Le directeur de la publication du Jerusalem Post confirme que l’armée israélienne a exigé et obtenu, pour «des raisons évidentes de sécurité», la dépublication d’un article relatant l’aide militaire fournie par Tsahal à des rebelles en Syrie.

L’armée israélienne a bel et bien demandé au Jerusalem Post de retirer de son site internet une information pour le moins explosive : selon le quotidien israélien, Tsahal aurait fourni des armes à des rebelles syriens.

Interrogé par RT, l’un des responsables éditoriaux du journal israélien a confirmé que l’armée était intervenue. «Le censeur militaire de l’armée nous a demandé de retirer cette partie de l’histoire», explique David Brinn, directeur de la publication du Jerusalem Post. L’article en question, toujours accessible par le cache des moteurs de recherche, s’intitulait : «L’armée israélienne confirme : Israël a fourni des armes légères a des rebelles syriens.»

David Brinn invoque «des raisons évidentes de sécurité» pour justifier sa dépublication. Quant à l’armée israélienne, elle se refuse pour l’heure à tout commentaire.

Cet article, quelque peu gênant pour l’Etat hébreux, affirme que l’armée israélienne a procédé à des transferts d’argent, d’armes et de munitions à des combattants syriens basés près de la frontière syro-israélienne. Ces aides auraient été décidées dans le cadre de l’opération «Bon voisin», officiellement présentée comme une «opération d’aide humanitaire massive à la Syrie» par le gouvernement israélien et de nombreux médias.

Au total, pas moins de sept groupes rebelles auraient reçu de l’aide militaire israélienne. L’article affirme que les militaires israéliens considéraient cette opération comme une «décision appropriée» afin d’endiguer l’influence du Hezbollah et de l’Iran dans la région, notamment en les maintenant à distance du plateau du Golan.

Ces révélations ont eu lieu quelques jours après une autre annonce fracassante : lors d’une conférence de presse, le 4 septembre, l’armée israélienne avait annoncé qu’elle avait frappé à 202 reprises le territoire syrien depuis 2017. Selon cette déclaration, ces frappes avaient pour cibles des positions iraniennes. De l’aveu même de Tsahal, un total de 792 missiles et bombes auraient été larguées en Syrie.


Lire aussi:

L’armée israélienne reconnaît avoir mené plus de 200 frappes en Syrie en deux ans

Tsahal n’admet pas souvent ses incursions en Syrie mais cette fois, l’armée israélienne reconnaît qu’elle a frappé à plus de 200 reprises le territoire syrien ces deux dernières années. Selon elle, il s’agissait de détruire des cibles iraniennes.

Lors d’une conférence de presse, le 4 septembre, l’armée israélienne a annoncé qu’elle avait frappé à 202 reprises le territoire syrien depuis 2017. Selon cette déclaration rapportée par Reuters, ces frappes avaient pour cibles des positions iraniennes. De l’aveu même de Tsahal, un total de 792 missiles et bombes auraient été larguées en Syrie.

L’Etat hébreu accuse régulièrement Téhéran de vouloir s’implanter durablement sur une partie du territoire syrien afin d’y déployer son contingent militaire.

Dans un rapport rendu aux autorités israéliennes, le chef de l’état-major de Tsahal, Gadi Eisenkot, a estimé que la République islamique d’Iran restait à ses yeux déterminée à faire rentrer des armes en Syrie et à y établir des bases aériennes, ainsi que des contingents spécialisés dans le renseignement militaire.

Tout en relevant qu’il s’agissait toujours d’une menace sérieuse, Tsahal s’est par ailleurs félicitée du fait que le Hezbollah, estimé proche du pouvoir iranien, ne dispose pas des capacités nécessaires pour effectuer des frappes précises sur Israël depuis la Syrie. Du moins, pour le moment.

De son côté, Damas a accusé à plusieurs reprises Israël de violer sa souveraineté et d’aider les groupes terroristes qui opèrent sur son territoire. Le 4 septembre, la défense aérienne syrienne a répondu à des attaques attribuées à Israël, dans les provinces de Hama et de Lattaquié, selon l’agence de presse syrienne Sana. Ces frappes ont fait un mort et au moins quatre blessés.

Imprimer