Les corps des Palestiniens tués lors de l’attaque israélienne sont amenés à la morgue de l’hôpital des martyrs d’Al-Aqsa à Deir el-Balah, à Gaza, le 8 juin 2024 [Ashraf Amra/Anadolu Agency].

Aljazeera, le 8 juin 2024

La guerre en direct

Le ministère de la santé fait état d’un « grand nombre » de morts et de blessés transportés d’urgence à l’hôpital à la suite des bombardements israéliens incessants.

L’armée israélienne mène des assauts intenses à travers la bande de Gaza par voie aérienne, terrestre et maritime, tuant des dizaines de personnes et répandant la peur parmi sa population déplacée épuisée par la guerre.

Des dizaines de raids aériens ont frappé le territoire assiégé samedi, en particulier à Deir el-Balah et Nuseirat dans le centre de Gaza, les maisons à l’ouest de la ville de Rafah dans le sud et de nombreuses zones dans la ville de Gaza au nord.

Le ministère de la santé de Gaza a déclaré qu’un « grand nombre » de morts et de blessés arrivaient à l’hôpital des Martyrs d’Al-Aqsa, la majorité d’entre eux étant des enfants et des femmes.

« Des dizaines de blessés sont allongés sur le sol et les équipes médicales tentent de les sauver avec les moyens médicaux de base dont elles disposent », a indiqué le ministère, ajoutant qu’il manquait de médicaments et de nourriture et que son principal générateur avait cessé de fonctionner en raison d’un manque de carburant.

Un communiqué publié par le bureau des médias du gouvernement de Gaza indique que 94 personnes ont été tuées et que leurs corps ont été transportés dans l’établissement médical qui fonctionne à peine, à la suite des attaques israéliennes sur Nuseirat et d’autres parties du centre de la bande de Gaza.

Un porte-parole du ministère de la santé avait auparavant déclaré qu’il y avait encore « beaucoup » de corps et de blessés dans les rues.

Les communications ont été affectées par les bombardements intenses, mais Hind Khoudary, de la chaîne Al Jazeera, a déclaré que la situation était tendue, avec des personnes terrifiées dans la rue qui ne savent pas vers qui se tourner.

“Il y a des explosions toutes les minutes. Les ambulances transfèrent les blessés vers l’hôpital où nous sommes coincés. C’est le chaos à l’intérieur de l’hôpital. Il y a des enfants parmi les blessés”, a-t-elle déclaré.

Dans un bref communiqué, l’armée israélienne a déclaré que ses forces « ciblaient l’infrastructure terroriste dans la zone de Nuseirat ». Elle a ensuite annoncé que ses forces avaient sauvé quatre captifs au cours de l’opération à Nuseirat. Ces quatre personnes, qui avaient été emmenées à Gaza après l’attaque menée par le Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, étaient en « bon état de santé », a précisé l’armée.

Le bureau des médias du gouvernement de Gaza a déclaré dans un communiqué que l’armée israélienne avait lancé « une attaque brutale sans précédent » sur le camp de réfugiés de Nuseirat, « laissant des dizaines de martyrs et de blessés dans les rues » et poursuivant « son agression contre toutes les zones du gouvernorat central ».

Toujours dans le centre de Gaza, au moins six Palestiniens d’une même famille ont été tués par les forces israéliennes après qu’elles aient bombardé leur maison dans le camp de réfugiés de Bureij dans la matinée.

Des dizaines de raids aériens ont visé les quartiers sud de la ville de Gaza, des témoins rapportant que des blocs résidentiels entiers ont été anéantis, tandis que des hélicoptères de combat ont bombardé la zone proche du port de pêche.

L’armée israélienne ne fait qu’intensifier sa campagne meurtrière à Gaza après qu’une attaque a tué jeudi une quarantaine de personnes réfugiées dans une école gérée par les Nations unies dans le camp de réfugiés de Nuseirat, où se trouvent quelque 6 000 Palestiniens déplacés.

