La Russie a rompu de manière décisive avec l’Occident et est prête à contribuer à l’élaboration d’un nouvel ordre mondial.

Par Dmitri Trenin4 Juillet 2022

Il est peut-être difficile de le croire aujourd’hui, mais il y a seulement huit ans, la Russie était un membre à part entière de l’ancien G8. Depuis lors, des changements spectaculaires sont intervenus.

Juste avant que les dirigeants du G7 ne se réunissent au château d’Elmau en Bavière la semaine dernière, leurs homologues des cinq pays BRICS ont tenu un sommet en ligne sous la présidence chinoise. La Russie avait été évoquée comme une menace lors du rassemblement du G7, mais elle a été un participant clé de ce dernier.

Il est loin le temps où Moscou pouvait chevaucher le clivage entre l’Occident et le non-Occident. À la suite de la crise ukrainienne de 2014, le G8 est revenu à son ancien format G7 ; à la suite de l’action militaire russe en Ukraine en février dernier, la confrontation russo-occidentale a dégénéré en une véritable « guerre hybride », complétée par une confrontation réelle – si ce n’est jusqu’à présent par procuration.

Après avoir tenté, après la fin de la guerre froide, de s’intégrer au nouvel Occident et avoir échoué dans cette entreprise, la Russie s’attache désormais à développer ses liens avec l’Asie, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Amérique latine.

C’est une tâche à la fois difficile et nécessaire, pour un certain nombre de raisons. Premièrement, il y a une puissante inertie du passé. Au moins depuis l’époque de Pierre le Grand, les élites russes se sont tournées vers l’Ouest, adoptant l’apparence et le comportement occidentaux (tout en restant distinctement russes sous les vêtements et les manières) ; adaptant les institutions occidentales (même si ce n’est souvent que superficiellement) ; empruntant les schémas de pensée occidentaux (tout en les développant de manière créative, comme avec le marxisme) ; cherchant à devenir une grande puissance européenne ; puis, à l’époque soviétique, une superpuissance mondiale ; et, plus récemment, une composante clé de la grande Europe de Lisbonne à Vladivostok.

Les russophones seront des citoyens de seconde zone s’ils n’abandonnent pas leur langue » : Un point de vue du Donbass sur l’avenir de l’Ukraine

C’est une voie dont il est difficile de se défaire. Pourtant, aujourd’hui, pour la première fois, la Russie fait face à un Occident uni, depuis l’Amérique du Nord, l’Union européenne et la Grande-Bretagne jusqu’au Japon et à l’Australie. Qui plus est, Moscou n’a pas d’alliés en Occident vers lesquels se tourner – même les États théoriquement neutres comme la Finlande, la Suède, l’Autriche et la Suisse ont tous renoncé à leur neutralité. La rupture politique de la Russie avec l’Occident est donc complète, et toute nouvelle norme de relations entre eux ne peut émerger qu’à la suite de la « guerre hybride », qui prendra des années, voire des décennies, à se dérouler.

Deuxièmement, les relations économiques de Moscou ont été largement construites avec l’Occident. Historiquement, la Russie a été une ressource pour l’industrie d’Europe occidentale, un grenier à blé du continent et un importateur majeur de produits industriels et de technologies. Jusqu’à récemment, le commerce de la Russie avec l’Union européenne représentait à lui seul plus de la moitié du commerce extérieur de la Russie, et l’Allemagne était le principal exportateur de machines et de technologies vers la Russie. Depuis le début des années 1970, les oléoducs et gazoducs reliant la Russie à l’Europe occidentale ont constitué l’épine dorsale des liens économiques et ont assuré la stabilité générale du continent, même au cours des dangereuses décennies de la guerre froide et de la période agitée de la désintégration de l’Union soviétique elle-même. Mais cela aussi est en voie de disparition.

Les sanctions sévères imposées à la Russie par les États-Unis, l’Union européenne et le Royaume-Uni ne seront pas levées même lorsque les combats en Ukraine cesseront, et l’expérience douloureuse des saisies de devises et d’actifs laissera une empreinte énorme sur toute approche future de la Russie en matière de liens économiques avec l’Occident.

Troisièmement, sur le plan culturel, les Russes se sont traditionnellement identifiés au reste de l’Europe. Le christianisme, l’héritage de la Grèce et de la Rome antiques, les idées de la philosophie française des Lumières et de la philosophie allemande, la littérature et les arts européens, la musique et la danse – tout cela a contribué à façonner et à former la culture de la Russie, lui donnant un puissant stimulant pour son développement personnel. Malgré la récente rupture politique et le changement géo-économique, les fondements de la culture russe restent définitivement européens.

