©Motortion via canva.com

Alastair Crooke affirme que l’Europe est en train de devenir une lointaine province arriérée d’une « Rome impériale » en déclin.

Par Alastair Crooke

Publié le 5 septembre 2022

Le Club de Rome, fondé en 1968 en tant que collectif d’éminents penseurs réfléchissant aux problèmes mondiaux, a pris comme leitmotiv la doctrine selon laquelle considérer les problèmes de l’humanité de manière individuelle, isolée ou comme « des problèmes capables d’être résolus en leurs propres termes » alors que « tous sont interdépendants », était voué à l’échec. Aujourd’hui, cinquante ans plus tard, c’est devenu une « vérité révélée » incontestée pour un segment clé des populations occidentales.

Le Club de Rome a ensuite attiré l’attention immédiate du public avec son premier rapport publié en 1972 « Les limites de la croissance ». Les simulations informatiques du Club suggéraient que la croissance économique ne pourrait se poursuivre indéfiniment en raison de l’épuisement des ressources. La crise pétrolière de 1973 a accru l’intérêt du public pour ce problème. Le rapport est devenu « viral ».

Nous connaissons l’histoire. Un groupe de penseurs occidentaux s’est vu poser trois questions :

-La planète peut-elle supporter un niveau de consommation à l’européenne qui se répand partout dans le monde ? La réponse de ces penseurs a été « clairement non ».

-Deuxième question : Pouvez-vous imaginer que les États occidentaux renoncent volontairement à leur niveau de vie en se désindustrialisant ? Réponse : Un « non » catégorique.

-Faut-il alors contraindre les populations réticentes à réduire leur niveau de consommation et d’utilisation de l’énergie et des ressources ? Réponse : Définitivement « oui ».

La deuxième « grande pensée » du Club est apparue en 1991, avec la publication de The First Global Revolution. Il y est noté que, historiquement, l’unité sociale ou politique a généralement été motivée par l’imagination d’ennemis communs :

« En cherchant un ennemi commun contre lequel nous pourrions nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement de la planète, les pénuries d’eau, la famine, etc. feraient l’affaire. Dans leur ensemble et leurs interactions, ces phénomènes constituent effectivement une menace commune… [et] tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine dans les processus naturels. Ce n’est que par un changement d’attitude et de comportement qu’ils peuvent être surmontés. Le véritable ennemi est donc l’humanité elle-même ».

L’objectif n’est pas ici de débattre de la question de savoir si l' »urgence climatique » est fondée sur une science non politisée – ou non. Mais plutôt de faire remarquer que « C’est ce que c’est ». Son iconographie psychique a été reprise par le culte des écolières de « Greta ».

Quels que soient ses mérites – ou ses défauts – une couche importante de la société occidentale a acquis la conviction – dont elle est à la fois intellectuellement convaincue et croyante – qu’une « urgence climatique » est si évidente que toute preuve et tout argument contradictoires doivent être rejetés catégoriquement.

C’est devenu la peur existentielle de l’Occident : la croissance démographique, les ressources limitées et la consommation excessive sonnent le glas de notre planète. Nous devons la sauver. Il n’est pas surprenant de retrouver autour de cette « façon de penser » les thèmes occidentaux antérieurs de la politique identitaire, de l’eugénisme, de la survie darwinienne des élus (et de l’élimination des itérations « inférieures » de la vie) et du nihilisme européen (le véritable ennemi est « nous », nous-mêmes).

Bien sûr, l’ « autre » facette de cette projection occidentale de la « réalité », qui devient de plus en plus évidente, est le fait que l’Europe n’a tout simplement pas de sources d’énergie ou de matières premières prêtes à être exploitées (ayant tourné le dos à la source évidente). Et comme l’a fait remarquer Elon Musk, « pour que la civilisation continue à fonctionner, nous avons besoin de pétrole et de gaz », ajoutant que « toute personne raisonnable en conclurait que ». Non seulement le pétrole et le gaz doivent continuer à être utilisés pour que la civilisation continue à fonctionner, mais Musk a déclaré que la poursuite de l’exploration « est justifiée à l’heure actuelle ».

Ainsi, les gouvernements occidentaux doivent soit s’attendre à une misère économique d’une ampleur telle qu’elle mettrait à l’épreuve le tissu politique démocratique de n’importe quel pays, soit se rendre à l’évidence que les problèmes d’approvisionnement en énergie limitent effectivement la portée du projet « Sauver l’Ukraine » (sans provoquer de révolte populaire face aux hausses de prix qui en découlent).

Cette « réalité » réelle qui se dessine, bien sûr, limite également par extension l’objectif géostratégique occidental dérivé associé à l’Ukraine, à savoir le sauvetage de « l’ordre des règles libérales » (si central dans les soins occidentaux). La « face » opposée à cette crainte centrale est donc l’inquiétude que l’ordre mondial soit déjà tellement brisé – parce que la confiance a disparu – que l’ordre mondial émergent ne sera pas du tout façonné par la vision libérale occidentale, mais par une alliance d’économies de plus en plus proches économiquement et militairement – dont la confiance dans les États-Unis et l’Europe a disparu.

Dans notre monde autrefois interconnecté, où Zoltan Pozsar suggère que ce qu’il appelle Chimerica (terme désignant l’industrie manufacturière chinoise, intimement liée à la société de consommation américaine) et Eurussia (où l’énergie et les matières premières russes ont permis de valoriser la base manufacturière européenne) n’existent plus – ils ont été remplacés par « Chussia ».

Si Chimerica ne fonctionne plus, et Eurussia ne fonctionne pas non plus, les plaques tectoniques mondiales se repositionnent inexorablement autour de la relation spéciale entre la Russie et la Chine (« Chussia ») – qui, avec les économies centrales du bloc BRICS agissant en alliance avec le « Roi » et la « Reine » sur l’échiquier eurasien, un nouveau « match céleste » est forgé à partir du divorce de Chimerica et Eurussia …

En bref, la structure mondiale a changé et, la confiance ayant disparu, « le commerce tel que nous le connaissons ne reviendra pas, et c’est pourquoi l’inflation galopante n’est pas près d’être maîtrisée non plus… Les chaînes d’approvisionnement mondiales ne fonctionnent qu’en temps de paix, mais pas lorsque le monde est en guerre, qu’il s’agisse d’une guerre chaude ou d’une guerre économique« , note Pozsar, le principal gourou de la plomberie financière occidentale.

Aujourd’hui, nous assistons à l’implosion des longues chaînes d’approvisionnement de l’ordre mondialisé, où les entreprises partent du principe qu’elles peuvent toujours se procurer ce dont elles ont besoin, sans bouger le prix :

« Les déclencheurs ici [de l’implosion] ne sont pas un manque de liquidités et de capitaux dans les systèmes bancaires et les systèmes bancaires parallèles. Mais un manque de stocks et de protection dans le système de production mondialisé, dans lequel nous concevons chez nous et gérons depuis chez nous, mais nous nous approvisionnons, produisons et expédions tout depuis l’étranger – et où les produits de base, les usines et les flottes de navires sont dominés par des États – la Russie et la Chine – qui sont en conflit avec l’Occident » (Pozsar).

Mais le plus important est la « vue d’ensemble ». Cette interconnexion et cette confiance perdues d’avance sont celles qui – très simplement – ont permis une faible inflation (produits manufacturés chinois bon marché et énergie russe bon marché). Et de la faible inflation a découlé l’élément complémentaire des faibles taux d’intérêt. Ensemble, ces éléments constituent l’essence même du projet mondial occidental.

Pozsar explique :

« Les États-Unis sont devenus très riches en faisant de l’assouplissement quantitatif. Mais l’autorisation de l’assouplissement quantitatif est venue du régime de ‘lowflation’ rendu possible par les exportations bon marché en provenance de Russie et de Chine. Naturellement, les États-Unis, qui se trouvent au sommet de la « chaîne alimentaire » économique mondiale, ne veulent pas que le régime de « faible inflation » prenne fin, mais si la Chimère et l’Eurasie deviennent des syndicats, le régime de faible inflation devra prendre fin, point final ».

Il s’agit essentiellement des problèmes existentiels orientalistes. La Russie et la Chine, cependant, ont aussi leur propre inquiétude existentielle – distincte. Elle découle d’une source d’anxiété différente. C’est que les guerres sans fin et éternelles de l’Amérique, entreprises pour justifier son expansionnisme politique et financier prédateur ; plus, son obsession de répandre une couverture de l’OTAN enveloppant la planète entière, se termineront – inévitablement – un jour en guerre – une guerre qui deviendra nucléaire, et risquera la fin de notre planète.

Nous avons donc ici deux angoisses – toutes deux potentiellement existentielles. Et déconnectées, se croisant sans être entendues. L’Occident insiste sur le fait que l’urgence climatique est primordiale, tandis que la Russie, la Chine et les États insulaires du monde de Mackinder s’efforcent de forcer l’Occident à abandonner sa présomption de mission mondiale, sa « vision » hégémonique et son militarisme risqué (c’est nous qui soulignons, ndlr).

