Sergey Lavrov. OTSC, Erevan, 10 juin 2022.

Déclaration du ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov et réponses aux questions des médias lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’OTSC, Erevan, 10 juin 2022.

Ministère des affaires étrangère de la fédération de Russie

La réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’OTSC (Organisation du traité de sécurité collective, (une organisation à vocation politico-militaire fondée le 7 octobre 2002 regroupant l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie et le Tadjikistan, Ndlr) s’est achevée. Les participants ont adopté une déclaration importante sur la sécurité internationale, dans laquelle ils ont fixé, pour la première fois dans le format de l’OTSC, le principe de l’indivisibilité de la sécurité – la nécessité d’assurer une sécurité égale et indivisible où aucun pays ne renforcera sa sécurité au détriment de celle d’un autre État. L’OSCE a déclaré ce principe comme un engagement politique il y a longtemps, mais nos collègues occidentaux refusent carrément de le respecter dans la pratique. Ils exigent des garanties juridiques de sécurité exclusivement au sein de l’OTAN.

Aujourd’hui, nous avons réaffirmé notre engagement envers ce principe non seulement au sein de l’OSCE, mais aussi en ce qui concerne la situation internationale. Le principe de l’indivisibilité de la sécurité s’applique évidemment aujourd’hui à la région indo-pacifique.

Nos partenaires stratégiques chinois soulignent la nécessité d’utiliser ce principe dans un contexte global.

Le deuxième document signé lors de la réunion est un plan intensif de consultations entre nos ministères des affaires étrangères et de la défense. Il prévoit la coordination des actions dans la région euro-atlantique (l’espace OSCE), des approches de l’ordre du jour de l’Assemblée générale des Nations unies et des consultations sur les différentes crises et conflits régionaux. Un certain nombre de réunions porteront sur la coordination des positions en matière de sécurité internationale de l’information et de cybercriminalité. Les membres tiendront également des consultations sur les questions militaires, la coopération militaro-technique et le développement de forces aériennes collectives et un certain nombre d’autres questions, notamment la formation des contingents de maintien de la paix de l’OTSC pour les missions de paix des Nations unies.

Une section distincte du plan prévoit des consultations régulières par le biais des services de presse de nos ministères des affaires étrangères.

Question : Vous avez déclaré dans une récente interview que l’OTSC doit devenir le facteur décisif pour assurer la sécurité dans l’ensemble de la région euro-atlantique en tant que contrepoids à l’OTAN. L’OTAN compte 30 membres et en comptera bientôt deux de plus. L’OTSC ne compte que six membres. Comment comptez-vous résoudre ces tâches ? L’OTSC va-t-elle s’étendre ? Quel rôle la Russie jouera-t-elle à cet égard ?

Sergey Lavrov : Nous n’avons jamais parlé d’un rôle de premier plan pour l’OTSC. Nous avons toujours souligné notre attachement aux décisions de l’OSCE qui a annoncé que toute tentative d’un pays ou d’une organisation de revendiquer une position dominante dans la région euro-atlantique était inacceptable, alors que l’OTAN est fortement impliquée dans de telles tentatives. Par conséquent, l’OTSC agit comme un contrepoids aux actions que l’OTAN entreprend de manière illégitime pour la plupart.

Quant à la force numérique, il y a la quantité, mais il y a aussi la qualité, tant du point de vue des États eux-mêmes qui sont membres de telle ou telle alliance militaro-politique qu’en termes de capacités de défense existantes. Nous avons suggéré à plusieurs reprises à nos collègues de l’OTAN, au nom de l’OTSC (nous l’avons fait il y a de nombreuses années pour la première fois au niveau des chefs d’État et des ministres des affaires étrangères), que nous devions entamer un dialogue et créer des mécanismes de coopération et de consultation. Les membres de l’OTAN ont refusé nos propositions avec arrogance. Je pense qu’il est clair pour tout le monde maintenant qu’ils ne peuvent pas décider du destin de l’Europe.

Question : Hier, le président Zelensky a imposé des sanctions aux dirigeants russes, y compris au président Vladimir Poutine et à vous-même. Moscou va-t-il réagir ?

Sergey Lavrov : Je ne pense pas que cela mérite une réponse spécifique de notre part. « Cependant, cet enfant veut s’amuser… »

Question : Un tribunal de la RPD a condamné à mort trois ressortissants étrangers qui ont pris part aux hostilités du côté ukrainien. Denis Pushilin a déclaré qu’un tribunal concernant ceux qui ont quitté Azovstal se tiendrait avant la fin de l’été. Parallèlement, le Premier ministre de la RPD, Vitaly Khotsenko, a déclaré que l’intégration de la république à la Fédération de Russie était en cours et que l’unification de sa législation avec la législation russe faisait partie de ses objectifs. Le tribunal d’Azovstal signifie-t-il que les personnes qui en sont parties risquent également la peine de mort ? Étant donné qu’un moratoire sur la peine de mort est en vigueur en Russie, pouvons-nous espérer que ce châtiment sera bientôt aboli en RPD ?

Sergey Lavrov : Pour l’instant, les processus que vous avez mentionnés se déroulent selon la loi de la RPD. Les crimes en question ont été commis dans la république. Tout le reste est du domaine de la spéculation. Je ne vais pas m’immiscer dans le travail du système judiciaire d’application de la loi de la République populaire de Donetsk.

Question : Je voudrais attirer votre attention sur les dernières remarques du président polonais. Il a dit beaucoup de choses. Dans sa déclaration la plus flagrante, dans laquelle il a établi un parallèle entre le président Poutine et Hitler, il a également déclaré qu’en aucun cas les dirigeants de la France et de l’Allemagne ne devraient avoir de contact direct avec les autorités russes pour aborder la question de l’Ukraine. Que pouvez-vous répondre à cela ? Cela signifie-t-il que la Pologne a complètement abandonné l’idée de résoudre la question par la diplomatie ?

Sergey Lavrov : Me comparent-ils à quelqu’un ? Ribbentrop ?

Il m’est difficile de commenter les déclarations de nombreux politiciens européens, y compris ukrainiens. La Pologne et ses dirigeants, qui font de telles remarques, feraient mieux d’étudier leur propre histoire et les événements sous-jacents. Nous constatons que nos collègues polonais utilisent le discours sur l’inacceptabilité d’un dialogue avec la Russie pour développer activement le territoire ukrainien. Les décisions correspondantes prises par le président Zelensky et la Verkhovna Rada sur les droits spéciaux des Polonais, qui sont essentiellement assimilés aux Ukrainiens dans tous les domaines, à l’exception du droit de vote ; l’annonce récente de la création par la Pologne d’une sorte de système de surveillance parallèle du service fiscal ukrainien – tout cela en dit long.

En ce qui concerne la personne qui a dit que ni la Grande-Bretagne, ni la France ne devraient parler à la Russie, j’ai entendu d’autres évaluations, y compris de Paris et de Berlin. La chancelière Angela Merkel et le président Emmanuel Macron ont un jour exprimé leur grande déception face aux actions des russophobes de l’UE qui ont bloqué l’initiative de la France et de l’Allemagne d’organiser un sommet européen avec le président Poutine. Ce sont des politiciens raisonnables qui ont compris l’importance de chercher une issue à la crise qui dure depuis des années et qui a été aggravée par le refus véhément de Zelensky d’appliquer les accords de Minsk. Vous en êtes conscient.

Nous restons ouverts au dialogue, mais il faut être deux pour danser le tango. Nos partenaires occidentaux font de la danse solitaire jusqu’à présent.


Source: Ministère des affaires étrangère de la fédération de Russie

Traduction Arrêt sur info

Imprimer