Un combattant loyal à la République populaire autoproclamée de Lougansk tient un poste de contrôle dans la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine. Crédit Sergey Averin


La confrontation de Moscou avec l’OTAN n’est qu’un début


Par Sergey Karaganov

Paru le 23 Fév, 2022 sur RT


Il semble que la Russie soit entrée dans une nouvelle ère de sa politique étrangère – une « destruction constructive », disons-le, du modèle précédent de relations avec l’Occident. Des éléments de cette nouvelle façon de penser ont été observés au cours des 15 dernières années – en commençant par le célèbre discours de Vladimir Poutine à Munich en 2007 – mais beaucoup de choses ne deviennent claires que maintenant. Dans le même temps, la tendance générale de la politique et de la rhétorique russes consiste à déployer des efforts timides pour s’intégrer dans le système occidental, tout en conservant une attitude résolument défensive.

La destruction constructive n’est pas agressive. La Russie affirme qu’elle ne va pas attaquer ou faire exploser qui que ce soit. Elle n’en a tout simplement pas besoin. Le monde extérieur offre à la Russie de plus en plus d’opportunités géopolitiques pour son développement à moyen terme. À une grande exception près. L’expansion de l’OTAN et l’inclusion formelle ou informelle de l’Ukraine représentent un risque pour la sécurité du pays que Moscou n’acceptera tout simplement pas.

Pour l’instant, l’Occident est sur la voie d’une lente mais inévitable décadence, tant au niveau des affaires intérieures et extérieures que de l’économie. Et c’est précisément la raison pour laquelle il a entamé cette nouvelle guerre froide après presque cinq cents ans de domination sur la politique, l’économie et la culture mondiales. Surtout après sa victoire décisive dans les années 1990 à la moitié des années 2000. Je pense [1] qu’elle va très probablement perdre, se retirer en tant que leader mondial et devenir un partenaire plus raisonnable. Et ce n’est pas trop tôt : La Russie devra équilibrer ses relations avec une Chine amicale, mais de plus en plus puissante.

Actuellement, l’Occident tente désespérément de se défendre contre cette situation par une rhétorique agressive. Il tente de se consolider, en jouant ses derniers atouts pour inverser cette tendance. L’un d’eux consiste à essayer d’utiliser l’Ukraine pour nuire à la Russie et la neutraliser. Il est important d’empêcher ces tentatives convulsives de se transformer en une véritable impasse et de contrer les politiques actuelles des États-Unis et de l’OTAN. Elles sont contre-productives et dangereuses, bien que relativement peu exigeantes pour leurs initiateurs. Nous devons encore convaincre l’Occident qu’il ne fait que se nuire à lui-même.

Un autre atout est le rôle dominant de l’Occident dans le système de sécurité euro-atlantique existant, établi à une époque où la Russie était sérieusement affaiblie après la guerre froide. Il y a du mérite à effacer progressivement ce système, principalement en refusant d’y prendre part et de jouer selon ses règles obsolètes, qui nous sont intrinsèquement désavantageuses. Pour la Russie, la voie occidentale doit devenir secondaire par rapport à sa diplomatie eurasienne. Le maintien de relations constructives avec les pays de la partie occidentale du continent peut faciliter l’intégration de la Russie dans la Grande Eurasie. Cependant, l’ancien système est un obstacle et doit donc être démantelé.

La prochaine étape essentielle pour créer un nouveau système (outre le démantèlement de l’ancien) est « l’unification des pays ». C’est une nécessité pour Moscou, pas un caprice.

Ce serait bien si nous avions plus de temps pour le faire. Mais l’histoire montre que, depuis l’effondrement de l’URSS il y a 30 ans, peu de nations post-soviétiques ont réussi à devenir véritablement indépendantes. Et certaines pourraient même ne jamais y parvenir, pour diverses raisons. C’est un sujet pour une analyse future. Pour l’instant, je ne peux que souligner l’évidence : la plupart des élites locales n’ont pas l’expérience historique ou culturelle de la construction d’un État. Elles n’ont jamais été en mesure de devenir le noyau de la nation – elles n’ont pas eu assez de temps pour cela. Lorsque l’espace intellectuel et culturel partagé a disparu, ce sont les petits pays qui en ont le plus souffert. Les nouvelles possibilités de nouer des liens avec l’Occident se sont avérées ne pas être de remplacement. Ceux qui se sont retrouvés à la tête de ces nations ont vendu leur pays pour leur propre bénéfice, car il n’y avait aucune idée nationale pour laquelle se battre.

La majorité de ces pays suivront l’exemple des États baltes, en acceptant un contrôle extérieur, ou continueront à échapper à tout contrôle, ce qui, dans certains cas, peut être extrêmement dangereux.

La question est la suivante : comment « unir » les nations de la manière la plus efficace et la plus bénéfique pour la Russie, en tenant compte de l’expérience tsariste et soviétique, lorsque la sphère d’influence a été étendue au-delà de toute limite raisonnable, puis maintenue aux dépens des peuples russes centraux ?

La question est la suivante : comment « unir » les nations de la manière la plus efficace et la plus bénéfique pour la Russie, en tenant compte de l’expérience tsariste et soviétique, lorsque la sphère d’influence a été étendue au-delà de toute limite raisonnable, puis maintenue aux dépens des peuples russes centraux ?

