Fyodor Lukianov

Fiodor Lukianov, 21 octobre 2021. Photo: Dmitry Feoktistov/TASS.


Fyodor Lukyanov est rédacteur en chef de Russia in Global Affairs, président du présidium du Conseil de la politique étrangère et de défense, et directeur de recherche du Valdaï International Discussion Club.

Par Fiodor Lukyaniov

Vers la fin de l’année 2021, le Kremlin a tenté de faire en sorte que l’Occident négocie sur les anciennes revendications de la Russie en matière de politique et de défense.

Cela fait un an qu’un document russe présentant des propositions (ou des exigences, si vous préférez) de garanties à long terme pour la sécurité européenne a été remis à l’OTAN et aux États-Unis. Ce fut le point de départ de la crise politico-militaire majeure qui définit la situation mondiale actuelle.

L’ultimatum russe (et c’est ainsi qu’il a été formulé) était-il conçu pour être rejeté, ou envisageait-il une voie de négociation ?

Le président Vladimir Poutine a probablement raisonné de la manière suivante : après tant d’années à ignorer nos souhaits et nos convictions, donnons une dernière chance. Présentons le maximum d’exigences, tout ce qui a été dit auparavant, mais en les exposant en un seul endroit et sous une forme concentrée, et voyons ce qui se passe. S’ils se rendent compte que cette fois-ci, c’est extrêmement sérieux, et dans cette optique, décident d’entamer une véritable discussion, nous sommes prêts. En revanche, s’ils recommencent à perdre du temps, alors c’est fini. Allons droit au but.

Si la réponse de l’Occident n’était pas satisfaisante, l’opération militaire en Ukraine serait l’étape suivante. Il n’y avait apparemment aucune chance de l’éviter d’ici là. Après tout, la logique qui sous-tend la nécessité de l’offensive a été exposée dans le grand article de Poutine de l’été 2021. En d’autres termes, les exigences de sécurité ont été formulées alors que la préparation interne à l’action était déjà en place.

L’ampleur des conséquences conduit beaucoup à revenir à la question : Ce qui s’est passé était-il inévitable ? L’argument selon lequel “nous n’avions pas le choix”, souvent entendu au plus haut niveau à Moscou, est problématique car il signifie effectivement que les politiques précédentes de la Russie étaient mauvaises. Une politique qui ne débouche sur aucune solution alternative, c’est-à-dire qui oblige à agir d’une certaine manière et pas d’une autre, ne peut être considérée comme une réussite.

Une analyse de la longue période qui s’est écoulée depuis le début des années 2000 sera donc, à un moment donné, une leçon importante pour l’avenir. Était-il urgent de formuler des exigences et de lancer l’opération militaire à ce moment-là ? Sur la base de ce que nous savons maintenant (ce qui n’est probablement pas tout), il y avait une marge de manœuvre et une opportunité de mieux se préparer. D’un point de vue stratégique, un conflit autour de l’Ukraine était probablement inévitable, mais les circonstances spécifiques et le calendrier auraient pu être différents.

Est-ce que quelqu’un à l’Ouest s’en veut en ce moment ? Un ultimatum ne peut être accepté par les grandes puissances, et encore plus par les superpuissances, qu’à la suite d’une défaite militaire. Il n’y avait donc, je pense, aucune chance que les demandes soient acceptées.

Je dois dire que les consultations qui ont eu lieu en janvier 2022 ont montré que les États-Unis étaient prêts à faire quelques concessions sur des questions spécifiques de sécurité militaire. Dans une plus large mesure que ce qu’ils avaient indiqué avant que les demandes ne soient faites. Toutefois, cela représentait très peu par rapport à l’ensemble du tableau. Plus important encore, l’OTAN et les Américains ont catégoriquement refusé de discuter de la principale question politique : un rejet formel de l’expansion de l’OTAN.

Pour eux, c’est inacceptable car l’élargissement du bloc militaire est la base de toute la philosophie de la sécurité internationale telle qu’elle est comprise en Occident depuis la fin de la guerre froide.

Mais au-delà de ces considérations, on constate en Occident une absence totale (ou peut-être une disparition) de réflexion sur l’histoire qui se cache derrière les événements actuels. L’opinion selon laquelle la Russie n’a aucun droit politique, économique ou moral d’exiger quoi que ce soit est devenue un axiome et une base pour la politique. Et ce qui s’est passé semble même avoir apporté une forme de soulagement – il n’y a plus besoin de faire semblant.

Après un an, comment devons-nous évaluer le résultat pour notre pays, en nous basant littéralement sur ce qui a été dit dans le document ?

Le principal résultat est que la situation politico-militaire a radicalement changé. Par conséquent, l’insatisfaction de la Russie à l’égard de l’état antérieur des choses a été partiellement satisfaite. Ce qui était, ne le sera plus.

L’OTAN ne prendra pas la poursuite de son expansion à la légère, se rendant compte que le point de vue “rien ne se passera en réponse” ne s’applique plus. Certes, cela n’exclut pas une expansion délibérée à des fins anti-russes déclarées, si la détermination est suffisante, et cette détermination pourrait bien être inversement proportionnelle aux réalisations militaires de la Russie.

Fyodor Lukyanov

Source:RT.com (Traduction Arretsurinfo.ch )