Carte des membres  du Conseil des États de la mer Baltique


Déclaration du ministère des Affaires étrangères sur le retrait de la Fédération de Russie du Conseil des États de la mer Baltique, 17 mai 2022

Ministère des Affaires étrangères

La situation au Conseil des États de la mer Baltique (CEMB) s’est détériorée. Les membres du CEMB appartenant à l’OTAN et à l’UE ont tourné le dos au dialogue équitable et aux principes sur lesquels cette organisation régionale balte a été construite, et en ont fait un outil politique anti-russe. Des décisions illégales et discriminatoires sont approuvées en violation de la règle du consensus. La Russie a été « exclue » de la participation aux travaux et projets du CBSS. Le statut d’observateur du Belarus auprès du CEMB a été « suspendu ».

Les divergences au sein du CEMB couvaient depuis un certain temps. Nos anciens partenaires tentaient de politiser les activités du Conseil et d’introduire de l’idéologie dans ses travaux. Pour notre part, nous nous efforcions d’orienter la coopération dans une direction pratique, en donnant la priorité à l’objectif du développement socio-économique durable de la région balte. Malheureusement, le mode de pensée destructeur de nos homologues a fini par l’emporter.

Les pays occidentaux – il n’y a aucune raison d’être timide – ont monopolisé le Conseil pour leurs propres intérêts et prévoient d’organiser son travail au détriment des intérêts russes. Des problèmes extrarégionaux sont importés dans la région de la Baltique, des pressions sont exercées sur ceux qui souhaitent poursuivre la coopération à part entière, et l’ensemble de ce qui a été fait ces dernières années, sans parler de la stabilité de la région, est désormais en danger. Une session ministérielle du CEMB sans participation russe a été programmée pour le 25 mai à Kristiansand, en Norvège. La contribution de la Russie au budget du CBSS a en fait été volée : elle ne va pas la rembourser, sous prétexte de sanctions.

Dans ces conditions, il n’y a aucune perspective de reprise d’un travail normal au Conseil, qui s’enlise de plus en plus dans la russophobie et les mensonges. Nous considérons la poursuite de la présence de la Russie au sein du CEMB comme inopportune et contre-productive. La Russie ne participera pas à leurs efforts pour transformer cette organisation en un autre lieu de subversion et de « nombrilisme occidental ».

En réponse à ces actions hostiles, le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergey Lavrov, a envoyé des messages aux ministres des pays membres du CEMB, au Haut Représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, ainsi qu’au secrétariat du CEMB à Stockholm, leur notifiant le retrait de la Russie de l’organisation. Simultanément, l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie a approuvé la décision de se retirer de la Conférence parlementaire de la mer Baltique.

La fin de l’adhésion de la Russie au CBSS n’affectera pas sa présence dans la région. Toute tentative visant à évincer le pays de la zone baltique est vouée à l’échec. Nous continuerons à travailler avec des partenaires responsables, à organiser des événements sur les questions clés relatives au développement de la région balte, à notre patrimoine commun, et à protéger les intérêts de nos compatriotes.

L’état actuel de la CBSS est la responsabilité de ceux qui ont détruit ses fondations.

Source: Ministère des Affaires étrangères

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer