Crédit Photo: The Cradle


L’arme des sanctions occidentales n’est pas nouvelle en Syrie, mais depuis 2019, elle est devenue létale, détruisant des secteurs syriens entiers et tuant sa population.

The Cradle’s Syria Correspondent – 06 février 2023

Quelque 83 ans après avoir été utilisées contre l’Allemagne en 1940, les sanctions économiques sont devenues l’outil le plus largement utilisé dans l’arsenal de Washington pour contraindre les États adverses. Les sanctions sont devenues une politique parallèle ou alternative aux invasions militaires, en particulier après que le dollar se soit imposé comme la monnaie dominante du monde en étant indexé sur le pétrole en 1975 – et renforcé par l’effondrement de l’Union soviétique en 1991.

Cette arme financière et économique américaine a fait souffrir la Syrie pendant des décennies, mais son impact est devenu mortel ces dernières années, en particulier après 2019.

Les sanctions affectent négativement tous les secteurs vitaux de l’économie, de la médecine à l’éducation, en passant par l’énergie, les communications, l’agriculture et l’industrie – jusqu’à la gestion des catastrophes d’urgence, comme le tremblement de terre qui a frappé la Syrie et la Turquie au petit matin du 6 février, et qui a entraîné à ce jour la mort de 1 300 civils, des blessures massives et la destruction de milliers de maisons.

L’impact des sanctions occidentales et de l’occupation militaire américaine de la Syrie a paralysé l’économie du pays et a sapé sa capacité à réagir à des catastrophes naturelles majeures de ce type. La situation est si urgente que le Conseil des Églises du Moyen-Orient a demandé, le 6 février, la levée immédiate des sanctions contre la Syrie afin que Damas puisse faire face aux retombées humanitaires de ce tragique tremblement de terre.

En 1979, la Syrie a été soumise pour la première fois aux sanctions de Washington quand elle a été désignée comme un État soutenant le terrorisme, et interdite d’exporter des biens et des technologies vers les États-Unis. Il s’agissait d’une punition pour le soutien apporté par la Syrie à l’Iran pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), qui a également entraîné la suspension de l’aide financière des monarchies du golfe Persique (environ 1,5 milliard de dollars par an) et une crise économique étouffante connue sous le nom de “crise des années 80”.

Moins d’une décennie après une courte période de prospérité économique en Syrie (le produit intérieur net a augmenté d’environ 49 % entre 2000 et 2010), la guerre de 2011, soutenue par l’étranger, a été déclenchée, provoquant des ravages dans l’économie syrienne. Des dommages généralisés ont été infligés à la fois par la destruction directe d’installations et de secteurs économiques pendant les opérations de combat, et par une série de sanctions imposées par les États-Unis, qui ont atteint leur apogée avec la loi Caesar de 2019 et la loi Captagon de l’année dernière, qui visaient les industries pharmaceutiques et de santé indigènes de la Syrie.

Une double emprise

Contrairement à la plupart des cas dans lesquels les États-Unis et leurs alliés de l’UE et de l’OTAN emploient des sanctions économiques pour imposer un blocus économique externe aux nations, les sanctions contre Damas s’accompagnent d’un autre blocus interne.

Celui-ci est réalisé par le contrôle militaire étranger sur les ressources pétrolières et les champs agricoles critiques du nord-est de la Syrie – le “grenier du Levant” – qui sont sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis et dominées par les Kurdes dans les zones d'”administration autonome”.

Damas subit ainsi un double étranglement en le privant de son pétrole (principale source de devises). Les ventes d’énergie constituent environ un quart des recettes d’exportation de la Syrie, et couvrent 90 % des besoins de son marché intérieur. Avant la guerre, en 2010, la Syrie produisait 4 millions de tonnes de blé, une denrée agricole stratégique qui assure l’autosuffisance alimentaire et la subsistance du pays, dont environ un quart est ensuite exporté.

Aujourd’hui, le pays a non seulement perdu l’accès à ses terres agricoles vitales, mais les sanctions occidentales empêchent Damas d’importer ces denrées essentielles pour nourrir sa population.

Cela a exacerbé les effets du blocus sur le peuple syrien, qui traverse actuellement l’une des plus graves crises de vie, d’économie et de santé de son histoire moderne, et se trouve dans l’incapacité de satisfaire ses besoins quotidiens en pain et en médicaments.

Selon des sources bien informées, Damas doit faire face à une double charge pour se procurer les produits de base, car ceux-ci ne peuvent être importés directement, ce qui oblige le gouvernement syrien à recourir à des sociétés de courtage pour contourner les sanctions américaines et européennes.

Les sources soulignent le rôle essentiel de la Russie dans l’approvisionnement de Damas en blé, mais cela s’accompagne également d’une charge financière liée à des frais de transport élevés. De même, si l’Iran fournit du pétrole à la Syrie par le biais d’une ligne de crédit, son transport est assuré par des sociétés privées qui subissent le harcèlement des autorités américaines – que ce soit en retenant les cargaisons (par exemple à Gibraltar et en Grèce) ou en inscrivant les pétroliers participants sur les listes de sanctions américaines.

Sous le coup des sanctions, la Syrie éprouve de grandes difficultés à reconstruire ses secteurs clés de l’agriculture, de l’industrie, de l’énergie, de l’éducation et des soins de santé, qui ont été détruits lors d’une guerre dans laquelle Washington a joué un rôle de premier plan. Damas en est réduit à rechercher des alternatives régionales et des sociétés intermédiaires pour contourner l’étau américain, ou à recevoir l’aide de pays amis comme la Russie ou l’Iran.

Cette situation présente bien sûr ses propres inconvénients pour les États-Unis, car elle contribue à resserrer les liens politiques et économiques de la Syrie avec les adversaires de Washington. Aujourd’hui, ce sont des entreprises iraniennes, par exemple, qui effectuent des opérations de maintenance et construisent de nouvelles centrales électriques en Syrie.

Sanctions sur sanctions

La plupart des sanctions unilatérales contre la Syrie remontent à 2011, lorsque le président américain de l’époque, Barack Obama, a étendu les mesures punitives existantes dans le cadre de la loi sur la responsabilité en Syrie (2004). Les nouvelles sanctions comprenaient une interdiction des vols, des restrictions sur les exportations de pétrole, des restrictions financières sur les entités et les individus, le gel des actifs syriens à l’étranger, des interdictions de voyager pour les responsables et les chefs d’entreprise syriens, et la rupture des relations diplomatiques avec Damas.

En 2019, les États-Unis ont adopté la loi Caesar spécifique à la Syrie, conférant à Washington le pouvoir d’imposer des sanctions à toute personne – quelle que soit sa nationalité – qui fait des affaires avec la Syrie, participe à des projets d’infrastructure et d’énergie, apporte un soutien au gouvernement syrien ou fournit des biens ou des services à l’armée syrienne.

La loi sur le Captagon, adoptée par le Congrès américain en 2022 pour lutter contre le commerce illicite d’une drogue rendue célèbre par les djihadistes soutenus par l’étranger en Syrie, a la témérité d’accuser Damas des origines du Captagon, et cherche à détruire ce qui reste de la célèbre industrie pharmaceutique du pays.

En 2011, l’UE a interdit les exportations d’armes, de biens et de technologies énergétiques vers la Syrie. Elle a également imposé une interdiction de l’importation de pétrole et de minéraux syriens, ainsi que de toute transaction commerciale et financière avec le secteur énergétique syrien. Ces sanctions ont été élargies en 2018 pour inclure le gel des avoirs et l’interdiction de voyager pour les personnes et entités présumées impliquées dans l’utilisation d’armes chimiques.

La Grande-Bretagne a imposé des sanctions parallèles à la Syrie après sa sortie de l’UE, et plusieurs États alliés ont sauté le pas, notamment le Canada, l’Australie et la Suisse. Les pays arabes, dont le Qatar et l’Arabie saoudite, qui ont apporté une aide financière et matérielle à la guerre contre la Syrie, ont également imposé leur propre version des sanctions à Damas.

