Imaginez le comportement de la classe politico-médiatique occidentale si la Russie ou la Chine bombardait et affamait une population emmurée de deux millions d’habitants, dont la moitié sont des enfants. Sérieusement, imaginez. Imaginez la rage et le vitriol. Imaginez la couverture médiatique non-stop.

Lorsque la Russie a envahi l’Ukraine, la couverture médiatique de cette guerre a surpassé celle de toutes les guerres américaines des trois décennies précédentes. Si la Russie exterminait délibérément et systématiquement des civils en Ukraine ou ailleurs, la couverture médiatique occidentale de ces crimes de guerre serait bien plus conséquente.

C’est vrai que c’est un cliché de dire “imaginez que la Russie ou la Chine fasse ceci ou cela”, mais de

Imaginez l’attitude de la classe politico-médiatique occidentale si la Russie ou la Chine coupait délibérément les vivres à une population emprisonnée de millions de personnes.

Imaginez la réaction de la classe politico-médiatique occidentale si la Russie ou la Chine faisait pleuvoir sans relâche des bombes explosives sur des zones urbaines densément peuplées, réputées abriter tant d’enfants.

Imaginez l’attitude de la classe politico-médiatique occidentale si la Russie ou la Chine procédait délibérément et méthodiquement au nettoyage ethnique d’une population opprimée pour des raisons purement racistes.

Imaginez comment la classe politico-médiatique occidentale réagirait si des preuves que la Russie ou la Chine commettent d’horribles crimes de guerre émergeaient quotidiennement.

Imaginez la réaction de la classe politico-médiatique occidentale si la Russie ou la Chine était prise en flagrant délit de mensonges sur mensonges, alors qu’elle commet de telles atrocités de masse.

Imaginez ce que la classe politico-médiatique occidentale ferait si la Russie ou la Chine tentait de lui présenter des preuves manifestement fabriquées de crimes commis par la population ciblée pour justifier ses atrocités.

Nous vivrions dans un paysage politique et médiatique différent. Si la Russie ou la Chine s’adonnaient ce que pratique Israël, des campagnes présidentielles énormes auraient été organisées pour savoir qui allait s’y opposer le plus vigoureusement. Toutes les sanctions, tous les embargos possibles et imaginables auraient été imposés au gouvernement auteur de ces actes. La presse occidentale se jetterait à corps perdu dans la dénonciation de toutes les atrocités et de tous les mensonges, et les diffuserait sur toutes les tribunes pendant des mois, en se décernant mutuellement des prix pour leur travail.

Mais au lieu de cela, voilà ce que nous voyons. Des représentants gouvernementaux qui ne cessent de parler du “droit” d’Israël à “se défendre”, et du fait que tout s’arrêterait si le Hamas rendait les armes, tout en arrosant Israël en armes pour l’aider à poursuivre ses atrocités. Les médias produisent un déluge constant de titres au langage passif du genre “les Gazaouis ont du mal à trouver de la nourriture pour telle ou telle raison”, et rappellent sans cesse que tout cela se produit à cause du 7 octobre, tout en recrachant la propagande israélienne sur les atrocités comme s’il s’agissait de paroles d’évangile. Tous les candidats viables à la présidence des États-Unis jurent leur soutien inconditionnel à Israël tout en pointant occasionnellement du doigt, de manière compatissante, tel ou tel aspect des atrocités commises par Israël pour éviter de passer pour de véritables psychopathes.

Le contraste entre l’attitude de la classe politico-médiatique occidentale face au génocide de Gaza et celle qu’elle adopterait si un gouvernement non aligné pratiquait quelque chose de similaire est précisément la raison pour laquelle l’empire centralisé des États-Unis ne doit plus être autorisé à gouverner notre monde. Il prétend défendre paix, justice, liberté et démocratie, mais en réalité, il ne fait qu’infliger sans relâche la mort et la souffrance aux êtres humains dans le monde entier, tout en dissimulant leurs agissements à coups de propagande diffusée par sa presse dominante servile. Il prétend défendre “l’ordre international fondé sur des règles”, mais tout ce que cela signifie en pratique, c’est qu’il veut préserver un ordre international inventant les règles au fur et à mesure, et les modifiant à sa guise.

L’humanité ne peut plus se permettre d’être abusée et tyrannisée par cette structure de pouvoir mondiale meurtrière et hypocrite. Un monde meilleur est possible, mais il faut d’abord découvrir le moyen d’éloigner ces monstres des commandes.

Caitlin Johnstone

Article original en anglais publié le 28 mars 2024 sur le blog de Caitlin Johnstone