Une analyse fort intéressante. A notre avis le titre serait à nuancer : la plus grande menace pour les peuples du Moyen Orient est l’Etat d’Israël – fort de son allié américain ; menace que l’alliance avec l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis (EAU) aggrave considérablement. [ASI]

[Mis à jour par ASI le 19.06.2018 à 10.04]

Prince Salman rencontre des membres du Département de la défense US /Photo: Senior Master Sgt. Adrian Cadiz)


Par Doug BANDOW

Publié le 13 juin 2018 par The american conservative sous le titre The Saudi-UAE Alliance is the Most Dangerous Force in the Middle East Today

Traduit par Soverain le 18 juin 2018

Depuis trois ans, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes (EAU) unis mènent une campagne meurtrière pour réinstaller un régime obéissant dans ce pays désespérément pauvre qu’est le Yémen. Cette campagne est basée sur un mensonge destiné à gagner le soutien américain : que les deux monarchies autoritaires répondent à l’agression iranienne. Aujourd’hui, les Émirats arabes unis préparent une offensive militaire qui pourrait diviser le Yémen et créer une famine massive.

L’alliance Saoudienne-Emirati est aujourd’hui la force la plus dangereuse au Moyen-Orient. Agissant parfois seuls, mais généralement en tandem, les deux dictatures ont encouragé le wahhabisme intolérant dans le monde entier, soutenu la tyrannie brutale en Égypte et au Bahreïn, soutenu les djihadistes radicaux tout en aidant à déchirer la Libye et la Syrie, menacé d’attaquer le Qatar tout en tentant d’en faire un État fantoche, et enlevé le premier ministre libanais dans le but de troubler l’équilibre politique fragile de cette nation. Le pire de tous, cependant, est l’invasion continue du Yémen.

Pour démontrer son soutien à ses alliés royaux, l’Amérique s’est jointe à la guerre contre le peuple yéménite, agissant comme armurier en chef des monarchies autoritaires et enrichissant les fabricants d’armes américains dans le processus. L’armée américaine a également fourni aux belligérants des services d’aide au ciblage et de ravitaillement. Et nos forces spéciales -américaines- sont sur le terrain pour aider les Saoudiens.

Il en résulte à la fois une crise sécuritaire et humanitaire. Selon Perry Cammack du Carnegie Endowment : « En approvisionnant l’Arabie saoudite au Yémen, les États-Unis ont renforcé AQAP (Al-Qaeda in the Arabian Peninsula (AQPA), ndlr *), renforcé l’influence iranienne au Yémen, sapé la sécurité saoudienne, rapproché le Yémen du bord de l’effondrement et augmenté la mortalité, la destruction et le déplacement de la population yéménite ».

Le peuple yéménite n’a rien fait pour nuire aux États-Unis. Alors pourquoi Washington les traite comme l’ennemi ?

Le Yémen, à la fois comme un et deux États, a été presque constamment en guerre au cours du dernier demi-siècle, ses voisins les plus puissants ayant cherché à se mêler de ses affaires. Une fois, les troupes égyptiennes et saoudiennes se sont affrontées pour des États yéménites séparés. Les deux Yémen se sont unis en 1990, mais cela n’a abouti ni à la paix ni à la stabilité.

La dernière vague de violence est née du printemps arabe. Le président Ali Abdullah Saleh, qui a coopéré avec les États-Unis et les Saoudiens, a été évincé. Mais il s’est rapidement uni à ses anciens ennemis, les Houthis, une milice politique et tribale dont les membres sont des Zaydis, une secte modérée et chiite qui partage également certaines caractéristiques sunnites. Ensemble, ils ont défenestré le successeur de Saleh, Abdrabbuh Mansur Hadi. Les spécialistes de la région s’accordent à dire que l’Iran a peu à voir avec ces manœuvres, tandis que les services de renseignements américains rapportent que Téhéran a même déconseillé la progression de la coalition anti-Hadi sur la capitale de Sanaa.

