L’Occident est foutu, dit John Mearsheimer – spécialiste réaliste de la politique étrangère.

 


Par FREDDIE SAYERS, le 30 Novembre 2022 – Unherd

Jusqu’à la crise russo-ukrainienne, le professeur John Mearsheimer était surtout connu dans les milieux universitaires comme un éminent spécialiste de l’école « réaliste » de politique étrangère. C’est-à-dire qu’il adopte une vision non sentimentale des affaires mondiales comme étant une compétition musclée entre grandes puissances pour l’hégémonie régionale.

Mais avec la « révolution Maidan » ukrainienne en 2014, puis l’invasion russe en février dernier, il est devenu la figure de proue des millions de personnes dans le monde qui ont des doutes sur la sagesse des actions occidentales en Ukraine. Une seule conférence prononcée en 2015 intitulée « Pourquoi l’Ukraine est-elle la faute de l’Occident » a été visionnée 28 millions de fois sur YouTube, un chiffre stupéfiant.

Son argument central, à savoir qu’en élargissant l’OTAN vers l’est et en invitant l’Ukraine à rejoindre le bloc, l’Occident (et en particulier les États-Unis) a créé une situation intolérable pour Vladimir Poutine, qui conduirait inévitablement la Russie à prendre des mesures pour « détruire » l’Ukraine, est aujourd’hui politiquement irrecevable. Ses détracteurs le dénoncent comme un apologiste de Poutine ; ses partisans, en revanche, estiment que l’invasion a été la preuve qu’il avait raison depuis le début.

Lorsque je rencontre Mearsheimer, je tiens à me concentrer sur ce que nous avons appris depuis le début de l’invasion en février. Je veux savoir comment il peut encore soutenir qu’il n’y a « aucune preuve » que la Russie avait des ambitions de conquérir l’Ukraine ? Comment interpréter autrement ce moment choquant où il est devenu évident que les Russes lançaient une invasion à grande échelle – depuis le nord, le sud et l’est du pays ?

« Les Russes ont envahi l’Ukraine avec 190 000 soldats tout au plus », répond-il. « Ils n’ont fait aucun effort pour conquérir toute l’Ukraine. Ils ne s’en sont même pas approchés. Il est impossible qu’ils aient pu conquérir l’Ukraine avec 190 000 soldats. Et ils n’avaient pas les troupes en réserve pour le faire. Quand les Allemands ont envahi la Pologne, en 1939, ils ont envahi avec 1,5 millions de soldats. C’est la taille de l’armée dont vous avez besoin pour conquérir un pays comme l’Ukraine, l’occuper et ensuite l’incorporer dans une grande Russie. Vous avez besoin d’une armée massive. C’était une stratégie à objectif limité. »

Dans ce cas, quel était cet objectif limité ?

« Ce que les Russes ont dit vouloir depuis le début, c’est une Ukraine neutre. Et s’ils ne peuvent pas obtenir une Ukraine neutre, ce qu’ils vont faire, c’est créer un État croupion dysfonctionnel… Ils ont pris une énorme bande de territoire à l’Est, ils ont annexé ces oblasts qui font maintenant partie de la Russie. Et en même temps, ils détruisent les infrastructures ukrainiennes. Ils détruisent l’économie ukrainienne. C’est écoeurant de voir ce qui arrive à l’Ukraine. »

Cette évaluation de la situation sur le terrain est très différente des rapports que nous entendons chaque jour sur les succès ukrainiens et les retraites russes. La nation opprimée, selon la plupart des témoignages, se comporte étonnamment bien face à l’agresseur.

Mearsheimer concède qu’il a été surpris par les piètres performances des Russes, mais cela ne semble pas avoir affecté son évaluation de la realpolitik. Je lui ai dit que la progression de la guerre en Ukraine jusqu’à présent peut être considérée comme une répudiation de sa théorie « réaliste » des affaires internationales. La plus petite puissance surpasse la plus grande, en partie grâce à la pure conviction morale de son peuple qui défend sa patrie – preuve, sûrement, de l’élément moral intangible qui manque à sa vision froidement « réaliste » du monde?

