Alors que Washington alimente le conflit en Ukraine, Pékin promeut la paix, a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères.

Pékin, contrairement aux États-Unis, recherche la paix en Ukraine, et c’est au public de décider qui est du « bon côté de l’histoire », a déclaré jeudi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, en réponse aux critiques de Washington sur la position de la Chine dans le conflit.

La Chine a été fortement critiquée par les États-Unis pour son refus de condamner l’offensive russe en Ukraine, ainsi que pour sa coopération avec Moscou. Mercredi, un porte-parole du Département d’État américain a accusé Pékin de « rester aux côtés de la Russie… de faire écho à sa propagande… de nier les atrocités commises par la Russie en Ukraine » avant de déclarer que « les nations qui se rangent du côté de Vladimir Poutine se retrouveront inévitablement du mauvais côté de l’histoire. »

« Sur la question de l’Ukraine, la Chine a toujours évalué indépendamment la situation sur la base du contexte historique et des mérites de la question. Nous nous situons toujours du côté de la paix et de la justice », a déclaré Wang Wenbin.

Il a ensuite comparé la politique étrangère de la Chine à celle des États-Unis et, selon lui, elle ne favorise pas Washington. Il a déclaré qu’alors que Washington a poussé l’expansion de l’OTAN vers l’est et ramené le conflit « en Europe », la Chine s’est engagée dans le dialogue et la coopération.

 » Alors que les États-Unis ont réclamé un combat ‘jusqu’au dernier Ukrainien’ et ont alimenté le conflit, la Chine a activement encouragé les pourparlers de paix et a appelé le monde à permettre la poursuite des négociations, et non des combats, entre la Russie et l’Ukraine « , a-t-il déclaré.

Au moment où les États-Unis se sont empressés d’appliquer des sanctions et des pressions, Pékin s’est fermement opposé aux tentatives de politiser l’économie mondiale, a fait valoir le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, car « ce qui a été réalisé grâce à la coopération économique internationale au cours des décennies ne peut pas être simplement effacé. »

« Les gens arriveront à leur propre conclusion quant à savoir qui est du bon côté. Les États-Unis ne cessent de prétendre qu’ils sont du bon côté de l’histoire, mais sont-ils vraiment sûrs d’eux lorsqu’ils affirment cela ? Peut-être que les États-Unis ne font que siffler dans le noir », a-t-il conclu.

Les remarques du porte-parole du département d’État étaient, quant à elles, une réaction à une déclaration du président chinois Xi Jinping. Mercredi, Xi a réaffirmé que la Chine était « prête à travailler avec la Russie pour continuer à se soutenir mutuellement sur leurs intérêts fondamentaux respectifs concernant la souveraineté et la sécurité ».

Depuis fin février, lorsque Moscou a lancé son offensive militaire en Ukraine, la Russie est devenue le pays le plus sanctionné au monde. Les États-Unis, l’Union européenne, le Royaume-Uni et de nombreux autres pays ont imposé des restrictions draconiennes à divers secteurs de l’économie russe. Au cours des trois derniers mois, Washington a tenté de persuader la Chine, l’Inde et d’autres pays de suivre l’exemple des États-Unis en « punissant » Moscou.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, suite à l’incapacité de l’Ukraine à appliquer les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et à la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a nié avoir l’intention de reprendre les deux républiques par la force.

Source: RT.com – 17 juin 2022

Traduction: Arretsurinfo.ch

Imprimer