Laissons pour un autre jour la discussion sur l' »unification » que l’histoire nous impose. Cette fois, concentrons-nous sur la nécessité objective de prendre une décision difficile et d’adopter la politique de « destruction constructive ».

Les étapes que nous avons franchies

Aujourd’hui, nous assistons au début de la quatrième ère de la politique étrangère de la Russie. La première a débuté à la fin des années 1980, et c’était une période de faiblesse et d’illusions. La nation avait perdu la volonté de se battre, les gens voulaient croire que la démocratie et l’Occident viendraient les sauver [2]. Tout s’est terminé en 1999 après les premières vagues d’expansion de l’OTAN, perçues par les Russes comme un coup de poignard dans le dos, lorsque l’Occident a mis en pièces ce qui restait de la Yougoslavie.

Puis la Russie a commencé à se relever et à reconstruire, furtivement et secrètement, tout en paraissant amicale et humble. Les États-Unis se retirant du traité ABM, ils ont manifesté leur intention de reprendre leur domination stratégique. La Russie, encore fauchée, a donc pris la décision fatidique de mettre au point des systèmes d’armes pour contrer les aspirations américaines. Le discours de Munich, la guerre de Géorgie et la réforme de l’armée, menés dans un contexte de crise économique mondiale qui a sonné le glas de l’impérialisme mondialiste libéral occidental (terme inventé par un éminent spécialiste des affaires internationales, Richard Sakwa), ont marqué le nouvel objectif de la politique étrangère russe : redevenir une puissance mondiale de premier plan capable de défendre sa souveraineté et ses intérêts. S’ensuivent les événements de Crimée et de Syrie, le renforcement des capacités militaires et l’interdiction pour l’Occident de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Russie, l’exclusion de la fonction publique de ceux qui se sont associés à l’Occident au détriment de leur pays, y compris par une utilisation magistrale de la réaction de l’Occident à ces événements. Au fur et à mesure que les tensions augmentent, il devient de moins en moins lucratif de se tourner vers l’Occident et d’y conserver des actifs.

L’incroyable ascension de la Chine et le fait de devenir des alliés de facto de Pékin à partir des années 2010, le pivot vers l’Est et la crise multidimensionnelle qui a enveloppé l’Occident ont conduit à un grand changement de l’équilibre politique et géoéconomique en faveur de la Russie. Ce phénomène est particulièrement prononcé en Europe. Il y a seulement dix ans, l’UE considérait la Russie comme une périphérie du continent, arriérée et faible, qui tentait de rivaliser avec les grandes puissances. Aujourd’hui, elle tente désespérément de s’accrocher à l’indépendance géopolitique et géoéconomique qui lui glisse entre les doigts.

La période de « retour à la grandeur » s’est terminée vers 2017-2018. Après cela, la Russie a atteint un plateau. La modernisation s’est poursuivie, mais la faiblesse de l’économie menaçait de réduire à néant ses réalisations. Les gens (moi y compris) étaient frustrés, craignant que la Russie n’aille une fois de plus « arracher la défaite des mâchoires de la victoire ». Mais cela s’est avéré être une autre période de renforcement, principalement en termes de capacités de défense.

La Russie a pris de l’avance, s’assurant que, pour la prochaine décennie, elle sera relativement invulnérable sur le plan stratégique et capable de « dominer dans un scénario d’escalade » en cas de conflits dans les régions situées dans sa sphère d’intérêts.

L’ultimatum lancé par la Russie aux États-Unis et à l’OTAN fin 2021, exigeant qu’ils cessent de développer des infrastructures militaires près des frontières russes et de s’étendre à l’est, a marqué le début de la « destruction constructive ». L’objectif n’est pas simplement de mettre fin à l’inertie faiblissante, bien que réellement dangereuse, de la poussée géostratégique de l’Occident, mais aussi de commencer à jeter les bases d’un nouveau type de relations entre la Russie et l’Occident, différentes de celles que nous avons établies dans les années 1990.

Les capacités militaires de la Russie, le retour du sentiment de droiture morale, les leçons tirées des erreurs du passé et une alliance étroite avec la Chine pourraient signifier que l’Occident, qui a choisi le rôle d’adversaire, commencera à être raisonnable, même si ce n’est pas tout le temps. Ensuite, dans une décennie ou plus tôt, j’espère, un nouveau système de sécurité et de coopération internationales sera construit, qui inclura cette fois toute la Grande Eurasie, et qui sera basé sur les principes des Nations unies et le droit international, et non sur les « règles » unilatérales que l’Occident a essayé d’imposer au monde au cours des dernières décennies.

Corriger les erreurs

Avant d’aller plus loin, permettez-moi de dire que j’ai une très haute opinion de la diplomatie russe – elle a été absolument brillante au cours des 25 dernières années. Moscou a eu une main faible, mais a néanmoins réussi à jouer un grand jeu. Tout d’abord, elle n’a pas laissé l’Occident « en finir » avec elle. La Russie a maintenu son statut officiel de grand pays, en conservant son statut de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et en gardant ses arsenaux nucléaires. Ensuite, elle a progressivement amélioré son statut mondial en tirant parti des faiblesses de ses rivaux et des forces de ses partenaires. La construction d’une amitié solide avec la Chine a été une réalisation majeure. La Russie dispose de certains avantages géopolitiques que l’Union soviétique n’avait pas. À moins, bien sûr, de revenir sur les aspirations à devenir une superpuissance mondiale, qui ont fini par ruiner l’URSS.

