Le point de vue d’un expert sur un événement d’actualité.

Stephen M. Walt est chroniqueur à Foreign Policy et professeur de relations internationales Robert et Renée Belfer à l’université de Harvard.

Les considérations éthiques sont moins claires qu’il n’y paraît. 

Par Stephen M. Walt

Foreign Policy, 22 Septembre 2023

Quelle est la ligne de conduite moralement préférable en Ukraine ? À première vue, cela semble évident. L’Ukraine est victime d’une guerre illégale, son territoire est occupé, ses citoyens ont beaucoup souffert aux mains de l’envahisseur et son adversaire est un régime autocratique présentant un certain nombre de qualités peu recommandables. Les calculs stratégiques mis à part, la conduite morale à suivre est certainement de soutenir l’Ukraine à fond. Comme l’a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors de la réunion sur la stratégie européenne de Yalta qui s’est tenue à Kiev ce mois-ci : “Lorsque nous parlons de cette guerre, nous parlons toujours de moralité”. Il n’est pas surprenant qu’il ait transmis le même message lors de sa visite à Washington cette semaine.

Si seulement le calcul moral était aussi simple.

Dès le début de la guerre, les partisans du “tout ce qu’il faut” à l’Ukraine, aussi longtemps qu’il le faudra, ont cherché à dépeindre la guerre à la manière habituelle des États-Unis, c’est-à-dire comme un simple combat entre le bien et le mal. Selon eux, la Russie est la seule responsable de la guerre et la politique occidentale n’a absolument rien à voir avec la tragédie qui en a résulté. Ils décrivent l’Ukraine comme une démocratie en difficulté mais courageuse qui a été brutalement attaquée par une dictature corrompue et impérialiste. Ils considèrent que les enjeux moraux sont presque infinis, car l’issue de la guerre est censée avoir un impact considérable sur l’avenir de la démocratie, le sort de Taïwan, la préservation d’un ordre fondé sur des règles, etc. Il n’est pas surprenant qu’ils s’empressent de condamner quiconque conteste ce point de vue comme un adepte naïf de l’apaisement, un laquais de la Russie ou quelqu’un qui n’a aucun sens du jugement moral.

De gauche à droite, le président des États-Unis Joe Biden, M. Zelensky, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg et le secrétaire général délégué de l’OTAN Mircea Geoana à Vilnius en juillet. (OTAN, Flickr, CC-BY-NC-ND 2.0)

Aucune de ces affirmations ne devrait être acceptée sans réserve. Il ne fait aucun doute que la Russie a déclenché la guerre et qu’elle mérite d’être condamnée pour cela, mais l’affirmation selon laquelle la politique occidentale n’y est pour rien est risible, comme l’a récemment reconnu le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Oui, l’Ukraine est une démocratie, mais c’est aussi une démocratie qui contient encore des éléments peu recommandables, même si la description du président russe Vladimir Poutine comme un “régime nazi” est largement exagérée. L’idée que l’issue de ce conflit aura un impact profond dans le monde entier est encore moins convaincante : La guerre de Corée s’est terminée par une impasse et un armistice négocié, et les guerres du Viêt Nam, d’Irak et d’Afghanistan ont été de nettes défaites pour les États-Unis, mais les conséquences géopolitiques de ces échecs ont été essentiellement locales ; il en sera probablement de même en Ukraine, quelle que soit l’issue finale. Il en va de même dans l’autre sens, d’ailleurs : La victoire écrasante de l’Occident lors de la première guerre du Golfe et la défaite de la Serbie lors de la guerre du Kosovo n’ont pas déclenché une renaissance démocratique durable. La démocratie est en difficulté dans de nombreux endroits, y compris aux États-Unis, mais les revers militaires à l’étranger n’en sont pas la principale raison, et une victoire ukrainienne décisive ne ramènerait pas le parti républicain américain à la raison et n’inciterait pas Marine Le Pen en France et Viktor Orban en Hongrie à abandonner leurs programmes politiques illibéraux.

Malgré cela, on peut comprendre pourquoi presque tout le monde en Occident – moi y compris – pense que la situation morale est favorable à l’Ukraine. Quels qu’aient pu être les craintes ou les griefs de Moscou avant la guerre, la Russie a bel et bien déclenché une guerre préventive illégale. Ce fait ne rend pas la Russie exceptionnellement mauvaise [Operation Iraqi Freedom, anyone? (*)], mais l’Ukraine reste la victime dans cette affaire. La Russie a délibérément attaqué des cibles civiles et commis d’autres crimes de guerre à une échelle qui dépasse largement les violations des lois de la guerre commises par l’Ukraine (bien que la décision des États-Unis de donner à Kiev des armes à sous-munitions brouille quelque peu les pistes). Il est difficile de voir beaucoup de vertu morale dans un régime russe qui empoisonne les exilés et rejette les principes fondamentaux des droits de l’homme, et dans lequel les personnalités de l’opposition tombent de hautes fenêtres ou subissent d’autres “accidents” mortels à une fréquence statistiquement improbable. Ces caractéristiques et d’autres expliquent en grande partie pourquoi la plupart d’entre nous éprouvent une réelle sympathie pour l’Ukraine et souhaiteraient que Kiev l’emporte.

Ce qui manque à ce point de vue, cependant, c’est la reconnaissance du fait que la moralité d’une politique donnée dépend également des coûts potentiels des différents plans d’action et des probabilités de succès de chacun d’entre eux. Si nous parlons de vies humaines, nous devons aller au-delà des principes abstraits et prendre en compte les conséquences réelles des différents choix. Il ne suffit pas de proclamer que les bons doivent gagner ; il faut aussi réfléchir sérieusement à ce que cela coûtera de produire ce résultat et s’il peut effectivement être atteint. Bien qu’il soit impossible d’être certain à 100 % des coûts probables ou de la probabilité de succès, refuser même de prendre en compte ces éléments est une abdication de la responsabilité morale. (Pour une rare tentative de réaliser le type d’analyse que je préconise, voir un rapport de la RAND Corporation ici).

La longue guerre en Afghanistan offre une illustration éloquente de ce problème. Bien que quelques observateurs aient espéré que les talibans auraient pu modérer leurs opinions avec le temps, presque tout le monde a compris qu’une victoire des talibans serait une calamité morale pour la plupart des Afghans, et en particulier pour les femmes afghanes. Ceux d’entre nous qui étaient favorables à un retrait des États-Unis ne l’ont pas fait parce qu’ils étaient indifférents à la souffrance des Afghans, mais parce qu’ils pensaient que rester plus longtemps ne changerait pas grand-chose à l’issue de l’opération. Ceux qui voulaient maintenir le cap ne cessaient d’insister sur le fait que l’OTAN et ses partenaires du gouvernement afghan étaient en train de “remonter la pente” et qu’un an, deux ans ou trois ans de plus finiraient par déboucher sur une victoire ; mais ils n’ont jamais identifié de stratégie plausible pour atteindre cet objectif (et les évaluations internes étaient beaucoup plus pessimistes). Quelles qu’aient pu être les intentions initiales des États-Unis, les vies des Afghans qui sont mortes pendant que Washington s’affairait à botter en touche ont été perdues en vain.

Je crains qu’une situation similaire ne se produise aujourd’hui en Ukraine. L’argument moral en faveur de la poursuite de la paix – même si les perspectives sont improbables et que les résultats ne sont pas ceux que nous préférerions – consiste à reconnaître que la guerre est en train de détruire le pays et que plus elle durera, plus les dégâts seront importants et durables. Malheureusement pour l’Ukraine, quiconque souligne ce fait et propose une alternative sérieuse est susceptible d’être condamné bruyamment et sévèrement, et il est presque certain que les dirigeants politiques concernés n’en tiendront pas compte.

Ceux qui pensent que la solution à long terme consiste à envoyer à l’Ukraine des armes plus perfectionnées et à la faire entrer dans l’OTAN et l’Union européenne le plus rapidement possible – comme l’a affirmé le week-end dernier le chroniqueur du New York Times Thomas Friedman – n’ont pas du tout la même vision des choses. Poutine est entré en guerre principalement pour exclure cette possibilité, et il poursuivra la guerre soit pour l’empêcher de se produire, soit pour s’assurer que ce qui restera de l’Ukraine n’aura que peu de valeur. Il est logique d’apporter à l’Ukraine un soutien suffisant pour que la Russie ne puisse pas imposer la paix, mais ce soutien doit être lié à un effort sérieux pour mettre fin à la guerre.

Les partisans de la ligne dure ont bien sûr une réponse évidente à ces arguments. “L’Ukraine veut continuer à se battre”, insistent-ils à juste titre, “et nous devrions donc lui donner tout ce dont elle a besoin”. La détermination de l’Ukraine a été extraordinaire et ses désirs ne doivent pas être ignorés à la légère, mais cet argument n’est pas décisif. Si un ami veut faire quelque chose que vous jugez peu judicieux ou dangereux, vous n’avez aucune obligation morale de l’aider dans ses efforts, quelle que soit la force de son engagement. Au contraire, vous seriez moralement coupable si vous l’aidiez à agir comme il le souhaite et que le résultat était désastreux. Bien entendu, ces compromis moraux s’atténuent si l’on pense que l’Ukraine peut gagner à un coût acceptable et que ce résultat aura un impact positif profond dans le monde.

Comme indiqué plus haut, il s’agit là de l’argument central du parti de la guerre. Toutefois, compte tenu des résultats décevants (voire désastreux) de la contre-offensive ukrainienne de l’été, cette position est de plus en plus difficile à défendre. Les partisans de la ligne dure espèrent maintenant que des armes plus perfectionnées (systèmes de missiles tactiques de l’armée [ATACMS], avions F-16, fusils M-1, hordes de drones, etc.) feront pencher la balance en faveur de l’Ukraine. ) feront pencher la balance en faveur de l’Ukraine. Ou bien ils supposent que la Russie est à court de réserves et qu’elle sera bientôt dans les cordes. J’espère qu’ils ont raison, mais il est révélateur que ces faucons restent pour la plupart silencieux sur la question des pertes subies par l’Ukraine. Plus précisément : combien d’Ukrainiens ont été tués ou blessés et combien de temps Kiev peut-elle continuer à les remplacer ? Cette question est essentielle pour toute tentative d’évaluation des perspectives de l’Ukraine, mais il est pratiquement impossible d’obtenir des informations fiables à ce sujet.

 Stephen M. Walt

NdT: “Opération Liberté pour l’Irak“. Cette opération a duré de 2003 à 2011

Source: https://foreignpolicy.com/2023/09/22/ukraine-war-ethics-morality-murky/

Traduction Arrêt sur info