« Le mot clé ici est le nationalisme », répond-il. « Il ne fait aucun doute que lorsque les Russes ont envahi l’Ukraine, le nationalisme s’est précipité sur le devant de la scène, et que le nationalisme ukrainien est un multiplicateur de force. Il ne fait également aucun doute que le nationalisme ne fait pas partie de la théorie réaliste de la politique internationale que j’avance, mais le nationalisme est compatible avec le réalisme. Le nationalisme et le réalisme s’accordent plutôt bien. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que le nationalisme est également en jeu du côté russe. Et plus le temps passe, plus les Russes ont l’impression que l’Occident vise la Russie et tente non seulement de la vaincre, mais aussi de l’exclure des rangs des grandes puissances, plus le nationalisme russe se développera. Il faut se garder de juger de l’issue de cette guerre à ce stade particulier. Cette guerre est loin d’être terminée et elle va se dérouler d’une manière difficile à prévoir. Mais je pense qu’il y a de bonnes chances pour qu’au final, les Russes l’emportent« .

Mearsheimer estime aujourd’hui que l’occasion de faire la paix a été perdue et qu’aucun accord réaliste ne peut être conclu en Ukraine. La Russie ne renoncera pas aux gains réalisés dans l’est de l’Ukraine, tandis que l’Occident ne peut tolérer leur occupation continue ; entre-temps, une Ukraine neutre est également impossible, car la seule puissance capable de garantir cette neutralité sont les États-Unis, ce qui serait bien sûr intolérable pour la Russie. Comme il le dit, succinctement : « Il n’y a pas d’options réalistes. Nous sommes foutus ».

Il estime que l’escalade est probable et que la probabilité d’un événement nucléaire est « non triviale ». Il expose son raisonnement pour expliquer pourquoi les Russes pourraient bien y aller, étape par étape :

« Si les Russes devaient utiliser des armes nucléaires, le scénario le plus probable est qu’ils les utiliseraient en Ukraine. Or, l’Ukraine ne dispose pas de ses propres armes nucléaires. Les Ukrainiens ne seraient donc pas en mesure de riposter contre les Russes avec leurs propres armes nucléaires. Cela affaiblit donc la dissuasion. En outre, si les Russes utilisent des armes nucléaires en Ukraine, l’Occident, et ici nous parlons principalement des États-Unis, ne va pas riposter avec des armes nucléaires contre la Russie, car cela conduirait à une guerre thermonucléaire générale« .

Il concède que l’on ne peut compter sur la retenue de l’Occident dans ce scénario et que les risques d’une escalade catastrophique restent élevés. C’est pourquoi il considère comme « insensée » la rhétorique actuelle des dirigeants occidentaux sur la défaite de la Russie.

Selon lui, les Britanniques sont les « principaux meneurs » de cette politique, poussant les États-Unis à agir plus énergiquement. « Je pense que les Britanniques sont remarquablement stupides, tout comme, je pense, les Polonais, les États baltes et les Américains« .

Pendant ce temps, la Suède et la Finlande, avec leurs demandes d’adhésion à l’Otan, ne font que rendre la situation plus dangereuse. L’idée que la Russie est prête à envahir la Finlande ou la Suède est une « invention de l’Occident » et leur adhésion au pacte de sécurité ne fera qu’accroître le sentiment de la Russie d’être délibérément encerclée. Il estime que leurs candidatures doivent être rejetées et que personne ne devrait avoir le « droit » d’adhérer à un pacte de sécurité tel que l’OTAN.

La logique de Mearsheimer va dans le même sens : s’il n’y a pas d’accord de paix possible en Ukraine, la seule issue logique est la poursuite des combats ; la poursuite des combats conduira logiquement à une escalade, en particulier si la Russie semble perdre ; et l’escalade pourrait très bien finir par prendre une forme nucléaire, auquel cas un conflit nucléaire entre grandes puissances deviendrait une réelle possibilité.

Un résultat final plus positif que cela, bien sûr, falsifiera sa théorie et prouvera qu’il a tort. Je lui demande si le conflit ukrainien se termine moins mal – peut-être avec le retrait de la Russie ou l’acceptation d’un compromis, le renforcement de l’Ukraine et l’absence d’événement nucléaire – admettra-t-il qu’il a eu tort ?

