Le président Vladimir Poutine a rencontré l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger. Date 26 avril 2007. Domaine public

Kissinger met en garde sur le délai d’un règlement de paix en Ukraine

RT news – 24 mai 2022

Le conflit avec la Russie doit prendre fin dans deux mois, sinon il deviendra incontrôlable, a averti l’homme d’État chevronné.

Il existe une petite fenêtre d’opportunité pour mettre fin au conflit armé en Ukraine et trouver un accord de paix, a déclaré l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger lors d’un rassemblement des élites occidentales à Davos, en Suisse. Au-delà, la Russie pourrait rompre définitivement avec le reste de l’Europe et devenir un allié permanent de la Chine, a-t-il déclaré lundi lors d’un discours au Forum économique mondial.

« Les négociations sur la paix doivent commencer dans les deux prochains mois environ, [avant que le conflit] ne crée des bouleversements et des tensions qui ne seront pas faciles à surmonter », a déclaré ce diplomate chevronné de 98 ans à propos de la crise. L’issue déterminera les relations du reste de l’Europe avec la Russie et l’Ukraine, a-t-il ajouté. « Idéalement, la ligne de démarcation devrait revenir au statu quo ante », a-t-il déclaré.

« Je pense que poursuivre la guerre au-delà de ce point la transformerait non pas en une guerre pour la liberté de l’Ukraine, qui avait été entreprise avec une grande cohésion par l’OTAN, mais en une guerre contre la Russie elle-même », a-t-il ajouté.

Kissinger est un éminent praticien de l’approche realpolitik des relations internationales – qui place les intérêts pratiques des nations avant leurs positions idéologiques. Il a rappelé qu’il y a huit ans, lorsque la crise ukrainienne a été lancée par un coup d’État armé à Kiev, il a plaidé pour que l’Ukraine devienne un État neutre et un « pont entre la Russie et l’Europe plutôt que… une ligne de front de groupements au sein de l’Europe. »

Kiev a plutôt poursuivi l’adhésion à l’OTAN comme un objectif stratégique, ouvrant la voie aux hostilités actuelles. L’opportunité qu’il avait alors promue n’existe plus, a déclaré Kissinger, mais « elle pourrait encore être conçue comme un objectif ultime. »

L’Occident devrait garder à l’esprit le tableau d’ensemble et se rappeler que « la Russie est depuis 400 ans une partie essentielle de l’Europe« , a déclaré le diplomate. Il a averti que le continent devait faire attention « à ce que la Russie ne soit pas poussée dans une alliance permanente avec la Chine. »

M. Kissinger a abordé l’escalade de la confrontation entre la Chine et les États-Unis, affirmant que les deux nations se perçoivent désormais comme leur seul concurrent stratégique viable sur la scène mondiale. Il a déclaré qu’une course aux armements entre les deux pays était un scénario particulièrement inquiétant pour le monde entier.

« Un conflit avec des technologies modernes mené en l’absence de toute négociation préalable sur le contrôle des armements, de sorte qu’il n’existe aucun critère de limitation établi, sera une catastrophe pour l’humanité », a-t-il déclaré.

Le rassemblement de Davos cette semaine est le dernier forum international à avoir invité le président ukrainien Volodymyr Zelensky à défendre les intérêts de son pays. Dans son discours, il a demandé plus d’armes pour Kiev et plus de sanctions contre la Russie. Il a affirmé que Moscou n’était pas intéressé par des négociations de paix.

La Russie a déclaré à plusieurs reprises que c’était l’Ukraine qui avait bloqué les pourparlers de paix après que des progrès aient été réalisés à Istanbul fin mars.

« Ce n’était pas notre initiative de geler les pourparlers« , a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Andrey Rudenko aux journalistes lundi, réitérant cette position. « Nous sommes prêts à revenir aux négociations dès que l’Ukraine démontrera une position constructive et réagira au minimum aux suggestions que nous lui avons envoyées. »

La Russie a attaqué son État voisin fin février, après que l’Ukraine n’a pas appliqué les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et que Moscou a fini par reconnaître les républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole négocié par l’Allemagne et la France visait à donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles elle prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Source: RT news

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer