Entretien avec Oskar Lafontaine, leader historique de la gauche allemande, ancien président du parti social-démocrate, ancien ministre des Finances, fondateur de Die Linke, ancien président de la Sarre.

Oskar Lafontaine au-dessus de la Boucle de la Sarre en 2015

Propos recueillis par Carmela Negrete, journaliste indépendante espagnole

Paru le 28  janvier 2023 sur le blog espagnol CTXT


“La préoccupation fondamentale des Européens doit être de savoir comment se libérer de la tutelle américaine”

L’Allemagne a annoncé qu’elle allait envoyer des chars Leopard en Ukraine, bien que le chancelier Olaf Scholz ait lui-même assuré en mars qu’une telle décision pourrait conduire le pays et ses partenaires de l’OTAN directement à la guerre. Nous avons parlé à l’homme politique Oskar Lafontaine (Sarre, Allemagne, 1943), ancien ministre des finances, ancien président du parti social-démocrate SPD et fondateur du parti de gauche Die Linke, qu’il a quitté en mars. Lafontaine a écrit un livre intitulé Ami, it’s time to go (Ami, il est temps de partir : Ami en argot allemand désigne les yankees), dans lequel il réfléchit à la guerre en Ukraine et au rôle de l’Allemagne et de l’Europe dans le conflit. Cette interview pour le portail espagnol CTXT a été réalisée par téléphone au cours de la première semaine de janvier.

Pourquoi pensez-vous qu’il est important de s’opposer aux livraisons d’armes à l’Ukraine ?

L’envoi continu d’armes à l’Ukraine ne fait que prolonger les souffrances, la mort des gens et la destruction de l’Ukraine. La guerre en Ukraine n’est pas une guerre de la Russie contre l’Ukraine ou vice versa, mais une guerre des USA contre la Russie. Il s’agit d’une confrontation géostratégique qui était déjà annoncée dans les années 1990 par des politiciens comme Henry Kissinger. Les Ukrainiens ne sont que les victimes de cet affrontement stratégique, qui le paient de leur vie et de la destruction de leur pays.

Le réarmement de l’Allemagne doit-il nous inquiéter en tant qu’Européens, s’agissant du pays qui a conduit l’Europe à la Seconde Guerre mondiale ?

Cette crainte n’est pas fondée. La question de savoir si l’Allemagne veut rester un protectorat des USA est bien plus importante, car les décisions militaires impliquant le danger d’une guerre nucléaire sur le territoire européen sont prises uniquement par les USA, et les Européens n’ont pas voix au chapitre. La préoccupation fondamentale des Européens doit être de savoir comment se libérer de la tutelle américaine.

C’est la thèse que vous défendez dans votre livre Ami, il est temps de partir, qui est devenu un best-seller. Les médias nous répètent pourtant sans cesse que les USA dépensent plus pour leur défense et que cela nous protège de nos adversaires potentiels. Est-ce une idée fausse ?

Les États ont des intérêts et défendent ces intérêts. L’intérêt des USA n’est pas de défendre l’Europe, mais d’avoir l’Europe comme avant-poste disponible pour leurs intérêts en tant que puissance mondiale. Pour l’instant, les USA sont les grands gagnants de la guerre d’Ukraine. Ils fournissent des armes en grande quantité à leurs partenaires, comme les Allemands et les Polonais ; ils ont évincé le gaz russe bon marché de l’Europe et peuvent enfin réaliser ce qu’ils souhaitaient depuis des années : vendre en Europe leur gaz de schiste, obtenu par des techniques très dommageables pour l’environnement. Et ils ont réalisé ce que Kissinger avait proposé il y a de nombreuses années : confronter l’Europe à la Russie selon le principe “diviser pour régner » afin d’assurer leur pouvoir. Croire que les Américains veulent nous protéger n’est pas seulement naïf, c’est aussi nuisible. Pour l’Allemagne, l’énergie plus chère des terminaux de gaz liquéfié affecte son industrie, et pas mal d’entreprises veulent donc déplacer leur production vers d’autres pays, y compris les USA eux-mêmes.

Ami, il est temps de partir – Plaidoyer pour l’affirmation de soi de l’Europe”, le best-seller de Lafontaine

Le gaz russe est très important pour l’Allemagne et l’Europe. Pourtant, l’attaque contre les pipelines russes Nord Stream a disparu du discours public avant même d’avoir été clarifiée.

Il n’y a rien de plus à clarifier. Nous pouvons croire le président Joe Biden, qui a déclaré que si les Russes marchaient sur l’Ukraine, ils mettraient fin au pipeline. Toutes les spéculations selon lesquelles un autre pays aurait provoqué ces explosions sont risibles et montrent l’état dans lequel se trouve l’Europe. L’attaque du gazoduc était un acte terroriste qui pourrait être considéré comme un acte de guerre, et le gouvernement allemand vassal est silencieux à ce sujet.

Entre-temps, un ministre vert a décrété la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires et rouvert des dizaines de centrales à charbon. Comment en est-on arrivé à cette situation absurde ?

C’est une conséquence directe de la décision de l’Allemagne de soutenir la politique agressive des USA, qui a conduit à la guerre économique contre la Russie, préparée de longue date, empêchant l’expédition de gaz vers l’Allemagne. En 2017, un embargo sur le gaz russe avait déjà été conçu. En ce sens, la tentative de transformer l’économie allemande afin de couvrir ses besoins avec des énergies renouvelables, avec une période de transition basée sur le gaz naturel, a échoué lamentablement. Nous sommes maintenant obligés de produire de l’électricité à partir du charbon. Il est incompréhensible que le parti des Verts (Die Grünen), qui est né du mouvement pacifiste et avait pour bannière la protection de l’environnement, soit devenu le parti de la guerre.

À quel point la situation en Ukraine est-elle dangereuse pour nous, Européens ?

Le danger pour les Européens est que l’escalade de la guerre continue à augmenter parce que les USA ont décidé qu’ils voulaient poursuivre cette guerre jusqu’à ce que la Russie soit clairement affaiblie. Cet aspect est important lorsqu’il s’agit de prévisions, car lorsque les USA affirment vouloir que cette guerre se termine bientôt, cela n’est guère crédible. Joe Biden a été vice-président sous Barack Obama, qui est le président qui a financé le coup d’État de Maidan. D’autre part, son propre fils semble être impliqué dans de la corruption en Ukraine. Les collaborateurs du ministère des affaires étrangères de Biden, dont Victoria Nuland, poursuivent leur stratégie de provocation de la Russie et n’écoutent apparemment même pas le Pentagone. Le président des chefs d’état-major interarmées lui-même, Mark Milley, la plus haute autorité militaire après le président, a proposé de rechercher des négociations de paix, mais n’est apparemment pas écouté à la Maison-Blanche.

Malheureusement, il y a plus d’un politicien aux USA qui croit qu’une guerre nucléaire serait justifiable et qu’il serait également possible de la circonscrire à l’Europe. C’est pourquoi il est si nécessaire que l’Europe mène sa propre politique de défense et se libère de la politique d’agression fatale des USA. Il faut rappeler chaque jour aux Européens qu’il n’y a pas de troupes russes ou chinoises à la frontière américaine avec le Mexique ou le Canada, mais que ce sont les troupes américaines qui sont partout aux frontières russes et chinoises.

Les accords de Minsk n’étaient-ils qu’une stratégie visant à gagner du temps, comme l’a laissé entendre l’ancienne chancelière Angela Merkel dans une interview accordée à Die Zeit ?

Ces déclarations d’Angela Merkel ont été fatales, car avec elles, elle a reconnu publiquement que les efforts de paix en Ukraine, dont la guerre a commencé dès 2014, n’étaient pas sérieux. Mme Merkel, comme l’oligarque Porochenko, a admis qu’elle n’avait soutenu ces négociations de paix que pour donner à l’Ukraine le temps de s’armer. Ces déclarations insensées aggravent les relations avec la Russie et amènent le président et les politiciens russes à conclure qu’avec les Européens, on ne peut pas signer d’accords, car ils ne font que mentir et tricher.

Quel bilan tirez-vous des seize années de mandat de l’ancienne chancelière Merkel ?