« Bien sûr », répond-il. « La politique internationale fonctionne dans un monde de ce que j’appellerais une incertitude radicale, il est très difficile de savoir à quoi ressemble l’avenir, il est très difficile de faire des prédictions… Y a-t-il une possibilité que les Russes cèdent à un moment donné ? Je pense qu’il y a une petite possibilité. Je pense aussi qu’il y a une chance non négligeable que cela conduise à une guerre nucléaire. Et lorsque vous associez les conséquences d’une guerre nucléaire à cette possibilité, dans mon esprit, cela signifie que vous devez être remarquablement prudent. Laissez-moi illustrer cela par cette analogie. Si j’ai un pistolet, que le barillet a 100 chambres, et que je mets cinq balles dans ce barillet. Et je te dis, Freddie, je vais appuyer sur la gâchette et mettre le pistolet sur ta tête. Mais ne t’inquiète pas, il n’y a que 5% de chances que je te tue… La question que tu dois te poser est : vas-tu être nerveux ? Est-ce que tu vas avoir la trouille ? …Les conséquences ici impliquent une guerre nucléaire. Donc il ne doit y avoir qu’une petite probabilité que John ait raison« .

La critique courante de cette ligne d’argumentation est qu’il devient difficile de voir comment le comportement d’une puissance nucléaire pourrait jamais être freiné. Le tyran pourrait toujours brandir la menace d’une catastrophe nucléaire pour s’en tirer avec une nouvelle atrocité. Et cette logique mène également au désastre. Alors, où Mearsheimer fixerait-il la limite ? Ses réponses sont sans ambiguïté.

Tout d’abord, il estime sans hésiter que les pays de l’OTAN existants doivent être défendus, quels que soient les risques. « Les États baltes sont dans l’Otan. La Pologne et la Roumanie sont dans l’Otan. Ils ont une garantie au titre de l’article 5. Si les Russes devaient attaquer ces pays, nous devrions venir les défendre, il n’y a aucun doute là-dessus. Je soutiendrais cela ».

Plus surprenant, sur le sujet de la Chine et de Taiwain, dont on pourrait penser qu’elle ressemble à la Russie et à l’Ukraine en tant que plus petite entité soutenue par l’Occident dans l’orbite d’un hégémon régional rival, il adopte le point de vue opposé.

« J’ai un point de vue fondamentalement différent sur la Chine et sur la Russie. Et par conséquent, ma réflexion sur Taïwan est différente de ma réflexion sur l’Ukraine. Je pense que la Chine est un concurrent des États-Unis et qu’elle menace de dominer l’Asie de la même manière que les États-Unis dominent l’hémisphère occidental. … D’un point de vue américain, c’est inacceptable. Et je pense que c’est correct. Je pense que les États-Unis ne devraient pas vouloir que la Chine domine l’Asie, de la même manière que nous dominons l’hémisphère occidental. Nous allons donc nous donner beaucoup de mal pour contenir la Chine. Et pour contenir la Chine, il est important pour nous de défendre Taïwan ».

Le mearsheimerisme n’est donc pas tout à fait ce que ses partisans ou ses détracteurs pourraient penser. Ce n’est pas une doctrine anti-guerre (sa branche du « réalisme offensif » considère spécifiquement l’agression comme un élément nécessaire à la survie des grandes puissances) ; ce n’est pas non plus un scepticisme fondamental à l’égard de la puissance américaine. Il est favorable à ce que la puissance américaine soit projetée dans ses intérêts, mais il pense que la guerre en Ukraine est une distraction par rapport à la véritable menace, qui est la Chine, et pire, qu’elle poussera la Russie dans les bras de la Chine alors qu’il est dans l’intérêt de l’Amérique de les séparer.

Une semaine avant notre rencontre, Isaac Chotiner a publié la transcription d’un entretien téléphonique avec Mearsheimer dans le New Yorker. L’entretien portait ostensiblement sur l’Ukraine, mais Chotiner a poussé Mearsheimer à parler de sa récente rencontre avec Viktor Orbán. Ce qu’il a refusé de faire. L’effet était de laisser entendre qu’il couvrait des amitiés douteuses dans les franges illibérales (et favorables à la Russie) de l’Europe.

Mearsheimer me dit, ce qu’il a refusé de faire au téléphone avec Chontiner, qu’il était en Hongrie pour promouvoir la traduction de son dernier livre The Great Delusion, et que le premier ministre et le président ont demandé une rencontre par l’intermédiaire de l’éditeur. Il dit avoir sauté sur l’occasion, et s’est retrouvé à avoir une conversation de trois heures avec Orbán.

