles Wagner quitterait le théâtre en force. L’annonce de l’activation de la Garde nationale russe à Moscou et ailleurs a semblé confirmer la crainte d’un affrontement armé imminent en Russie.

À la fin de la journée de vendredi, des convois armés de Wagner se trouvaient à Rostov (portant la marque rouge Z) et avaient pris le contrôle de plusieurs bureaux militaires dans ce qui s’apparentait à un coup d’État sans effusion de sang dans la ville. Les scènes étaient un peu étranges : des chars dans les rues de la ville et des cordons de sécurité autour d’installations clés, mais l’indifférence apparente de la population. Les gens se mêlaient aux soldats de Wagner, les balayeurs faisaient leur travail, Wagner achetait des cheeseburgers et les gens prenaient des photos avec les chars.

Ce soir-là, Prigozhin a eu un entretien tendu mais civil avec deux hauts responsables du ministère de la défense : Yanus Evkurov (vice-ministre de la défense) et Vladimir Alekseev (chef adjoint de la direction du renseignement militaire).

Les choses se sont vraiment envenimées le lendemain (samedi 24) avec la nouvelle que deux corps armés importants se déplaçaient à l’intérieur des frontières de la Russie d’avant-guerre. Il s’agissait d’une part d’une colonne de personnel et d’armes Wagner qui quittait Rostov pour Moscou, et d’autre part d’une force tchétchène dépêchée par l’État à Rostov. Alors que les forces de l’État russe établissaient des barrages routiers et des positions défensives à l’extérieur de Moscou, il semblait que deux batailles distinctes étaient imminentes : celle de la colonne Wagner contre les forces de l’État à l’extérieur de Moscou, et celle des Tchétchènes contre les restes de la colonne Wagner pour le contrôle de Rostov.

C’est à ce moment-là que la désinformation ukrainienne a vraiment commencé à s’emballer, avec des affirmations selon lesquelles des unités militaires russes et des administrations régionales faisaient défection en faveur de Prigozhin – ce qui revenait à dire qu’il ne s’agissait pas seulement d’un soulèvement de Wagner contre l’État, mais d’une révolte générale du système russe contre le gouvernement de Poutine. En fait (et c’est un point essentiel sur lequel je reviendrai plus tard), il n’y a eu aucune défection dans les unités militaires russes régulières ou les gouvernements régionaux, et il n’y a pas eu de troubles civils. La mutinerie s’est limitée au groupe Wagner et, même dans ce cas, tous les membres de Wagner n’y ont pas participé.

Quoi qu’il en soit, dès le début de la soirée du samedi, il y avait de réelles raisons de s’inquiéter que des tirs puissent être déclenchés en dehors de Moscou ou à Rostov. Poutine a publié une déclaration dénonçant la trahison et promettant une réponse appropriée. Le ministère russe de la justice a ouvert un dossier pénal contre Prigozhin pour trahison. Deux avions du ministère russe de la défense sont abattus (un hélicoptère Mi-8 et un IL-22) par la colonne Wagner. L’atmosphère mondiale est devenue nettement plus humide en raison du volume de salivation provenant de Washington.

Puis, la colonne Wagner s’est arrêtée. Le gouvernement du Belarus a annoncé qu’un accord avait été négocié avec Prigozhin et Poutine. Le bureau de Lukahsenko a déclaré « qu’ils étaient parvenus à un accord sur l’inadmissibilité de déclencher un massacre sanglant sur le territoire de la Russie ». La colonne s’est détournée de la route de Moscou et a regagné les camps de Wagner en Ukraine, tandis que les forces de Wagner restées à Rostov ont plié bagage. À l’exception des équipages des deux avions abattus, personne n’a été tué.

Bien entendu, les spéculations se sont immédiatement tournées vers les termes de l’accord entre Prigozhin et l’État. Certains ont supposé que Poutine avait accepté de démettre Shoigu, Gerasimov, ou les deux, de leurs fonctions (peut-être était-ce le but recherché depuis le début ?). En fait, les conditions étaient relativement boiteuses et peu convaincantes :

1)Les poursuites pour trahison contre Prigozhin ont été abandonnées et il a été envoyé en Biélorussie.

