Décembre 2009. Un ouvrier transporte un sac de farine dans un centre de distribution alimentaire de l’ONU dans le camp de réfugiés de Shati. (Suhair Karam, IRIN, Flickr, CC BY-NC-ND 2.0)

En menant une guerre contre l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, l’Occident se range ouvertement du côté du génocide israélien

Israël prépare depuis longtemps la chute de l’UNRWA, conscient qu’il constitue l’un des plus grands obstacles à l’éradication des Palestiniens en tant que peuple.

La décision des États-Unis et d’autres grands États occidentaux, dont le Royaume-Uni, de geler le financement de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA), s’inscrit dans un contexte important. L’UNRWA est le principal canal par lequel l’ONU distribue de la nourriture et de l’aide sociale aux Palestiniens les plus désespérés et les plus démunis.

La réduction du financement – ​​qui a également été adoptée par l’Allemagne, la France, le Japon, la Suisse, le Canada, les Pays-Bas, l’Italie, l’Australie et la Finlande – a été imposée alors même que la Cour internationale de Justice (CIJ) avait statué vendredi qu’Israël pourrait être en train de commettre un génocide à Gaza. Les juges de la Cour mondiale ont longuement cité des responsables de l’ONU qui ont averti que les actions d’Israël avaient laissé la quasi-totalité des 2,3 millions d’habitants de l’enclave au bord d’une catastrophe humanitaire, incluant la famine.

Le prétexte fragile avancé par l’Occident pour justifier ce qui équivaut à une guerre contre l’UNRWA est qu’Israël clame que 12 employés locaux de l’ONU (sur 13 000) sont impliqués dans l’évasion du Hamas de la prison à ciel ouvert de Gaza le 7 octobre. La seule preuve de cela apparaît être des aveux forcés, probablement arrachés sous la torture, de combattants palestiniens capturés par Israël ce jour-là.

L’ONU a immédiatement licencié tout le personnel accusé, apparemment sans procédure régulière. Nous pouvons supposer que c’était parce que l’agence pour les réfugiés craignait que sa bouée de sauvetage déjà élimée pour la population de Gaza, ainsi que pour des millions d’autres réfugiés palestiniens dans la région – en Cisjordanie, au Liban, en Jordanie et en Syrie – ne soit davantage menacée. Il n’y avait pas lieu de s’inquiéter : les États donateurs occidentaux ont quand même réduit leur financement, plongeant Gaza encore plus profondément dans la calamité.

  Voir: https://twitter.com/UNLazzarini/status/1751345422918959147

Ils l’ont fait sans tenir compte du fait que leur décision équivaut à une punition collective : quelque 2,3 millions de Palestiniens à Gaza sont confrontés à la famine et à la propagation de maladies mortelles, tandis que 4 autres millions de réfugiés palestiniens dans toute la région courent un risque imminent de perdre nourriture, soins de santé et scolarité.

Selon le professeur de droit Francis Boyle, cela fait passer la plupart de ces États occidentaux de leur complicité actuelle avec le génocide israélien (en vendant des armes et en fournissant une aide et une couverture diplomatique) à une participation directe et active en violant l’interdiction de la Convention sur le génocide de 1948 « d’imposer délibérément au groupe [dans ce cas, les Palestiniens] des conditions de vie destinées à entraîner sa destruction physique en tout ou en partie ».

La Cour mondiale enquête sur Israël pour génocide. Mais elle pourrait facilement élargir son enquête aux États occidentaux. La menace qui pèse sur l’UNRWA doit être considérée sous cet angle. Non seulement Israël fait un doigt d’honneur à la Cour mondiale et au droit international, mais des États comme les États-Unis et le Royaume-Uni le font également, en réduisant leur financement à l’agence pour les réfugiés. Ils donnent une gifle au tribunal et indiquent qu’ils soutiennent les crimes d’Israël, même s’ils s’avèrent être de nature génocidaire.

