La secrétaire d’État adjointe américaine de l’époque, Victoria Nuland, son appel téléphonique ayant fait l’objet d’une fuite.


Par Ted Snider

Publié le 21 mars 2022 sur Antiwar


L’une des plus grandes tragédies, alors que la Russie poursuit son assaut illégal contre l’Ukraine et que des Ukrainiens continuent de mourir, est que cela n’aurait jamais dû arriver. Les États-Unis et l’OTAN savaient ce qu’il fallait faire, mais personne ne l’a fait.

La plupart des choses que les États-Unis savaient ont été largement discutées – mais pas dans les médias grand public – comme la promesse non tenue que l’OTAN ne s’étendrait pas à l’est, ce qui menaçait tellement la sécurité de la Russie.

Mais il y a un certain nombre d’autres choses que les États-Unis – et en particulier Biden – savaient qui ont été plus secrètes et moins discutées.

Victoria Nuland et le coup d’État ukrainien

Lorsque Joe Biden a nommé Victoria Nuland au poste de sous-secrétaire d’État aux affaires politiques, il savait qu’elle n’avait aucun respect pour la démocratie ni pour la souveraineté des États et qu’elle avait été à la tête du rôle joué par les États-Unis dans le coup d’État de 2014 qui a renversé un gouvernement démocratiquement élu en Ukraine et l’a remplacé par un autre plus favorable au passage de la sphère russe à la sphère occidentale.

En tant que vice-président d’Obama, Biden savait que Nuland avait dirigé la politique ukrainienne du département d’État d’Obama ; pourtant, il l’a nommée essentiellement au même poste puissant dans son département d’État. Il savait quelles étaient les priorités politiques de Nuland. Sa sélection de Nuland a entériné ces politiques.

Joe Biden et le coup d’État ukrainien

Bien que Biden aime insister sur le fait que l’invasion russe de l’Ukraine est le résultat de la volonté des Russes, indépendamment de toute provocation américaine, il sait que le changement de régime provocateur de 2014 était un coup d’État illégal soutenu par les États-Unis qui a sérieusement menacé les intérêts de la Russie en matière de sécurité à sa frontière même, en faisant entrer l’Ukraine dans la sphère de l’Union européenne et de l’OTAN.

Il le sait parce qu’il n’était pas un spectateur innocent dans l’administration Obama, et Victoria Nuland n’était pas secrètement en train de faire la maligne dans son opération en Ukraine. Nuland avait l’approbation de Biden. Dans l’appel intercepté entre Nuland et l’ambassadeur américain en Ukraine Geoffrey Pyatt, qui a si clairement démontré le rôle des États-Unis dans le coup d’État, Nuland implique Biden. Lorsque Pyatt dit que l’Occident a besoin d’une “sage-femme”, une admission métaphorique du rôle de l’Amérique dans la direction du coup d’État, Nuland dit clairement que le vice-président Biden, lui-même, serait prêt à faire la sage-femme.

Ce travail de sage-femme a été le catalyseur de la crise ukrainienne actuelle, et Biden en a été la sage-femme, ce qui n’est pas sans conséquence et n’est pas inconnu de Biden.

Biden et la folie dangereuse de l’empiètement de l’OTAN

Bien que Biden dise ingénument au monde que l’OTAN est une alliance défensive qui ne représente aucune menace pour la Russie, il se parjure comme le révèle son propre témoignage compromettant. Biden n’est pas seulement conscient des avertissements contre l’expansion de l’OTAN émis plus tôt dans leur carrière par Robert Gates, qui était secrétaire à la défense lorsqu’il était vice-président, et William Burns, qui est son directeur de la CIA. M. Biden doit également se souvenir de ses propres mises en garde contre l’expansion de l’OTAN.

En tant que principal démocrate de la commission des affaires étrangères en 1997, Biden a présenté cette analyse dans un discours : “Je pense que l’endroit où la plus grande consternation serait occasionnée à court terme… serait de considérer les États baltes maintenant en termes de relations OTAN-Russie, États-Unis-Russie. Et si quelque chose devait faire pencher la balance… en termes de réaction vigoureuse et hostile en Russie – je ne parle pas de réaction militaire – ce serait cela.”