2)les combattants de Wagner qui ont participé au soulèvement ne seront pas inculpés et reprendront leurs activités en Ukraine

3)Les combattants de Wagner qui n’ont pas participé au soulèvement signeront des contrats avec l’armée russe (ils quitteront Wagner et deviendront des troupes contractuelles régulières).

4)Une vague référence à des « garanties de sécurité » pour les combattants de Wagner.

Tout cela est donc très étrange. Une véritable insurrection armée avec des chars et des armes lourdes (et non un homme portant une coiffe de buffle) avec une prise de contrôle d’installations militaires soudainement résolue par Loukachenko, et tout ce que Prigozhin semble en avoir retiré est… un passage gratuit au Belarus ? Étrange, en effet.

Essayons donc d’analyser ce qui s’est passé en utilisant un cadre analytique qui n’est pas prédéterminé, c’est-à-dire en supposant que ni l’omnicompétence russe, ni le changement de régime russe, ni la mansuétude néolibérale ne sont garantis.

J’aimerais commencer par aborder précisément ces deux théories idéologiquement prédéterminées. D’un côté, il y a ceux qui affirment que la Russie est sur le point d’être plongée dans un conflit civil et un changement de régime, et de l’autre, ceux qui pensent que tout cela n’était qu’une opération psychologique planifiée à l’avance par le gouvernement russe. Les premiers ont déjà été discrédités par le fait que toutes leurs prédictions dramatiques se sont effondrées en 24 heures – Prigozhin n’a pas, en fait, mené une mutinerie métastasée, renversé Poutine et s’est proclamé Tsar Eugène Ier. L’autre théorie extrême – le psyop – reste viable, mais je pense qu’elle est extrêmement improbable, pour des raisons que je vais énumérer maintenant.

Scénarios de psyops

Il est relativement facile de dire simplement que « la mutinerie était une opération psychique » sans élaborer. Il est trivialement évident que le soulèvement de Wagner a « trompé » l’analyse occidentale, mais cela ne prouve pas ipso facto que le soulèvement a été mis en scène dans le but de tromper l’Occident. Nous devons demander quelque chose de plus spécifique – dans quel but le soulèvement a-t-il pu être scénarisé ?

J’ai identifié ce que je pense être quatre théories discrètes qui méritent au moins d’être examinées – examinons-les et expliquons pourquoi je pense qu’elles ne parviennent pas à expliquer le soulèvement de manière satisfaisante.

Option 1 : Appât vivant

Une explication possible – que j’ai souvent vue suggérée – est l’idée que Prigozhin et Poutine ont mis en scène le soulèvement dans le but d’attirer des réseaux théoriques de séditieux, d’agents étrangers et d’éléments déloyaux. Je suppose que l’idée était que Prigozhin créerait un sentiment de crise contrôlé, mais cosmétiquement réaliste, pour l’État russe, faisant apparaître le gouvernement de Poutine comme vulnérable et contraignant les parties traîtresses et ennemies à travers la Russie à se révéler.

D’un point de vue conceptuel, il s’agit d’un peu plus que de faire croire que le gouvernement de Poutine est un animal blessé afin d’attirer les charognards pour qu’ils soient tués.

Je pense que cette théorie séduit les gens parce qu’elle présente Poutine comme un dirigeant extrêmement rusé, machiavélique et paranoïaque. C’est également la raison pour laquelle je pense qu’elle est erronée. Poutine a tiré une grande partie de sa légitimité de sa capacité à mener la guerre sans perturber la vie quotidienne en Russie – il n’y a pas de rationnement, pas de conscription, pas de restrictions de mouvement, etc. En fait, l’une des plus grandes critiques adressées à Poutine provient du parti de la guerre, qui allègue qu’il mène la guerre trop timidement par peur et qu’il est trop préoccupé par le maintien de la normalité en Russie.

Il semble donc incongru qu’un dirigeant qui a pris grand soin d’éviter de mettre la société russe sur le pied de guerre fasse quelque chose d’aussi déstabilisant que la mise en scène d’un faux soulèvement. En outre, si la révolte de Wagner n’était qu’une mascarade destinée à éliminer d’autres éléments traîtres et terroristes, elle a échoué : il n’y a eu ni défections, ni troubles civils, ni dénonciations de Poutine. Ainsi, pour plusieurs raisons, la théorie de l’appât vivant ne passe pas le test du reniflage.