La créature d’Israël

Voici le contexte approprié pour comprendre ce qui se passe réellement avec cette dernière attaque contre l’UNRWA :

1.- L’agence a été créée en 1949 – des décennies avant le massacre militaire actuel d’Israël à Gaza – pour répondre aux besoins fondamentaux des réfugiés palestiniens, notamment l’approvisionnement alimentaire essentiel, les soins de santé et l’éducation. Il joue un rôle démesuré à Gaza parce que la plupart des Palestiniens qui y vivent ont tout perdu, ou sont issus de familles qui ont tout perdu, en 1948. C’est à ce moment-là qu’ils ont été nettoyés ethniquement par la jeune armée israélienne de la majeure partie de la Palestine, dans un événement connu de tous les Palestiniens comme “la Nakba”, la catastrophe. Leurs terres ont été transformées en ce que les dirigeants israéliens ont décrit comme un « État exclusivement juif ». L’armée israélienne s’est mise à détruire les villes et villages palestiniens à l’intérieur de ce nouvel État afin qu’ils ne puissent jamais revenir.

2.- L’UNRWA est distinct de la principale agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, et ne s’occupe que des réfugiés palestiniens. Bien qu’Israël ne veuille pas que vous le sachiez, la raison pour laquelle il existe deux agences des Nations Unies pour les réfugiés est qu’Israël et ses soutiens occidentaux ont insisté sur la division dès 1948. Pourquoi ? Parce qu’Israël avait peur que les Palestiniens tombent sous la responsabilité du précurseur du HCR, l’Organisation internationale pour les réfugiés (IRO). Cette Organisation avait été créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en grande partie pour faire face aux millions de Juifs européens fuyant les atrocités nazies.

Israël ne voulait pas que les deux cas soient traités comme comparables, car il faisait pression pour que les réfugiés juifs s’installent sur des terres dont il venait d’expulser les Palestiniens. Une partie de la mission de l’IRO consistait à rechercher le rapatriement des Juifs européens. Israël craignait que ce principe même puisse être utilisé à la fois pour refuser aux Juifs qu’il voulait faire immigrer pour coloniser la terre palestinienne et pour le forcer à permettre aux réfugiés palestiniens de retourner dans leurs anciennes maisons. Donc, dans le vrai sens du terme, l’UNRWA est la création d’Israël : elle a été créée pour garder les Palestiniens dans une situation à part, une anomalie.

Camp de prisonniers

3.- Néanmoins, les choses ne se sont pas déroulées exactement comme prévu pour Israël. Compte tenu de son refus de permettre le retour des réfugiés et de la réticence des États arabes voisins à se rendre complices de l’acte initial de nettoyage ethnique d’Israël, la population palestinienne dans les camps de réfugiés de l’UNRWA a explosé. Ils sont devenus un problème particulier à Gaza, où environ les deux tiers de la population sont des réfugiés ou des descendants de réfugiés. La petite enclave côtière ne disposait ni des terres ni des ressources nécessaires pour faire face à l’augmentation rapide du nombre de migrants. La crainte en Israël était que, à mesure que la situation des Palestiniens de Gaza devenait plus désespérée, la communauté internationale fasse pression sur Israël pour qu’il conclue un accord de paix, autorisant le retour des réfugiés dans leurs anciens foyers.

Il fallait à tout prix arrêter cela. Au début des années 1990, alors que le prétendu « processus de paix » d’Oslo était dévoilé, Israël a commencé à enfermer les Palestiniens de Gaza dans une cage en acier, entourée de tours d’armes. Il y a 17 ans environ, Israël a ajouté un blocus qui empêchait la population d’entrer et de sortir de Gaza, y compris via les eaux côtières et le ciel. Les Palestiniens sont devenus des prisonniers dans un camp de concentration géant,  les plus élémentaires liens avec le monde extérieur leur étant déniés. Israël seul décidait de ce qui était autorisé à entrer et à sortir. Plus tard, un tribunal israélien a appris qu’à partir de 2008, l’armée israélienne avait soumis Gaza à ce qui équivalait à un régime de famine en limitant l’approvisionnement alimentaire.

Il y avait là une stratégie qui consistait à rendre Gaza inhabitable, ce contre quoi l’ONU a commencé à mettre en garde en 2015. Le plan de jeu d’Israël semble avoir ressemblé à ceci :

En rendant les Palestiniens de Gaza encore plus désespérés, il était certain que des groupes militants comme le Hamas, prêts à se battre pour libérer l’enclave, gagneraient en popularité. En retour, cela fournirait à Israël une excuse à la fois pour renforcer davantage les restrictions sur Gaza afin de faire face à une « menace terroriste » et pour détruire Gaza par intermittence en « représailles » à ces attaques – ou ce que les commandants militaires israéliens ont diversement appelé « tondre la pelouse » et « ramener Gaza à l’âge de pierre ». L’hypothèse était que les groupes militants de Gaza épuiseraient leurs énergies à gérer les « crises humanitaires » constantes fabriquées par Israël.