Ainsi, Biden savait – et avait prévenu – que l’empiètement de l’OTAN était une provocation très dangereuse. Pourtant, son administration s’est montrée inflexible sur le droit de laisser la porte ouverte à l’Ukraine pour qu’elle entre dans l’OTAN.

Empiètement clandestin

Mais M. Biden savait également que l’empiètement sur les frontières de la Russie ne se limitait pas à l’admission ouverte d’États d’Europe de l’Est, jusqu’à la Géorgie et l’Ukraine. Il était également au courant de l’empiètement clandestin des troupes américaines et de l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie.

Les États-Unis et l’OTAN n’ont pas seulement entouré la Russie de missiles antibalistiques et des armes les plus menaçantes. Les États-Unis possèdent des armes nucléaires en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Belgique et en Turquie. Et ils ont une base militaire en Pologne, à seulement 160 km de la Russie.

Les États-Unis et leurs alliés ont également envoyé des troupes en Ukraine pour former les militaires ukrainiens. Avant la guerre, plus de 150 soldats américains étaient présents en Ukraine en tant que “conseillers militaires”. Le Canada avait environ 200 soldats en Ukraine pour soutenir et former les forces ukrainiennes. Plusieurs autres pays de l’OTAN, dont le Royaume-Uni, avaient également des troupes en Ukraine.

Mais, la CIA a aussi secrètement formé les forces d’opérations spéciales ukrainiennes aux États-Unis. Et, de manière encore plus provocante, on rapporte maintenant que les États-Unis avaient des paramilitaires de la CIA dans le Donbas, poussant l’intervention de l’OTAN jusqu’à la frontière même de la Russie. Et Biden connaissait aussi depuis longtemps cette opération clandestine, car elle a été lancée par l’administration Obama en 2015. Elle a continué à travers l’administration Trump et a été maintenue en vie par Biden jusqu’à juste avant l’invasion russe, quand ils ont été retirés.

Selon plus d’une demi-douzaine d’anciens responsables américains, un petit nombre de paramilitaires de la CIA expérimentés et hautement qualifiés dirigeaient l’opération. Ils se sont rapidement rendu compte que les forces pro-ukrainiennes du Donbas étaient dépassées par les capacités supérieures et de haute technologie de la Russie et des forces séparatistes du Donbas qui cherchaient à obtenir leur autonomie depuis la destitution de leur président élu lors du coup d’État. Ils ont rapidement rétabli l’équilibre en améliorant leurs communications et leur capacité à ne pas être détectés sur le champ de bataille, en leur enseignant les techniques des tireurs d’élite et en leur montrant comment utiliser les missiles antichars américains Javelin et d’autres équipements de pointe.

La ligne rouge de Poutine

Biden savait que Poutine avait depuis longtemps tracé une ligne rouge concernant l’expansion de l’OTAN en Géorgie ou en Ukraine. Pas plus tard qu’en décembre, Poutine avait publiquement demandé par écrit des “garanties de sécurité fiables et à long terme” qui “excluraient toute nouvelle avancée de l’OTAN vers l’est et le déploiement de systèmes d’armes qui nous menacent à proximité immédiate du territoire russe“. La ligne de conduite était l’Ukraine.

Biden le savait. Il savait que le coup d’État soutenu par les États-Unis avait amené l’OTAN à cette ligne rouge. Pourtant, il a procédé à des nominations importantes qui ont approuvé cette approche politique et l’ont préservée. Il savait, et a mis en garde, contre la dangereuse provocation que représente l’élargissement de l’OTAN plus à l’est, mais a gardé la porte ouverte pour l’Ukraine. Il savait, non seulement que les armes des États-Unis et de l’OTAN entouraient de plus en plus la Russie et que des troupes des États-Unis et de l’OTAN se trouvaient en Ukraine, mais aussi que la CIA se trouvait clandestinement dans le Donbas, menant une guerre par procuration et marchant sur la corde raide à la frontière de la Russie.

Biden savait tout cela. Il savait que tout cela était une provocation pour la Russie. Il savait même, et avait prévenu, que c’était la seule chose qui ferait “pencher la balance”. Il savait ce qu’il devait faire pour empêcher l’invasion illégale de la Russie. Et il n’en a sciemment rien fait.

Ted Snider

Ted Snider est diplômé en philosophie et écrit sur l’analyse des tendances de la politique étrangère et de l’histoire des États-Unis.

Source : Antiwar

(Traduction Arrêt sur info)