Des volontaires étrangers testent un drone à Zaporizhia, en Ukraine.


Lindsey Snell et Cory Popp – 25 juillet 2022 – Ishgal.com

Le 27 février, le président ukrainien Zelensky a annoncé la formation de la Légion internationale de défense de l’Ukraine et a invité les ressortissants étrangers à venir en Ukraine se joindre au combat contre la Russie. Des ressortissants étrangers, dont beaucoup n’avaient aucune expérience ou formation militaire préalable, ont répondu à l’appel de Zelensky et ont afflué en Ukraine. Des mois de rapports faisant état de lourdes pertes parmi les volontaires de la Légion internationale sous-entraînés et souvent sous-armés ont suivi.

Le 1er juillet, la Légion internationale a publié une déclaration sur ses comptes de médias sociaux :

« À l’avenir, les requêtes des médias et les demandes d’interviews concernant la Légion et avec des légionnaires doivent passer par le directeur des communications de la Légion, «Mockingjay», sur Signal ou Telegram uniquement. Nous rappelons également à tous les journalistes que les entretiens et toute communication avec les légionnaires ne sont légitimes que s’ils sont approuvés par le bureau de presse de la Légion, et que les légionnaires ont l’ordre strict de ne pas parler à la presse. »

Le nombre réel de volontaires étrangers combattant en Ukraine est inconnu. En mars, le ministère ukrainien des Affaires étrangères a affirmé qu’il y avait plus de 20 000 personnes venant de 52 pays, mais bon nombre des volontaires qui étaient venus sont déjà repartis. Le nombre total de groupes de volontaires, à la fois officiellement enregistrés auprès des forces armées ukrainiennes et opérant officieusement, est également inconnu.

Après avoir contacté le porte-parole de la Légion internationale, nous avons reçu une offre pour interviewer quatre volontaires britanniques, américains et français sous la supervision de leur centre des médias à Kharkiv. Bien que nous n’ayons pas pu prendre rendez-vous, nous avons réussi à interviewer dix autres volontaires étrangers en Ukraine sous couvert d’anonymat, pour eux-mêmes et les groupes de volontaires auxquels ils appartiennent.

Les noms utilisés dans cet article sont des pseudonymes. Presque tous les bénévoles à qui nous avons parlé ont dit qu’il y avait de graves problèmes de formation, de fournitures et de communication. Ils ont dit qu’il y avait eu peu de progrès du côté ukrainien et que le moral était au plus bas. « Quand Zelensky a demandé aux volontaires de venir, j’ai senti que je ne pouvais pas rester assis en France et ne rien faire », déclare Bastien, un ressortissant français qui est venu en Ukraine en mai. « Mais je suis en première ligne depuis plus d’un mois. Mon corps est fatigué. Mon esprit est fatigué. J’ai juste besoin de respirer. »

Bastien avait initialement prévu de rejoindre la Légion internationale, mais après avoir rencontré le ministère ukrainien de la Défense à Lviv, il a plutôt été placé dans un bataillon au sein de l’armée ukrainienne. « J’ai eu quatre ans d’expérience au service de l’armée française. J’étais en Irak. Les Ukrainiens étaient très intéressés par mon expérience, alors ils m’ont mis dans un bataillon des forces spéciales. Je suis le seul étranger de mon groupe. » Bastien a signé un contrat à durée indéterminée. « Je serai ici jusqu’à la fin de la guerre. »

Bastien est dans la région de Kharkiv depuis peu ; il  dit que les combats de première ligne sont frustrants. « Il y a peut-être trois soldats russes pour un soldat ukrainien », a-t-il déclaré. « Cela, plus l’artillerie russe et les armes à sous-munitions, ça nous a vraiment ralentis. Nous essayons juste de maintenir notre position. »

Tamaz, un volontaire géorgien avec six ans d’expérience dans l’armée géorgienne, a également été recruté directement dans l’une des unités des forces spéciales de l’armée ukrainienne. Tamaz est en première ligne dans la région de Kharkiv depuis un mois. Il a acheté son propre gilet pare-balles et son propre casque. « Le gilet est finalement arrivée par la poste », dit-il. « Et maintenant, je suis fauché jusqu’à la prochaine paye. »

Tamaz dit que la guerre n’était pas ce qu’il pensait qu’elle serait. « Je ne veux pas mourir ici », dit-il. « J’ai eu un chien avant de quitter la Géorgie, et je n’arrête pas de penser à quel point je veux le revoir. » Comme Bastien, le volontaire français, Tamaz a également signé un contrat à durée indéterminée.

