Source: Moon of Alabama – 5 juillet 2022

La guerre en Ukraine progresse clairement en faveur de la Russie. C’est pourquoi je suis consterné par les descriptions ineptes que font les médias « occidentaux » des opérations passées et actuelles dans cette guerre.

Considérez cette carte du 21 juin du chaudron de Lysichansk tel qu’il se développait. La ligne de front s’étend sur plus de 125 kilomètres (78 miles).

Quatorze jours plus tard, la carte ressemble à ceci.

La ligne de front a été réduite à 25 kilomètres (15 miles). Dimanche, le ministère russe de la Défense a annoncé que ses troupes avaient « libéré » 184 kilomètres carrés au cours des dernières 24 heures.

Lorsque j’étais dans l’armée, mon bataillon de chars était censé opérer sur une ligne de front d’une largeur de cinq kilomètres (3 miles). Il ne s’agissait bien sûr que d’une règle empirique dépendant du terrain et d’autres circonstances. Mais nous pouvons nous attendre à ce qu’un groupe tactique du bataillon (BTC) russe ait des capacités similaires de couverture de la ligne de front.

La Russie avait besoin de quelque 25 BTC pour couvrir la ligne de front le 21 juin. Elle n’a plus besoin que de 5 BTC pour couvrir la ligne actuelle. Il y avait et il y a maintenant bien sûr des troupes de réserve supplémentaires et certains CTB font l’objet d’une rotation au fur et à mesure que les troupes reposées arrivent, comme le président russe leur a ordonné de le faire :

Shoigu a dit à Poutine que « l’opération » était terminée dimanche après que les troupes russes ont envahi la ville de Lysychansk, le dernier bastion des forces ukrainiennes à Luhansk.

Poutine, à son tour, a dit que les unités militaires « qui ont pris part aux hostilités actives et ont obtenu un succès, une victoire » à Luhansk « devraient se reposer, augmenter leurs capacités de combat. »

Dans une semaine ou deux, ces CTB qui se reposent maintenant et se réapprovisionnent seront de retour. Ils créeront un nouveau chaudron autour de Siversk et peut-être de Bakhmut, décimeront les forces ukrainiennes qui s’y trouvent pour ensuite capturer toute la zone.

Malgré cette progression évidente du côté russe, l’Associate Press titre : Le coût élevé des avancées russes en Ukraine pourrait limiter les futures progressions.

Les seules preuves supposées du coût élevé des opérations russes sont les affirmations d’un « analyste militaire ukrainien » qui prétend que certaines unités russes ont perdu la moitié de leurs soldats. Je n’ai rien vu qui puisse étayer une telle affirmation.

L’auteur de AP ajoute ensuite ceci :

Les effectifs limités ont contraint les commandants russes à éviter les tentatives ambitieuses d’encerclement de vastes zones dans le Donbas, optant pour des manœuvres plus modestes et s’appuyant sur des barrages d’artillerie lourde pour forcer lentement les Ukrainiens à battre en retraite.

S’il vous plaît. Regardez les cartes ci-dessus. Que vient de faire la Russie ? Elle a fait une tentative ambitieuse d’encercler une grande partie du Donbas et a réussi cet effort en quelques jours seulement. L’armée ukrainienne a jeté tout ce dont elle disposait dans la marmite et a perdu des milliers d’hommes tandis que l’armée russe a évité les combats directs hommes contre hommes pour minimiser ses propres pertes.

Ainsi, si les Ukrainiens bénéficieront également d’une ligne de front désormais plus courte, ils ont perdu de nombreux soldats et abandonné beaucoup d’équipements au cours des dernières semaines et auront des difficultés à constituer des réserves.

Il n’y a absolument aucune raison de croire que les forces russes ne sont pas capables de répéter le processus encore et encore.

Les articles de désinformation comme celui de l’AP ont pour but de prétendre que l’Ukraine peut encore gagner la guerre et mérite un large soutien pour y parvenir.

La réalité du champ de bataille s’y oppose. Il n’y a aucune chance que l’Ukraine puisse acquérir une supériorité sur l’armée russe. Aucune livraison d’armes n’y contribuera.

Oui, le système d’artillerie HIMARS, dirigé par les services de renseignement américains, peut frapper des dépôts d’armes russes mal camouflés à quelques kilomètres derrière la ligne de front, comme il l’a fait à deux reprises jusqu’à présent.  Mais la Russie ne manque pas de munitions et prendra des contre-mesures pour mieux les protéger.  Les armées qui fonctionnent s’adaptent toujours à de tels défis.

Toute prolongation de la guerre ne fera qu’entraîner davantage de morts parmi les soldats ukrainiens, davantage de blessés qui auront besoin de soins et davantage de destruction. La seule chose sensée que l’on puisse faire maintenant est de presser le président ukrainien Zelensky de reprendre les négociations avec la Russie et d’admettre la défaite de ses troupes.

Il vaut mieux capituler maintenant plutôt que d’attendre que le leader tchétchène Ramsan Kadyrov vienne à Kiev pour l’y contraindre.

Moon of Alabama

Traduction: Arretsurinfo.ch

Imprimer