Une crise humanitaire

L’horrible détérioration des conditions humanitaires et de vie en Syrie, conséquence directe des sanctions unilatérales oppressives qui violent les lois et conventions internationales, a incité les Nations unies à dépêcher le rapporteur spécial des Nations unies sur les mesures coercitives unilatérales et les droits de l’homme, Alena Douhan, à Damas du 30 octobre au 10 novembre 2022, afin d’évaluer l’impact des sanctions.

Dans une déclaration après sa visite de 12 jours en Syrie, la rapporteuse spéciale a présenté des informations détaillées sur les effets catastrophiques des sanctions unilatérales dans tous les milieux du pays.

Mme Douhan a indiqué que 90 % de la population syrienne vivait actuellement sous le seuil de pauvreté, avec un accès limité à la nourriture, à l’eau, à l’électricité, aux abris, aux combustibles de cuisson et de chauffage, aux transports et aux soins de santé, et a prévenu que le pays était confronté à une fuite massive des cerveaux en raison des difficultés économiques croissantes.

“Avec plus de la moitié des infrastructures vitales complètement détruites ou gravement endommagées, l’imposition de sanctions unilatérales sur des secteurs économiques clés, notamment le pétrole, le gaz, l’électricité, le commerce, la construction et l’ingénierie, a réduit à néant le revenu national et sapé les efforts de redressement et de reconstruction économiques.”

Le rapporteur de l’ONU a déclaré que le blocage des paiements et le refus des livraisons par les producteurs et les banques étrangers – associés aux réserves limitées de devises étrangères dues aux sanctions – ont provoqué de graves pénuries de médicaments et d’équipements médicaux spécialisés, en particulier pour les maladies chroniques et rares.

Elle a prévenu que la réhabilitation et le développement des réseaux de distribution d’eau potable et d’irrigation étaient au point mort en raison de l’indisponibilité des équipements et des pièces de rechange, ce qui a de graves répercussions sur la santé publique et la sécurité alimentaire.

“Dans la situation humanitaire actuelle, dramatique et qui continue de se détériorer, alors que 12 millions de Syriens sont aux prises avec l’insécurité alimentaire, je demande instamment la levée immédiate de toutes les sanctions unilatérales qui portent gravement atteinte aux droits de l’homme et empêchent tout effort de relèvement rapide, de reconstruction et de reconstruction.”

“Aucune référence aux bons objectifs des sanctions unilatérales ne justifie la violation des droits humains fondamentaux, a-t-elle ajouté, insistant sur le fait que “la communauté internationale a une obligation de solidarité et d’assistance envers le peuple syrien.”

Appels à la levée des sanctions contre la Syrie

Le rapport de l’ONU apporte un éclairage supplémentaire sur les secteurs syriens visés par les sanctions, révélant que l’économie syrienne s’est contractée de plus de 90 % et que les prix ont augmenté de plus de 800 % depuis 2019.

Des centaines de milliers d’emplois ont été perdus, et les sanctions bloquent l’importation de “nourriture, de médicaments, de pièces de rechange, de matières premières et d’articles nécessaires aux besoins du pays et à son redressement économique”, rapporte Douhan. En outre, la Syrie “paie des prix supérieurs de plus de 50 % à ceux des pays voisins pour satisfaire ses besoins alimentaires.”

Le rapporteur de l’ONU a demandé la levée immédiate des sanctions unilatérales que les États-Unis et l’UE ont imposées à la Syrie, soulignant qu’elles sont illégales au regard du droit international. “Je demande instamment à la communauté internationale, et aux États qui appliquent les sanctions, en particulier, de tenir compte des effets dévastateurs des sanctions et de prendre rapidement des mesures concrètes pour remédier au non-respect des règles par les entreprises et les banques”, a-t-elle déclaré.

Son rapport montre clairement que le renforcement des sanctions unilatérales et des restrictions commerciales a généré une crise économique à long terme en Syrie, avec une augmentation croissante du niveau d’inflation et une baisse continue de la valeur de la monnaie locale, qui est passée de 47 lires syriennes par rapport au dollar en 2010 à plus de 5 000 lires en 2022.

L’électricité et l’eau

Les sanctions ont également empêché Damas de reconstruire les infrastructures endommagées, en particulier dans les zones reculées et rurales, et ont provoqué une “pénurie d’électricité”, entraînant des coupures quotidiennes.

Le rapport de l’ONU mentionne en particulier la détérioration des systèmes publics d’approvisionnement en eau et d’irrigation, dont la réhabilitation est au point mort en raison de l’indisponibilité des équipements et des pièces de rechange, ce qui a de graves répercussions sur la santé publique et la sécurité alimentaire. Il indique que le manque d’eau potable dans de vastes zones de la Syrie est à l’origine de l’épidémie de choléra qui sévit actuellement dans le pays.

Secteur de la santé

Le rapport de Douhan montre également que les coupures de courant ont entraîné la défaillance d’équipements médicaux sensibles et coûteux, pour lesquels les pièces de rechange n’ont pu être achetées en raison de restrictions commerciales et financières. Il révèle que 14,6 % des Syriens souffrent de maladies chroniques et rares, et qu’il existe des obstacles d’origine étrangère à l’achat de médicaments – en particulier pour les patients atteints de cancer, de dialyse, d’hypertension artérielle et de diabète, ainsi que pour les anesthésiques – en raison du retrait des producteurs de médicaments étrangers de Syrie, et de l’impossibilité d’importer des matières premières et des réactifs de laboratoire pour produire des médicaments localement.

Bien que les médicaments et les dispositifs médicaux ne fassent pas directement l’objet de sanctions, l’ambiguïté et la complexité des processus d’autorisation, ainsi que la crainte des producteurs et des fournisseurs de se voir infliger des sanctions, font que l’accès à des solutions permettant de sauver des vies devient très difficile – surtout après l’adoption de la loi Captagon de Washington.

Agriculture et sécurité alimentaire

En raison des pénuries d’eau et d’énergie et des contraintes financières et commerciales, la quantité d’intrants agricoles tels que les engrais, les semences, les pesticides, le fourrage et les pièces de rechange pour les machines agricoles a diminué. La production agricole syrienne est passée de 17 millions de tonnes par an en 2000-2011 à 11,9 millions de tonnes en 2021.

Les récoltes de blé sont passées de 3,1 millions de tonnes en 2019 à moins de 1,7 million de tonnes en 2022. Alors que la Syrie était historiquement un exportateur de blé, elle l’importe désormais via un réseau d’intermédiaires, ce qui augmente considérablement la charge financière de Damas.

Une stratégie pour servir les intérêts d’Israël

Les États-Unis et leurs alliés justifient leurs sanctions à l’encontre de la Syrie comme un moyen de pression sur les pays “voyous” pour les forcer à modifier leur politique. Cependant, la longue expérience de cette politique américaine dans de nombreux pays montre clairement que les sanctions sont principalement un outil politique utilisé pour soumettre les gouvernements en dévastant leurs populations.
Les sanctions contre la Syrie ont entraîné une grave crise alimentaire, avec 12 millions de Syriens – plus de la moitié de la population – confrontés à l’insécurité alimentaire et 2,4 millions souffrant d’insécurité alimentaire grave, selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

Ces sanctions épuisent les ressources vitales du peuple syrien, ce qui, selon Damas, est largement lié à son conflit avec Israël, Tel Aviv étant considéré comme le plus grand bénéficiaire de la lente destruction de la Syrie. La rapporteuse spéciale des Nations unies sur les mesures coercitives unilatérales et les droits de l’homme présentera son rapport final sur l’impact des sanctions au Conseil des droits de l’homme des Nations unies en septembre 2023.

The Cradle’s Syria Correspondent

February 06 2023
Traduction Arrêt sur info