Tous deux en ont assez d’être « polis ». Vous voulez une confrontation ? C’est ce que vous obtiendrez.

Il s’est passé quelque chose de très important en début de semaine à Astana, lors de la réunion du Conseil des ministres des affaires étrangères de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, est allé droit au but : il a appelé les membres de l’OCS à « maintenir leur autonomie stratégique » et à « ne jamais permettre aux forces extérieures » de transformer l’Eurasie en une « arène géopolitique ». La Russie et la Chine en ont assez.

Wang Yi a expliqué dans le détail comment “quelques pays recherchent l’hégémonie et le pouvoir, forment de petites cliques, établissent des règles secrètes, se livrent à l’ingérence et à la répression, découplent et coupent les liens et assistent même les “trois fléaux” en présence de la région”, tentant ainsi de réduire l’autonomie stratégique des pays du Sud.

L’expression “trois fléaux” est une expression chinoise qui désigne le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme religieux – en fait, les trois principales raisons de la création de l’OCS en 2001, peu de temps avant le 11 septembre.

Le message de Wang montre que Pékin est tout à fait conscient de la myriade de tactiques de guerre hybride de l’hégémon, désormais déployées dans tout le continent. Néanmoins, Pékin excelle dans la courtoisie, appelant à une coopération en matière de sécurité “commune, globale, coopérative et durable” et à travailler avec la “communauté internationale”. Or, la “communauté internationale” est l’otage de l’“ordre international fondé sur des règles”.

Redéfinir les “trois fléaux”

La prochaine réunion des chefs d’État de l’OCS se tiendra à Astana en juillet, un mois seulement après une réunion ministérielle cruciale des BRICS en Russie. Il y a deux mois, le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev, lors d’une réunion à Boao, dans la province de Hainan en Chine, a clairement fait savoir que tous les dirigeants des États membres de l’OCS ne pouvaient tout simplement pas faire l’impasse sur cette réunion.

Plus tôt que prévu, peut-être dès l’année prochaine, les BRICS et l’OCS pourraient non seulement travailler en tandem, mais également se réunir autour d’une même table.

Le sommet de l’OCS de cette année n’est pas seulement crucial en termes de réorganisation d’une véritable guerre contre le terrorisme face aux tactiques de l’hégémon, mais aussi en termes d’expansion de l’OCS et d’amélioration de la coopération économique et commerciale.

La Biélorussie deviendra membre à part entière de l’OCS en juillet, comme l’a déjà confirmé le président Lukashenko. L’année dernière, le cabinet de l’Arabie saoudite a également approuvé la décision d’adhérer à l’OCS.

Voici trois mois à peine, lors de la célébration du 20e anniversaire du secrétariat de l’OCS à Pékin, M. Wang s’est fait l’écho du président Xi à la fin de son face-à-face décisif avec M. Poutine à Moscou en 2023 : “Des changements inédits en un siècle” sont à l’ordre du jour. D’où l’importance renouvelée de l’OCS – la plus grande organisation multilatérale non occidentale de facto axée sur la coopération politique et sécuritaire, et l’un des piliers de la multipolarité.

Il convient de souligner une fois de plus que l’OCS est soit ignorée, soit rejetée, soit mal comprise par l’Occident collectif, car elle ne se fonde pas sur une expansion militaire illimitée à la manière de l’OTAN. L’OCS est totalement axée sur l’intégration Sud-Sud. Ce n’est pas une mince affaire que d’avoir l’Inde, la Chine, le Pakistan et l’Iran à la même table pour discuter d’égal à égal et respecter les priorités de leurs partenaires d’Asie centrale et du continent.

Au fil des ans, tout a été débattu à la table de l’OCS – bien au-delà de l’accent initial mis sur les “trois fléaux” : diplomatie, sécurité nationale, économie, commerce, culture, éducation, transport, technologie, agriculture.

Si l’OCS est au cœur du partenariat stratégique multi-décisionnel entre la Russie et la Chine, elle est également le moteur d’une interconnexion économique croissante entre la Chine et les états d’Asie centrale.

En cette année des grandes décisions – où la présidence russe des BRICS devrait définir une feuille de route privilégiée pour un système de relations internationales plus égalitaire – les acteurs de l’OCS semblent pleinement conscients que les “trois fléaux” ne constituent pas par hasard la tactique de guerre hybride favorite déployée par l’Empire du Chaos du “diviser pour régner”.

Cela s’applique non seulement aux groupes djihadistes douteux tels que l’État islamique du Khorasan, mais aussi à la mainmise impériale sur les trafics de drogue, d’êtres humains et d’organes à l’échelle mondiale.

