Drapeau du ministère russe des Affaires étrangères. Wikipedia


Communiqué de presse sur les menaces pesant sur la sécurité alimentaire mondiale et sur l’approvisionnement des marchés internationaux en céréales ukrainiennes, 22 juin 2022

Ministère des affaires étrangères Russie

Plus récemment, nous avons noté les déclarations de plus en plus fréquentes des représentants occidentaux, reprises par les responsables de l’ONU, sur la menace d’une crise alimentaire majeure due à une pénurie de céréales et d’engrais sur les marchés internationaux, prétendument provoquée par les actions de la Russie en Ukraine. Ces accusations sans fondement sont malheureusement devenues un thème récurrent et obsessionnel dans les remarques des représentants américains et européens. À cet égard, nous nous sentons obligés de rappeler une fois de plus quelles sont les véritables causes profondes de ces problèmes.

En ce qui concerne le blocage des expéditions de céréales ukrainiennes par voie maritime, nous soulignons que la Russie n’a jamais entravé l’exportation de céréales à partir des ports ukrainiens de la mer Noire. En réalité, la sécurité de la navigation dans les eaux territoriales ukrainiennes et l’utilisation des ports sont actuellement impossibles en raison du niveau élevé de danger que représentent les mines et la menace de bombardements créés par Kiev. Selon les informations disponibles, les autorités ukrainiennes ont planté environ 420 mines à l’ancre dans la mer Noire et la mer d’Azov ; certaines d’entre elles ont flotté au large, vers le Bosphore et les Dardanelles, et vers les eaux côtières d’autres États de la mer Noire, notamment la Turquie et la Roumanie. En outre, Kiev retient 70 navires étrangers de 16 pays dans six ports – Kherson, Nikolayev, Chernomorsk, Ochakov, Odessa et Yuzhny. Il convient de noter que l’on parle peu des autres moyens d’exporter des céréales depuis l’Ukraine : il existe au moins les options ferroviaire et fluviale. Les routes utilisées pour faire entrer les armes occidentales dans le pays ne sont pas non plus mentionnées fréquemment.

Pour sa part, l’armée russe a créé les conditions nécessaires au fonctionnement sûr de deux couloirs humanitaires maritimes : l’un dans la mer Noire à partir des six ports ukrainiens susmentionnés, au sud-ouest des eaux ukrainiennes, et l’autre dans la mer d’Azov vers la mer Noire. Aujourd’hui, les ports de Mariupol et de Berdyansk peuvent être utilisés pour exporter des produits agricoles. En outre, la Russie a réaffirmé qu’elle était prête à faciliter et à assurer l’exportation sans entrave de céréales ukrainiennes par des navires étrangers, à condition qu’ils puissent être inspectés pour la contrebande d’armes et que Kiev s’abstienne de toute provocation, de toute menace de mines et de toute aggravation des tensions en mer Noire.

En ce qui concerne la sécurité alimentaire, il convient de rappeler que depuis le début de l’année 2020, les prix des denrées alimentaires et de l’énergie ont considérablement augmenté sous l’effet de la pandémie de coronavirus, de facteurs climatiques défavorables et, surtout, d’erreurs de calcul majeures dans les politiques financières et économiques des pays occidentaux. De plus, la chasse aux sorcières sans précédent déclenchée contre la Russie par le biais de sanctions a exacerbé à l’extrême les difficultés du marché mondial qui en ont découlé (hausse des frais de fret et d’assurance, perturbation des liaisons de transport, etc.) Le système de paiement et de logistique perturbé, le fret russe interdit dans les ports étrangers et les navires étrangers ne sont pas autorisés à faire escale dans les ports russes, les vraquiers sont menacés d’arrestation et se voient refuser toute assurance – ce n’est là qu’une liste très sommaire des conséquences destructrices des sanctions qui ont contrecarré toute possibilité d’exporter des denrées alimentaires et des engrais sur les marchés mondiaux. Bien que les représentants occidentaux aient déclaré des exemptions humanitaires pour les produits agricoles, ces mesures sont en fait annulées par l’application stricte des sanctions anti-russes, qui vont jusqu’à des poursuites pénales en cas de non-respect, avec l’effet d’intimidation qui les accompagne. Leur objectif est évident – isoler et causer un maximum de dommages à l’économie russe, malgré les conséquences inévitables pour l’économie mondiale et les dommages collatéraux pour les autres pays.

En retour, nous réaffirmons notre volonté de continuer à remplir nos obligations en matière d’exportation de céréales, d’engrais, de ressources énergétiques et d’autres produits essentiels. D’ici la fin de cette année, nous serons en mesure de fournir environ 25 millions de tonnes de céréales et au moins 22 millions de tonnes d’engrais aux marchés internationaux.

Malgré la pression sans précédent exercée par les sanctions, nous poursuivons les approvisionnements alimentaires commerciaux par le biais de canaux bilatéraux et la fourniture d’une aide alimentaire aux pays qui en ont besoin dans le cadre du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, notamment au Yémen, au Kirghizstan, au Liban, au Soudan, au Tadjikistan et à Cuba.

À cet égard, nous demandons instamment aux représentants des pays occidentaux et de l’ONU de s’abstenir d’accusations sans fondement et de voir les véritables causes de la crise actuelle provoquée principalement par leurs propres actions à courte vue et malavisées.

Source: Ministère des affaires Russie

Traduction non officielle

Imprimer