Ce que les États-Unis doivent à leurs “clients” en matière de sécurité


Par TED GALEN CARPENTER – 24 FÉVRIER 2022 – The American conservative


Les dirigeants américains ont l’habitude de souligner que leur pays se consacre à la sécurité des d’alliés et clients de Washington. Que ce soit délibéré ou non, ces responsables donnent l’impression que les États-Unis sont même prêts à recourir à la force si une autre puissance menace ces “amis”. Le dernier exemple en date provient des déclarations répétées des administrations Obama, Trump et Biden selon lesquelles les États-Unis s’engagent à défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

Lors de son appel téléphonique du 2 avril 2021 avec le président ukrainien Volodymr Zelensky, le président Biden a affirmé le “soutien inébranlable de Washington à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine face à l’agression continue de la Russie dans le Donbas et en Crimée”. Lors d’une réunion dans le bureau ovale le 1er septembre, Zelensky a reçu des expressions similaires de soutien américain de la part du président. Les actions de Washington ont semblé renforcer ces déclarations. L'”assistance sécuritaire” des États-Unis à Kiev, y compris les ventes d’armes, depuis 2014, a atteint 2,7 milliards de dollars cette année. Les troupes américaines et ukrainiennes ont mené des exercices militaires conjoints – des jeux de guerre – à plusieurs reprises, et les forces ukrainiennes ont été incluses dans les exercices militaires de l’OTAN. L’Ukraine a même accueilli ces exercices en septembre 2021.

Le gouvernement ukrainien a répondu à ces gestes de soutien américain en adoptant des politiques de plus en plus affirmées envers son voisin russes beaucoup plus grand et plus puissant. Zelensky et d’autres dirigeants ont fait des déclarations chauvines sur la récupération de la Crimée et l’écrasement des séparatistes soutenus par la Russie dans le Donbas. Le document officiel de stratégie de défense du pays, adopté en mars 2021, inclut explicitement ces objectifs. Kiev a commencé à stationner un plus grand nombre de ses troupes près de Donbas et a mené un nombre croissant de duels d’artillerie avec des unités séparatistes. Fin octobre, les forces de Kiev ont lancé des attaques de drones qui ont détruit des batteries d’artillerie rebelles, suscitant la colère du Kremlin.

Cependant, lorsque la Russie a procédé à un important renforcement de ses forces près des frontières de l’Ukraine fin 2021 et début 2022 et a exigé de nouvelles garanties de sécurité explicites de la part des États-Unis et de ses alliés de l’OTAN – y compris l’assurance que l’Ukraine ne serait jamais autorisée à rejoindre l’alliance ou à avoir des troupes occidentales stationnées sur son territoire – la rhétorique audacieuse de Washington s’est estompée. Lors d’une vidéoconférence de deux heures avec le président russe Vladimir Poutine, le 7 décembre, M. Biden a parlé de “conséquences sévères” en cas d’invasion, mais s’est contenté de mettre en garde contre des sanctions économiques supplémentaires et “d’autres mesures”. Fait révélateur, il n’a pas prévenu Poutine que les forces américaines défendraient militairement l’Ukraine.

En effet, en termes de politique de fond, l’administration Biden a rapidement battu en retraite, de peur de risquer d’entrer dans une guerre horriblement destructrice avec la Russie. Il est rapidement apparu que toute réponse des États-Unis (ou de l’OTAN) à une invasion russe de l’Ukraine se limiterait à l’imposition de nouvelles sanctions économiques. Le 9 décembre, M. Biden a déclaré que les États-Unis n’enverraient pas ” unilatéralement ” des forces américaines en Ukraine, ce qui impliquait que le soutien et l’autorisation de l’OTAN pour une action militaire seraient nécessaires – ce qui n’était même pas une possibilité lointaine. En février, l’avertissement “unilatéral” avait disparu et l’assurance que l’armée américaine n’interviendrait pas était catégorique. Biden a confirmé qu’il “n’enverrait en aucun cas des militaires américains combattre en Ukraine”.

Les déclarations et les actions de l’administration au cours des deux derniers mois ont souligné les limites de l’engagement de Washington envers la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Le président a même ordonné le retrait de la poignée d’instructeurs militaires opérant en Ukraine. Washington a déployé 5 000 soldats supplémentaires en Pologne pour rassurer les membres de l’OTAN en Europe de l’Est, mais ce n’était guère plus qu’un geste symbolique. Il était clair qu’une défense militaire de l’Ukraine par les États-Unis n’était pas à l’ordre du jour.

Même prendre des mesures pour que l’Ukraine devienne membre de l’OTAN – ce que les dirigeants ukrainiens souhaitent depuis des années – semble encore plus improbable qu’auparavant. En vertu de l’article 5 du traité de l’Atlantique Nord, l’adhésion de l’Ukraine obligerait les États-Unis et tous les autres membres actuels de l’alliance à prendre la défense de l’Ukraine en cas d’attaque. Malgré les fanfaronnades antérieures de Washington et les expressions de soutien à l’admission de Kiev au sein de l’OTAN, la France, l’Allemagne et d’autres membres clés de l’OTAN s’opposent depuis longtemps à une obligation aussi dangereuse. La crise actuelle met en évidence le danger d’inclure l’Ukraine dans l’OTAN.