Le conflit qui en a découlé a peu affecté l’Amérique, si ce n’est qu’il a perturbé certaines opérations contre Al-Qaïda dans la péninsule arabique. Mais les Saoudiens et les Émirats arabes unis ont créé une « coalition » complétée par des mercenaires de facto – du Soudan, par exemple – en mars 2015 pour restaurer Hadi. Cette opération militaire, qui devait durer quelques semaines, se poursuit plus de trois ans plus tard.

Aujourd’hui, la nation et l’État yéménite n’existent plus. L’ONU a qualifié le conflit de  » plus grande crise humanitaire au monde « , où  » les Yéménites sont confrontés à de multiples crises, y compris les conflits armés, les déplacements, les risques de famine et les flambées de maladies, y compris le choléra » . On estime qu’environ 30 000 civils sont morts depuis janvier 2017 seulement. En mars, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a présenté son rapport : « Le conflit au Yémen a laissé 22,2 millions de personnes, soit 75 % de la population, dans le besoin d’aide humanitaire et a créé une grave crise de protection dans laquelle des millions de personnes font face à des risques pour leur sécurité et luttent pour survivre. »

Les Houthis sont en partie responsables des difficultés au Yémen. Mais la coalition, en employant des frappes aériennes qualifiées d’ »aveugles ou disproportionnées » par Human Rights Watch, a causé au moins deux tiers des dommages aux infrastructures et trois quarts des victimes. L’Américain Yéménite Rabyaah Lthaibani a été clair . « Depuis trois ans, la Coalition saoudienne bombarde les hôpitaux, les écoles et les mariages. Ils ont systématiquement ciblé les routes et les fermes et bloqué les ports afin que l’aide humanitaire et d’autres biens ne puissent pas atteindre les personnes confrontées à la famine et à l’épidémie de choléra dont la croissance est la plus rapide au monde ». Amnesty International a conclu que la coalition a délibérément frappé des cibles civiles pour créer une crise.

Mercredi, les Saoudiens et les Emiratis ont lancé leur projet d’assaut sur le port de Hodeida, ce qui ne fera qu’exacerber cette horreur humanitaire. Les plaidoyers de l’ONU et des États-Unis selon lesquels plus de 250 000 personnes seront en danger de mort n’ont pas été entendus. Mais alors pourquoi Abu Dhabi écouterait-il, puisque le soutien de Washington à la coalition a été total jusqu’à présent ? Les États-Unis permettent une guerre agressive avec toutes ses horribles conséquences humaines.

La complicité de Washington dans la destruction du Yémen n’a pas favorisé la stabilité régionale. Au cours des deux dernières décennies, l’intervention américaine inopportune a répandu le conflit, libéré les furies islamistes, mis en péril les minorités religieuses et étendu l’influence de l’Iran dans tout le Moyen-Orient et au-delà. La flambée de la guerre au Yémen s’est avérée tout aussi destructrice.

Hadi est peut-être le dirigeant « légitime » du Yémen, mais il a sacrifié le peu de soutien populaire qu’il avait lorsqu’il a appelé à des frappes aériennes sur son propre peuple. Il n’est pas non plus un ami de l’Amérique : la journaliste Laura Kasinof a observé que Hadi s’était « confortablement installé chez les islamistes » avant son éviction, parfois même en coopération avec Al-Qaïda dans la péninsule arabique. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont également des forces armées radicales. Al-Qaïda dans la péninsule arabique peut être le plus grand gagnant par accident du conflit global.

Les responsables américains se comportent comme des propagandistes saoudiens lorsqu’ils prétendent à tort que les Houthis sont des mandataires iraniens. Gabriele vom Bruck à l’École d’études orientales et africaines de Londres explique : « Les Houthis veulent que le Yémen soit indépendant, c’est l’idée clé, ils ne veulent pas être contrôlés par les Saoudiens ou les Américains, et ils ne veulent certainement pas remplacer les Saoudiens par les Iraniens ».

Comme indiqué précédemment, le Yémen a rarement été épargné par la guerre. Selon Thomas Juneau de l’Université d’Ottawa, la lutte actuelle  » est à la racine une guerre civile, menée par la concurrence locale pour le pouvoir, et non une guerre régionale, confessionnelle ou par procuration « . Les Houthis se sont tournés vers Téhéran par nécessité, après avoir été attaqués par leurs riches voisins soutenus par l’Amérique. Bruce Riedel, de la Brookings Institution, a observé : « Une conséquence majeure de la guerre est de rapprocher les Houthis et l’Iran et le Hezbollah. » Téhéran a aidé opportunément à saigner les agresseurs, un peu comme la politique américaine contre l’Union soviétique en Afghanistan.