Option 2 : masquer les déploiements

Une deuxième théorie consiste à dire que le soulèvement de Wagner n’était qu’un gigantesque écran de fumée destiné à permettre le déplacement de forces militaires autour de la Russie. Je suppose que l’idée est la suivante : si des colonnes armées semblent se déplacer de façon sauvage, les gens ne remarqueront pas que les forces russes se sont mises en position pour, par exemple, attaquer Sumy ou Kharkov. Ce point de vue a été renforcé par l’annonce du départ de Prigozhin pour la Biélorussie. Tout cela n’était-il qu’une ruse pour masquer le redéploiement de Wagner en vue d’une opération dans l’ouest de l’Ukraine ?

Le problème de ce raisonnement est triple. Premièrement, elle ne tient pas compte de la complexité de la mise en place d’une force pour des opérations. Il ne s’agit pas seulement de conduire une ligne de camions et de chars en position – les besoins logistiques sont énormes. Les munitions, le carburant, l’infrastructure de la zone arrière doivent tous être mis en place. Cela ne peut se faire en 24 heures sous le couvert temporaire d’une fausse mutinerie.

Deuxièmement, l’effet de « distraction » est principalement dirigé vers les médias et les commentateurs, et non vers les services de renseignement militaire. En d’autres termes, CNN et le New York Times se sont focalisés sur le soulèvement de Wagner, mais les satellites américains continuent de survoler l’espace de combat et le système ISR occidental fonctionne toujours. Les pitreries de Prigozhin ne les empêcheraient pas d’observer les étapes de l’attaque d’un nouveau front.

Enfin, il ne semble pas qu’une grande partie du groupe Wagner accompagnera Prigozhin en Biélorussie – son voyage au pays de Loukachenko ressemble plus à un exil qu’à un redéploiement du groupe Wagner.

Option 3 : Radicalisation artificielle

Il s’agit de la théorie habituelle du « faux drapeau » qui circule chaque fois que quelque chose de grave se produit quelque part. Elle est devenue assez blasée et banale : « Poutine a mis en scène le soulèvement pour pouvoir intensifier la guerre, accroître la mobilisation, etc.

Cela n’a aucun sens et est assez facile à rejeter. Il y a eu de véritables attaques ukrainiennes à l’intérieur de la Russie (y compris une attaque de drone sur le Kremlin et des incursions transfrontalières des forces ukrainiennes). Si Poutine voulait intensifier la guerre, il aurait pu profiter de l’une ou l’autre de ces occasions. L’idée selon laquelle il choisirait d’orchestrer un soulèvement interne – au risque d’une déstabilisation généralisée – plutôt que de se concentrer sur l’Ukraine est ridicule.

Option 4 : consolidation du pouvoir

De toutes les théories psychologiques, c’est celle qui a probablement le plus de mérite. Il y a eu deux courants différents, que nous examinerons tour à tour.

Au début, certains ont supposé que Poutine utilisait Prigozhin pour créer un prétexte afin d’évincer Shoigu et Gerasimov. Cette hypothèse me paraissait peu probable pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, je ne pense pas qu’il soit possible d’affirmer que ces hommes méritent d’être renvoyés. Au début, la guerre menée par la Russie comportait des éléments inégaux, mais l’industrie de l’armement s’est clairement améliorée, des systèmes clés tels que le Lancet et le Geran devenant disponibles en quantités toujours plus importantes, et en ce moment même, les forces armées russes font du paillis avec la contre-offensive de l’Ukraine.

Deuxièmement, si Poutine voulait démettre Shoigu ou Gerasimov de leurs fonctions, le faire en réponse à un faux soulèvement serait la pire façon de procéder, car cela donnerait l’impression que Poutine se plie aux exigences d’un terroriste. N’oublions pas que Poutine n’a critiqué publiquement ni Shoigu ni Gerasimov pour leur gestion de la guerre. Publiquement, ils semblent bénéficier de son soutien total. Le président pourrait-il vraiment les démettre de leurs fonctions en réponse aux exigences de Prigozhin sans paraître incroyablement faible ? Il vaudrait mieux que Poutine les renvoie tout simplement de son propre chef, se faisant ainsi le faiseur de roi, et non Prigojine.

