Samedi soir 28 mai dernier, L. Ruquier recevait sur le plateau d’ONPC (On n’est pas couché) l’acteur et réalisateur Yvan Atall pour la promo de son film : « Ils sont partout » qui sort en salles ces jours-ci.

Il s’agit paraît-il, d’une comédie où à travers une série de sketchs différents l’auteur dénonce les clichés qui circuleraient à propos des juifs, [il s’agit d’une religion, non pas d’un peuple, ndlr]. Mais dénonce surtout l’antisémitisme qu’il ­dit sentir dangereusement monter de toutes parts. C’est d’ailleurs le thème du film. Pour corroborer sa thèse, il invoque les affaires Merah, Coulibaly, Kouachi, Halimi…

Certes, il y a et il y a toujours eu d’odieux actes antisémites en France et un peu partout dans le monde, mais pas plus aujourd’hui qu’auparavant comme tente de nous le faire croire l’auteur, c’est même tout l’inverse. Et c’est là que c’en devient lassant. D’autant que les trois animateurs du plateau (L. Ruquier, L. Salamé et Y. Moix) souvent incisifs dans d’autres cas, ont cette attitude complaisante dès qu’il s’agit d’un fait qui de près ou de loin, touche à la communauté juive. J’y vois pour ma part, l’attitude de gens qui n’ont pas réglé fondamentalement leur problème sur la question, sauf à être partial.

Au-delà du fait qu’il faudrait suggérer à L. Ruquier de changer de disque, cette fixation paranoïaque de certains sur un antisémitisme qui serait en dangereuse recrudescence est infirmée par les études sur la question. Et Yvan Atall a eu beau prendre des airs victimaires comme s’il portait le monde sur le dos, et mouliner des poignets pour tenter de convaincre l’auditoire de sa thèse, rien n’est moins vrai que ses fatigantes et niaises affirmations. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est une récente étude… israélienne (pas de chance Mr Atall !) [1]

Les réticences que l’auteur dit avoir rencontrées pour l’aider dans son projet, ainsi que les réserves qu’expriment certains par rapport au film ne sont donc pas liées au fait – comme le sous-entend Y. Atall – qu’il s’agit d’une affaire liée aux juifs, mais qu’il s’agit tout simplement d’une affaire qui n’en est pas une, comme voudrait à tout prix nous en persuader Atall ! Et s’il fallait vraiment établir une grille de comparaisons, je pense qu’il y a nettement moins d’actes antisémites que d’actes racistes ayant pour cible les réfugiés arabes et africains arrivant en Europe, quand celle-ci ne les regarde pas se noyer en Méditerranée dans une indifférence qui en dit long sur l’état d’esprit de ceux qui réduisent la préoccupation du moment à une hypothétique montée de l’antisémitisme…

Pour conclure, il est vraiment regrettable que France Télévision et particulièrement France2 laissent se propager à travers l’émission de L. Ruquier de telles contre-vérités. Le même L. Ruquier qui huit jours avant se trouvait avec son équipe à Cannes, aurait été mieux inspiré d’inviter Ken Loach pour sa Palme d’Or. Celui-ci lui aurait expliqué que contrairement à ce qu’affirme aussi Y.Atall, l’antisionisme n’a rien à voir avec l’antisémitisme. Mais que si la situation est parfois à ce point tendue, il faut regarder les choses en face et pouvoir les dire en les nommant clairement, à savoir, que c’est la criminelle politique coloniale israélienne et ceux qui la soutiennent qui causent tant de mal aux Palestiniens d’abord, et à nos sociétés ensuite. Mais il est vrai que pour ça, il faut un minimum de lucidité et d’intelligence, doublées d’un certain courage… ce que n’ont pas les saltimbanques d’ONPC… ni d’ailleurs, la plupart des responsables politiques.

Daniel Vanhove  | 03.06.16

[1] http://www.pourlapalestine.be/il-ny-a-jamais-eu-aussi-peu-dincidents-antisemites-depuis-10-ans-selon-une-etude-universitaire-israelienne/

Source: http://www.mondialisation.ca/ils-sont-partout-qui-ben-les-juifs-pardi/5528985

Imprimer