Cependant, un certain nombre d’éléments de la scène culturelle occidentale actuelle, notamment le culte dominant de l’expression individuelle, le libéralisme galopant qui devient de plus en plus oppressif, l’érosion des valeurs familiales et la prolifération des genres, s’opposent au code culturel plus traditionnel de la majorité de la population russe.

La folie futile de l’Occident : Pourquoi les sanctions contre la Russie n’ont pas fonctionné dans le passé et ne fonctionneront pas à l’avenir.

Cela dit, la nécessité évidente pour la Russie de regarder au-delà de l’Occident signifie qu’elle peut probablement surmonter l’inertie historique, l’héritage des priorités géo-économiques précédentes et les affinités culturelles. L’Occident fuyant la Russie, tentant de l’isoler et parfois de l' »annuler », Moscou n’a d’autre choix que de se défaire de ses vieilles habitudes et de s’ouvrir au monde au-delà de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord. En fait, c’est une chose que les dirigeants russes successifs ont promis de faire à plusieurs reprises, même lorsque les relations avec l’Occident étaient beaucoup moins conflictuelles, mais l’état d’esprit orienté vers l’Europe, la facilité apparente d’échanger des ressources contre des biens et des technologies occidentaux et l’ambition d’être accepté dans les cercles d’élite occidentaux ont empêché cette intention de se concrétiser.

Il a été noté, cependant, que les gens ne commencent à faire ce qui est juste que lorsqu’il n’y a pas d’autres options. Et il est certain que capituler devant l’Occident n’est pas une option pour la Russie, à ce stade. Les choses sont allées trop loin.

Au-delà de la nécessité d’une refonte des relations étrangères de la Russie, il existe de réelles opportunités à saisir. Depuis la fin de la guerre froide, les principaux pays d’Asie, du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Amérique latine ont connu un essor spectaculaire à tous égards, tant sur le plan économique et politique que sur le plan technologique et militaire.

Avant même le déclenchement de la « guerre hybride », la Chine avait dépassé l’Allemagne non seulement comme principal partenaire commercial de la Russie, mais aussi comme premier exportateur de machines et d’équipements vers la Russie. L’Inde, importateur traditionnel d’armes soviétiques et russes, apparaît désormais comme un partenaire technologique majeur pour Moscou. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont les principaux partenaires de la Russie dans la régulation de la production de pétrole dans le cadre de l’OPEP+. La Turquie et l’Iran sont des acteurs indépendants majeurs dans une région stratégique clé. Le fait que la grande majorité des pays non occidentaux aient refusé de condamner la Russie pour ce qu’elle fait en Ukraine – beaucoup d’entre eux malgré la forte pression des États-Unis – est très encourageant pour Moscou. Dans le sens où ceux qui ne sont pas contre nous pourraient être considérés comme étant avec nous.

De l’Indonésie au Brésil, et de l’Argentine à l’Afrique du Sud, il y a de nombreux pays dynamiques et ambitieux que Moscou cherche à engager.

Pour y parvenir, la politique étrangère de la Russie doit élaborer une stratégie appropriée. Avant tout, elle doit donner aux relations avec les pays non occidentaux la priorité sur les liens de facto fermement gelés avec l’Occident. Un poste d’ambassadeur en Indonésie devrait être plus prestigieux qu’un poste d’ambassadeur à Rome, et un poste à Tachkent devrait être considéré comme plus important qu’un poste à Vienne.

Il convient de procéder à un audit des possibilités économiques et autres pour la Russie dans les pays du BRICS et d’élaborer un plan pour les exploiter. Outre l’économie, les programmes d’échange d’étudiants devraient être développés et le tourisme russe encouragé à se déplacer vers l’est et le sud. Les médias russes auraient raison de couvrir davantage l’évolution de la situation dans les principaux pays non occidentaux, en informant l’élite russe et le grand public sur les réalités économiques, la politique et la culture de ces pays.

Dmitri Trenin

Dmitri Trenin est membre du Conseil russe des affaires internationales.

Source: https://www.rt.com/russia/558321-rus-pivoting-toward-nonwest/

Traduction Arrêt sur info

Imprimer