March 30, 1976 the Palestinians protest against Israelis for confiscating land from Palestine. Israeli Police fight the protesters. Many Arabs were wounded and even more arrested. DR


Par Patrick Cockburn

Paru le 16 mai 2021 sur The Unz Review sous le titre Israel Is Making the Same Errors as Britain Did 50 Years Ago

Lorsque j’ai visité Israël pour la première fois en 1976, après avoir passé trois ans en Irlande du Nord pour préparer mon deuxième diplôme, j’ai été frappé par les similitudes entre les situations des deux pays.

Et, coïncidence ou pas, le jour même où la crise israélo-palestinienne explosait cette semaine, une enquête à Belfast rendait compte d’un massacre commis par l’armée britannique à Belfast un demi-siècle plus tôt.

Il s’agit de ce que l’on a appelé le massacre de Ballymurphy, qui a eu lieu entre le 9 et le 11 août 1971, lorsque dix catholiques ont été abattus dans le quartier ouvrier de Ballymurphy, dans l’ouest de Belfast. Le gouvernement et l’armée britanniques ont affirmé pendant des années que les morts étaient des hommes armés de l’IRA ou qu’ils avaient lancé des bombes à essence. Mais l’enquête a déterminé cette semaine que tous les morts étaient des civils innocents – et que les actions de l’armée étaient « injustifiées ». Boris Johnson a présenté des excuses sans réserve pour ces meurtres.

Un parallèle important entre l’Irlande du Nord d’alors et Israël/Gaza d’aujourd’hui est que, dans les deux cas, une force militaire manifestement excessive a été et est utilisée pour tenter de résoudre des problèmes politiques qu’elle ne réussit qu’à exacerber. Dans le cas de la fusillade de Ballymurphy, qui a eu lieu pendant l’introduction de l’internement sans procès, le gouvernement britannique n’a réussi qu’à se délégitimer, à répandre la haine contre lui et à servir de sergent recruteur pour l’IRA provisoire.

Comme en Irlande du Nord il y a un demi-siècle, les services de sécurité israéliens ne cessent d’annoncer qu’ils remportent des victoires éclatantes et qu’ils tuent des commandants ennemis, comme si les chefs locaux des forces paramilitaires en haillons du Hamas et du Jihad islamique étaient des techniciens militaires irremplaçables. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu déclare que le Hamas et le Jihad islamique « paieront un lourd tribut pour leur belligérance ». Sans doute le feront-ils, mais le prix le plus lourd sera payé par les civils de Gaza, comme lors du dernier conflit de ce type, en 2014, où 2 000 Palestiniens et 73 Israéliens ont été tués dans une « guerre » qui a duré 67 jours.

À certains égards, peu de choses ont changé depuis, mais c’est en soi significatif car Donald Trump a été le président le plus pro-israélien et anti-palestinien à occuper la Maison Blanche. Lui et son gendre Jared Kushner ont soutenu avec enthousiasme la thèse de Netanyahou selon laquelle Israël peut parvenir à une paix durable tout en maintenant les Palestiniens dans une position subordonnée permanente en tant que peuple vaincu.

Cela n’allait jamais fonctionner, mais la vitesse à laquelle cela s’est effiloché au cours de la semaine dernière, et dans les mois qui ont suivi le départ de Trump, reste surprenante. La « question palestinienne », qu’un diplomate britannique avait l’habitude d’appeler « le poison de la Palestine », est de nouveau à l’ordre du jour international, aussi irrésolue et explosive qu’elle l’a été au cours des cent dernières années.

Le plus grand effet du battage médiatique et de la propagande de l’ère Trump a peut-être été de susciter un orgueil démesuré autodestructeur chez les Israéliens à tous les niveaux d’autorité. Les responsables israéliens se sont sentis libres d’étendre les colonies en Cisjordanie, d’expulser les Palestiniens du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem, d’ordonner à la police de lancer des grenades assourdissantes et d’utiliser des gaz lacrymogènes autour de la mosquée Al-Aqsa.