Le Hamas a affirmé avoir tué 17 « terroristes » lors de cette attaque, mais l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a déclaré dans un communiqué de condamnation que « l’école devenue refuge » avait été prise pour cible sans aucun avertissement et que les responsables devaient rendre compte de leurs actes.

Le Hamas a accusé l’armée israélienne de fournir de « fausses informations » sur les 17 terroristes, affirmant qu’au moins plusieurs des personnes annoncées comme tuées sont encore en vie.

*****

L’armée israélienne déclare que quatre captifs ont été sauvés lors de frappes intenses sur Gaza

Andrey Kozlov, 27 ans, à gauche, et Almog Meir Jan, 21 ans, deux des quatre otages qui viennent d’être secourus, arrivent en hélicoptère au centre médical Sheba à Ramat Gan, Israël, samedi [Tomer Appelbaum/AP Photo].

L’armée israélienne déclare que les quatre otages sauvés lors d’un raid dans le centre de Gaza sont en « bonne condition », alors que les autorités palestiniennes font état de dizaines de victimes lors d’une attaque israélienne dans la même zone.

L’annonce du raid à Nuseirat samedi est intervenue alors que les autorités sanitaires palestiniennes ont déclaré qu’au moins 94 personnes ont été tuées et blessées dans les attaques israéliennes sur le centre de la bande de Gaza. Des habitants de la région ont déclaré que Nuseirat avait été la cible de raids aériens et de drones israéliens, et que des enfants avaient été tués.

L’armée a déclaré que les quatre captifs – Noa Argamani, 25 ans, Almog Meir Jan, 21 ans, Andrey Kozlov, 27 ans, et Shlomi Ziv, 40 ans – avaient été enlevés lors d’un festival de musique pendant l’attaque menée par le groupe palestinien Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre.

Ils étaient en « bon état de santé » et ont été emmenés à l’hôpital pour des examens médicaux à la suite d’une « opération complexe de jour » à Nuseirat, dans la bande de Gaza. Ils ont été secourus en deux endroits distincts au cœur de Nuseirat.

L’opération de samedi est la plus importante récupération de captifs vivants depuis le 7 octobre, ce qui porte à sept le nombre total de captifs sauvés.

Le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, a déclaré lors d’une conférence de presse que les forces spéciales s’étaient entraînées pendant « des semaines » et avaient suivi un « entraînement intensif » pour mener à bien l’opération. La police israélienne a confirmé par la suite que le commandant Arnon Zamora avait été tué au cours de l’opération.

Les forces israéliennes ont été « la cible de tirs à l’intérieur des bâtiments et sur le chemin de la sortie de Gaza », selon M. Hagari, qui a déclaré qu’Israël « ne cessera pas de se battre » pour récupérer tous les prisonniers restants. La semaine dernière, l’armée israélienne avait déclaré qu’il restait 120 captifs à Gaza, dont 41 que l’armée croyait morts.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré avoir parlé à l’un des captifs secourus, lui disant que les autorités ne les avaient jamais oubliés pendant les 246 jours de guerre.

Le porte-parole de l’hôpital Al-Aqsa, Khalil al-Degran, affirme que 55 personnes ont été tuées et que des « dizaines de blessés » sont arrivés à l’hôpital à la suite d’une attaque israélienne sur Nuseirat.

Le directeur de l’hôpital spécialisé du Koweït à Rafah déclare qu’il y a des dizaines de cadavres dans les rues de personnes tuées par l’armée israélienne et que les secouristes sont incapables d’atteindre les blessés.

Un officier israélien tué dans l’opération Nuseirat, selon la police

La police a déclaré que le commandant de l’Unité de lutte contre le terrorisme Arnon Zamora avait été grièvement blessé au cours de l’opération et transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté*.

Netanyahou déclare qu’Israël ne s’arrêtera pas tant que tous les captifs ne seront pas rentrés chez eux
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël ne cédait pas au « terrorisme », ajoutant que ses forces opéraient « de manière créative et courageuse » pour sauver les captifs à Gaza.


(Mise à jour en direct et traduction Arretsurinfo.ch