Alors que Riyad continue de se prononcer en paroles en faveur du maintien d’un Yémen uni, les Émirats s’emploient activement à promouvoir les sécessionnistes dans le sud. En effet, les EAU peuvent espérer s’emparer de Hodeidah pour son propre avantage géopolitique et commercial. D’après The Economist : « Les actions des Émirats arabes unis au Yémen semblent faire partie d’une stratégie plus large visant à engloutir les ports le long de certaines des routes maritimes les plus fréquentées du monde. » Pour cela, des milliers d’autres Yéménites pourraient mourir.

Le pire argument pour que les États-Unis soutiennent les atrocités saoudiennes et émiraties est que cela diminue les pertes civiles. L’allégation est risible. Les Américains aident la coalition à tuer des civils pour l’empêcher de tuer d’autres civils ? Sérieusement ?

En fait, les responsables américains admettent qu’ils ne surveillent pas les attaques saoudiennes, de sorte qu’ils n’ont aucun moyen de juger de l’impact des frappes. Quoi qu’il en soit, la meilleure façon de mettre fin aux attaques de la coalition contre le peuple yéménite serait de cesser de subventionner les attaques de la coalition contre le peuple yéménite. Faire payer les rois pour leur propre guerre.

Surtout maintenant. Hodeidah représente peut-être 70 à 80 % de l’aide, de la nourriture et du carburant qui parvient au Yémen. Les observateurs craignent qu’un assaut des Émiratis ne tue des milliers de personnes et ne déplace une grande partie des 600 000 habitants de la ville. Pire encore, une telle attaque interromprait presque certainement les livraisons vitales à la population civile du Yémen. Abdi Mohamud, directeur national de Mercy Corps, a averti que « toute perturbation de cette ligne de vie critique pourrait être une condamnation à mort pour des millions de Yéménites ». Mark Lowcock, sous-secrétaire général de l’ONU pour les affaires humanitaires, a déclaré que « si Hodeidah ne fonctionnait pas efficacement pendant une période donnée, les conséquences sur le plan humanitaire seraient catastrophiques ».

Les préoccupations humanitaires n’ont pas empêché Abu Dhabi d’attaquer Hodeidah. Pas plus que les déclarations prudentes de l’administration Trump. Des fonctionnaires anonymes ont récemment déclaré au Wall Street Journal que les voyants de l’administration étaient jaunes sur la question : « Ce que nous nous efforçons de faire, c’est que, si cela est inévitable, nous voulons nous assurer que cela cause le moins de dommages et que les choses soient mises en place du côté humanitaire de la meilleure façon possible.

La fin de semaine dernière, la Croix-Rouge a commencé à retirer son personnel de la ville pour éviter l’assaut à venir. Lundi, l’ONU a commencé à évacuer son personnel du port. Cela devrait être clair : seule une interruption de l’aide américaine attirera l’attention des Émirats arabes unis. Mais Washington refuse de le faire.

Le Yémen continue de suivre un chemin tragique dans la politique américaine. Washington est intervenu dans tout le Moyen-Orient, fomentant le radicalisme, créant le chaos, encourageant l’agression et subventionnant la tyrannie. Les coûts humanitaires de la guerre au Yémen continuent d’augmenter. Il est temps que l’administration Trump cesse de soutenir des régimes tyranniques comme les Saoudiens et les Emiratis, qui attaquent à la fois nos intérêts et nos valeurs.

Doug BANDOW

(*) Ndlr: En français Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), appelé aussi Ansar al-Charia depuis 2011.

Lire aussi: Western Media Whitewash Yemen Genocide

Yémen – L’attaque d’Hodeida est un acte de cruauté délibérée des USA

Source : https://www.soverain.fr/yemen-lalliance-saoudienne-uae-est-aujourdhui-la-force-la-plus-dangereuse-du-moyen-orient/

Imprimer