Bien sûr, il ne semble pas, à ce stade, que Shoigu ou Gerasimov perdront leur poste. Cela a conduit la théorie de la « consolidation du pouvoir » à s’orienter vers une deuxième ligne de pensée, selon laquelle Poutine voulait utiliser Prigozhin pour tester essentiellement le système politique russe en voyant comment l’administration régionale et la direction de l’armée réagiraient.

Ce dernier traite le soulèvement comme un exercice d’incendie : déclencher l’alarme, voir comment tout le monde réagit et prendre des notes sur ceux qui ont suivi les instructions. Certes, des personnalités politiques russes sont sorties du bois pour affirmer leur soutien à Poutine et dénoncer Wagner, avec le flair propre à la Russie, comme le gouverneur de Tver appelant Prigojine à se suicider. Cela donne peut-être de la crédibilité à l’idée que Poutine voulait mettre ses subordonnés à l’épreuve.

Cependant, je pense que cette théorie ne tient pas compte de certains points essentiels. Tout d’abord, la Russie semblait très stable sur le plan interne. Poutine n’était confronté à aucune opposition, aucun trouble civil, aucune mutinerie dans l’armée, aucune critique de la part de personnalités politiques de premier plan – on ne voit pas pourquoi il aurait ressenti le besoin de secouer le pays simplement pour tester la loyauté de l’appareil politique. Peut-être pensez-vous qu’il s’agit d’un Staline hyperparanoïaque qui se sent poussé à jouer à des jeux d’esprit avec le pays, mais cela ne correspond vraiment pas à son mode de fonctionnement. Deuxièmement, la trajectoire de la guerre est actuellement largement en faveur de la Russie, la victoire de Bakhmut étant encore dans les mémoires et la contre-offensive de l’Ukraine ressemblant de plus en plus à un échec militaire historique mondial. Il n’est pas logique qu’à ce moment précis, alors que les choses vont très bien pour la Russie, Poutine veuille lancer une grenade juste pour tester les temps de réaction.

En fin de compte, je pense que toutes ces théories « psyop » sont très faibles lorsqu’elles sont évaluées de bonne foi dans leurs propres termes. Leurs erreurs ont un point commun. Les choses se sont très bien passées pour la Russie, avec une armée performante dans la défaite en cours de la contre-offensive ukrainienne, l’absence de désordre ou de troubles internes et une économie en croissance. La ligne de pensée psyop suppose que, dans une période où tout va bien, Poutine prendrait un risque énorme en organisant une fausse mutinerie pour des gains négligeables, risquant non seulement des troubles civils et des effusions de sang, mais aussi de ternir l’image de stabilité et de fiabilité de la Russie à l’étranger.

On suppose que l’équipe Poutine est omnicompétente et qu’elle est capable de mettre au point un stratagème de tromperie extrêmement complexe. Je ne pense pas que le gouvernement russe soit omnicompétent. Je pense qu’il est simplement d’un niveau normal de compétence – trop compétent pour faire un coup à haut risque et à faible récompense comme celui-ci.

Ce que veut Prigozhin

J’aime parfois penser que le prédéterminisme occidental de la « fin de l’histoire » (dans lequel toute l’histoire est une marche inexorable vers la démocratie néolibérale performative mondiale et la libération finale et le bonheur de toute l’humanité sont annoncés lorsque le drapeau de la fierté victorieuse flotte à Moscou, Pékin, Téhéran et Pyongyang) est essentiellement un corollaire géopolitique de Jurassic Park – une histoire poignante d’orgueil démesuré et de ruine (et l’un de mes films préférés).

Le modèle analytique des créateurs de Jurassic Park présumait que les dinosaures – des créatures dont ils ne savaient pratiquement rien – se soumettraient avec le temps à des routines de contrôle comme des animaux de zoo. Aveuglés par l’illusion du contrôle et la stabilité théorique de leurs systèmes (supposés stables parce qu’ils ont été conçus pour l’être), ils n’ont pas apprécié le fait que le tyrannosaure avait une intelligence et une volonté propres.