Lentement mais sûrement, nous parvenons à l’étape suivante : l’OCS s’engage pleinement, en tant qu’organisation multilatérale, contre les tactiques de terreur d’un hégémon qui va jusqu’à encourager le génocide.

Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, ne pouvait pas être plus explicite au terme du sommet d’Astana : “Il est urgent que les États de ce continent élaborent eux-mêmes des approches communes pour garantir la sécurité et la coopération en Eurasie. Nous insistons sur le fait que l’OCS pourrait bien jouer le rôle de catalyseur de ces processus, en impliquant d’autres partenaires de la région.”

En pratique, M. Lavrov a évoqué un nouvel élan pour le comité exécutif de la structure régionale antiterroriste (RATS). Autrement dit : la RATS élargira son mandat à la sécurité de l’information, à la lutte contre la criminalité organisée et à l’approfondissement des connexions entre le trafic de drogue et le financement du terrorisme.

Prêts pour l’affrontement ?

Enfin, le chef du FSB, Alexander Bortnikov, s’est montré plus qu’explicite lors d’un sommet de la CEI à Bichkek, au Kirghizstan, sur ce que l’Empire du Chaos et ses vassaux comptaient faire à l’avenir.

Voici les quatre principales conclusions :

1.- Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’OTAN sont aujourd’hui engagés dans une guerre hybride totale contre la Russie.

2.- L’OTAN facilite un transfert massif de terroristes/djihadistes de plusieurs latitudes vers l’Ukraine, certains d’entre eux, en particulier ceux qui appartiennent à l’État islamique, étant exploités sur tout le continent. Il s’agit d’une légion étrangère de la terreur, qui doit être considérée comme l’ennemi numéro un de l’OCS. Bortnikov a évoqué “la rotation constante des terroristes dans les zones syro-irakienne et afghano-pakistanaise, et l’émergence de nouveaux camps d’entraînement de combattants près des frontières méridionales du Commonwealth.”

3.- L’Ukraine a basculé dans la terreur totale, avec des raids de sabotage incessants aux frontières de la Russie.

4.- Point positif, la Majorité Mondiale est en marche : la Russie coopère de plus en plus étroitement avec de nombreux pays d’Asie occidentale, d’Asie élargie, d’Afrique et d’Amérique latine.

Après une série de “coïncidences” extraordinaires survenues ces dernières semaines, allant de tentatives d’assassinat par un “tireur isolé” à de véritables coups d’État, en passant par des menaces directes et des disparitions mystérieuses, l’ensemble de l’écosystème BRICS-SCO doit être en état d’alerte maximal.

À l’issue du sommet historique entre Poutine et Xi à Pékin et du drame de l’hélicoptère de Raisi, plus étrange qu’il n’y paraît, le regain de stabilité des partenariats stratégiques interdépendants entre Russie, Chine et Iran laisse présager que la Russie et la Chine sont sur le point d’ôter leurs “gants de velours”.

Poutine et Xi, chacun à leur manière, ont déjà averti l’Occident collectivement imbécile : vous voulez la confrontation ? Vous l’aurez. À la pelle. À vos risques et périls.

La mère de toutes les épreuves, à venir cet été, consistera à déterminer jusqu’où l’OTAN compte aller dans l’attaque frontale de la Fédération de Russie. Le premier ministre hongrois Viktor Orban prévient que “l’Europe se prépare à déclencher une guerre avec la Russie”.

Les “élites” politico-militaires européennes, incultes et mal élevées, sont bien sûr parfaitement incapables de saisir la réalité et de sortir de leur bulle. En outre, elles interprètent la patience et l’approche légaliste de la Russie comme de la faiblesse. Or, les sources du renseignement à Moscou sont en train de le dire très clairement – officieusement : la réponse, s’ils tentent quoi que ce soit de stupide, sera dévastatrice.

Du côté des BRICS, on assiste à une sorte de tentative de dernière minute pour désamorcer la crise. Wang Yi et le principal conseiller en politique étrangère du président Lula, Celso Amorim, ont publié une déclaration soulignant une “vision commune” de l’issue à donner au conflit ukrainien.

En substance, la déclaration indique que “la Chine et le Brésil soutiennent la mise en place d’une conférence de paix internationale en temps et en heure, reconnue à la fois par la Russie et l’Ukraine, avec la participation égale de toutes les parties, et des échanges loyaux sur tous les projets de paix.”

L’Empire du Chaos va évidemment rejeter cette déclaration.

Pékin concentre toute son attention sur les provocations de l’Empire du Chaos à Taiwan, tandis que Moscou se concentre sur celles de l’OTAN en Ukraine. Tous deux en ont assez d’être “polis”. Vous cherchez l’affrontement ? Vous allez l’avoir.

Pepe Escobar

Article original en anglais: Unz.com, 25 mai 2024