Cependant, nous ne devons pas oublier les erreurs que nous avons commises afin de ne pas les répéter. C’est notre paresse, notre faiblesse et notre inertie bureaucratique qui ont contribué à créer et à maintenir à flot le système injuste et instable de sécurité européenne que nous connaissons aujourd’hui.

La magnifique Charte de Paris pour une nouvelle Europe, signée en 1990, contenait une déclaration sur la liberté d’association : les pays pouvaient choisir leurs alliés, ce qui aurait été impossible en vertu de la déclaration d’Helsinki de 1975. Étant donné que le Pacte de Varsovie était à ce moment-là à bout de souffle, cette clause signifiait que l’OTAN serait libre de s’étendre. C’est le document auquel tout le monde se réfère, même en Russie. En 1990, cependant, l’OTAN pouvait au moins être considérée comme une organisation de « défense ». L’alliance et la plupart de ses membres ont lancé depuis lors un certain nombre de campagnes militaires agressives – contre les restes de la Yougoslavie, ainsi qu’en Irak et en Libye.

Après une conversation à cœur ouvert avec Lech Walesa en 1993, Boris Eltsine a signé un document dans lequel il était indiqué que la Russie « comprenait le projet de la Pologne de rejoindre l’OTAN. » Lorsque Andrey Kozyrev, le ministre russe des affaires étrangères de l’époque, a appris les plans d’expansion de l’OTAN en 1994, il a entamé un processus de négociation au nom de la Russie sans consulter le président. L’autre partie y a vu un signe que la Russie était d’accord avec le concept général, puisqu’elle essayait de négocier des conditions acceptables. En 1995, Moscou a appuyé sur les freins, mais il était trop tard – le barrage a éclaté et a balayé toutes les réserves concernant les efforts d’expansion de l’Occident.

En 1997, la Russie, économiquement faible et totalement dépendante de l’Occident, a signé l’Acte fondateur sur les relations, la coopération et la sécurité mutuelles avec l’OTAN. Moscou a pu obtenir certaines concessions de la part de l’Occident, comme l’engagement de ne pas déployer de grandes unités militaires dans les nouveaux États membres. L’OTAN n’a cessé de violer cette obligation. Un autre accord consistait à garder ces territoires exempts d’armes nucléaires. Les États-Unis ne l’auraient pas voulu de toute façon, car ils ont essayé de se distancer le plus possible d’un conflit nucléaire potentiel en Europe (malgré les souhaits de leurs alliés), car cela provoquerait sans aucun doute une frappe nucléaire contre l’Amérique. En réalité, le document a légitimé l’expansion de l’OTAN.

Il y a eu d’autres erreurs – moins importantes mais néanmoins extrêmement douloureuses. La Russie a participé au programme de partenariat pour la paix, dont le seul but était de faire croire que l’OTAN était prête à écouter Moscou, mais en réalité, l’alliance utilisait ce projet pour justifier son existence et la poursuite de son expansion. Un autre faux pas frustrant a été notre participation au Conseil OTAN-Russie après l’agression de la Yougoslavie. Les sujets discutés à ce niveau manquaient cruellement de substance. Ils auraient dû se concentrer sur la question vraiment importante – freiner l’expansion de l’alliance et le développement de son infrastructure militaire près des frontières russes. Malheureusement, cette question n’a jamais été inscrite à l’ordre du jour. Le Conseil a continué à fonctionner même après que la majorité des membres de l’OTAN aient déclenché une guerre en Irak puis en Libye en 2011.

Il est très regrettable que nous n’ayons jamais eu le courage de le dire ouvertement – l’OTAN était devenue un agresseur qui a commis de nombreux crimes de guerre. Cela aurait été une vérité qui donne à réfléchir à divers cercles politiques en Europe, comme en Finlande et en Suède par exemple, où certains envisagent les avantages de rejoindre l’organisation. Et tous les autres d’ailleurs, avec leur mantra selon lequel l’OTAN est une alliance de défense et de dissuasion qui doit être encore consolidée pour pouvoir faire face à des ennemis imaginaires.

Je comprends ceux qui, en Occident, sont habitués au système existant qui permet aux Américains d’acheter l’obéissance de leurs partenaires juniors, et pas seulement en termes de soutien militaire, tandis que ces alliés peuvent économiser sur les dépenses de sécurité en vendant une partie de leur souveraineté. Mais que gagnons-nous avec ce système ? Surtout depuis qu’il est devenu évident qu’il engendre et intensifie la confrontation à nos frontières occidentales et dans le monde entier.

L’OTAN se nourrit de cette confrontation forcée, et plus l’organisation existera longtemps, plus cette confrontation s’aggravera.

Le bloc est également une menace pour ses membres. Tout en provoquant la confrontation, il ne garantit pas réellement la protection. Il n’est pas vrai que l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord garantit une défense collective si un allié est attaqué. Cet article ne dit pas que cela est automatiquement garanti. Je connais bien l’histoire de ce bloc et les discussions en Amérique concernant sa création. Je sais pertinemment que les États-Unis ne déploieront jamais d’armes nucléaires pour « protéger » leurs alliés en cas de conflit avec un État nucléaire.

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) est également dépassée. Elle est dominée par l’OTAN et l’UE qui utilisent l’organisation pour faire durer la confrontation et imposer les valeurs et les normes politiques de l’Occident à tous les autres. Heureusement, cette politique est de moins en moins efficace. Au milieu des années 2010, j’ai eu la chance de travailler avec le Groupe de personnalités éminentes de l’OSCE (quel nom !), qui était censé élaborer un nouveau mandat pour l’organisation. Et si j’avais des doutes sur l’efficacité de l’OSCE avant cela, cette expérience m’a convaincu que c’est une institution extrêmement destructrice. C’est une organisation désuète dont la mission est de préserver des choses obsolètes. Dans les années 1990, elle a servi d’instrument pour enterrer toute tentative de la Russie ou d’autres pays de créer un système de sécurité européen commun ; dans les années 2000, le « processus de Corfou » a enlisé la nouvelle initiative russe en matière de sécurité.

Pratiquement toutes les institutions des Nations unies ont été évincées du continent, y compris la Commission économique des Nations unies pour l’Europe, son Conseil des droits de l’homme et son Conseil de sécurité. Il fut un temps où l’OSCE était considérée comme une organisation utile, capable de promouvoir le système et les principes des Nations unies dans un sous-continent clé. Cela ne s’est pas produit.

Quant à l’OTAN, ce que nous devons faire est très clair. Nous devons saper la légitimité morale et politique du bloc et refuser tout partenariat institutionnel, car sa contre-productivité est évidente. Seuls les militaires doivent continuer à communiquer, mais comme un canal auxiliaire qui viendrait compléter le dialogue avec le ministère de la Défense et les ministères de la Défense des principales nations européennes. Après tout, ce n’est pas Bruxelles qui prend les décisions stratégiquement importantes.

La même politique pourrait être adoptée en ce qui concerne l’OSCE. Oui, il y a une différence, car même s’il s’agit d’une organisation destructrice, elle n’a jamais initié de guerres, de déstabilisation ou de meurtres. Nous devons donc limiter au maximum notre implication dans ce format. Certains disent que c’est le seul contexte qui offre au ministre russe des Affaires étrangères la possibilité de voir ses homologues. Ce n’est pas le cas. L’ONU peut offrir un contexte encore meilleur. Les entretiens bilatéraux sont de toute façon beaucoup plus efficaces, car il est plus facile pour le bloc de détourner l’ordre du jour lorsqu’il y a foule. L’envoi d’observateurs et de soldats de la paix par l’intermédiaire des Nations unies serait également beaucoup plus judicieux.

Le format limité de l’article ne me permet pas de m’attarder sur les politiques spécifiques de chaque organisation européenne, comme le Conseil de l’Europe par exemple. Mais je définirais le principe général de la manière suivante : nous nous associons lorsque nous y voyons des avantages pour nous-mêmes et nous gardons nos distances dans le cas contraire.

Trente ans de fonctionnement du système actuel des institutions européennes ont prouvé que sa poursuite serait préjudiciable. La Russie ne bénéficie en aucune façon de la disposition de l’Europe à entretenir et à intensifier la confrontation, voire à constituer une menace militaire pour le sous-continent et le monde entier. À l’époque, nous pouvions rêver que l’Europe nous aide à renforcer la sécurité, ainsi que la modernisation politique et économique. Au lieu de cela, ils sapent la sécurité, alors pourquoi copierions-nous le système politique dysfonctionnel et en voie de détérioration de l’Occident ? Avons-nous vraiment besoin de ces nouvelles valeurs qu’ils ont adoptées ?

Nous devrons limiter l’expansion en refusant de coopérer au sein d’un système qui s’érode. Avec un peu de chance, en adoptant une position ferme et en laissant nos voisins occidentaux de la civilisation à leurs propres moyens, nous les aiderons en fait. Les élites pourraient revenir à une politique moins suicidaire qui serait plus sûre pour tous. Bien sûr, nous devons faire preuve d’intelligence en nous retirant de l’équation et veiller à minimiser les dommages collatéraux que le système défaillant provoquera inévitablement. Mais le maintenir dans sa forme actuelle est tout simplement dangereux.

Politiques pour la Russie de demain

Alors que l’ordre mondial existant continue de s’effriter, il semble que la ligne de conduite la plus prudente pour la Russie soit de ne rien faire le plus longtemps possible, de se réfugier entre les murs de sa « forteresse néo-isolationniste » et de s’occuper de ses affaires intérieures. Mais cette fois, l’histoire exige que nous agissions. Nombre de mes suggestions concernant l’approche de politique étrangère que j’ai provisoirement appelée « destruction constructive » découlent naturellement de l’analyse présentée ci-dessus.

Il n’est pas nécessaire d’interférer ou d’essayer d’influencer la dynamique interne de l’Occident, dont les élites sont suffisamment désespérées pour déclencher une nouvelle guerre froide contre la Russie. Ce que nous devrions plutôt faire, c’est utiliser divers instruments de politique étrangère – y compris militaires – pour établir certaines lignes rouges. Entre-temps, alors que le système occidental continue de s’orienter vers une dégradation morale, politique et économique, les puissances non occidentales (avec la Russie comme acteur majeur) verront inévitablement leurs positions géopolitiques, géoéconomiques et géoidéologiques se renforcer.

Comme on pouvait s’y attendre, nos partenaires occidentaux tentent d’étouffer les demandes de garanties de sécurité de la Russie et profitent du processus diplomatique en cours pour prolonger la durée de vie de leurs propres institutions. Il n’est pas nécessaire de renoncer au dialogue ou à la coopération en matière de commerce, de politique, de culture, d’éducation et de soins de santé, chaque fois que cela s’avère utile. Mais nous devons aussi utiliser le temps dont nous disposons pour accroître la pression militaro-politique, psychologique et même militaro-technique, non pas tant sur l’Ukraine, dont le peuple a été transformé en chair à canon pour une nouvelle guerre froide, mais sur l’Occident collectif, afin de le forcer à changer d’avis et à revenir sur les politiques qu’il mène depuis plusieurs décennies. Il n’y a rien à craindre d’une escalade de la confrontation : Nous avons vu les tensions s’accroître alors même que la Russie tentait d’apaiser le monde occidental. Ce que nous devons faire, c’est nous préparer à un retour en arrière plus marqué de la part de l’Occident ; par ailleurs, la Russie devrait être en mesure d’offrir au monde une alternative à long terme – un nouveau cadre politique fondé sur la paix et la coopération.

L’Occident peut tenter de nous intimider par des sanctions dévastatrices, mais nous sommes également capables de le dissuader par notre propre menace d’une réponse asymétrique, qui paralyserait les économies occidentales et perturberait des sociétés entières.

Naturellement, il est utile de rappeler à nos partenaires, de temps à autre, qu’il existe une alternative mutuellement bénéfique à tout cela.

Si la Russie mène des politiques raisonnables mais affirmées (sur le plan intérieur également), elle parviendra à surmonter (et de manière relativement pacifique) la dernière poussée d’hostilité occidentale. Comme je l’ai déjà écrit, nous avons de bonnes chances de gagner cette guerre froide.

Ce qui inspire également l’optimisme, ce sont les antécédents de la Russie : Nous avons plus d’une fois réussi à dompter les ambitions impériales de puissances étrangères – pour notre propre bien et pour celui de l’humanité tout entière. La Russie a été capable de transformer des empires potentiels en voisins dociles et relativement inoffensifs : La Suède après la bataille de Poltava, la France après Borodino, l’Allemagne après Stalingrad et Berlin.

Nous pouvons trouver un slogan pour la nouvelle politique russe à l’égard de l’Occident dans un vers d’Alexandre Blok, « Les Scythes », un poème brillant qui semble particulièrement pertinent aujourd’hui : « Venez donc nous rejoindre ! Quittez la guerre et les armes de la guerre, / Et saisissez la main de la paix et de l’amitié. / Pendant qu’il en est encore temps, Camarades, déposez vos armes ! / Unissons-nous dans la vraie fraternité ! »

Tout en essayant de soigner nos relations avec l’Occident (même si cela nécessite un remède amer), nous devons nous rappeler que, bien que culturellement proche de nous, le monde occidental est à court de temps – en fait, il l’est depuis deux décennies maintenant. Il est essentiellement en mode « contrôle des dégâts », cherchant à coopérer chaque fois que cela est possible. Les véritables perspectives et défis de notre présent et de notre avenir se situent à l’Est et au Sud. L’adoption d’une ligne plus dure avec les nations occidentales ne doit pas détourner la Russie du maintien de son pivot vers l’Est. Et nous avons vu ce pivot se ralentir au cours des deux ou trois dernières années, notamment lorsqu’il s’agit de développer des territoires au-delà des montagnes de l’Oural.

Nous ne devons pas permettre à l’Ukraine de devenir une menace pour la sécurité de la Russie. Cela dit, il serait contre-productif de lui consacrer trop de ressources administratives et politiques (sans parler des ressources économiques). La Russie doit apprendre à gérer activement cette situation volatile, à la maintenir dans ses limites. La majeure partie de l’Ukraine a été neutralisée par sa propre élite antinationale, corrompue par l’Occident et infectée par le pathogène du nationalisme militant.

Il serait beaucoup plus efficace d’investir dans l’Est, dans le développement de la Sibérie. En créant des conditions de travail et de vie favorables, nous attirerons non seulement des citoyens russes, mais aussi des personnes originaires des autres parties de l’ancien Empire russe, y compris les Ukrainiens. Ces derniers ont, historiquement, beaucoup contribué au développement de la Sibérie.

Permettez-moi de réitérer un point de mes autres articles : C’est l’incorporation de la Sibérie sous Ivan le Terrible qui a fait de la Russie une grande puissance, et non l’adhésion de l’Ukraine sous Aleksey Mikhaylovich, connu sous le surnom « le plus pacifique ». Il est grand temps que nous cessions de répéter l’affirmation fallacieuse – et si typiquement polonaise – de Zbigniew Brzezinski selon laquelle la Russie ne peut être une grande puissance sans l’Ukraine. Le contraire est bien plus proche de la vérité : La Russie ne peut être une grande puissance si elle est accablée par une Ukraine de plus en plus difficile à manier – une entité politique créée par Lénine qui s’est ensuite étendue vers l’ouest sous Staline.