Je pense que Evgeny Prigozhin est un peu comme le tyrannosaure dans Jurassic Park. L’appareil néolibéral occidental et les planificateurs russes à quatre dimensions semblent considérer Prigozhin comme un rouage qui existe pour exécuter la fonction de leur modèle mondial. Que ce modèle soit la longue marche de l’histoire vers la démocratie et le dernier homme ou un plan directeur brillant et nuancé de Poutine pour détruire le monde atlantique unipolaire, cela n’a pas beaucoup d’importance – les deux tendent à nier l’agence de Prigozhin et à le transformer en esclave du modèle. Mais peut-être est-il un tyranosaure, doté d’une intelligence et d’une volonté qui ont une orientation interne indifférente à nos modèles mondiaux. Peut-être a-t-il arraché la clôture pour des raisons qui lui sont propres.

Nous devons revenir à qui est Prigozhin et à ce qu’est Wagner.

Pour Prigozhin, Wagner est avant tout une entreprise qui lui a rapporté énormément d’argent, notamment en Afrique. La valeur de Wagner (au sens le plus fondamental) provient de son haut degré d’efficacité au combat et de son statut unique d’entité indépendante des forces armées russes. Toute menace sur l’un ou l’autre de ces facteurs représente une catastrophe financière et statutaire pour Prigozhin.

Récemment, l’évolution de la guerre a fait apparaître une menace existentielle pour le groupe Wagner en tant que PMC viable. Il s’agit des éléments suivants :

1)Une pression concertée du gouvernement russe pour obliger les combattants Wagner à signer des contrats avec le ministère de la défense.En effet, cela menace de liquider Wagner en tant qu’organisation indépendante et de l’intégrer en bloc dans l’armée régulière russe.

2)Wagner perd l’afflux de main d’œuvre des conscritsde l’année dernière (y compris les condamnés). Ces conscrits ont constitué un énorme réservoir de main-d’oeuvre qui a permis à Wagner d’affronter les combats à grande échelle à Bakhmut, mais beaucoup ont terminé leur service.

Cela signifie que Wagner est confronté à une destruction potentielle sur deux fronts. Sur le plan institutionnel, le gouvernement russe veut essentiellement neutraliser l’indépendance de Wagner en l’intégrant au ministère de la défense. Du point de vue de Prigozhin, cela signifie essentiellement la nationalisation de son entreprise.

En outre, Prigozhin ne souhaite pas envoyer au combat en Ukraine une Wagner amincie (après s’être débarrassée d’une grande partie des conscrits qui lui permettaient d’atteindre la taille d’un corps d’armée). Une fois que Wagner sera réduit à son noyau d’opérateurs expérimentés, les pertes en Ukraine commenceront à entamer directement la viabilité de Wagner.

En d’autres termes, Prigozhin et les autorités étaient dans une impasse. Ce que Prigozhin voulait probablement le plus, pour dire les choses crûment, c’était utiliser la notoriété acquise à Bakhmut pour ramener Wagner en Afrique et recommencer à gagner beaucoup d’argent. Ce qu’il ne voulait pas, c’était que sa PMC soit absorbée par l’armée russe ou que son noyau de professionnels mortels soit affaibli lors d’une autre bataille majeure en Ukraine. Le ministère de la défense, quant à lui, souhaite ardemment intégrer les combattants de Wagner dans l’armée régulière et les utiliser pour vaincre l’Ukraine sur le champ de bataille.

Il s’agit donc d’un conflit d’intérêts évident.

Mais que peut faire Prigozhin ? Il n’a absolument aucun pouvoir institutionnel, et Wagner dépend du ministère de la défense pour l’équipement, les fournitures, l’ISR et bien d’autres choses encore. De plus, la fortune personnelle de Prigozhin et sa famille sont sous la juridiction de l’État russe. Son influence est très limitée. Il n’y a que peu de choses qu’il puisse faire. Il peut enregistrer des vidéos pour embarrasser, harceler et dégrader le ministère de la défense. Bien entendu, il n’est probablement pas judicieux d’attaquer directement Poutine dans ces diatribes, et il pourrait être mal vu d’insulter des soldats russes ordinaires, de sorte que ces attaques doivent être correctement ciblées sur le type précis de hauts fonctionnaires bureaucratiques que le public russe est prédisposé à détester – des hommes tels que Shoigu et Gerasimov.