« J’étais très intéressé à lui parler pour deux raisons. D’une part, je voulais connaître son point de vue sur l’Ukraine, savoir comment il se situe par rapport à celui d’autres dirigeants européens et savoir où il pense que tout cela va. Mais j’étais aussi très intéressé de lui parler du nationalisme et du libéralisme, de la relation entre ces deux ismes, qui est l’un des thèmes centraux de mon livre. Ce que j’ai en commun avec Orbán, c’est qu’il pense que le nationalisme est une force très importante, évidemment, et je suis d’accord avec lui. Mais là où je ne suis pas d’accord avec lui, c’est que je pense que le libéralisme est une force très puissante, et que c’est tout bénéfice. Lui, par contre, déteste le libéralisme, il voit donc le libéralisme et le nationalisme comme des opposés polaires, il favorise le nationalisme et veut écraser le libéralisme. Moi, je vois le nationalisme et le libéralisme comme deux idéologies qui diffèrent sur des points importants, mais qui peuvent néanmoins coexister« .

Ne craint-il pas, quel que soit le contenu, qu’en organisant ce genre de réunions, il commence à être considéré comme un activiste ayant un programme politique plutôt que comme un observateur et un analyste ?

« Je ne suis pas un activiste, je suis un universitaire, je suis un savant. Et cela fait partie de mes recherches. Mon objectif est de comprendre ce qui se passe en Europe… Je n’approuve pas les politiques de Victor Orbán, ni ne les condamne, je lui parle simplement pour comprendre ce qui se passe dans son esprit, ce qui se passe en Hongrie et ce qui se passe en Europe plus généralement… Le fait que les gens essaient de me salir parce que j’ai parlé à Viktor Orbán n’est guère surprenant dans le contexte actuel, parce que les gens ne sont pas vraiment intéressés de nos jours à parler de faits et de logique. Ce qu’ils préfèrent faire, c’est salir les personnes avec lesquelles ils ne sont pas d’accord ».

Il n’est peut-être pas surprenant que la marque de réalisme froid de Mearsheimer soit devenue populaire dans notre monde de plus en plus multipolaire et compétitif. Mais il y a une qualité d’observation impassible qui sonne négativement et même cyniquement à l’oreille des progressistes. Je lui demande si ce monde incertain et multipolaire est là pour rester et si oui, est-ce une bonne chose ?

« Je pense qu’il est définitivement là pour rester. Et je pense que c’est plus dangereux que ne l’était la guerre froide. Je suis né et j’ai grandi pendant la guerre froide, et le monde était bipolaire à ce moment-là… Pendant la guerre froide, nous avions les États-Unis et l’Union soviétique. Pendant le Moment unipolaire, vous aviez juste le seul pôle, les États-Unis. Et aujourd’hui, vous avez trois grandes puissances, les États-Unis, la Chine et la Russie. Il n’y avait pas de politique de grande puissance dans le monde unipolaire, car il n’y avait qu’une seule grande puissance. Ce que nous avons aujourd’hui, avec la concurrence entre les États-Unis et la Chine en Asie de l’Est, et la concurrence entre les États-Unis et la Russie, principalement au sujet de l’Ukraine, ce sont deux dyades de conflits. Ce sont des dyades de conflits distinctes – Etats-Unis-Chine, Etats-Unis-Russie. Je dirais que non seulement vous en avez deux au lieu d’un, mais que chacune de ces dyades est plus dangereuse que la dyade de conflit de la guerre froide.

« Les États-Unis et la Russie sont presque en guerre en Ukraine, et nous pouvons émettre des hypothèses de scénarios plausibles où les États-Unis finissent par se battre contre la Russie en Ukraine. Et puis nous avons parlé de la concurrence entre les États-Unis et la Chine et des problèmes liés à Taïwan. Et Taïwan n’est pas le seul point chaud en Asie de l’Est, il y a aussi la mer de Chine méridionale, la mer de Chine orientale et la péninsule coréenne. Vous pouvez donc imaginer qu’une guerre éclate entre les États-Unis et la Chine en Asie de l’Est, et qu’une guerre éclate en Ukraine impliquant les États-Unis et la Russie, je pense que c’est plus facile que d’imaginer qu’une guerre éclate pendant la guerre froide en Europe, ou en Asie de l’Est impliquant les États-Unis et l’Union soviétique.

Je pense donc que nous vivons aujourd’hui une époque plus dangereuse que pendant la guerre froide, et certainement que pendant le moment unipolaire. Et je pense que la situation ne peut que s’aggraver« .

J’espère vraiment que vous avez tort, dis-je. « J’espère aussi que j’ai tort« , répond-il.

Source: https://unherd.com/2022/11/john-mearsheimer-were-playing-russian-roulette/

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer