En 1964, les médias américains ont rapporté que le destroyer américain Maddox avait été attaqué par un torpilleur nord-vietnamien dans le golf de Tonkin. Bien que le capitaine du Maddox ait démenti ce message, le gouvernement des Etats-Unis sous Johnson et les médias n’ont pas changé leur présentation des faits. Ce fut la raison (fictive) pour les Etats-Unis d’entrer en guerre contre le Vietnam. Aujourd’hui, nous savons que c’était un mensonge qui coûta finalement la vie à plus de 2 millions de personnes.

Le Plan Fer-à-cheval, crée de toute pièce par le ministère allemand de la Défense, pour tenter de prouver que les Serbes avaient planifié l’expulsion, voire le massacre de la population albanaise du Kosovo, et les prétendus massacres de Rugovo et Racak, furent utilisés en 1999 comme arguments par l’OTAN pour attaquer et bombarder la Serbie en violation du droit international. Aujourd’hui, l’ancien chancelier fédéral allemand Gerhard Schröder affirme que la guerre d’agression contre la Serbie était une erreur. Pour les personnes tuées par les bombardements, ce raisonnement vient trop tard. Peut-on vivre avec tant de morts sur la conscience?

Le même modèle se retrouve lors de la guerre contre l’Irak en 2003. Colin Powell, secrétaire d’Etat américain à cette époque, affirma devant le Conseil de sécurité de l’ONU avoir les preuves que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive alors que c’était un mensonge. Mensonges également concernant les attaques au gaz toxique en Syrie et les prétendus massacres de la population civile pour mobiliser l’opinion publique contre le régime d’el Assad.

Et quelle est la situation actuelle? En écoutant les nouvelles le matin du 18 juillet, on apprend qu’un avion passager de la Malaysia Airlines s’est écrasé en Ukraine dans une zone contrôlée par les rebelles mais à cette heure-là, la cause de l’accident était totalement inconnue et 10 jours plus tard nous n’en savions toujours pas plus. Une enquête approfondie ne peut commencer que maintenant et cela prendra beaucoup de temps pour obtenir la vérité.

Lorsqu’en novembre 1990, un Boeing 727 d’Alitalia s’était écrasé contre une colline lors de son approche de l’aéroport Zurich-Kloten, on ramassa méticuleusement toutes les pièces de l’avion et on tenta de reconstruire le crash. Cela prit plusieurs mois et il n’y eut aucune déclaration officielle concernant la cause de cette catastrophe, mais comme d’habitude de nombreuses spéculations.

Dans le cas de l’avion MH17 tout se passa différemment. Très rapidement, les services secrets américains et nos médias connaissaient les coupables de cette catastrophe.

Comment peut-on avoir des informations «sures» aussi rapidement? Cela va-t-il mener à une nouvelle guerre? La majorité des populations ne veut pas de nouvelles guerres et insiste sur une solution pacifique et raisonnable à ce conflit. Car finalement, ce sont ses propres enfants qui seraient sacrifiés pour les intérêts d’un petit nombre de puissants. Si les êtres humains agissent de manière réfléchie, avec honnêteté et désireux de résoudre les problèmes de manière pacifique, ils pourront éviter bien des victimes. La guerre n’était pas inévitable en 1914, en 1939, en 1964, en 1991, en 1999, en 2003, même si les médias veulent nous le faire croire.

Mais, c’est à nous d’agir. Même Zbigniew Brzezinski, le géo-stratège américain certainement pas connu pour être une colombe, sait que «quand le crescendo des peuples devient trop fort, on ne peut plus faire la guerre».

Thomas Kaiser – Horizons et débats 2014 – N° 18, 4 août 2014

Imprimer