En dehors de ces crises vidéo, Prigozhin n’avait qu’un seul moyen de stopper l’absorption institutionnelle de Wagner : organiser une protestation armée. Rassembler autant d’hommes que possible, faire un geste et voir si l’État pouvait être suffisamment ébranlé pour lui accorder l’accord qu’il souhaitait.

Cela semble bizarre, bien sûr. Vous avez entendu parler de la diplomatie de la canonnière – maintenant, nous assistons à des négociations contractuelles basées sur des chars d’assaut. Pourtant, il est clair que le différend sur l’indépendance et le statut de Wagner par rapport aux institutions militaires russes était au cœur de cette affaire. Au début du mois, Prigozhin a annoncé son intention de désobéir à un ordre présidentiel qui exigeait que ses chasseurs signent les contrats du ministère de la défense avant le 1er juillet.

La déclaration de M. Prigozhin ce matin (lundi 26 juin) est cependant très instructive. Elle se concentre presque exclusivement sur son principal grief : Wagner allait être absorbé par l’armée institutionnelle. Il ne va pas jusqu’au bout de son raisonnement et ne dit pas que cela nationaliserait son entreprise très rentable, mais ses commentaires ne laissent aucun doute quant à sa motivation. Voici quelques points clés qu’il soulève :

  • Wagner ne voulait pas signer de contrats avec le ministère de la défense
  • L’absorption par le ministère de la défense signifierait la fin de Wagner : « Cette unité était censée cesser d’exister le 1er juillet.
  • « L’objectif de notre campagne était d’empêcher la destruction du groupe Wagner.

Mais qu’est-ce que Prigozhin pensait qu’il se passerait ? Quel était son scénario optimiste ? Il espérait probablement que les sentiments généraux contre la bureaucratie et la corruption, combinés à la popularité et à la renommée de Wagner, conduiraient à une vague de soutien pour le groupe qui mettrait le gouvernement en position d’acquiescer à l’indépendance de Wagner.

Il s’agit d’une décision audacieuse. Face à l’absorption institutionnelle, Prigozhin a parié sur une campagne de déstabilisation mesurée qui ébranlerait le pays juste assez pour effrayer Poutine et l’amener à conclure un accord. Prigozhin s’est peut-être convaincu qu’il s’agissait d’un coup de dé intelligent et décisif qui pourrait faire basculer les choses en sa faveur. Je pense plutôt qu’ils ne jouaient pas du tout aux dés. Ils jouaient aux cartes, et Prigozhin n’avait rien en main.

La gestion de la crise par la Russie

C’est la partie de l’article qui, je le crains, va hérisser les poils et me valoir des accusations de « copinage » – qu’il en soit ainsi. Qu’il en soit ainsi. Disons-le franchement :

La Russie a extrêmement bien géré le soulèvement de Wagner et sa gestion de la crise témoigne d’un haut degré de stabilité de l’État.

Ce que je ne dis pas, c’est que le soulèvement a été bénéfique pour la Russie. Il a été clairement négatif à plusieurs égards. Des avions russes ont été abattus par Wagner et des pilotes russes ont été tués. Prigozhin a ensuite été autorisé à s’en aller après avoir causé ces morts – une tache sur le gouvernement. Une confusion généralisée règne, ce qui n’est pas bon pour le moral des troupes, et les opérations dans le district militaire sud sont perturbées par l’occupation de Rostov par Wagner.

Dans l’ensemble, ce n’était pas un bon week-end pour la Russie. C’était une crise, mais c’était une crise que l’État a bien gérée dans l’ensemble et dont il a atténué les inconvénients – peut-être même en faisant un verre ou deux de limonade avec les citrons de Prigozhin. Il est peut-être un peu approprié que Shoigu ait été ministre des situations d’urgence (essentiellement des secours en cas de catastrophe). Les catastrophes ne sont jamais bonnes, mais il est toujours préférable de bien les gérer lorsqu’elles se produisent.

