La Chine a lancé des exercices militaires dans la mer de Chine méridionale contestée alors que le président américain Joe Biden est arrivé en Corée du Sud pour rencontrer le président Yoon Suk-yeol et promouvoir son prochain plan économique pour la région.

Par Andrew Thornebrooke – 22 mai 2022 – The Epoch Times 

M. Biden effectue actuellement une tournée en Asie de l’Est afin de développer de meilleures relations avec les partenaires de la nation dans la région indo-pacifique et d’obtenir un soutien pour son cadre économique indo-pacifique, qu’il devrait annoncer au Japon le 23 mai.

Les visites avec les hauts dirigeants de la Corée du Sud et du Japon soulignent également les efforts des États-Unis pour travailler avec leurs alliés et partenaires de la région afin de contrer les agressions croissantes de Pékin, que les responsables de l’administration ont décrit comme la principale menace pour les États-Unis.

L’administration chinoise de la sécurité maritime a ensuite annoncé qu’elle effectuerait des exercices en mer de Chine méridionale jusqu’à lundi. Elle a précisé que les avions et les navires non chinois seraient interdits d’accès à la zone, mais n’a donné aucun autre détail.

La Chine affirme avoir des droits historiques sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale et a mené une campagne massive de construction d’îles artificielles dans toute la région pour étendre superficiellement ses frontières. Elle a également utilisé ces îles pour y installer des équipements militaires.

Le département d’État américain, s’appuyant sur une décision rendue en 2016 par un tribunal international, soutient qu’il n’existe « aucune base juridique cohérente » aux revendications de la Chine en droit international. Les États-Unis maintiennent également qu’ils ont le droit d’opérer librement dans la mer, qui constitue les eaux internationales.

Le Brunei, la Malaisie, les Philippines et Taiwan revendiquent également des parties de la mer de Chine méridionale.

La région est donc devenue un foyer de conflit.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s’est entretenu avec des journalistes à bord d’Air Force One en route pour la Corée du Sud et a réaffirmé que les États-Unis continueraient à défendre l’accès international à la région et à rechercher la stabilité dans le détroit de Taïwan tout proche.

« Notre point de vue, comme nous l’avons exprimé à de nombreuses reprises, est que nous sommes préoccupés par la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan et par l’escalade des tensions », a déclaré M. Sullivan. « Et nous pensons que la Chine contribue à l’aggravation de ces tensions par des activités militaires provocatrices autour de Taïwan et du détroit. »

« Mais nous avons été tout aussi clairs sur le fait que notre politique à l’égard de Taïwan n’a pas changé… nous restons déterminés à soutenir la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan et à veiller à ce qu’il n’y ait pas de changement unilatéral du statu quo. »

M. Sullivan a également déclaré que M. Biden tiendrait probablement un autre sommet virtuel avec le secrétaire général du Parti communiste chinois, Xi Jinping. Les deux dirigeants s’étaient rencontrés virtuellement pour la dernière fois en mars, lorsque Biden avait averti Xi de conséquences non spécifiées si le régime chinois devait apporter un soutien matériel à la Russie dans ses efforts de guerre.

« Je ne serais pas surpris que, dans les semaines à venir, le président Biden et le président Xi se parlent à nouveau », a déclaré M. Sullivan.

Le conseiller à la sécurité nationale a ajouté que le président s’efforcerait d’établir des relations locales avec les dirigeants de la Corée du Sud et du Japon afin de mieux développer les ressources pour les infrastructures commerciales, et qu’il y aurait des développements importants dans le domaine du commerce et la possibilité d’établir des règles pour l’économie numérique.

« Nous pensons que cet événement de lundi va être une grande affaire et va constituer une étape importante dans l’engagement des États-Unis dans l’Indo-Pacifique », a déclaré Sullivan. « Et à la fin du premier mandat du président, je pense que nous regarderons en arrière et dirons que c’est le moment où l’engagement des États-Unis dans la région indo-pacifique est passé à la vitesse supérieure. »

Source:  The Epoch Times

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer