Prenez la tragédie du Sri Lanka et multipliez-la par dix

Par Larry McDonald, auteur du rapport sur les Pièges à ours

Publié le 14 juillet 2022 sur Zerohedge.com

Nous vivons une période de délire économique de grande ampleur, de type « Jonestown ». Il y a seulement vingt mois – les banquiers centraux proposaient d’acheter presque toutes les obligations de pacotille connues de l’humanité, faussant de façon spectaculaire le « véritable coût du capital. » De la crypto aux marchés émergents, c’était une overdose de risque financier. Tout le monde sur terre empruntait de l’argent à des taux d’intérêt fantaisistes.

Maintenant, la Fed promet des hausses de taux sans fin et une réduction du bilan d’un milliard de dollars sur une planète où les marchés du crédit des marchés émergents et de la zone euro sont en flammes.

Ecoutez, je n’ai qu’un diplôme d’économie de l’Université du Massachusetts, mais après avoir passé les 20 dernières années à négocier des obligations de manière professionnelle et m’être embarqué dans une autopsie à 6 mètres de profondeur de la plus grande faillite bancaire de tous les temps – de mon point de vue, l’agenda actuel de la Fed est une pure folie et sera dévoilé très bientôt.

Le véritable coût du capital a été faussé pendant si longtemps que nous avons maintenant des centaines d’universitaires qui n’ont aucune idée du serpent sous-jacent des marchés mondiaux. Lorsque Paul Volcker, arpentait les couloirs du Marriner S. Eccles Building de la Réserve Fédérale à Washington, notre planète avait une dette inférieure de 200 000 milliards de dollars à celle d’aujourd’hui. Volcker a fait grimper les taux avec une dette inférieure à 200 000 milliards de dollars. S’il vous plaît, appelez les imbéciles de la gestion du risque qui ne font aucune référence à Volcker.

En 2021, la dette mondiale a atteint un niveau record de 303 000 milliards de dollars, selon l’Institut de la finance internationale, une association mondiale du secteur financier. Il s’agit d’un NOUVEAU bond par rapport à la dette mondiale record de 226 000 milliards de dollars en 2019, comme l’indique le FMI dans sa base de données sur la dette mondiale.

Beaucoup d’économistes en 2022 sont hautement irréalistes – un cercle extrêmement dangereux en effet. Lorsque vous augmentez les taux de manière agressive avec un dollar fort, vous multipliez le risque de taux d’intérêt, qui était déjà hors normes à partir d’une base 2020 si faible en termes de rendement – c’est un cauchemar de convexité. Les hausses de taux d’intérêt d’aujourd’hui, associées à un dollar américain fort, ont un pouvoir destructeur cent fois supérieur à celui de l’ère Carter-Reagan.

Dans le même temps, vous ajoutez de l’huile sur le feu du risque de crédit dans les marchés émergents avec un billet vert en pleine ébullition. Les banques mondiales doivent évaluer la plupart de ces actifs sur le marché. Si les taux mondiaux remontent et restent à des niveaux élevés, la montagne de dettes souveraines est en danger. La réponse à la crise de Lehman et Covid (voir ci-dessus) a laissé une facture insoutenable sur le plan mathématique pour les générations suivantes. La Fed NE PEUT PAS augmenter les taux de manière agressive dans cette situation sans faire exploser l’économie mondiale.

Puis Covid-19 a ajouté par dessus un cocktail colossal d’effets de levier. Les pays émergents et les marchés émergents doivent actuellement plus de $100B. U.S. de dollars au FMI. Donc plus qu’ils ne peuvent payer. La politique de la banque centrale américaine d’un dollar plus fort est en train de réduire à néant ce capital au moment où nous parlons.

Un dollar qui s’envole avec les matières premières agricoles – dont le prix est fixé en dollars – est une taxe colossale sur les pays émergents – les universitaires ignorants de la Fed exportent l’inflation dans les pays qui peuvent le moins se le permettre.

Un quart de Trillion de dollars de dettes  en souffrance menace d’entraîner le monde en développement dans une cascade historique de défauts de paiement. Le nombre de pays en développement en difficulté a doublé, le Salvador, le Ghana, l’Égypte, la Tunisie et le Pakistan semblant particulièrement vulnérables. Avec les pays à faible revenu, les risques et les crises d’endettement ne sont pas hypothétiques; essayez d’acheter du pétrole en USD [dollars US] dans une devise des pays émergeants. Un cinquième – soit environ 17% — de  $1.4 trillion de dollars d’actifs souverains des marchés émergents ont une  dette extérieure libellé en dollars, en euros ou en yens, selon les données compilées par Bloomberg.

Les universitaires de la Fed exportent l’inflation vers les pays qui peuvent le moins se le permettre – décimant ainsi les populations du monde entier. Les tragédies s’accumulent. Tout en profitant de la couverture de ses pions bien placés, le dur à cuire Powell – tout droit sorti d’une scène de la partie de poker du pauvre – joue son numéro Volcker. Quant à savoir qui dirige vraiment la partie, et que les obligations des marchés émergents plongent de 10 points par semaine, Powell veut vous faire croire qu’il a des rois dans sa poche.

En réalité, la dynamique mondiale du risque de crédit détient les As, et la Fed en garde deux dans sa poche, si ce n’est plus. Le FMI a une capacité de prêt totale de près  d’un $1T, Powell est en train d’en effacer 10%. En fin de compte, cette confrérie égarée reviendra, « chapeau bas », une fois de plus vers le contribuable américain.

Nous avons donc maintenant des bilans bancaires mondiaux, tendus de $20T jusqu’à $30T (Trillons) de dollars de pertes de marché sur les actions, les bons du Trésor, les obligations d’État européennes, les crypto-monnaies, les capitaux privés et le capital-risque, au milieu de la pire crise du crédit des marchés émergents depuis des décennies

Tout cela après seulement 150 points de base de hausse des taux de la Fed ? Bonjour ? Y a-t-il quelqu’un ? Il y a BEAUCOUP d’obligations qui ressemblent à ça ! Oh – au fait – l’Egypte doit MF $13B de dollars au FMI, la Fed vient de mettre le feu à ces dettes.

Si la Fed tient ses promesses en matière de politique, prenez la tragédie du Sri Lanka et multipliez-la par dix dans le monde entier au cours des six prochains mois. Check-mate FOMC. [NdT, Federal Open Market Committee].

Larry McDonald

Source: Zerohedge.com

Imprimer