Il suffit d’écouter les plaintes de son propre parti maintenant qu’il est dans l’opposition au Bundestag. Ils se plaignent que l’infrastructure de l’Allemagne s’effrite et cette plainte est justifiée. Un pays industrialisé qui laisse ses infrastructures, y compris la culture, les écoles et les universités, se délabrer fait une mauvaise politique et n’assure pas l’avenir de son pays et de sa population.

Mme Merkel est également coresponsable de la politique ultra-libérale menée vis-à-vis de l’Europe du Sud. A-t-on appris quelque chose à cet égard ?

Les problèmes en Europe ont commencé avec l’introduction de l’euro, car il était trop faible pour les pays du nord, comme l’Allemagne, et trop fort pour les pays du sud. Cela a entraîné des désavantages concurrentiels pour les pays d’Europe du Sud et l’Allemagne a pu dominer le marché européen des exportations. Il serait important que tous les pays de l’union monétaire aient des chances égales, mais ce n’est pas le cas pour l’instant.

Pendant la crise de l’euro, le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne s’est formé. Peut-on parler de fascisme dans ce cas ?

Il y a plusieurs politiciens dans le parti dont les idées peuvent être qualifiées de fascistes. En Allemagne, l’AfD s’est initialement formée contre l’union monétaire européenne. La question du fascisme est donc beaucoup plus large : sommes-nous sur la voie du fascisme dans le monde entier ? Je pense aux USA, mais aussi à l’Allemagne, et la question est de savoir si nous sommes sur la voie du totalitarisme. Nous observons certainement des tendances très problématiques. Le prix de la paix du secteur du livre allemand a été décerné à Serhiy Viktorovych Zhadan, un auteur ukrainien qui a traité les Russes d’ »ordures » et d’ »animaux », de « porcs qui devraient brûler en enfer ». C’est pourquoi la question du fascisme doit être envisagée de manière plus large et pas seulement comme l’arrivée des partis d’extrême droite, car l’extrémisme en Europe s’installe au centre de la société. La ministre allemande des Affaires étrangères a affirmé que les sanctions devraient « ruiner » la Russie. C’est un langage fasciste.

Quel espoir y a-t-il pour la gauche en Europe et particulièrement en Allemagne ?

Dans toute l’Europe, la gauche doit réfléchir à ce que signifie une politique de gauche. En version simplifiée : défendre les personnes qui ne disposent pas de revenus et de richesses élevés. Au cours des dernières décennies, les questions relatives au système économique, la question marxiste de la contradiction fondamentale entre le capital et le travail, ont été reléguées au second plan. La conséquence est que la concentration des richesses s’est accrue de plus en plus et que l’écart salarial a continué à se creuser. Cette question a été déplacée par d’autres débats, tels que le racisme, l’orientation sexuelle ou la diversité. Toutes ces questions sont importantes, mais elles ont été privilégiées, comme on peut le voir dans les multinationales américaines, au détriment des questions fondamentales sur notre système économique en relation avec la répartition des richesses.

C’est un problème que l’on peut observer très clairement dans les partis sociaux-démocrates. Le SPD, dont j’étais président, était un parti pour la paix, le désarmement et le développement de l’État-providence. Aujourd’hui, le chancelier Scholz, du parti social-démocrate, donne la priorité au réarmement et à la guerre en Ukraine, et préconise le démantèlement de l’État-providence des années 1990, qui a conduit à ce qu’un retraité allemand gagne en moyenne 800 euros de moins par mois qu’un retraité autrichien. Le plus important en ce moment est le prix de l’énergie, qui joue un rôle clé pour les entreprises et la population allemandes. Nous devons revenir aux faibles prix de l’énergie qui ont été bénéfiques pour le bien-être de l’Allemagne et de l’Europe dans son ensemble. Pour ce faire, pendant un certain temps, il sera inévitable que nous devions à nouveau compter sur le gaz russe.

Propos recueillis par Carmela Negrete

Carmela Negrete (Nerva, Espagne, 1984) est une journaliste indépendante espagnole basée à Berlin depuis 2009, où elle réalise des reportages sur le précariat allemand, dont elle fait elle-même partie. Elle écrit régulièrement pour Junge Welt, Neues Deutschland, ctxt es, eldiario.es et l’hebdomadaire Diagonal, entre autres publications.

Source: CTXT

Traduction Tlaxcala