À bien des égards, la crise est déjà plus intense et plus étendue que lors des  » guerres  » passées centrées sur Gaza en 2008/9 et en 2014. L’élément nouveau est l’implication des deux millions d’Arabes israéliens/Palestiniens qui représentent 20 % de la population israélienne. Dans des villes mixtes comme Lod, Jaffa, Acre et Haïfa, des synagogues et des mosquées, des magasins et des voitures ont été attaqués et des personnes frappées. À Lod, par exemple, où les émeutes ont été les plus intenses et qui se trouve juste à côté de l’aéroport Ben Gurion, la population se compose de 47 000 Juifs israéliens et de 23 000 Arabes israéliens/Palestiniens.

La similitude entre Israël et l’Irlande du Nord va au-delà d’une utilisation exagérée et contre-productive de la supériorité militaire pour résoudre un problème politique. Au niveau le plus fondamental, les deux pays abritent deux communautés hostiles de taille à peu près égale qui vivent imbriquées dans un espace restreint.

En Irlande du Nord, les catholiques et les protestants sont environ un million chacun, tandis que dans la zone plus fragmentée politiquement située entre le Jourdain et la mer Méditerranée vivent 14 millions de personnes, dont sept millions de Juifs israéliens et sept millions de Palestiniens. Cette zone peut être divisée par des murs fortifiés et des frontières, mais elle constitue essentiellement une seule unité politique, comme l’a démontré la propagation de la violence de Jérusalem à Gaza, en Israël et en Cisjordanie, ces derniers jours.

En Irlande du Nord, en 1971, le gouvernement britannique avait commis l’erreur désastreuse d’utiliser l’armée britannique pour soutenir ce qu’on a parfois appelé « l’État orange ». Cela signifiait que les catholiques devaient accepter un statut de seconde classe dans un État dirigé par des protestants, ce que les catholiques n’allaient jamais accepter, indépendamment de leur acceptation ou de leur rejet de la force physique.

La détermination de la communauté catholique à ne pas se laisser faire aurait dû être évidente dès le premier jour des troubles, mais il a fallu trente ans au gouvernement britannique pour en tenir compte. Lorsqu’il l’a enfin fait, le résultat a été l’accord du Vendredi Saint de 1998, qui a permis de partager le pouvoir entre deux communautés aux identités, cultures et loyautés très différentes.

Il serait agréable de penser que le même processus pourrait un jour se produire en ce qui concerne Israël et les Palestiniens, mais il existe des différences et des similitudes entre les deux situations. Le compromis en Irlande du Nord a nécessité un certain équilibre des forces entre les deux communautés et la reconnaissance par tous, en particulier par le gouvernement britannique et par les républicains irlandais, du fait qu’aucun des deux camps n’allait remporter une victoire totale.

L’obstacle à un tel compromis entre Israël et les Palestiniens est que l’équilibre des forces semble être largement en faveur des Israéliens. Ils ne ressentent nullement le besoin de faire des compromis car ils ont une supériorité militaire totale et le soutien des États-Unis ainsi que d’autres nations puissantes.

Les faiblesses palestiniennes, dont plusieurs sont auto-infligées, comprennent un leadership et une organisation politique très médiocres. Le Hamas peut tirer de nombreuses roquettes sur Israël en signe de défi, mais cela est politiquement contre-productif car cela permet à Israël de présenter ses actions comme défensives et faisant partie d’une guerre contre le terrorisme. L’Autorité nationale palestinienne, basée à Ramallah, n’a pas organisé d’élections depuis 15 ans, la dernière tentative ayant été reportée indéfiniment le mois dernier, et sa capacité à représenter son peuple est désormais profondément compromise.

La meilleure stratégie pour les Palestiniens devrait être d’utiliser leur grand nombre dans une campagne de masse pacifique demandant le droit civil et la fin des restrictions discriminatoires.

Les Palestiniens détiennent une carte de la plus haute valeur, à savoir qu’Israël n’aura pas gagné tant que les Palestiniens ne déclareront pas qu’ils ont perdu. Les événements de la semaine dernière ont montré que cela ne se produira pas. Israël gagne tour après tour à la table des cartes politiques et militaires, mais ne peut jamais être déclaré vainqueur car il joue un jeu qui n’a pas de fin.

Patrick Cockburn

Source: https://www.unz.com/pcockburn/israel-is-making-the-same-errors-as-britain-did-50-years-ago/

Imprimer