La voie la plus prometteuse pour la Russie réside dans le développement et le renforcement des liens avec la Chine. Un partenariat avec Pékin multiplierait le potentiel des deux pays. Si l’Occident poursuit ses politiques amèrement hostiles, il ne serait pas déraisonnable d’envisager une alliance de défense temporaire de cinq ans avec la Chine. Naturellement, il faut également veiller à ne pas s’étourdir de succès sur la piste chinoise, afin de ne pas revenir au modèle médiéval de l’Empire du Milieu chinois, qui s’est développé en transformant ses voisins en vassaux. Nous devons aider Pékin partout où nous le pouvons pour l’empêcher de subir une défaite, même momentanée, dans la nouvelle guerre froide déclenchée par l’Occident. Cette défaite nous affaiblirait également. D’ailleurs, nous ne savons que trop bien en quoi l’Occident se transforme lorsqu’il pense gagner. Il a fallu des remèdes sévères pour soigner la gueule de bois de l’Amérique après son ivresse du pouvoir dans les années 1990.

Il est clair qu’une politique orientée vers l’Est ne doit pas se concentrer uniquement sur la Chine. L’Est et le Sud sont tous deux en progression dans la politique, l’économie et la culture mondiales, ce qui est en partie dû au fait que nous avons sapé la supériorité militaire de l’Occident – la source principale de son hégémonie depuis 500 ans.

Lorsque le moment sera venu d’établir un nouveau système de sécurité européen pour remplacer le système existant, dangereusement dépassé, il faudra le faire dans le cadre d’un plus grand projet eurasien. Rien de valable ne peut naître de l’ancien système euro-atlantique.

Il va de soi que le succès passe par le développement et la modernisation du potentiel économique, technologique et scientifique du pays – tous les piliers de la puissance militaire d’un pays, qui reste l’épine dorsale de la souveraineté et de la sécurité de toute nation. La Russie ne peut réussir sans améliorer la qualité de vie de la majorité de sa population : Cela inclut la prospérité générale, les soins de santé, l’éducation et l’environnement.

La restriction des libertés politiques, qui est inévitable lorsqu’on est confronté à l’Occident collectif, ne doit en aucun cas s’étendre à la sphère intellectuelle. C’est difficile, mais réalisable. Pour la partie de la population talentueuse, créative et prête à servir son pays, nous devons préserver autant de liberté intellectuelle que possible. Le développement scientifique par le biais de « sharashkas » de style soviétique (laboratoires de recherche et de développement fonctionnant dans le système des camps de travail soviétiques) n’est pas quelque chose qui fonctionnerait dans le monde moderne. La liberté renforce les talents du peuple russe, et l’inventivité coule dans nos veines. Même en politique étrangère, l’absence de contraintes idéologiques dont nous jouissons nous offre des avantages considérables par rapport à nos voisins à l’esprit plus fermé. L’histoire nous enseigne que la restriction brutale de la liberté de pensée imposée par le régime communiste à son peuple a conduit l’Union soviétique à la ruine. La préservation de la liberté individuelle est une condition essentielle au développement de toute nation.

Si nous voulons grandir en tant que société et être victorieux, il est absolument vital que nous développions une colonne vertébrale spirituelle – une idée nationale, une idéologie qui unit et éclaire la voie à suivre. C’est une vérité fondamentale que les grandes nations ne peuvent être vraiment grandes sans une telle idée en leur sein. Cela fait partie de la tragédie qui nous est arrivée dans les années 1970 et 1980. Heureusement, la résistance des élites dirigeantes à l’avancement d’une nouvelle idéologie, enracinée dans les douleurs de l’ère communiste, commence à s’estomper. Le discours de Vladimir Poutine lors de la réunion annuelle du Valdai Discussion Club en octobre 2021 a été un puissant signal rassurant à cet égard.

Comme le nombre toujours croissant de philosophes et d’auteurs russes, j’ai proposé ma propre vision de l' » idée russe « [3]. (Je m’excuse de devoir à nouveau faire référence à mes propres publications – c’est un effet secondaire inévitable de l’obligation de respecter le format).

Questions pour l’avenir

Et maintenant, discutons d’un aspect important, mais surtout négligé, de la nouvelle politique qui doit être abordé. Nous devons écarter et réformer les fondements idéologiques obsolètes et souvent néfastes de nos sciences sociales et de notre vie publique pour que cette nouvelle politique puisse être mise en œuvre, sans parler de son succès.

Cela ne signifie pas que nous devons rejeter une fois de plus les progrès réalisés par nos prédécesseurs en matière de sciences politiques, d’économie et d’affaires étrangères. Les bolcheviks ont essayé de se débarrasser des idées sociales de la Russie tsariste – tout le monde sait comment cela s’est passé. Nous avons rejeté le marxisme et en étions heureux. Aujourd’hui, lassés par d’autres principes, nous réalisons que nous avons été trop impatients avec lui. Marx, Engels et Lénine avaient des idées solides dans leur théorie de l’impérialisme que nous pourrions utiliser.

Les sciences sociales qui étudient les modes de vie publique et privée doivent tenir compte du contexte national, aussi inclusif qu’il veuille paraître. Elles découlent de l’histoire nationale et ont pour but ultime d’aider les nations et/ou leur gouvernement et leurs élites. L’application aveugle de solutions valables dans un pays à un autre est stérile et ne crée que des abominations.

