Le missile doit avoir été tiré par les forces ukrainiennes

Publié sur Moon of Alabama 9 avril 2022

Source:

Il n’y a aucune force russe ou d’alignement russe à l’ouest-sud-ouest de Kramatorsk dans la portée maximale de 120 km d’un missile Tochka. Le missile doit avoir été tiré par les forces ukrainiennes.

Nous ne pouvons pas rester silencieux sur ce qui s’est passé à Kramatorsk, la plupart des médias ayant simplement « supposé » que c’était les Russes. C’est pourquoi nous publions ce texte – sans les photographies de la version originale – parce qu’il contient des informations qui ne sont pas facilement accessibles aux lecteurs occidentaux, tout en rappelant que publication ne signifie pas nécessairement accord.

Ceci fait suite à la frappe de missiles missiles Tochka-U ukrainiens d’hier sur la gare de Kramatorsk. La Russie ne possède plus de  missiles Tochka (cherchez Tochka dans le pdf), alors que l’Ukraine, la Biélorussie et plusieurs autres États les utilisent encore.

Il existe maintenant des preuves supplémentaires que le missile a été tiré par les forces ukrainiennes. Les faits n’ont pas d’importance pour les médias « occidentaux » qui s’en tiennent à l’histoire qu’on leur demande de produire. Pourtant, je pense que les faits comptent, du moins à long terme, et qu’il y a une valeur historique à les documenter.

La Tochka-U est un missile tactique d’une portée maximale d’environ 120 kilomètres. Il est généralement tiré à partir d’un véhicule de transport, d’érection et de lancement (TEL) et ne nécessite que peu de préparatifs.

Le véhicule TEL pour le Tochka est un BAZ 5921 /5922 à six roues. Ce sont des châssis amphibies à coque flottante. L’image ci-dessous montre un BAZ TEL en mode parade avec un missile Tochka légèrement dressé. En mode de transport normal, le missile est couché horizontalement sous un toit de protection.

***

Plusieurs déclarations font état de la présence de tels véhicules en Biélorussie ou au sein des forces russes en Ukraine. Mais on ne peut pas dire que tous les véhicules BAZ à six roues soient des TEL ou des transporteurs de missiles Tochka. Il existe plusieurs variantes de ce véhicule avec des équipements radar ou de communication ou simplement utilisés comme transporteurs ou ferries pour toutes sortes de marchandises.

***

Le missile Tochka, ci-dessous en position de tir, se compose d’un moteur-fusée, de quatre ailerons et grilles pour diriger sa course, d’un compartiment à combustible solide et d’une ogive à l’avant. Un missile complet pèse environ 2 000 kilogrammes.

***

Il existe différents types d’ogives qui pèsent environ 500 kg chacune.

L’ogive utilisée à Kramatorsk est une ogive à fragmentation composée de 20 sous-munitions (grises) contenant chacune environ 7,5 kilogrammes d’explosifs enfermés dans une coque métallique.

***

Au-dessus de la zone cible, ces sous-munitions sont expulsées et explosent en l’air, créant chacune 800 fragments. L’ogive ne laisse donc aucun trou dans le sol mais expulse à grande vitesse un nombre considérable de fragments métalliques mortels sur une zone relativement étendue. Les missiles Tochka ne sont pas très précis. Ils ont une probabilité d’erreur circulaire (CEP) d’environ 150 mètres. Ce sont des armes dites de zone, à utiliser contre des concentrations d’infanterie ou de véhicules non blindés.

Après le tir, le moteur de la fusée propulse l’ogive vers sa destination. Peu avant l’impact, l’ogive se sépare de la section d’accélération et poursuit sa route tandis que le moteur de la fusée s’arrête. Ayant perdu sa poussée et sa pointe aérodynamique, la section d’appoint relativement lourde tombe alors au sol. Si tout fonctionne comme prévu, la section du booster tombe toujours avant la section de l’ogive.

Ce qui nous amène à la scène de Kramatorsk. Plusieurs photos de la scène montrent la section de propulsion du missile.

***

L’endroit où il a atterri a été géolocalisé près d’un parking à environ 60 mètres à l’ouest-sud-ouest de la gare ferroviaire. Voici une vue de Google Maps du quartier de la gare. Les explosions des ogives se sont produites sur le côté est de la gare, au-dessus du quai de départ.

L’emplacement des débris du booster et l’endroit où l’explosion s’est produite permettent de déterminer la trajectoire à partir de laquelle le missile a été tiré. J’ai vérifié les emplacements décrits ci-dessous et les ai trouvés corrects.

Le nord est en haut. La station est encerclée et le point est l’endroit où la section du booster a atterri. La flèche montre la trajectoire qu’a dû prendre le missile.

Oh, la carte est annotée en russe et vous ne faites pas confiance aux sources russes ? Eh bien, voici le New York Times qui affiche une carte similaire.

Voici une carte de Liveuamap décrivant les lignes de front actuelles en Ukraine. Kramatorsk est marqué en jaune.

Notez qu’il n’y a aucune force russe ou d’alignement russe à l’ouest-sud-ouest de Kramatorsk dans la portée maximale de 120 km d’un missile Tochka. Le missile a dû être tiré par les forces ukrainiennes.

Sans surprise, l’armée russe est parvenue à la même conclusion :

L’analyse du rayon d’engagement de l’ogive, ainsi que la position caractéristique de la section de la queue du missile Tochka-U, confirment clairement qu’il a été lancé depuis une direction sud-ouest, loin de Kramatorsk.

Selon les rapports des services de renseignement, l’une des divisions de la 19e brigade de missiles, armée de systèmes de missiles Tochka-U au moment de la frappe sur Kramatorsk, se trouvait près de Dobropol’e dans la région de Donetsk, à 45 km au sud-ouest de Kramatorsk.

Cette zone est toujours sous le contrôle total des troupes militaires ukrainiennes regroupées dans le Donbass.

Les preuves accessibles au public montrent que les militaires ukrainiens ont dû tirer le missile qui a tué une cinquantaine de civils ukrainiens à Kramatorsk.

Le seul but de l’attaque auquel je peux penser était de créer une propagande qui, lorsqu’elle sera diffusée comme « attaque russe » par les médias « occidentaux », suscitera davantage de soutien militaire à l’Ukraine.

Tous ceux qui incitent à donner plus d’armes à l’Ukraine ou qui l’encouragent à poursuivre cette guerre sont coupables de créer une impulsion pour d’autres incidents comme celui de Kramatorsk.

Moon of Alabama

Source:

Imprimer