La France pourrait conduire le peuple américain sur la voie d’un conflit nucléaire qui n’est décidément pas dans l’intérêt du peuple américain – ou de l’humanité elle-même, préviennent d’anciens professionnels des services de renseignement américains.


Le président américain Joe Biden s’apprête à débarquer du Marine One, juillet 2021 Maison Blanche, Adam Schultz

D’anciens professionnels des services de renseignement américains ont lancé à l’attention de Joe Biden un avertissement concernant l’impulsion belliqueuse donnée par Macron à la politique étrangère française vis à vis de l’Ukraine. Voici la traduction de ce mémo

24 mars 2024

NOTE D’ALERTE POUR : Le Président [Joe Biden]

DE : Anciens Professionnels du renseignement pour le bon sens (VIPS, Veteran Intelligence Professionals for Sanity)

OBJET : Au bord de la guerre nucléaire

Monsieur le Président,

La France pourrait conduire le peuple américain sur la voie d’un conflit nucléaire qui ne serait décidément pas dans l’intérêt du peuple américain – ni de l’humanité elle-même, prévient VIPS le président Joe Biden.

La France s’apprêterait à envoyer en Ukraine, dans un avenir pas si lointain, une force d’environ 2000 hommes – à peu près l’équivalent d’une brigade renforcée composée d’un bataillon blindé et de deux bataillons mécanisés, avec des troupes de soutien logistique, d’ingénierie et d’artillerie.

Cette force est purement symbolique, dans la mesure où elle n’aurait aucune chance de survie dans un conflit moderne de haute intensité de la portée et de l’ampleur de ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine. Elle ne serait pas déployée directement dans une zone de conflit, mais servirait soit (1) de force de filtrage/fil-piège [screening force/tripwire] pour arrêter l’avancée de la Russie, soit (2) de force de remplacement déployée dans une zone non active afin de libérer des soldats ukrainiens pour le combat. Cette brigade française serait complétée par des unités plus petites provenant des États baltes.

Cela reviendrait à introduire des troupes de combat d’un pays de l’OTAN sur un théâtre de guerre, ce qui en ferait des “cibles légitimes” au regard du droit de la guerre.

Ces unités n’auraient apparemment pas de mandat de l’OTAN. Pour la Russie, cependant, il pourrait s’agir d’une distinction inutile. La France semble parier — naïvement — que son appartenance à l’OTAN empêcherait la Russie d’attaquer les troupes françaises. Au contraire, il est fort probable que la Russie attaquera tout contingent français ou balte en Ukraine et détruira ou entamera rapidement sa capacité de combat.

Dans ce cas, le président français Macron pourrait calculer qu’après des attaques russes contre les troupes de membres de l’OTAN — sous mandat de l’OTAN ou non — il pourrait invoquer l’article 5 de la Charte de l’OTAN et amener l’Alliance à intervenir. Cette intervention prendrait probablement la forme d’avions opérant à partir de pays de l’OTAN, incluant peut-être des missions d’interdiction contre des cibles tactiques à l’intérieur de la Russie.

Au bord de la guerre nucléaire ?

D’un point de vue doctrinal et légal, la Russie réagirait en lançant des frappes de représailles contre des cibles situées dans les pays de l’OTAN. Si l’OTAN attaque ensuite des cibles stratégiques à l’intérieur de la Russie, la doctrine nucléaire russe prend alors le dessus et les centres de décision de l’OTAN seraient frappés avec des armes nucléaires.

Nous ne pensons pas que la Russie lancera une attaque nucléaire contre les États-Unis, mais nous laissons plutôt les États-Unis décider s’ils veulent risquer la destruction en se préparant à lancer une attaque nucléaire contre la Russie. Cela dit, les forces stratégiques russes se sont améliorées au point que, dans certains domaines (les missiles hypersoniques, par exemple), leur capacité dépasse celle des États-Unis et de l’OTAN.

En d’autres termes, la tentation russe de frapper en premier pourrait être un peu plus forte que lors des crises passées, et nous sommes un peu moins convaincus que la Russie voudrait “passer en second”.
Un autre facteur inquiétant est que les Russes sont susceptibles de croire que la folie de Macron a l’approbation tacite de certains responsables américains et occidentaux, qui semblent désespérer de trouver comment modifier la trajectoire de la guerre en Ukraine, d’autant plus que les élections approchent.

Ce qui doit être fait

L’Europe doit comprendre que la France l’entraîne sur la voie d’une autodestruction inévitable.

Le peuple américain doit comprendre que l’Europe le mène au bord de l’anéantissement nucléaire.

Puisque les dirigeants russes peuvent soupçonner que Macron travaille main dans la main avec Washington, les États-Unis doivent exprimer publiquement et sans ambiguïté leur position.

Et si la France et les pays baltes insistent pour envoyer des troupes en Ukraine, il faut également préciser qu’une telle action n’a aucun mandat de l’OTAN ; que l’article 5 ne sera pas déclenché par des représailles russes ; et que l’arsenal nucléaire américain, y compris les armes nucléaires qui font partie de la force de dissuasion de l’OTAN, ne sera pas utilisé à la suite d’une action militaire russe contre les troupes françaises ou baltes.

Sans une telle clarté, la France entraînerait le peuple américain sur la voie d’un conflit nucléaire qui ne serait décidément pas dans l’intérêt du peuple américain – ni de l’humanité elle-même.

