Le comité Nobel devrait comprendre un membre des États-Unis ou d’un autre pays de l’OTAN – ou alors, il devrait être transféré au département d’État ou à l’OTAN. Ce serait plus honnête que de jouer à ces jeux qui violent de manière répétée et flagrante la volonté d’Alfred Nobel.

Nos médias devraient être capables de lire trois lignes sur ses intentions, mais aucune recherche n’est effectuée pour révéler la fraude. Ce serait trop politiquement incorrect pour les États-Unis et l’OTAN.

Jan Oberg -Chercheur sur la paix et l’avenir + Photographe d’art
Plus de 40 ans d’expérience dans le domaine des affaires mondiales avec des perspectives de macro-analyse, de recherche sur la paix et l’avenir – théorie et travail de terrain en un.

Par Jan Oberg – 8 octobre 2022 – Transnational

Encore une violation flagrante du testament d’Alfred Nobel – lettre et esprit

Je me sens triste et fatigué de l’écrire à nouveau : Le prix Nobel voulait que son prix de la paix soutienne ceux qui ont « fait le plus ou le mieux pour faire progresser la fraternité entre les nations, l’abolition ou la réduction des armées permanentes, et l’établissement et la promotion des congrès de la paix. »

C’est un prix pour la démilitarisation – comme la réduction ou l’abolition des armées, les négociations de paix – pour la réduction de la violence et pour les « champions de la paix ». Lisez le testament de Nobel ici. Il ne devrait y avoir aucune raison de discuter : Il ne s’agit pas d’un prix pour les droits de l’homme – ni d’un prix général de bienfaisance. Nobel voulait réduire et abolir la guerre. Compte tenu de l’énorme surarmement de l’OTAN – des dépenses militaires 12 fois et peut-être 20 fois plus importantes à l’avenir que celles de la Russie – il s’agit, par définition, d’une revendication radicale à une époque où tout ce qui touche à la paix a été considéré comme tabou par le militarisme dans la recherche, la politique et les médias.

Par conséquent, pour ce seul motif, le prix 2022 constitue – une fois de plus – une violation flagrante de la volonté d’Alfred Nobel – indépendamment de ce que l’on peut penser par ailleurs de l’important travail accompli pour les droits de l’homme dans le monde en général et des trois lauréats de cette année.

Les autorités juridiques devraient examiner dans quelle mesure les administrateurs et les décideurs d’une organisation peuvent délibérément s’écarter des statuts qu’ils sont chargés de mettre en œuvre. Les médias devraient s’intéresser à cette question. Ils ne le font pas.

Et il n’y a aucune excuse à cela, si ce n’est le manque d’enquête sur les sources, de recherche ou d’autocensure. Pour ceux qui lisent encore des ouvrages analytiques, il en existe beaucoup, mais le meilleur expert mondial du prix est l’avocat norvégien Fredrik Heffermehl, qui a écrit deux ouvrages de recherche approfondie : What Alfred Nobel Really Wanted et Fame or Shame (en norvégien, Medaljens Bakside). Voici l’avis de M. Heffermehl sur le prix de l’année dernière.

Qu’en est-il des lauréats de cette année ?

Voici la motivation du comité Nobel pour les trois lauréats. Il omet toute référence au testament de Nobel et affirme que sa décision vise à « honorer trois champions exceptionnels des droits de l’homme, de la démocratie et de la coexistence pacifique dans les pays voisins que sont le Belarus, la Russie et l’Ukraine. »

La coexistence pacifique ? Eh bien ! La dirigeante du Centre ukrainien pour les libertés civiles est Oleksandra Matviichuk – en partie formée à l’université de Stanford et déjà lauréate de nombreux prix du courant dominant occidental – qui a, entre autres, publié cet article sur la page d’accueil du CCL “Ukraine Will Not Negotiate Its Existence.”