La réponse de l’État a été en fait assez simple : il s’agissait de prendre le bluff de Prigozhin.

Prigozhin s’est dirigé vers Moscou avec sa colonne, mais qu’allait-il faire une fois arrivé à destination ? La garde nationale russe se prépare à les empêcher d’entrer dans la ville. Wagner va-t-il attaquer Moscou ? Vont-ils tirer sur les gardes nationaux ? Vont-ils prendre d’assaut le Kremlin ou bombarder Saint-Basile ? Une telle attitude entraînerait inévitablement la mort de tous les hommes concernés. Wagner, qui ne dispose pas de ses propres moyens d’approvisionnement, ne peut pas lutter avec succès contre les forces armées russes et ne pourrait probablement pas s’approvisionner lui-même pendant plus d’un jour ou deux.

Le problème de l’approche de Prigozhin est que la pantomime d’un coup d’État ne fonctionne pas si vous n’êtes pas prêt à tenter un coup d’État – et un coup d’État ne fonctionne que si les autorités institutionnelles se rangent de votre côté. Ce n’est pas comme si Prigozhin pouvait conduire un char d’assaut jusqu’au mausolée de Lénine et commencer à donner des ordres aux ministères fédéraux et aux forces armées. Les coups d’État nécessitent de contrôler les leviers institutionnels du pouvoir – les gouvernorats régionaux, les ministères et le corps des officiers des forces armées.

Non seulement Prigozhin ne disposait pas de tous ces éléments, mais l’ensemble de l’appareil de pouvoir l’a dénoncé, méprisé et qualifié de traître. S’étant mutiné dans une impasse, il n’avait d’autre choix que de déclencher une fusillade à l’extérieur de Moscou, ce qui lui garantissait de mourir et d’être reconnu par l’histoire comme un terroriste traître, ou de se rendre. Il est probable que la colonne Wagner abattant des avions russes (ce que Prigozhin a déclaré plus tard comme étant une « erreur ») l’a effrayé et lui a confirmé qu’il allait trop loin et qu’il n’avait pas de bonne issue. Lorsque votre adversaire suit et que vous n’avez rien en main, il n’y a rien d’autre à faire que de se coucher.

Considérons donc un instant la scène qui s’est déroulée en Russie. Une colonne blindée se dirigeait vers la capitale. Quelle a été la réaction de l’État et du peuple russes ? Les autorités, à tous les niveaux, ont publiquement dénoncé le soulèvement et affirmé leur soutien au président. Il n’y a pas eu de défections, que ce soit au sein des unités militaires ou de l’administration civile. Il n’y a pas eu de troubles civils, pas de pillages, pas de perte de contrôle, même élémentaire, du gouvernement dans le pays. Comparez les scènes qui se déroulent en Russie lors d’une rébellion armée à celles qui se dérouleront aux États-Unis à l’été 2020. Quel est le pays le plus stable ?

En fin de compte, le gouvernement a réussi à dissiper une situation de crise, qui aurait pu facilement dégénérer en un bain de sang considérable, sans aucune perte de vie, à l’exception des équipages des deux avions abattus (des morts qu’il ne faut pas minimiser et dont il faut se souvenir comme des victimes de l’ambition de Prigozhin). De plus, les termes du « règlement » ne sont guère plus qu’une reddition de Prigozhin. Lui-même semble destiné à une sorte de semi-exil au Belarus (dans l’attente éventuelle d’un pic à glace trotskiste) et il semble que la majorité des Wagner signeront des contrats et seront absorbés par l’armée institutionnelle russe. D’après le discours prononcé par Poutine ce soir (il y a quinze minutes à l’heure où j’écris ces lignes), les combattants de Wagner n’ont que trois options : signer des contrats de MOD, se dissoudre et rentrer chez eux, ou rejoindre Prigozhin en exil au Belarus (sans doute sans leur équipement). En ce qui concerne le statut institutionnel de Wagner, Prigozhin a perdu et l’État a gagné. Wagner en tant qu’organe de combat indépendant est fini.

Nous devons être honnêtes, bien sûr, quant aux dommages causés par le soulèvement.