Moins d’étrangers sur le front

Bastien dit que peu de volontaires étrangers se battent en première ligne. « Je vois parfois des groupes étrangers, mais ils ne sont jamais sur le front. Ils sont plus à l’arrière», dit-il.

« Les étrangers étaient utilisés comme chair à canon au début », déclare Sam, un volontaire britannique de 23 ans. Sam n’avait aucune expérience militaire avant de venir en Ukraine fin mars. Il n’a pas été accepté par la Légion internationale lorsqu’il a demandé à s’y joindre. « Je pense qu’au moment où je suis arrivé, ils ont réalisé qu’envoyer un groupe de gars sans expérience militaire dans la bataille contre les Russes était une idée assez merdique », dit-il.

Sam a récemment rejoint un autre groupe de combat de volontaires non affilié à la Légion internationale. « Je me suis entraîné, mais je n’ai pas vu de combat », dit-il. « Mon groupe est en train de ‘réévaluer’ ». Des volontaires de cinq organisations différentes ont dit des choses similaires à propos de leurs groupes qui se sont retirés du combat actif ces dernières semaines, souvent au grand désarroi des volontaires venus en Ukraine avides de se battre contre les soldats russes.

« Très peu d’unités sont prêtes à repousser les lignes », dit Shaun, un vétéran de 30 ans de l’Armée canadienne, venu en Ukraine en juin. « La plupart sont épuisées ou décimées. Effrayées ou fatiguées. Je suis avec une unité de volontaires très désireux de se battre. Nous rongeons tous notre frein. Mais les troupes ukrainiennes ne veulent pas trop déranger les choses. Je pense que cela signifie que l’armée ukrainienne s’épuise. Il y a eu une perte de vitesse. Ce qui a commencé comme un repos et une réinitialisation s’est transformé en une ligne statique. »

Shaun dit qu’il avait été averti du manque d’organisation parmi les militaires et les groupes de volontaires. « Mais cela ne veut pas dire que ce n’était pas hallucinant quand je suis arrivé ici et l’ai vu de mes propres yeux », dit-il. « Les unités qui ont besoin d’armes anti-blindés n’en ont pas, alors que les unités qui n’en ont pas besoin en ont. Le bordel ici est extrême. »

« Je suppose que ce n’est pas l’histoire que les gens veulent entendre, mais l’écart entre la façon dont la guerre est montrée dans les médias et la réalité de l’endroit est assez grotesque », déclare Sam, volontaire britannique de 23 ans. « Le manque de formation et d’organisation… J’ai travaillé dans un hôpital pendant un certain temps, ce qui était frustrant, car en dehors des blessures par éclats d’obus, la plupart des blessures étaient liées à des tirs amis. »

« Probablement plus de la moitié des blessures sont des tirs amis », confirme Steve, un Américain qui s’est porté volontaire comme entraîneur militaire et médical depuis février. Steve a été consterné par la mauvaise gestion de l’aide militaire qui a été donnée à l’Ukraine. « J’ai combattu au Moyen-Orient et en Afrique, et je n’ai jamais vu ce niveau de corruption. »

« Des plaques d’acier [au lieu de plaques blindées capables de repousser les coups de feu] étaient données aux troupes de première ligne qui avaient trois jours d’entraînement. Ils ont été envoyés avec un fusil entre quelques gars et ont reçu 120 cartouches. Leur commandant et moi avons supplié le commandement supérieur de ne pas expédier les gars, surtout pas avec cet équipement, mais ils n’ont pas écouté. J’ai formé plus de 2 000 soldats ukrainiens, et je suppose qu’au moins la moitié sont morts. »

Bien que les dons en matériel militaire et aide civile aient afflué de la part des gouvernements occidentaux et des organisations d’aide privées, toutes les sources que nous avons interrogées en Ukraine ont déclaré qu’une partie substantielle de l’aide était volée. « L’aide civile et militaire disparaît », déclare Mike, un entraîneur militaire volontaire du Royaume-Uni. « Ce pays a un problème de corruption qui affectera inévitablement l’issue de la guerre. »