Son contenu, son style et ses concepts sont essentiellement la réplique des messages de l’OTAN ou du Département d’État. Comme celui-ci à propos de la guerre de la Russie qu’elle qualifie – à la manière de l’OTAN – de « non provoquée » :

« Cette expérience grotesque rappelle le lavage de cerveau des musulmans ouïghours par le gouvernement chinois dans les camps de concentration du Xinjiang ». Mais apparemment, certains veulent que l’Ukraine livre son peuple à ces bourreaux au nom d’un « règlement négocié » inexistant avec la Russie. » Et : « Face à une campagne génocidaire, on ne devrait pas dire aux Ukrainiens de négocier notre existence. Ces derniers jours, j’ai parlé avec des collègues défenseurs des droits humains de Syrie et de Libye, deux pays dans lesquels les forces et les mercenaires russes sèment la mort et la destruction en toute impunité. Le monde ne peut pas permettre que l’Ukraine soit ajoutée à cette liste. Nous ne serons pas les derniers. Ceux qui habillent leur cynisme d’un prétendu pragmatisme doivent retourner à l’école et apprendre que la seule façon de vaincre un tyran est de lui tenir tête. »

Aucune enquête sérieuse sur le Xinjiang n’a documenté quoi que ce soit qui puisse être qualifié de génocide – voir ICI. Et toujours la même rhétorique ICI – faire honte à tous ceux qui sont pour le compromis et la résolution non-violente du conflit. Elle exclut également toute implication possible des organisations internationales et préconise l’armement substantiel de l’Ukraine comme seule solution.

Intéressant aussi ? Discours d’ouverture pour la recherche universitaire sur la paix en Iran/

Jugez-en par vous-même – et ajoutez que son organisation est à l’origine du « Tribunal for Putin”, mais pas pour tous les crimes de guerre possibles, et que le CCL reçoit des fonds du Département d’État américain, de la Commission européenne et – de manière ostensible – du National Endowment for Democracy (NED), qui canalise l’argent de la CIA et du Département d’État vers divers groupes à l’intérieur d’autres pays sous des rubriques telles que les droits de l’homme et la démocratie (voir ci-dessous).

Alors, est-ce pour… la paix ? Non !

La coexistence ? Non !

La démilitarisation et l’abolition des armées et des guerres ? Non !

Le soutien à la paix et le droit à l’objection de conscience en Ukraine ? Non ! (Ce droit ainsi que le service alternatif ont été suspendu en Ukraine).

– ou pour l’expansion des États-Unis et de l’OTAN – pour armer l’Ukraine afin de vaincre la Russie et pour armer les engagements en matière de droits de l’homme – Oh oui !

Le comité Nobel – situé dans la capitale de la Norvège, pays membre de l’OTAN, est en mission politique pro-militarisme. Il est impossible qu’il ignore le contenu de la page d’accueil de son lauréat. Ou bien il reçoit des ordres – directement ou indirectement – des cercles US/OTAN ?

Quelle que soit l’explication, elle est sans aucun doute totalement incompatible avec les paroles et les intentions d’Alfred Nobel.

La National Endowment for Democracy (NED) est financée principalement par le Congrès américain. Voir la page d’accueil de la NED ici. Au passage, voici comment la NED est présentée sur Wikipedia: C’est une agence américaine qui a été fondée en 1983 dans le but déclaré de promouvoir la démocratie à l’étranger. Bien qu’elle soit parfois désignée comme une organisation non gouvernementale, la NED fonctionne comme une organisation quasi-autonome quasi-gouvernementale.

En 1986, Carl Gershman, alors président (fondateur) de la NED (également conseiller de la Victims of Communism Memorial Foundation avec Adrian Zenz, voir plus loin), a déclaré que la NED avait été créée parce qu' »il serait terrible pour les groupes démocratiques du monde entier d’être considérés comme subventionnés par la CIA. Nous l’avons vu dans les années 1960 et c’est pourquoi elle a été supprimée. » (Plus d’informations ici au chapitre 2.3.2).

Donc, pas beaucoup de coordination pacifique. Mais un bon lauréat de ce qui devrait être appelé le prix Nobel des droits de l’homme de l’OTAN 2022.