Nous devons commencer à travailler à l’indépendance intellectuelle après avoir obtenu la sécurité militaire et la souveraineté politique et économique. Dans le nouveau monde, il est obligatoire de se développer et d’exercer une influence. Mikhail Remizov, un éminent politologue russe, a été le premier, à ma connaissance, à appeler cela « décolonisation intellectuelle ».

Après avoir passé des décennies dans l’ombre du marxisme importé, nous avons entamé une transition vers une autre idéologie étrangère, celle de la démocratie libérale, en économie et en sciences politiques et, dans une certaine mesure, même en politique étrangère et en défense. Cette fascination ne nous a rien apporté de bon – nous avons perdu des terres, des technologies et des personnes. Au milieu des années 2000, nous avons commencé à exercer notre souveraineté, mais nous avons dû nous fier à nos instincts plutôt qu’à des principes scientifiques et idéologiques nationaux clairs (encore une fois – il ne peut en être autrement).

Nous n’avons toujours pas le courage de reconnaître que la vision scientifique et idéologique du monde que nous avons eue au cours des quarante ou cinquante dernières années est obsolète et/ou qu’elle était destinée à servir des élites étrangères.

Pour illustrer ce point, voici quelques questions choisies au hasard dans ma très longue liste.

Je vais commencer par des questions existentielles, purement philosophiques. Qu’est-ce qui vient en premier chez l’homme, l’esprit ou la matière ? Et dans un sens politique plus terre à terre, qu’est-ce qui motive les gens et les États dans le monde moderne ? Pour les marxistes et les libéraux courants, la réponse est l’économie. Rappelez-vous que, jusqu’à récemment, le célèbre « It’s the economy, stupid » de Bill Clinton était considéré comme un axiome. Mais les gens recherchent quelque chose de plus grand lorsque le besoin fondamental de nourriture est satisfait. L’amour pour leur famille, leur patrie, le désir de dignité nationale, les libertés personnelles, le pouvoir et la célébrité. La hiérarchie des besoins nous est bien connue depuis que Maslow l’a introduite dans les années 1940-50 dans sa célèbre pyramide. Le capitalisme moderne l’a toutefois déformée, en imposant une consommation sans cesse croissante via les médias traditionnels dans un premier temps, puis les réseaux numériques omniprésents dans un second temps – pour les riches et les pauvres, chacun selon ses capacités.

Que pouvons-nous faire lorsque le capitalisme moderne, dépourvu de fondements moraux ou religieux, incite à une consommation sans limites, abolit les frontières morales et géographiques et entre en conflit avec la nature, menaçant l’existence même de notre espèce ? Nous, les Russes, comprenons mieux que quiconque que les tentatives visant à se débarrasser des entrepreneurs et des capitalistes qui sont animés par le désir de s’enrichir auront des conséquences désastreuses pour la société et l’environnement (le modèle d’économie socialiste n’était pas exactement respectueux de l’environnement).

Que faisons-nous des nouvelles valeurs de rejet de l’histoire, de la patrie, du sexe et des croyances, ainsi que des mouvements agressifs LGBT et ultra-féministes ? Je respecte le droit de les suivre, mais je pense qu’ils sont post-humanistes. Devrions-nous considérer cela comme un simple stade supplémentaire de l’évolution sociale ? Je ne le pense pas. Devons-nous essayer de la repousser, de limiter sa propagation et d’attendre que la société survive à cette épidémie morale ? Ou devrions-nous la combattre activement, à la tête de la majorité de l’humanité qui adhère aux valeurs dites « conservatrices » ou, pour dire les choses simplement, aux valeurs humaines normales ? Devons-nous entrer dans le combat en intensifiant une confrontation déjà dangereuse avec les élites occidentales ?

Le développement technologique et l’augmentation de la productivité du travail ont permis de nourrir la majorité des gens, mais le monde lui-même a glissé dans l’anarchie, et de nombreux principes directeurs ont été perdus au niveau mondial. Les préoccupations sécuritaires l’emportent peut-être une fois de plus sur l’économie. Les instruments militaires et la volonté politique pourraient désormais prendre le dessus.

Et une question connexe : Qu’est-ce que la parité stratégique dont on parle encore aujourd’hui ? S’agit-il d’une absurdité étrangère choisie par les dirigeants soviétiques qui ont entraîné leur peuple dans une course aux armements épuisante en raison de leur complexe d’infériorité et du syndrome du 22 juin 1941 ? Il semble que nous ayons déjà répondu à cette question, même si nous continuons à débiter des discours sur l’égalité et les mesures symétriques.

Et qu’est-ce que cette maîtrise des armements dont beaucoup pensent qu’elle est instrumentale ? S’agit-il d’une tentative de freiner la course aux armements coûteux, bénéfique à l’économie la plus riche, de limiter le risque d’hostilités ou quelque chose de plus – un outil pour légitimer la course, le développement des armes et le processus de programmes inutiles sur votre adversaire ? Il n’y a pas de réponse évidente à cette question.

Mais revenons à des questions plus existentielles.