Prigozhin a tué des militaires russes lorsque sa colonne a abattu ces avions, puis a vu son inculpation pour trahison abandonnée. On peut dire, bien sûr, que le fait d’apporter une solution pacifique a permis d’éviter d’autres effusions de sang, mais cela ne change rien au fait qu’il a tué des soldats russes et qu’il s’en est tiré à bon compte. Il s’agit d’un échec qui revêt une dimension morale et une dimension de légitimité institutionnelle.

En outre, tout cet épisode devrait servir de leçon poignante sur l’instabilité inhérente au fait de s’appuyer sur des groupes de mercenaires qui opèrent en dehors des institutions militaires officielles. Il existe de nombreux groupes de ce type en Russie, et pas seulement Wagner, et le gouvernement commettra une faute professionnelle s’il ne prend pas des mesures décisives pour mettre fin à leur indépendance. Dans le cas contraire, ils attendent simplement qu’un événement de ce type se reproduise, avec un résultat potentiellement beaucoup plus explosif.

Dans l’ensemble, cependant, il semble assez indéniable que le gouvernement a géré une crise extrême de manière plutôt compétente. Contrairement à la nouvelle interprétation occidentale selon laquelle la révolte de Wagner a révélé la faiblesse du gouvernement de Poutine, l’unité de l’État, le calme de la population et la stratégie de désescalade appliquée avec sang-froid suggèrent que l’État russe est stable.

Conclusion : 1917

L’un des passe-temps les plus universels et les plus appréciés de l’humanité consiste à faire de mauvaises analogies historiques. La comparaison la plus populaire, naturellement, a été de comparer le soulèvement de Prigozhin à la chute du tsar en 1917.

Le problème est que cette analogie est une parfaite inversion de la vérité.

Le tsar est tombé en 1917 parce qu’il se trouvait au quartier général de l’armée, loin de la capitale. En son absence, une mutinerie de la garnison de Petrograd (Pétersbourg) a entraîné un effondrement de l’autorité gouvernementale, qui a ensuite été reprise par un nouveau cabinet formé par la Douma d’État. Les coups d’État ne sont pas le fruit d’un bain de sang inutile. Ce qui importe le plus, c’est la question fondamentale de l’autorité bureaucratique, car c’est ce que signifie gouverner. Lorsque vous décrochez un téléphone et donnez l’ordre de fermer une ligne de chemin de fer, lorsque vous appelez une unité militaire à se préparer, lorsque vous émettez un ordre d’achat de nourriture, d’obus ou de médicaments, ces instructions sont-elles respectées ?

Il était trivialement évident que Prigozhin n’avait ni la force, ni le soutien institutionnel, ni le désir réel d’usurper l’autorité, et l’idée qu’il tentait un véritable coup d’État était absurde. Imaginons un instant que Wagner parvienne à se frayer un chemin à travers la Garde nationale russe jusqu’à Moscou. Prigozhin prend d’assaut le ministère de la défense, arrête Shoigu et s’assoit à sa place. Pensons-nous vraiment que l’armée sur le terrain suivra soudainement ses ordres ? Ce n’est pas une chaise magique. Le pouvoir n’est remis en jeu qu’en cas d’effondrement total de l’État, et ce que nous avons vu en Russie, c’est le contraire – nous avons vu l’État resserrer les rangs.

En fin de compte, les commentateurs néolibéraux et les partisans du plan russe n’ont qu’une vision insatisfaisante des événements. Prigozhin n’est ni le signe avant-coureur d’un changement de régime, ni une pièce du jeu d’échecs quadridimensionnel de Poutine. Il s’agit simplement d’un homme mercurien et sauvagement irresponsable qui a vu que sa société militaire privée allait lui être retirée et qui a décidé de faire des efforts extrêmes et criminels pour l’en empêcher. C’est un joueur de cartes qui n’a rien en main et qui a décidé de bluffer pour se sortir d’un mauvais pas – jusqu’à ce qu’on l’appelle « bluffeur ».

Publié le 26 juin 2023 sur le blog Big Serge Thought sous le titre Russo-Ukrainian War: The Wagner Uprising – Yevgeny Prigozhin’s Wild Ride