La question pour la Russie et la Chine est donc de savoir comment (en paraphrasant Lord Keynes) changer à court terme des attitudes à long terme, datant de plusieurs siècles, sans entrer en guerre. Cette dernière précision est particulièrement pertinente, car un hégémon qui s’affaiblit est d’autant plus enclin à se déchaîner dans la colère et la frustration.

La réponse de Lord Keynes était qu’une « frappe » à outrance sur des perceptions bien ancrées était nécessaire. Pour mener à bien cette « opération », la Russie s’est d’abord emparée du talon d’Achille d’une économie occidentale surendettée, qui consomme bien plus qu’elle ne produit, comme un moyen de frapper les perceptions ancrées par la douleur économique.

Ensuite, en s’appropriant l’urgence climatique, la Russie arrache à l’Occident l’ancienne sphère mondiale occidentale, afin de saper la perception qu’il a de lui-même – en bénéficiant d’une approbation mondiale imaginaire.

La première voie a été ouverte par l’Europe qui a imposé des sanctions à la Russie. Il est probable que le Kremlin ait largement anticipé la riposte occidentale aux sanctions lorsqu’il a décidé de lancer l’opération militaire spéciale le 24 février (il y avait, après tout, le précédent de 1998). Par conséquent, les dirigeants russes ont probablement aussi calculé que les sanctions auraient un effet boomerang sur l’Europe, imposant une misère économique d’une ampleur telle qu’elle mettrait à l’épreuve le tissu de la politique démocratique, laissant ses dirigeants face à un public en colère.

La deuxième voie a été tracée par une extension concertée de la puissance russe par le biais de partenariats asiatiques et africains sur lesquels elle établit des relations politiques – basées sur le contrôle des approvisionnements mondiaux en combustibles fossiles et d’une grande partie de la nourriture et des matières premières du monde.

Alors que l’Occident exhorte le « reste du monde » à adopter les objectifs «zéro émission nette », Poutine propose de le libérer de l’idéologie radicale de l’Occident en matière de changement climatique. L’argument russe présente également une certaine beauté esthétique : l’Occident a tourné le dos aux combustibles fossiles et prévoit de les éliminer complètement d’ici une dizaine d’années. Et il veut que vous (les pays non occidentaux) fassiez de même. Le message de la Russie à ses partenaires est le suivant : nous comprenons bien que ce n’est pas possible ; vos populations veulent de l’électricité, de l’eau potable et une industrialisation. Vous pouvez avoir du pétrole et du gaz naturel, disent-ils, et à un prix inférieur à celui que l’Europe doit payer (ce qui rend vos exportations plus compétitives).

L’axe Russie-Chine enfonce une porte ouverte. Les pays non-occidentaux pensent que l’Occident a sa grande modernité et qu’il veut maintenant détruire l’échelle qui se trouve en dessous de lui, afin que les autres ne puissent pas le rejoindre. Ils estiment que ces « objectifs » occidentaux, tels que les normes ESG (environnement, social et gouvernance), ne sont qu’une autre forme d’impérialisme économique. En outre, les valeurs d’autodétermination, d’autonomie et de non-ingérence extérieure proclamées par les non-alignés sont aujourd’hui beaucoup plus attrayantes que les valeurs occidentales « occidentales », qui ont peu d’attrait dans une grande partie du monde.

La « beauté » de ce « vol » audacieux de l’ancienne sphère occidentale réside dans le fait que les producteurs de matières premières produisent moins d’énergie tout en empochant des revenus plus élevés, et qu’ils profitent du fait que la hausse des prix des matières premières augmente la valeur des devises nationales, tandis que les consommateurs obtiennent de l’énergie et paient en devises nationales.

Et pourtant, cette approche russo-chinoise sera-t-elle suffisante pour transformer l’esprit occidental ? Un Occident meurtri commencera-t-il à écouter ? C’est possible, mais ce qui semble avoir secoué tout le monde, et qui était peut-être inattendu, c’est l’explosion de russophobie viscérale émanant de l’Europe à la suite du conflit ukrainien, et ensuite, la façon dont la propagande a été élevée à un niveau qui exclut toute « marche arrière ».

Cette métamorphose pourrait prendre beaucoup plus de temps, alors que l’Europe s’enfonce dans le rôle de province lointaine et arriérée d’une « Rome impériale » en déclin.

Imprimer