Dans le même temps, Israël pourrait promouvoir des récits doubles. Il pourrait dire publiquement qu’il lui était impossible d’assumer la responsabilité de la population de Gaza, étant donné qu’elle était si clairement investie à la fois dans la haine des Juifs et dans le terrorisme. Dans le même temps, il dirait en privé à la communauté internationale que, étant donné que Gaza devenait inhabitable, il était urgent de trouver une solution n’impliquant pas Israël. L’espoir était que Washington serait capable de forcer ou de soudoyer l’Égypte voisine pour qu’elle accepte la majeure partie de la population démunie de Gaza.

Masque arraché

4.- Le 7 octobre, le Hamas et d’autres groupes militants ont réalisé ce qu’Israël pensait impossible. Ils s’évadent de leur camp de concentration. Le choc des dirigeants israéliens ne concerne pas seulement la nature sanglante de l’évasion. C’est que ce jour-là, le Hamas a brisé tout le concept de sécurité d’Israël – un concept conçu pour maintenir les Palestiniens écrasés et les États arabes et les autres groupes de résistance de la région sans espoir. La semaine dernière, dans un coup de KO, la Cour mondiale a accepté de traduire Israël en justice pour génocide à Gaza, faisant échouer les arguments moraux en faveur d’un État juif exclusif construit sur les ruines de la patrie palestinienne.

La conclusion quasi unanime des juges que la plainte de l’Afrique du Sud selon laquelle Israël commettait un génocide était recevable, devrait forcer à réévaluer tout ce qui s’est passé auparavant. Les génocides ne naissent pas de nulle part. Cela se produit après de longues périodes au cours desquelles le groupe oppresseur déshumanise un autre groupe, pousse à la haine à son encontre et le maltraite. La Cour mondiale a implicitement reconnu que les Palestiniens avaient raison lorsqu’ils insistaient sur le fait que la Nakba – l’opération de dépossession massive et de nettoyage ethnique menée par Israël en 1948 – n’avait jamais pris fin. Cela a juste pris différentes formes. Israël est devenu meilleur dans sa capacité à dissimuler ses crimes, jusqu’à ce que le masque soit arraché après l’éclatement du 7 octobre.

5.- Les efforts d’Israël pour se débarrasser de l’UNRWA ne sont pas nouveaux. Ils remontent à de nombreuses années. Pour un certain nombre de raisons, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés est une épine dans le pied d’Israël – et encore plus à Gaza. Et surtout, elle a fourni une bouée de sauvetage aux Palestiniens, en les nourrissant et en les soignant, et en fournissant des emplois à des milliers de personnes locales dans un endroit où les taux de chômage sont parmi les plus élevés au monde. Elle a investi dans des infrastructures comme des hôpitaux et des écoles qui rendaient la vie à Gaza plus supportable, alors que l’objectif d’Israël a longtemps été de rendre l’enclave inhabitable. Les écoles bien gérées de l’UNRWA, dirigées par des Palestiniens locaux, enseignaient aux enfants leur propre histoire, l’endroit où vivaient autrefois leurs grands-parents et la campagne israélienne de dépossession et de nettoyage ethnique à leur encontre. Cela va directement à l’encontre du fameux slogan sioniste sur l’avenir sans identité des Palestiniens : « Les vieux mourront et les jeunes oublieront ».

Diviser pour régner

Mais le rôle de l’UNRWA est bien plus important que cela. Fait unique, c’est la seule agence qui unifie les Palestiniens où qu’ils vivent, même lorsqu’ils sont séparés par les frontières nationales et par la fragmentation provoquée par Israël du territoire qu’il contrôle. L’UNRWA rassemble les Palestiniens même lorsque leurs propres dirigeants politiques ont été manipulés dans un factionnalisme sans fin par la politique israélienne du diviser pour régner : le Hamas est théoriquement au pouvoir à Gaza, tandis que le Fatah de Mahmoud Abbas prétend diriger la Cisjordanie.

En outre, l’UNRWA maintient en vie les arguments moraux en faveur du droit au retour des Palestiniens – un principe reconnu dans le droit international mais abandonné depuis longtemps par les États occidentaux.

« … il sera impossible de gagner la guerre si nous ne détruisons pas l’UNRWA. Et cette destruction doit commencer immédiatement. il n’est pas pertinent de parler du jour d’après, c’est maintenant que nous devons agir ou alors on va rater la fenêtre d’opportunité. »

Même avant le 7 octobre, l’UNRWA était devenu un obstacle qu’il fallait éliminer si Israël voulait un jour nettoyer ethniquement Gaza. C’est pourquoi Israël a fait pression à plusieurs reprises pour empêcher les plus grands donateurs, en particulier les États-Unis, de financer l’UNRWA. En 2018, par exemple, l’agence pour les réfugiés a été plongée dans une crise existentielle lorsque le président Donald Trump a cédé aux pressions israéliennes et a supprimé tout son financement. Même après que la décision ait été annulée, l’agence a connu des difficultés financières.

Aujourd’hui, Israël est en pleine attaque contre la Cour mondiale et a encore plus à gagner de la destruction de l’UNRWA qu’auparavant. Le gel du financement et l’affaiblissement accru de l’agence pour les réfugiés affaibliront les structures de soutien aux Palestiniens en général. Mais dans le cas de Gaza, cette décision va spécifiquement accélérer la famine et la maladie, rendant l’enclave plus rapidement inhabitable.

Mais cela fera davantage que ça. Cela servira également de bâton pour battre la Cour mondiale alors qu’Israël tente de repousser l’enquête sur le génocide. L’affirmation à peine voilée d’Israël est que 15 des 17 juges de la Cour internationale de Justice se sont laissés prendre à l’argument soi-disant antisémite de l’Afrique du Sud selon lequel Israël commet un génocide. Le tribunal a largement cité des responsables de l’ONU, notamment le chef de l’UNRWA, selon lesquels Israël était en train d’organiser activement une crise humanitaire sans précédent à Gaza. Aujourd’hui, comme le note l’ancien ambassadeur du Royaume-Uni Craig Murray, les aveux forcés contre 12 membres du personnel de l’UNRWA servent à « fournir un contre-récit de propagande au jugement de la CIJ et à réduire la crédibilité des preuves de l’UNRWA devant le tribunal ».

De façon extraordinaire, les médias occidentaux ont fait le travail de relations publiques d’Israël à sa place, en accordant volontiers plus d’attention aux affirmations d’Israël concernant une poignée de membres du personnel de l’UNRWA qu’à la décision de la Cour mondiale de traduire Israël en justice pour génocide.

Le fait que les principaux États occidentaux aient si rapidement accroché leurs couleurs au mât est également une aubaine pour Israël. Le gel du financement cimente leur sort à celui d’Israël. Cela envoie le message qu’ils se tiendront aux côtés d’Israël contre la Cour mondiale, quelle que soit sa décision. Leur guerre contre l’UNRWA se veut un acte d’intimidation collective dirigé contre la Cour. C’est le signe que l’Occident refuse d’accepter que le droit international s’applique à lui ou à son État client. Cela rappelle que les États occidentaux refusent toute restriction à leur liberté d’action – et que c’est Israël et ses sponsors qui sont les véritables États voyous.

Jonathan Cook,

Jonathan Cook

Le britannique Jonathan Cook est, à notre connaissance, le seul journaliste indépendant basé en Israël. Il a été très important pour la formation de notre opinion dès nos premiers pas en Palestine en 2002. Sa couverture équilibrée de la guerre menée par l’Etat exclusif contre le peuple palestinien est d’une honnêteté sans faille. Une couverture à même de permettre au public de bien comprendre l’énorme injustice qui, depuis 1948, frappe les Palestiniens. Il nous a toujours paru choquant de constater que la radio télévision suisse (RTS) n’a jamais donné la parole à Jonathan Cook. Sa rédaction se repose essentiellement sur les comptes rendus du correspondant  Stéphane Amar.

Article original publié le  30 janvier 2024 sur le blog de Jonathan Cook