Portrait officiel de Giorgia Meloni en 2023. (Wikipedia)

Au Sommet des Nations Unies sur les Systèmes Alimentaires, la présidente du Conseil Giorgia Meloni a confirmé l’accusation de l’Occident contre la Russie : “La guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine a aggravé l’insécurité alimentaire de nombreuses nations africaines, elle a eu un fort impact sur la distribution des céréales dans le monde entier en aggravant la crise de la sécurité alimentaire mondiale”. Ce serait la cause du fait que 30% de l’humanité, 2,4 milliards de personnes, n’ont pas accès à une alimentation appropriée, que plus de 700 millions de personnes (selon des estimations officielles par défaut) sont affectées de sous-alimentation chronique, c’est-à-dire condamnées à une mort prématurée par la faim.

Ce que sont les véritables causes l’indiquent les données mêmes de la Banque Mondiale : tandis que les prix de gros des produits agricoles et des céréales ont chuté respectivement de 4% et de 12% en une année, les prix des produits alimentaires ont augmentés dans le monde entier, souvent de 10% ou plus, touchant surtout les pays à faible revenu. Ce que sont les vraies causes de la faim est démontré par le croissant phénomène du “land grabbing” : l’accaparement des terres cultivables en Afrique et autres régions par de grands groupes spéculatifs. Les mêmes qui spéculent sur toutes les matières premières, céréales comprises : à la Bourse de Commerce de Chicago se stipulent chaque jour plus de 6 millions de contrats d’achat-vente de matières premières à des fins spéculatives.

L’accusation contre la Russie d’affamer l’Afrique parce qu’elle bloque l’envoi de blé ukrainien est caduque devant le fait que presque tout le blé envoyé par l’Ukraine est allé aux pays de l’Union Européenne, pas aux nations plus pauvres auxquelles n’ont été envoyés que deux navires sur 87. Au Second Sommet Russie-Afrique a été annoncé que la Russie a exporté l’an dernier plus de 11 millions de tonnes de blé en Afrique et presque 10 millions de tonnes dans les six premiers mois de 2023. Tout ceci est advenu malgré les sanctions illégales imposées aux exportations russes. Dans les prochains mois la Russie fournira 50.000 tonnes de blé chacun au Burkina Faso, Zimbabwe, Mali, Somalie, République Centrafricaine et Érythrée, consignées à coût zéro.

Manlio Dinucci

Traduit de l’italien par M-A P