La démocratie est-elle vraiment le summum du développement politique ? Ou n’est-elle qu’un outil de plus qui aide les élites à contrôler la société, si l’on ne parle pas de la démocratie pure d’Aristote (qui présente également certaines limites) ? Il existe de nombreux outils qui vont et viennent en fonction de l’évolution de la société et des conditions. Parfois, nous les abandonnons pour ne les ramener que lorsque le moment est venu et qu’il y a une demande externe et interne pour eux. Je n’appelle pas à un autoritarisme ou une monarchie sans limite. Je pense que nous avons déjà exagéré avec la centralisation, notamment au niveau des administrations municipales. Mais s’il ne s’agit que d’un outil, ne devrions-nous pas cesser de prétendre que nous aspirons à la démocratie et mettre les choses au clair – nous voulons les libertés individuelles, une société prospère, la sécurité et la dignité nationale ? Mais comment justifier alors le pouvoir au peuple ?

L’État est-il vraiment destiné à disparaître, comme le croyaient les marxistes et les mondialistes libéraux, qui rêvaient d’alliances entre les sociétés transnationales, les ONG internationales (qui ont toutes deux été nationalisées et privatisées) et les organes politiques supranationaux ? Nous verrons combien de temps l’UE pourra survivre sous sa forme actuelle. Notez que je ne veux pas dire qu’il n’y a aucune raison d’unir les efforts nationaux pour le plus grand bien, comme la suppression des coûteuses barrières douanières ou l’introduction de politiques environnementales communes. Mais n’est-il pas préférable de se concentrer sur le développement de son propre État et de soutenir ses voisins tout en négligeant les problèmes mondiaux créés par d’autres ? Ne vont-ils pas s’en prendre à nous si nous agissons de la sorte ?

Quel est le rôle de la terre et des territoires ? S’agit-il d’un bien en déclin, d’un fardeau, comme le croyaient encore récemment les politologues ? Ou bien le plus grand trésor national, surtout face à la crise environnementale, au changement climatique, au déficit croissant d’eau et de nourriture dans certaines régions et à leur absence totale dans d’autres ?

Que devrions-nous faire alors avec des centaines de millions de Pakistanais, d’Indiens, d’Arabes et d’autres dont les terres pourraient bientôt être inhabitables ? Devrions-nous les inviter maintenant, comme les États-Unis et l’Europe ont commencé à le faire dans les années 1960, en attirant des migrants pour faire baisser le coût de la main-d’œuvre locale et miner les syndicats ? Ou devons-nous nous préparer à défendre nos territoires contre les étrangers ? Dans ce cas, nous devrions abandonner tout espoir de développer la démocratie, comme le montre l’expérience d’Israël avec sa population arabe.

Le développement de la robotique, qui est actuellement en piteux état, permettrait-il de compenser le manque de main-d’œuvre et de rendre ces territoires à nouveau vivables ? Quel est le rôle des autochtones russes dans notre pays, sachant que leur nombre va inévitablement continuer à diminuer ? Étant donné que les Russes sont historiquement un peuple ouvert, les perspectives pourraient être optimistes. Mais jusqu’à présent, ce n’est pas clair.

Je pourrais continuer encore et encore, surtout en ce qui concerne l’économie. Ces questions doivent être posées et il est vital de trouver des réponses le plus rapidement possible afin de se développer et de sortir vainqueur. La Russie a besoin d’une nouvelle économie politique – libre des dogmes marxistes et libéraux, mais quelque chose de plus que le pragmatisme actuel sur lequel repose notre politique étrangère. Elle doit inclure un idéalisme tourné vers l’avenir, une nouvelle idéologie russe intégrant notre histoire et nos traditions philosophiques. Cela fait écho aux idées avancées par l’universitaire Pavel Tsygankov.

Je crois que c’est le but ultime de toutes nos recherches en affaires étrangères, en sciences politiques, en économie et en philosophie. Cette tâche est plus que difficile. Nous ne pourrons continuer à contribuer à notre société et à notre pays qu’en brisant nos vieux schémas de pensée. Mais pour terminer sur une note optimiste, voici une pensée humoristique : N’est-il pas temps de reconnaître que l’objet de nos études – les affaires étrangères, les politiques intérieures et l’économie – est le résultat d’un processus créatif impliquant les masses et les dirigeants ? De reconnaître qu’il s’agit, en quelque sorte, d’art ? Dans une large mesure, cela défie toute explication et découle de l’intuition et du talent. C’est pourquoi nous sommes comme des experts en art : Nous en parlons, nous identifions les tendances et nous enseignons aux artistes – aux masses et aux dirigeants – l’histoire, ce qui leur est utile. Mais nous nous perdons souvent dans la théorie, en proposant des idées éloignées de la réalité ou en la déformant en nous concentrant sur des fragments séparés.

Parfois, nous faisons l’histoire : pensez à Evgeny Primakov ou Henry Kissinger. Mais je dirais qu’ils ne se souciaient pas des approches de cette histoire de l’art qu’ils représentaient. Ils ont puisé dans leurs connaissances, leur expérience personnelle, leurs principes moraux et leur intuition. J’aime l’idée que nous soyons un type d’expert en art, et je crois que cela peut rendre la tâche ardue de réviser les dogmes un peu plus faciles.

Sergey Karaganov

Par le professeur Sergey Karaganov, président honoraire du Conseil de la politique étrangère et de défense de la Russie, et superviseur académique à l’école d’économie internationale et d’affaires étrangères de la Higher School of Economics (HSE) de Moscou.


Cet article a été publié pour la première fois en ligne par la revue Russia in Global Affairs.

(Traduction: Arrêt sur info/Olinda)

Imprimer