« Absolument tout – missiles Javelin, autres missiles, véhicules, fusils, munitions, grenades – tout a été volé. Et ça se passe des deux côtés de la frontière. Une grande partie est volée en Pologne, mais cela se produit aussi lorsque le matériel atteint l’Ukraine. »

La corruption et le vol affectent les soldats ukrainiens beaucoup plus que les volontaires étrangers. Des soldats de toutes les unités de l’armée ukrainienne à qui nous avons parlé ont rapporté que de nombreux hommes ne reçoivent pas de gilets pare-balles. Les unités font face à un manque de véhicules, d’armes et de munitions. « Nous sommes mieux lotis que les Ukrainiens, car nous pouvons fournir la plupart de nos propres affaires », dit Shaun, le volontaire canadien. « Nous achetons notre propre essence, nos propres rations. Mon groupe achète nos armes à un grand groupe ‘de volontaires’. Ce groupe, qui n’est pas originaire d’un pays occidental, vole les armes qu’il nous revend, à nous ainsi qu’à d’autres groupes, à partir de l’aide militaire qui arrive en Ukraine. »

La Légion nationale géorgienne

La Légion nationale géorgienne s’est formée en 2014, lorsque des volontaires géorgiens sont venus combattre aux côtés de l’Ukraine pendant la guerre du Donbass. Ils affirment avoir plus de 1 000 volontaires, dont un certain nombre d’étrangers non géorgiens. La faction était mieux équipée militairement que n’importe quelle unité de l’armée ukrainienne ou groupe de volontaires à qui nous avons parlé.

Lorsque nous avons visité la Légion nationale géorgienne à Zaporijia, on nous a dit que notre fixeur et traducteur ukrainien devrait nous déposer à un endroit neutre de la ville. Des militants de la Légion nationale géorgienne nous ont ensuite transporté à leur base. « Nous ne pouvons pas avoir des Ukrainiens que nous ne connaissons pas ici », a déclaré leur commandant, Mamuka Mamulashvili. « Ils pourraient divulguer notre position aux Russes. »

Certains des volontaires de la Légion nationale géorgienne sont équipés de fusils SCAR. À l’intérieur de la base, ils ont une étagère de petits drones, très convoités pour leur capacité à dénicher les positions russes pour que les unités d’artillerie ukrainiennes puissent les cibler. Nous avons interviewé l’un des officiers de la Légion nationale géorgienne alors qu’il testait un drone Autel équipé d’un accessoire pour larguer des cartouches de grenade de 30 mm. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait décidé de venir en Ukraine, il a arrêté de travailler pendant un moment et a regardé la caméra. « Je ne peux pas combattre les Russes en Géorgie, alors je les combats ici », a-t-il déclaré.

Après avoir examiné une partie de mon travail de journaliste, l’officier de la Légion nationale géorgienne est devenu méfiant et s’est mis en colère. « Vous soutenez les Arméniens », a-t-il accusé.

« Non, j’ai juste couvert la guerre du Karabakh », ai-je dit, faisant référence à ma couverture de la guerre que l’Azerbaïdjan, avec un soutien substantiel de la Turquie, a lancée contre les Arméniens du Karabakh en 2020.

« Non, vous soutenez les Arméniens », a-t-il dit. Il a commencé à faire valoir que les droits territoriaux de l’Azerbaïdjan sur l’enclave contestée du Karabakh étaient absolus. Le médecin volontaire de la Légion nationale géorgienne, un vétéran américain, était assis à côté de nous, l’air confus et mal à l’aise. Ne voulant pas que la situation se dégrade davantage, nous avons décidé de quitter la base de la Légion nationale géorgienne. Nous avons été suivis par l’un de leurs véhicules jusqu’à ce que nous quittions la ville de Zaporijia.

La présence ultranationaliste et néonazie

Bien que de nombreux Occidentaux aient rapidement rejeté la présence de factions armées néonazies en Ukraine comme étant de la propagande russe, la présence de ces groupes sur le terrain est indéniable. Un certain nombre de volontaires occidentaux ont rejoint les bataillons nationalistes ukrainiens, parmi lesquels des groupes affiliés au Secteur Droit, à Azov et au « Carpathian Sich ».

