Un article de Paul Craig Roberts datant de janvier 2015

Selon toute apparence, les négociations du régime Obama avec l’Iran, supervisées par la Russie, étaient sur le point de mettre fin à la question fabriquée du nucléaire. La fin de la confrontation est inacceptable pour le gouvernement israélien sioniste et pour leurs agents néo-conservateurs en Amérique. Les républicains, un parti politique détenu en bloc par le lobby d’Israël, invitèrent en hâte Netanyahu, le souverain fou d’Israël et de l’Amérique, à venir rapidement dire au Congrès républicain – mis en place par les électeurs américains insouciants – comment interdire tout arrangement avec l’Iran.En observant le Congrès républicain contrôlé par Israël, un ramassis de fauteurs de guerre, prendre des mesures pour empêcher toute résolution pacifique d’un problème fabriqué, le chef de file de l’Iran, Seyyed Ali Khamenei a envoyé une lettre à la jeunesse occidentale pour la prévenir contre l’interprétation erronée de l’islam par les propagandistes occidentaux.

Je respecte l’effort de Khamenei de tendre la main à la jeunesse occidentale afin de les aider à différencier la réalité de l’islam du portrait diabolisé peint par les politiciens et les médias occidentaux.

La question est : quel impact peut avoir Khamenei ? La voix de Khamenei est importante, mais elle est faible comparée à celles des menteurs et des propagandistes occidentaux. Même un représentant important, comme lui, d’un pays diabolisé et d’une religion diabolisée peut difficilement être
entendu dans le vacarme de la propagande contre l’Iran et l’islam.

En outre, les organisations secrètes occidentales peuvent mener des opérations terroristes au nom de l’islam, comme ce fut probablement le cas du 11 septembre, l’attentat du marathon de Boston, et Charlie Hebdo. On dit au monde que l’islam est derrière ces attaques, mais les experts notent qu’aucune preuve réelle n’est jamais fournie. Seulement des affirmations officielles, telles que celles qui se sont révélées inexactes au sujet des armes de destruction massive en Irak, l’utilisation par Bachar al-Assad d’armes chimiques en Syrie, les fausses accusations contre Kadhafi en Libye, et les fausses accusations contre la Russie en Ukraine. Les responsables de cette propagande ont beaucoup de voix, et leurs trompettes submergent celle du chef de l’Iran.

Au lieu de faire appel à l’Occident, l’Iran a besoin de s’en détourner. Le temps historique de l’Occident est passé.

L’Occident a dégénéré en un État policier dans lequel le gouvernement n’est plus responsable devant la loi ou le peuple. Il n’y a pas d’emplois pour les jeunes, et pas de sécurité de revenu pour les personnes âgées. L’Occident est réellement en train de se piller lui-même. Il suffit de regarder ce qui se passe en Grèce. Afin de garantir les profits des banques privées extérieures à la Grèce, les Grecs ont vu leurs pensions coupées, leurs emplois détruits, leurs services sociaux coupés, et ils ont dû brader leurs précieuses propriétés publiques à bas prix à des acheteurs privés étrangers au pays. Le même pillage a lieu maintenant en Ukraine, en Italie, en Espagne et le Portugal fait face à un sort identique.

En Amérique, l’ensemble de la politique économique du pays est conduite seulement pour le bénéfice du 1% super-riche.

Si nous utilisons le Seigneur de Anneaux de Tolkien comme une métaphore de l’Occident, l’Ouest est le Mordor et Washington est Sauron.

Il est inutile pour l’Iran de négocier avec l’Occident dans l’espoir de se faire accepter. L’Iran est sur la même liste que Saddam Hussein, Kadhafi et Assad. La seule façon pour l’Iran d’être accepté par l’Occident est de consentir à devenir un État fantoche américain. La suspicion sur le programme d’énergie nucléaire de l’Iran est un problème inventé. Si ce n’était pas la question du nucléaire, ce serait un autre problème artificiel, tel que les armes de destruction massive, l’utilisation d’armes chimiques, le terrorisme, et ainsi de suite. Les dirigeants iraniens doivent comprendre que le vrai problème est l’indépendance de l’Iran face à la politique étrangère et économique de Washington. Washington ne peut pas dire que les USA veulent un changement de régime en Iran pour installer un tat fantoche, alors Washington prétend que l’Iran représente une menace qui doit être effacée.

Si l’Iran admire tant l’Occident décadent et corrompu qu’il est disposé à être un vassal servile afin de profiter de le reconnaissance par l’Ouest, tout ce que l’Iran doit faire est de capituler et de s’aligner sur les politiques hégémoniques de Washington.

Si l’Iran, l’une des deux plus anciennes civilisations et cultures de la planète, souhaite vivre sans soumission aux règles des exceptionnels Américains, il doit tourner le dos à l’Occident, s’allier avec la Russie, la Chine, l’Inde et les autres pays du BRICS, et ne plus avoir de rapports avec les criminels occidentaux. Qu’une civilisation aussi ancienne que la civilisation iranienne puisse trouver quelque intérêt que ce soit à s’associer avec l’Occident dépasse l’entendement.

Surtout, l’Iran devrait cesser de combattre les autres musulmans, même les extrémistes qui trahissent le prophète Mahomet et salissent l’islam. L’Iran ne devrait pas accepter le rôle de mercenaire de Washington dans la lutte contre État islamique. L’Iran ne devrait jamais aider Washington à tuer des musulmans, même les égarés qui trahissent le Prophète. Au lieu de cela, l’Iran doit comprendre que État islamique, même s’il est une création de Washington, ne connaît ce succès que parce que les peuples musulmans sont fatigués d’être gouvernés par l’Occident, qui utilise l’antagonisme entre sunnites et chiites pour régner sur les deux à la fois.

Khamenei devrait oublier l’Amérique, où le mal a pris racine et contre lequel Khamenei ne peut rien faire. Khamenei devrait essayer d’unifier les peuples musulmans et de les tourner vers une nouvelle direction.

L’Islam est faible parce qu’il n’est pas unifié. Pendant des siècles, les musulmans, divisés par des revendications politiques anciennes, ont permis à leurs différences religieuses d’en faire des pions d’autres puissances. Il faut des qualités de leader pour réparer une scission sectaire, et c’est ce leadership que l’Iran devrait tenter d’apporter. L’Iran ne peut pas assurer le leadership en imposant son point de vue. Un compromis doit être trouvé pour unir les musulmans. Lutter aux côtés des Américains contre État islamique perpétue la scission et scelle le sort des peuples musulmans en tant que colonies de l’Occident.

Les problèmes auxquels les musulmans sont confrontés pourraient être trop grands pour être corrigés par un leadership. Non seulement les musulmans sont touchés par leur divisions internes, mais les populations musulmanes en Occident sont maintenant positionnées par la propagande de telle sorte que leurs dirigeants sont obligés de soutenir la guerre contre État islamique et l’Iran afin de protéger les communautés musulmanes européennes de pogroms. Est-ce que l’histoire et la propagande ont condamné à jamais les musulmans à la colonisation ?

Par Paul Craig Roberts – Le 26 janvier 2015

Article original: paulcraigroberts.org

Traduit par Phoolan Devi pour le Saker Francophone

Source: http://lesakerfrancophone.net/il-est-temps-pour-liran-de-dire-au-revoir-a-loccident/

Imprimer