Compilation d’articles 

Les sanctions occidentales contre la Russie et ses conséquences pour les peuples 



La Pologne a été trop rapide à sanctionner la Russie

Varsovie n’a pas bien réfléchi à l’embargo sur le charbon russe, selon un député polonais.

Le gouvernement polonais a été trop rapide à interdire le charbon russe, a déclaré vendredi à Polskie Radio Pawel Poncyljusz, membre de la Coalition civique du Parlement polonais. Selon lui, la réduction soudaine des approvisionnements va faire mal au citoyen lambda.

« C’est un problème. Des décisions aussi radicales ont été prises trop rapidement, il fallait l’aborder un peu plus calmement », a-t-il déclaré, ajoutant que la coupure totale des livraisons était trop radicale pour un pays qui augmente ses importations de charbon russe depuis des années.

« Nous sommes en train de passer d’un extrême à l’autre. Ces dernières années, les décisions du gouvernement ont conduit au fait que nous avons dépassé de 10 millions de tonnes les importations de charbon en provenance de Russie. Maintenant, nous avons une réduction soudaine des importations, ce qui est dans une certaine mesure dommageable pour la Russie, mais dans une mesure beaucoup plus grande pour les Polonais ordinaires qui ont des poêles à charbon », a expliqué Poncyljusz.

Lire aussi : Les Polonais peuvent chercher du bois pour chauffer leurs maisons

Selon lui, le gouvernement aurait dû utiliser « le privilège » d’avoir accès à la documentation des jetées de charbon, et vérifier le niveau d’extraction dans le pays pour savoir combien de temps il faudrait pour compenser les pertes avant de couper les importations russes. Il a ajouté qu’il faudra à la Pologne au moins un an et demi pour porter sa propre production de charbon à un niveau suffisant.

À la fin du mois de mars, la Pologne a imposé un embargo total sur les importations de charbon en provenance de Russie. L’interdiction s’applique non seulement au secteur public, mais aussi aux entreprises privées. Cette mesure a entraîné une pénurie de charbon et, par voie de conséquence, une pénurie de bois de chauffage.

Au début du mois, les Polonais ont été officiellement autorisés à ramasser du bois de chauffage dans les forêts, mais uniquement après avoir suivi une formation et avec la permission des unités forestières locales.

Source: RT.com – 11 Juin, 2022

*****

Les agriculteurs américains luttent contre les prix élevés du carburant

Les coûts de plantation ont doublé cette année après la flambée des prix du diesel, rapporte RIA Novosti.

La flambée des prix du carburant aux États-Unis a ajouté des milliers de dollars aux coûts des agriculteurs cette année, selon Ty Higgins, porte-parole du ministère de l’agriculture de l’Ohio.

Il a déclaré cette semaine à l’agence de presse RIA Novosti que les prix record du diesel ont entraîné le doublement du coût des semis.

« Le diesel n’est pas le seul, mais le carburant le plus nécessaire à l’agriculture », a déclaré Higgins. « Quand vous pensez à la saison des semailles, imaginez combien de tracteurs utilisent du diesel, travaillant jour et nuit. Ce qui nécessitait 300 à 400 dollars par jour l’année dernière atteint désormais un millier de dollars », a-t-il ajouté.

Aux États-Unis, le diesel représente jusqu’à 15 % des dépenses globales d’une exploitation agricole, selon le California Farm Bureau.

Selon les données de l’American Automobile Association, le coût du diesel a établi un nouveau record historique cette semaine, atteignant 5,64 dollars le gallon. À titre de comparaison, en juin dernier, il coûtait environ 3,19 dollars et en 2020, il n’était que de 3,03 dollars le gallon.

Javier Zamora, un agriculteur biologique de Californie, a également déclaré à RIA que ses dépenses pour la saison des semailles de cette année ont également grimpé en flèche. « La hausse du prix du diesel est un gros problème parce que nous fournissons nos produits directement aux magasins, aux hôpitaux et aux écoles, donc la somme d’argent qui est consacrée à cela et aux tracteurs a presque doublé par rapport à l’année dernière », a-t-il déclaré.

Les analystes affirment que les prix étaient déjà en hausse avant la crise en Ukraine, et qu’ils ont été poussés à la hausse par les difficultés de la chaîne d’approvisionnement et par l’augmentation de la demande lorsque les voyages et le transport maritime ont repris après les creux de la pandémie. Mais la guerre et les sanctions énergétiques américaines qui ont suivi contre la Russie n’ont fait qu’aggraver la situation.

RT. 12 juin 2022

*****

La pénurie mondiale de puces devrait s’aggraver

Les restrictions imposées aux exportations russes de gaz rares vont accroître la pression sur la chaîne d’approvisionnement, selon les experts.

Les restrictions imposées par le gouvernement russe aux exportations de gaz utilisés dans la production de semi-conducteurs risquent d’exacerber la pénurie de puces sur le marché mondial et d’entraîner une nouvelle hausse des prix, a rapporté cette semaine le Global Times, citant des sources.

Xiang Ligang, directeur général de l’Information Consumption Alliance basée à Pékin, a déclaré au journal que les restrictions pourraient affecter la fabrication de semi-conducteurs en Chine. Le pays est le plus grand consommateur de puces au monde et est fortement dépendant des importations de puces.

Selon M. Xiang, la Chine a importé pour environ 300 milliards de dollars de puces en 2021, utilisées pour la production de voitures, de smartphones, d’ordinateurs, de téléviseurs et d’autres appareils. Selon lui, les secteurs qui dépendent fortement des puces importées pourraient être affectés de manière plus significative, alors que l’impact sera moins perceptible sur les industries utilisant des puces qui peuvent être produites par des entreprises chinoises telles que SMIC.

La Russie restreint l’exportation de gaz essentiel à la production de puces électroniques

La semaine dernière, la Russie a imposé des restrictions sur les gaz nobles en réponse aux sanctions de l’UE visant les exportations de technologies vers le pays.

Les gaz nobles ou inertes – tels que le néon, l’argon, le xénon et d’autres – sont essentiels au processus de fabrication des semi-conducteurs. Les semi-conducteurs sont utilisés pour fabriquer les micropuces nécessaires aux gadgets, aux voitures et aux appareils ménagers.

Il y a une pénurie mondiale de semi-conducteurs depuis le début de la pandémie de Covid, et le conflit en Ukraine a aggravé le problème. Les prix mondiaux des gaz néon et xénon ont grimpé en flèche depuis que les fournisseurs ukrainiens Ingas et Cryoin, qui fournissent environ 50 % du gaz néon mondial destiné aux semi-conducteurs, ont arrêté leur production. La Russie fournirait jusqu’à 30 % du néon consommé dans le monde. La Chine et le Japon sont d’autres grands producteurs de gaz rares, mais leur production est principalement consommée.

Source: RT, 12 juin 2022

*****

La fermeture de l’espace aérien russe coûte des millions de dollars à son voisin

La fermeture de l’espace aérien russe a entraîné un certain nombre de problèmes pour les transporteurs aériens finlandais, notamment la nécessité de réacheminer les vols et la perte d’environ 1,5 million d’euros (1,58 $) par mois en frais de navigation aérienne, a rapporté cette semaine le journal finlandais Iltalehti, citant le chef du contrôle du trafic aérien Matts-Anders Nyberg.

« Chaque mois, nous perdons environ 1,5 million d’euros en frais de navigation en raison de l’interdiction de survol », a déclaré M. Nyberg.

La Russie a fermé son espace aérien à la fin du mois de février dans le cadre de sanctions de rétorsion après que plusieurs pays européens, dont la Finlande, ont interdit aux avions russes d’accéder à leur espace aérien en réponse à l’opération militaire de la Russie en Ukraine. Selon M. Nyberg, en conséquence, le nombre de vols au départ de la Finlande et via la Finlande vers l’Asie et retour a diminué depuis fin février. De nombreux vols en provenance d’Amsterdam et de Copenhague à destination de l’Asie passaient auparavant par l’espace aérien finlandais, et la Finlande bénéficiait des droits de navigation aérienne. Désormais, ces vols doivent être réacheminés via le Caucase ou le pôle Nord.

Les trajets eux-mêmes sont désormais beaucoup plus longs – un vol vers Tokyo, par exemple, dure désormais 13 heures au lieu de neuf – et la Finlande ne perçoit plus les redevances de navigation aérienne pour les avions à destination de l’Asie qui passaient auparavant par son espace aérien. De même, selon M. Nyberg, la Russie ne paie plus de redevances pour les vols au-dessus du golfe de Finlande à destination de Kaliningrad.

La fermeture de l’espace aérien russe a également porté préjudice à Finnair, la plus grande compagnie aérienne du pays, rapporte le journal finlandais Helsingin Sanomat. L’avenir du transporteur est même menacé, selon le média. Helsinki étant plus proche que d’autres hubs européens des villes clés de Chine, de Corée du Sud et du Japon, Finnair a longtemps compté sur cette situation géographique avantageuse pour ses vols vers l’Asie.

Cependant, Finnair doit désormais contourner la Russie, ce qui réduit considérablement son avantage par rapport à ses concurrents, notamment les transporteurs chinois, qui peuvent toujours utiliser l’espace aérien russe. Avec l’augmentation moyenne de 40 % du temps de vol, la compagnie doit dépenser davantage en carburant, en personnel et en frais de navigation. La perte d’exploitation de Finnair pour le premier semestre 2022 s’élevait déjà à un montant record de 133 millions d’euros (140 millions de dollars), et la compagnie a été contrainte de procéder à d’importantes réductions de personnel et a commencé à louer des avions avec équipage à d’autres compagnies aériennes pour réduire ses pertes, indique le rapport.

RT, 11 Juin 2022

*****

Un demi-million de petites entreprises en Grande-Bretagne pourraient faire faillite

Le gouvernement est appelé à fournir un soutien

Si une nouvelle vague d’aides gouvernementales n’est pas débloquée immédiatement, quelque 500 000 petites entreprises britanniques feront faillite dans les semaines à venir, a averti le président de la Fédération des petites entreprises (FSB), Martin McTague.

« Nous n’avons aucun problème avec la façon dont le chancelier a traité les besoins des consommateurs », a déclaré M. McTague à l’émission Today de la BBC Radio 4 en début de semaine, commentant le dernier paquet de 15 milliards de livres (19 milliards de dollars) sur le coût de la vie publié par le gouvernement britannique.

« Mais il y a toujours un énorme problème avec les petites entreprises », a-t-il ajouté.

« Elles sont confrontées à quelque chose comme le double du taux d’inflation pour leurs prix de production, et c’est une bombe à retardement. Il leur reste littéralement quelques semaines avant d’être à court de liquidités, ce qui signifie que des centaines de milliers d’entreprises et de nombreuses personnes perdront leur emploi. »

M. McTague a également cité les derniers chiffres révélés par l’Office for National Statistics, selon lesquels 40 %, soit deux millions, des petites entreprises britanniques disposent de moins de trois mois de liquidités pour mener leurs activités.

Selon le président de la FSB, quelque 10 %, soit 200 000, de ces deux millions d’entreprises sont en « sérieuse difficulté », tandis que 300 000 autres « n’ont plus que quelques semaines à vivre ».

En avril, l’inflation des prix à la consommation au Royaume-Uni a atteint 9 %, le niveau le plus élevé depuis 1982. Les principaux responsables ont été la flambée des factures d’énergie et l’augmentation rapide du coût du gaz et des denrées alimentaires. La Banque d’Angleterre prévoit que l’inflation atteindra un pic de 10 % dans le courant de l’année.

Les entreprises ont également été confrontées à la flambée des coûts, les prix des intrants industriels ayant augmenté de 18,6 % au cours de l’année écoulée, ce qui constitue un record absolu. Les entreprises ont été contraintes d’augmenter leurs prix, ce qui a également alimenté les pressions inflationnistes.

Selon le baromètre des PME de Barclays, près des trois quarts des petites et moyennes entreprises britanniques s’inquiètent de l’impact à long terme de la crise du coût de la vie, de la hausse des factures d’énergie et de l’inflation croissante.

RT, 5 juin 2022

Traduction: Arretsurinfo.ch

Imprimer