« Quand j’étais à Kiev nous avons formé un groupe Azov d’extrême droite. Et là, nous avons vu beaucoup de croix gammées et de symboles nazis », déclare Steve, l’entraîneur militaire et médical américain. « Je me souviens d’avoir marché dans la formation et d’avoir dit : » Est-ce un putain de logo SS? » J’ai demandé au traducteur de dire aux gars d’Azov qu’ils devaient enlever les trucs nazis, mais ils ne l’ont pas fait. Alors j’ai dit au commandement supérieur : « Nous allons avoir des gens qui viendront nous aider, et à la seconde où ils verront ces putains de symboles, ce sera fini. Nous n’obtiendrons rien d’autre d’eux. » »

Secteur Droit est une organisation politique ultranationaliste d’extrême droite fondée en 2013. « Je fais partie d’un bataillon de volontaires qui combat aux côtés de Secteur Droit », explique Tim, un militant volontaire de 33 ans originaire de Floride. « Et voici ce que je sais. Le secteur droit rejette ouvertement le nazisme et le racisme. Incidemment, le mot « nazi » a été si abjectement abusé par les gauchistes que j’ai commencé à l’utiliser comme un test décisif. Car selon eux, toute personne à droite de Noam Chomsky est un néo-nazi. »

Depuis février 2022, le contenu du site Web officiel et des comptes de médias sociaux du Secteur Droit est plutôt bénin. Mais des messages antérieurs sur la page Facebook de Right Sector mobilisent contre les immigrés en Ukraine, contre la communauté LGBT et contre les musulmans. Sur son site officiel, le secteur droit a publié des photos d’un rassemblement de 2018 organisé conjointement avec Carpathian Sich à Uzhhorod. Les militants portent des drapeaux avec des insignes nazis. « Les idées de lutte sans compromis brûlent dans les yeux des jeunes et dégagent de l’adrénaline. Les nationalistes connaissent le prix du sang ukrainien versé mieux que quiconque », écrit le Secteur Droit à propos de l’événement.

Carpathian Sich a été créé en 2014 par Oleg Kutsyn, fondateur de la Légion Svoboda, une unité militaire du parti ultranationaliste ukrainien Svoboda. Depuis mai, le corps de volontaires de Carpathian Sich est une unité militaire officielle relevant du ministère uTraduckrainien de l’Intérieur. Kutsyn a été tué à Izyum en juin par les forces russes.

Un certain nombre de volontaires étrangers ont rejoint Carpathian Sich. Le groupe a récemment publié un hommage en l’honneur d’un volontaire français de 28 ans tué par les forces russes. Le volontaire français Bastien, un ami de l’autre, dit qu’il ne croit pas que le groupe soit raciste. « Il y a des minorités qui combattent dans le bataillon », dit-il. Lorsqu’on lui a demandé s’ils étaient au courant de l’affinité d’avant-guerre de Carpathian Sich pour les symboles nazis, Bastien n’a pas répondu.

Comme pour le Secteur Droit, le contenu publié par Carpathian Sich sur son compte Facebook officiel était nettement différent avant 2022. Les symboles nazis étaient visibles sur les uniformes, les drapeaux et les murs. Sur une photo de 2016, Oleg Kutsyn, le fondateur de Carpathian Sich, porte un t-shirt avec une version du Reichsadler nazi.

« Oui, ça me dérange qu’il y ait des néo-nazis ici », déclare Shaun, le volontaire canadien. « Mais je n’ai pas ça sous le nez, donc j’essaie juste de ne pas y penser. Et certains d’entre eux sont vraiment doués pour faucher les Russes. »

Shaun et les autres volontaires à qui nous avons parlé ont dit qu’ils prévoyaient de rester en Ukraine jusqu’à la fin de la guerre. « Je pense que les volontaires font une différence », déclare Shaun. « Du moins, c’est le cas pour certains d’entre nous. Et la guerre donne un nouveau sens à la vie. Il y a du romantisme là-dedans. Quand vous voyez autant de mort et de destruction, vous vous asseyez et appréciez la beauté des choses simples de la vie. En plus, j’ai une chance de tuer des Russes. »


Traduction: Roland Marounek/Alerte OTAN

Source: https://ishgal.com/a-chance-to-kill-some-russians/

Imprimer