En excluant une réponse militaire à une invasion russe en Ukraine, le président Biden et ses conseillers ont fait preuve d’une prudence tardive. Cette nouvelle position reflète également la réticence de l’opinion publique américaine à s’impliquer dans une guerre entre la Russie et l’Ukraine. Un sondage YouGov du 11 février 2022 a révélé que seuls 13 % des Américains interrogés étaient favorables à l’envoi de troupes, tandis que 55 % y étaient opposés. Néanmoins, la rhétorique irresponsable de Washington a contribué à entraîner son client ukrainien sur la voie d’une confrontation inutilement risquée avec la Russie.

L’épisode ukrainien n’est pas la première fois que Washington a trompé un client informel en matière de sécurité dans cette partie du monde sur l’étendue du soutien américain à sa position, pour ensuite effectuer un repli politique. L’administration de George W. Bush a traité le petit voisin de la Russie, la Géorgie, comme un “allié” apprécié. Le président s’est extasié devant le prétendu engagement du dirigeant géorgien Mikheil Saakashvili en faveur de la liberté et de la démocratie. Washington a fourni une aide financière et même une aide en matière de sécurité à la Géorgie, et M. Bush a exercé une forte pression, mais sans succès, pour que la Géorgie soit intégrée à l’OTAN.

Tout comme le gouvernement ukrainien a réagi aux manifestations de soutien de Washington en adoptant une position affirmée à l’égard de la Russie que Kiev n’aurait pas pu soutenir seule, la Géorgie a réagi de manière excessive en raison de sa perception du soutien des États-Unis. Les forces de Saakashvili ont bombardé les troupes russes de maintien de la paix en Ossétie du Sud, une région séparatiste qui résiste au contrôle du gouvernement central depuis le début des années 1990. La Russie a répondu par une contre-offensive complète qui a amené ses forces jusqu’aux abords de la capitale géorgienne. Les troupes géorgiennes qui battent en retraite expriment leur étonnement et un sentiment de trahison devant le fait que ni les États-Unis ni l’OTAN ne sont entrés dans la bataille. M. Saakashvili a supplié M. Bush de fournir un soutien militaire, mais la Maison-Blanche a clairement indiqué que les troupes américaines ne quitteraient pas leurs casernes pour combattre la Russie.

Des déclarations plus prudentes et plus circonspectes de la part du président américain et de son équipe de politique étrangère auraient pu empêcher Saakashvili de prendre des mesures irréfléchies. Les dirigeants américains ont été beaucoup trop désinvoltes, voire irresponsables, dans l’expression de leur soutien rhétorique aux clients de la sécurité qui doivent faire face à des voisins plus grands et plus puissants. Washington n’a rendu service ni à la Géorgie ni à l’Ukraine en envoyant des signaux aussi trompeurs et en faisant des gestes aussi symboliques. Il est humiliant, tant pour le client de la sécurité que pour sa superpuissance de patron, qu’une administration américaine fasse marche arrière après que son engagement exagéré ait été contesté. Les dirigeants américains auraient dû tirer cette leçon de l’épisode géorgien, mais il semble qu’ils aient commis une erreur similaire en ce qui concerne l’Ukraine.

Le bluff et les postures ne sont presque jamais de bonnes politiques pour une grande puissance. On peut se demander si les promesses rhétoriques de Washington à l’égard d’autres clients en matière de sécurité ne dépassent pas la substance de son engagement. Par exemple, malgré l’insistance de l’administration Biden sur le fait que l’engagement des États-Unis envers Taïwan est “solide comme le roc”, les dirigeants taïwanais pourraient avoir des raisons de s’interroger sur la portée réelle du soutien de Washington si la République populaire de Chine recourait à la force militaire contre l’île. Washington interviendrait-il vraiment militairement, au risque d’une guerre totale dans le Pacifique occidental, ou la réponse se limiterait-elle à l’imposition de sanctions économiques, combinée à un renforcement substantiel des forces aériennes et navales américaines ? Même si Taïwan est manifestement un prix stratégique et économique beaucoup plus important que la Géorgie ou l’Ukraine, les expressions exagérées du soutien américain à ces deux pays soulèvent des questions et des doutes compréhensibles. Les dirigeants américains doivent réfléchir plus attentivement à leurs déclarations.

Ted Galen Carpenter

Ted Galen Carpenter, chargé d’études en défense et politique étrangère au Cato Institute et collaborateur de la rédaction de The American Conservative, est l’auteur de 12 livres et de plus de 950 articles sur les affaires internationales.

Source : https://www.theamericanconservative.com/articles/what-the-u-s-owes-its-security-clients/

Traduit par Arrêt sur info/ Pas  le temps de réviser les traductions