L’Occident pourrait être contraint de demander des céréales à la Russie en échange de la levée des sanctions.

RT.com – 18 Mai, 2022

Les prix du blé ont atteint des niveaux record au cours des deux derniers mois, les principaux producteurs comme la Russie, le Kazakhstan et l’Inde ayant supprimé les exportations pour protéger leurs marchés intérieurs. Cette situation a suscité des craintes d’insécurité alimentaire et de famine dans le monde entier.

Selon des experts qui se sont entretenus avec le journal russe Izvestia, le prix du blé a augmenté de plus de 60 % depuis le début de l’année. Ils affirment que cette flambée a été causée par le conflit entre la Russie et l’Ukraine, qui fournissent près d’un tiers des exportations de blé de la planète.

Au cours de la saison 2021-2022 qui a débuté en juillet dernier, les fournisseurs russes représentaient 16 % des exportations mondiales de blé, et les producteurs ukrainiens 10 %. Mais en raison du conflit, les deux pays ont interdit les exportations de blé. En février, la Russie a restreint l’exportation de toutes les céréales (blé, seigle, orge et maïs) en dehors de l’Union économique eurasienne (UEE) jusqu’au 30 juin. Pendant ce temps, l’Ukraine a fermé son seul port restant, à Odessa.

Les sanctions anti-russes ont contraint les entreprises internationales à rompre des liens commerciaux de longue date et à quitter la Russie, ce qui a provoqué des ruptures d’approvisionnement. À titre d’exemple, l’UE a récemment interdit toute coopération avec le port commercial de Novorossiysk sur la mer Noire, par lequel transite plus de la moitié des céréales exportées.

En outre, après la décision de Moscou d’interdire les exportations, le Kazakhstan a fait de même avec ses propres restrictions, tandis qu’au début du mois, l’Inde a également supprimé l’exportation de blé, déclarant que « la sécurité alimentaire de l’Inde, des pays voisins et d’autres pays vulnérables est en danger. »

À la suite de la nouvelle en provenance de New Delhi, les prix à terme du blé à Chicago ont bondi de 6 % pour atteindre 12,47 dollars le boisseau, leur valeur la plus élevée en deux mois. Et le prix du blé en Europe a atteint un sommet historique d’environ 461 dollars la tonne.

La crise des céréales se fait sentir dans le monde entier, mais surtout en Afrique, qui dépend des exportations de la région de la mer Noire pour 90 % de ses besoins. Le mois dernier, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a averti qu’un cinquième de l’humanité était menacé par la pauvreté et la faim en raison de la situation actuelle sur le marché du blé.

Les États occidentaux ont accusé la Russie de déclencher une « guerre du blé », rejetant la responsabilité de la crise actuelle sur Moscou, mais les experts affirment que la Russie n’est pas la seule responsable de l’aggravation de la crise, ou si elle l’est, elle ne l’est pas volontairement. La Russie n’a pas interdit les exportations mais a introduit des droits et des quotas temporaires pour protéger le marché intérieur. Quant à l’Ukraine, ses céréales sont activement retirées du stockage sous couvert de l’aide de l’UE. Le plus haut diplomate de l’Union européenne, Josep Borrell, a récemment déclaré que « l’Ukraine devrait être aidée à continuer de produire et d’exporter des céréales et du blé » et que, les installations de stockage ukrainiennes étant désormais pleines, elles « doivent être vidées pour faire de la place à une nouvelle récolte ».

Citant des experts, Izvestia note que la Russie et l’Ukraine ne sont pas les seuls grands exportateurs mondiaux de blé. D’autres producteurs pourraient sauver le marché mondial de la crise, par exemple les États-Unis et le Canada, qui exportent respectivement 26 et 25 millions de tonnes de blé, soit environ 25 % des exportations mondiales. Les autres grands producteurs occidentaux sont la France (19 millions de tonnes) et l’Allemagne (9,2 millions de tonnes). Toutefois, selon les analystes, il est peu probable que ces pays partagent leurs céréales avec les personnes dans le besoin, donnant la priorité à leur propre sécurité alimentaire.

« Les pays producteurs auront leurs propres difficultés, principalement liées aux prix de l’énergie, aux coûts de production et à l’inflation. Il est donc probable qu’ils seront tout simplement trop occupés pour s’occuper des pays qui seront contraints de mourir de faim », a déclaré Nikolai Vavilov, spécialiste de la recherche stratégique chez Total Research.

Selon un autre expert, Daria Akimova, chef du département d’analyse de la société de recherche NTech, ces pays voudraient conserver leurs matières premières pour protéger leurs économies contre de nouvelles poussées d’inflation.

« Afin de se protéger de la faim à l’intérieur du pays et de réduire leur propre inflation, les pays producteurs tentent de conserver les matières premières. Car en cas d’instabilité monétaire, et en fait de toute instabilité, il est toujours plus rentable d’avoir des matières premières que des liquidités : elles ne se déprécient pas aussi vite que les devises », rapporte le journal en citant Mme Akimova.

Les experts ne parviennent pas à prédire comment la situation du marché du blé va évoluer. D’une part, selon Viktor Tunev, analyste en chef d’Ingosstrakh Investments, les problèmes d’approvisionnement d’une denrée aussi largement produite que le blé seront très probablement résolus par la nouvelle récolte, ainsi que par le rétablissement des approvisionnements en provenance d’Ukraine et de Russie une fois le conflit résolu.

D’un autre côté, on ne sait pas exactement combien de temps il faudra pour résoudre le conflit. Certains experts affirment que les États occidentaux seraient contraints, à un moment donné, de demander à la Russie de partager ses approvisionnements en échange de la levée des sanctions.

Source: https://www.rt.com/business/555679-grain-crisis-russia-sanctions

Imprimer