Syrie, « rebelles » de l’ASL et YPG en 2015. Crédit Wikipedia


Ce que les médias dominants ont caché durant sept ans à leur public émerge parfois par la grâce de quelques rares journalistes honnêtes.

La réalité de ce qui se passe en Syrie – que les médias audiovisuels romands (RTS) ont délibérément ignorée depuis 2011 – montrée ici par une chaîne britannique.

journaliste de Channel4, ne se limite pas à aller en « zone rebelle », ni à relayer les communiqués d’agences de presse qui se fondent sur des ONG proches des groupes terroristes comme l’OSDH et les Casques blancs. donne la parole aux victimes de la terreur instaurée par les groupes « rebelles » en Syrie durant sept ans. [ASI]

Channel4: Life under ‘moderate rebels’ was Hell

24 May 2018

Inside Ghouta as Syrian government fully controls Damascus for the first time in seven years

Chief Correspondent

“It was hell”… “We were the living dead” – the words of Syrians emerging from the years of Militant Islamist rebel control and bombardment by Syrian, Russian and Iranian forces.

This week for the first time in seven years the Syrian government fully controls its own capital.

Source: https://www.channel4.com/news/inside-ghouta-as-syrian-government-fully-controls-damascus-for-the-first-time-in-seven-years


Lire aussi au sujet de Thomson

Syrie : Journalistes envoyés à la mort par les « rebelles »

Dans la guerre de propagande qui bat son plein sur la Syrie, la mort de journalistes peut-être une bonne affaire et les groupes armés l’ont bien compris ; ilsn’hésitent pas à conduire des journalistes européens vers ce qui aurait dû être leur mort assurée. C’est la mésaventure qui est arrivée à Alex Thomson, un journaliste de la chaîne de télévision anglaise Channel 4 qu’il relate dans son blog.


Alex Thomson
blogs.channel4.com, 8 juin 2012.

Debout devant l’hôtel Safir à Homs pendant que les 4X4 blancs de l’ONU attendaient, l’officier irlandais responsable est arrivé et nous a dit : « Les règles habituelles Alex, OK ? Nous ne sommes pas responsables de vous, les gars. Si vous êtes dans les problèmes, on vous laissera, OK ? Vous êtes autonomes. »

« Ouais – pas de problème Mark. C’est compris. »

Je dis toujours ça, façon de croire qu’on ne se trouvera jamais devant une telle éventualité.

Avec seulement deux véhicules de l’ONU plus la voiture blanche de la police locale marquée « Protocole » comme escorte, nous allons vers le sud à travers des quartiers paisibles de Homs non touchés par la guerre.

Dix minutes à peine après avoir quitté la ville par le sud,  on dit adieu au protocole. Le dernier point de contrôle de l’armée syrienne est tout droit sur l’autoroute du sud vers Damas.

Nous allons vers l’est – il n’y a qu’à suivre la direction vers laquelle pointe la tourelle du blindé à côté duquel est garée la voiture du protocole pour se faire une idée.

Il y a toujours cette petite boule dans l’estomac quand on circule dans les no man’s lands désertés, mais c’est la rase campagne, sans signes de combats.

Maintenant, les premières motocyclettes nous approchent et nous arrivons au premier checkpoint de l’Armée Syrienne Libre.

Après une demi-heure de pistes à travers des oliveraies, nous arrivons à al-Qusayr et la prévisible scène de foule.

L’ONU s’installe pour une longue réunion avec les chefs civils et militaires locaux. A mes yeux, ça ressemble beaucoup à une « chouhra » afghane. Tout le monde est sur des coussins autour de la salle, les jambes croisées, sauf qu’on sert du café turc au lieu du thé.

Nous nous mettons en place pour filmer à l’extérieur. Il fait chaud, des femmes et des garçons nous apportent des oranges et des chaises. Des fragments d’obus nous sont montrés pour que nous les filmions. Ils nous expliquent que les bombardements reprendront dès notre départ – une affirmation qui par nature restera non vérifiée, quoiqu’il y ait certainement d’importants dégâts causés par des obus dans certaines parties de la ville.

Nous passons donc le temps, en attendant que l’ONU se déplace – ils sont bien sûr notre seul moyen de franchir les lignes avec un minimum de sécurité.

Mais le temps se traîne. Le délai qui nous est imparti tire à sa fin. Et il y a ce type vraiment casse pieds qui prétend être des « services de renseignements rebelles » qui n’arrive pas à accepter que nous ayons un visa du gouvernement.

Dans son esprit, les journalistes étrangers sont des gens passés clandestinement et illégalement par le Liban et point final. On ne correspond pas à son profil.

Lui est ses camarades rendent aussi les choses difficiles à notre chauffeur et à notre traducteur – leurs pièces d’identité établies à Damas et notre camionnette immatriculée à Damas n’arrangent pas nos affaires.

C’est nouveau [pour nous]. Hostile. Ce n’est pas comme à Homs ou à Houla et pourtant la réunion avec l’ONU se traîne dans la chaleur de l’après-midi.

Nous décidons de demander une escorte pour prendre le chemin par lequel nous sommes venus. Les deux camps, les deux checkpoints se souviendront de notre véhicule.

Envoyés à la mort ?

Soudain, quatre hommes dans une voiture noire nous invitent à les suivre. Nous partons derrière eux.

On nous emmène par une autre route. Emmenés en fait dans une zone où on tire à vue. Invités par l’Armée Syrienne Libre à suivre une route qui est bloquée au milieu d’un no man’s land.

À ce moment, il y a eu le sifflement d’un projectile et un des plus lents demi-tours que j’ai jamais connus pour foncer vers l’accotement le plus proche pour nous couvrir.

Une autre impasse.

Il n’y avait pas d’autre choix que de rebrousser chemin sur le champ de tir et de le traverser pour reprendre la route par laquelle on nous avait emmenés.

Comme on s’y attendait, la voiture noire qui nous avait conduits dans le piège était là. Ils ont démarré dès que nous sommes réapparus.

Je dis tout net que les rebelles ont fait en sorte que nous soyons tués par l’armée syrienne. La mort de journalistes est mauvaise pour Damas.

Ma conviction n’a fait que se renforcer une demi-heure plus tard quand nos quatre « amis » dans la même voiture cabossée ont fait soudain irruption depuis une rue latérale pour nous empêcher de rejoindre les véhicules de l’ONU à l’avant.

Les observateurs de l’ONU sont revenus vers nous pour constater que nous étions entourés de miliciens hurlant et ils ont quitté la ville.

Nous avons finalement pu partir aussi et sur la bonne route pour le retour à Damas.

Dans une guerre où ils égorgent des bébés jusqu’à l’os, qu’est-ce que ça peut bien faire d’envoyer un minibus plein de journaliste dans une zone où on tue ?

Ca n’avait rien de personnel.

Alex Thomson
blogs.channel4.com, 8 juin 2012.

Traduit de l’anglais par Djazaïri

Texte original en anglais
http://blogs.channel4.com/alex-thomsons-view/hostile-territory/1863

Toutes les versions de cet article :
– Syria: Journalists set up to be shot by the rebels
Imprimer