L’Etat d’Israël expulse depuis 1948 les natifs palestiniens en toute impunité. Il s’agit d’épuration ethnique. Il s’agit de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en droit international. Il est insupportable de constater au fil des ans que ces crimes n’entraînent que de molles protestations de la part d’ONG, pourtant si promptes à incriminer les Etats qui résistent légitimement à la domination d’Israël.

[Silvia Cattori]

Paru le 23 septembre 2018 sous le titre Israel gives Khan al-Ahmar residents eight days to clear village

Traduction : ISM

Les forces israéliennes ont remis des avis aux habitants de Khan al-Ahmar, un village bédouin situé en Cisjordanie occupée, pour qu’ils libèrent leurs maisons avant le 1er octobre ou qu’ils soient expulsés de force. L’avis de dimanche s’adresse directement aux « habitants de Khan al-Ahmar » et leur demande de démolir volontairement leurs tentes ou de risquer qu’elles soient démolies par les forces israéliennes.

« Par la décision de la Haute Cour, vous devez démolir toutes les structures de Khan al-Ahmar au plus tard le 1er octobre 2018 », indique la lettre.
« Si vous refusez, les autorités appliqueront les ordres de démolition conformément à la décision du tribunal et à la loi. »

Khan al-Ahmar se compose de baraques en tôle et en bois construites sur une colline désertique à côté d’une autoroute israélienne qui relie Jérusalem à la mer Morte.

Les Palestiniens disent que la démolition fait partie d’une tentative israélienne de créer un arc de colonies qui couperait de fait Jérusalem-Est de la Cisjordanie , des territoires qu’Israël a capturés lors de la guerre du Moyen-Orient en 1967 et que les Palestiniens veulent pour un Etat indépendant.

Israël prévoit de démolir le village et de reloger ses 180 habitants – des Bédouins qui vivent de l’élevage de moutons et de chèvres – sur un site à 12 km, près du village palestinien d’Abu Dis et adjacent à une décharge. Cette décision a suscité des critiques de la part des Palestiniens et de certains États européens, qui citent l’impact sur la communauté et les perspectives de paix.

Les résidents disent que l’emplacement israélien proposé est impropre car le site d’enfouissement présente un risque pour la santé des habitants. Des habitants et des militants sur le terrain ont déclaré que des soldats israéliens, accompagnés par la police locale, sont entrés dans le village aux premières heures de dimanche pour remettre les notices.

Les militants, qui souhaitent rester anonymes, ont déclaré que les policiers étaient entrés dans la tente érigée par des militants qui s’opposent à toute démolition potentielle, et dans les tentes où vivent les habitants.

(…)

Voir la vidéo de la remise des notices d’épuration ethnique par l’armée occupante ICI

Article original: Middle East Eye

Traduction : ISM

Imprimer