En outre, la NED a décerné son prix de la démocratie au CCL et à d’autres organisations de la société civile ukrainienne en mai de cette année. La NED a décerné son Democracy Award 2004 à un autre lauréat de cette année, l’International Memorial Society, et c’est une sorte d’industrie du don en Russie et en Biélorussie, également.

Il n’y a aucune excuse. Les choses que nous venons de décrire se déroulent – et tout à fait ouvertement – depuis des décennies. Elles sont décrites ici par David Ignatius, du Washington Post il y a 31 ans !

Tout ceci est tragique du point de vue de la paix. Cependant, le mouvement mondial pour la paix semble assez ignorant à ce sujet – apparemment même pas consterné d’avoir été privé du prix le plus prestigieux de l’humanité – comme on appelle souvent le prix Nobel de la paix. Certains applaudissent même les décisions du comité Nobel – même le prix Right Livelihood Award !

Qui aurait pu le recevoir cette année ?

De toute évidence, une personne ou une organisation qui œuvre en faveur de la non-violence, de la norme de la Charte des Nations unies visant à instaurer la paix par des moyens pacifiques (article 1), des personnes courageuses qui insistent sur les actions civiles non violentes, les actions symboliques et d’autres méthodes – et toute personne qui préconise et élabore des stratégies pour trouver des solutions au conflit entre l’OTAN et la Russie en Ukraine qui n’impliquent pas l’utilisation d’armes, d’armées, etc. auxquelles Alfred Nobel était si fortement opposé.

Intéressant aussi ? Gorbatchev 30 ans après la chute du mur
L’une de ces options super pertinentes aurait été Yurii Sheliazhenko, le leader du mouvement pacifiste ukrainien – et d’autres organisations pacifistes courageuses et authentiques de la société civile dans le monde entier – à l’Ouest/OTAN également.

En récompensant ces personnes qui ont des principes, ne prônent pas le militarisme et ne prennent pas parti pour tel ou tel camp dans un conflit, le comité Nobel aurait fait passer un message très important. Il a choisi de ne pas le faire. Parce que la non-violence et la paix véritable sont politiquement incorrectes et critiquent implicitement l’OTAN et les États-Unis – ces derniers ayant mené pas moins de 251 déploiements/interventions militaires à l’étranger depuis 1991, ce qui éclipse tout ce que la Russie a fait.

Voici un très bon article de Countercurrents qui énumère d’autres candidats et arguments pertinents pour un véritable prix Nobel de la paix.

Et – comme toutes les années précédentes – je pense à Daniel Ellsberg. L’universitaire et activiste qui a consacré sa vie à informer le monde sur la folie, l’immoralité, l’illégalité et les risques des armes nucléaires. Mais un tel lauréat n’aurait pas plu aux États-Unis, donc il ne l’aura pas.

Aucun spécialiste de la paix, intellectuel ou universitaire connaissant ces questions ne recevra non plus ce prix. En effet, contrairement aux autres prix Nobel, il n’a pas été décerné à des spécialistes de la paix, de la non-violence, de la résolution civile des conflits et de la sécurité alternative.

Mais comme les communautés actuelles de la recherche, des médias et de la politique sont analphabètes – oui, il y a quelques exceptions… – en matière de résolution des conflits, de non-violence et de paix, le comité du prix Nobel de la paix va sûrement continuer à violer les paroles et les intentions d’Alfred Nobel et être applaudi.

Après tout, les seules paix et sécurité dont on parle en ces temps dangereux et perversement militaristes sont la paix armée et les droits de l’homme militarisés.

Et les deux sont des indicateurs clairs de l’Occident, de la décadence morale et intellectuelle.

Jan Oberg

Traduction: Arretsurinfo.ch

Source: Transnational

Articles liés:

Nobel Peace Prize 2020 – Shortlist sent to the Committee
February 3, 2020 By Fredrik Heffermehl The annual screening of candidates for the Nobel Peace…
Only Supporters of Peace Should Be Appointed to the Nobel Peace Prize Committee
Peter J. Peverelli: Human rights measured by the dimensions of culture
Imprimer