POUR LE GROUPE DE PILOTAGE,

VETERAN INTELLIGENCE PROFESSIONALS FOR SANITY

William Binney, ancien directeur technique, analyse géopolitique et militaire mondiale, NSA ; cofondateur du SIGINT Automation Research Center (retraité)
Marshall Carter-Tripp, agent du service extérieur (retraité) et ancien directeur de bureau au Bureau du renseignement et de la recherche du département d’État
Bogdan Dzakovic, ancien chef d’équipe des Federal Air Marshals et de la Red Team, FAA Security, (ret.) (VIPS associé)
Graham E. Fuller, vice-président du Conseil national du renseignement (retraité)
Philip Giraldi, C.I.A., responsable des opérations (retraité)
Matthew Hoh, ancien capitaine de l’USMC (Irak) et officier du service extérieur (Afghanistan) ; VIPS associé
James George Jatras, ancien diplomate américain et ancien conseiller en politique étrangère auprès de la direction du Sénat (VIPS associé)
Larry C. Johnson, ancien officier de la C.I.A. et du département d’État chargé de la lutte contre le terrorisme
John Kiriakou, ancien agent de la C.I.A. chargé de la lutte contre le terrorisme et ancien enquêteur principal de la commission des affaires étrangères du Sénat
Karen Kwiatkowski, ancienne lieutenant-colonel de l’armée de l’air américaine (retraitée), au bureau du secrétaire à la Défense chargé de surveiller la fabrication des mensonges sur l’Irak (2001-2003)
Douglas Macgregor, colonel, USA (ret.) (VIPS associé)
Ray McGovern, ancien officier d’infanterie et de renseignement de l’armée américaine et analyste de la C.I.A. ; conseiller présidentiel de la C.I.A. (retraité)
Elizabeth Murray, ancienne responsable adjointe du renseignement national pour le Proche-Orient, Conseil national du renseignement et analyste politique de la C.I.A. (à la retraite)
Todd E. Pierce, MAJ, juge-avocat de l’armée américaine (retraité)
Pedro Israel Orta, ancien officier de la C.I.A. et de la communauté du renseignement (inspecteur général)
Scott Ritter, ancien MAJ, USMC ; ancien inspecteur en désarmement de l’ONU, Irak
Coleen Rowley, agent spécial du FBI et ancienne conseillère juridique de la division de Minneapolis (à la retraite)
Lawrence Wilkerson, colonel des États-Unis, retraité, professeur invité distingué, College of William and Mary (VIPS associé)
Sarah G. Wilton, CDR, USNR, (ret.) ; Defense Intelligence Agency (ret.)
Kirk Wiebe, ancien analyste principal, SIGINT Automation Research Center, NSA
Robert Wing, ancien agent du service extérieur (VIPS associé)
Ann Wright, colonel de réserve de l’armée américaine à la retraite et ancienne diplomate américaine qui a démissionné en 2003 pour s’opposer à la guerre en Irak.

Contexte : Mémos antérieurs des VIPS pour le Président Biden sur l’Ukraine

1er mai 2022

MÉMORANDUM POUR : Le Président
DE : Professionnels vétérans du renseignement pour la santé mentale (VIPS)
OBJET : Les armes nucléaires ne peuvent pas être réinventées, donc …

« La possibilité croissante que des armes nucléaires soient utilisées, alors que les hostilités en Ukraine continuent de s’intensifier, mérite toute votre attention. »

5 septembre 2022

MÉMORANDUM POUR : Le Président
DE : VIPS
OBJET : L’heure de la décision sur l’Ukraine et le secrétaire à la Défense

« Si Austin vous dit que Kiev est en train de repousser les Russes, allez voir ailleurs. »

26 janvier 2023

NOTE D’ALERTE POUR : Le Président
DE : VIPS
OBJET : Des léopards pour l’Ukraine : décisions dans un vide de renseignements

« Aucune des armes nouvellement promises n’empêchera la Russie de vaincre ce qui reste de l’armée ukrainienne. Si l’on vous a dit le contraire, remplacez vos services de renseignement et vos conseillers militaires par des professionnels compétents – le plus tôt sera le mieux. »

« Il y a une grande déconnexion conceptuelle – et exceptionnellement dangereuse. En clair, il n’est pas possible de “gagner la guerre contre la Russie” ET d’éviter la Troisième Guerre mondiale. Le fait que le secrétaire à la Défense Austin puisse penser que c’est possible est tout à fait effrayant. En tout état de cause, le Kremlin doit supposer qu’il le pense. Il s’agit d’une illusion très dangereuse. »

Le 25 janvier 2024

NOTE D’ALERTE POUR : Le Président
DE : VIPS

OBJET : Jeter l’argent par la fenêtre

« Le 26 janvier 2023, nous vous avons rappelé que la directrice du renseignement national, Avril Haines, avait déclaré que la Russie utilisait les munitions à une vitesse extraordinaire et qu’elle ne pouvait pas produire elle-même ce qu’elle consommait. »

« Le 13 juillet, vous avez déclaré que Poutine “avait déjà perdu la guerre”. Vous tenez peut-être cela du directeur de la CIA, William Burns, qui, une semaine auparavant, avait écrit une tribune dans le Washington Post : “La guerre de Poutine a déjà été un échec stratégique pour la Russie – ses faiblesses militaires ont été mises à nu”. Ces deux affirmations sont erronées. La guerre n’est pas non plus une “impasse”, comme l’a prétendu Jake Sullivan plus récemment. »


Mémo original en anglais:https://consortiumnews.com/2024/03/25/vips-memo-the-french-road-to-nuclear-war/