Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, préside la réunion du Groupe de contact sur la défense de l’Ukraine au siège de l’OTAN à Bruxelles, le 15 juin. (DoD/Chad J. McNeeley)

Michael Brenner mesure l’ampleur de la bévue de l’Occident qui tente d’utiliser une crise en Ukraine comme levier pour faire tomber Poutine et la Russie avec lui.

Par Michael Brenner
Publié le 16 juin 2022 sur Consortium News

La réalité a tendance à nous rattraper. Parfois, elle arrive par un choc soudain. Parfois, elle s’installe progressivement, comme en Ukraine avec chaque barrage d’artillerie russe de mille balles et la hausse constante du rouble, qui est maintenant 25 % plus élevé qu’au début de la crise.

Baissez les lumières, la fête est presque terminée. Mais ce n’est pas la fin de l’affaire. Quels que soient les résultats exacts, il n’est pas possible de revenir au statu quo ante – le monde, et en particulier l’Europe, a changé à des égards fondamentaux. De plus, il a changé d’une manière diamétralement opposée à ce qui était souhaité et anticipé.

L’Occident a vécu dans un monde fantaisiste qui ne pouvait exister que dans notre imagination. Nombreux sont ceux qui restent bloqués dans ce mirage illusoire. Plus nous avons investi dans ce monde imaginaire, plus il nous est difficile d’en sortir et de procéder à des ajustements – intellectuels, émotionnels et comportementaux.

L’évaluation de notre situation actuelle, de la direction que nous pourrions prendre et des implications à long terme des réactions des autres parties est une entreprise singulièrement complexe. Car elle exige non seulement de préciser les délais, mais aussi les différentes définitions de l’intérêt national et de l’objectif stratégique que les dirigeants gouvernementaux peuvent utiliser comme points de référence.
Le nombre de permutations créées par l’ensemble des acteurs impliqués et les faibles marges de confiance associées aux prévisions sur la façon dont chacun agira à des points de décision clés dans le futur, exacerbent le défi déjà impressionnant. Avant même d’envisager de se lancer dans une telle tâche, il convient de garder à l’esprit quelques considérations cruciales.

Les responsables

Premièrement, les personnes qui comptent à la tête des gouvernements ne sont pas de pures machines à penser. Loin de là. Il s’agit trop souvent de personnes à l’intelligence limitée, à l’expérience restreinte dans les jeux à enjeux élevés de la politique du pouvoir, qui naviguent sur des cartes cognitives du monde simplistes, obsolètes et paroissiales. Leurs perspectives se rapprochent de montages composés de bribes d’idéologie, de bribes d’émotions viscérales, de bribes de précédents remémorés mais inappropriés, de bribes de données d’opinion publique massées et d’impondérables tirés d’articles d’opinion du New York Times.

En outre, n’oublions pas que l’élaboration des politiques et la prise de décision sont des processus de groupe – surtout à Washington et à Bruxelles – encombrés de leur propre dynamique collective. Enfin, dans les capitales occidentales, les gouvernements fonctionnent avec deux monnaies : l’efficacité des politiques et la politique électorale.

. (OTAN, Flickr)

Par conséquent, il existe deux tendances puissantes et intrinsèques qui influencent les choix effectués :

1) la prolongation des attitudes et des approches existantes ; et

2) l’évitement, dans la mesure du possible, de mettre en danger un consensus durement acquis, souvent ténu, sur la base du plus petit dénominateur commun.

Nous savons une chose avec certitude : aucun changement fondamental dans la pensée ou l’action ne peut se produire sans détermination et esprit de décision au sommet.

La nécessité est la mère de l’invention – c’est du moins ce que l’on dit. Cependant, il est parfois très difficile de saisir ce qui est « nécessaire ». Une véritable refonte de la façon dont on envisage une situation problématique est normalement un dernier recours. L’expérience et l’histoire nous le disent, tout comme les expériences comportementales.

La psychologie de la nécessité perçue est complexe. L’adversité ou la menace en soi ne déclenche pas l’improvisation. Même l’instinct de survie ne suscite pas toujours l’innovation. Le déni, puis l’évitement, sont normalement les premières réactions séquentielles face à l’adversité, lorsqu’on tente d’atteindre un objectif ou de satisfaire un intérêt reconnu. Un fort penchant favorise la réitération d’un répertoire standard de réponses.

La véritable innovation n’a tendance à se produire qu’in extremis ; et même dans ce cas, le changement de comportement a plus de chances de commencer par des ajustements mineurs de la pensée et du comportement établis à la marge plutôt que par la modification des croyances et des modèles d’action fondamentaux.

Le dilemme américain

Ces vérités soulignent le dilemme américain alors que l’aventure ukrainienne tourne au vinaigre sur le champ de bataille et que votre ennemi s’en sort beaucoup mieux que prévu, tandis que vos amis et alliés s’en sortent beaucoup moins bien.

La Russie a repoussé tous les obstacles qui lui ont été lancés, à la grande surprise des planificateurs occidentaux. Toutes les hypothèses sur lesquelles reposait l’assaut de la terre brûlée contre l’économie russe se sont avérées erronées. Un record lamentable d’erreurs analytiques, même selon les normes de la C.I.A. et des groupes de réflexion.

Des prévisions hors normes sur l’économie du pays et l’impact mondial des sanctions ont paralysé le plan de Washington dès le départ. Les initiatives tactiques de nature militaire se sont avérées tout aussi futiles ; 1 000 Javelins de collection supplémentaires, dont les batteries sont à plat, ne sauveront pas l’armée ukrainienne dans le Donbass.

Situation militaire en Ukraine au 15 juin. Le territoire ukrainien est en jaune, le territoire russe en rouge. Les flèches en rouge indiquent les avancées russes et séparatistes ; celles en bleu indiquent les avancées des forces ukrainiennes. (Viewsridge, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

Vous êtes donc coincé avec l’albatros d’une Ukraine tronquée et en faillite accroché à votre cou. Il n’y a rien que vous puissiez faire pour annuler ces inconvénients – sauf une tentative directe, peut-être suicidaire, de l’épreuve de force avec la Russie. Ou, peut-être, un défi de représailles ailleurs.

Cette dernière solution n’est pas facilement accessible, pour des raisons géographiques et parce que l’Occident a déjà épuisé son arsenal d’armes économiques et politiques.

Au cours de l’année écoulée, les États-Unis ont tenté de fomenter des changements de régime de type Maiden au Belarus et au Kazakhstan. Les deux ont été déjoués. Le dernier a été réalisé avec la connivence de la Turquie, qui a déployé un contingent de bazouks bashi à partir du stock de jihadistes syriens qu’elle garde en réserve à Idlib (à déployer comme le président Recep Erdogan l’a fait avec plus de succès en Libye et en Azerbaïdjan).

Il reste une cible sensible concevable : la Syrie. Dans ce pays, les Israéliens ont fait preuve d’une audace croissante en provoquant les Russes par des frappes aériennes contre les infrastructures syriennes et les installations militaires.

Aujourd’hui, nous voyons des signes indiquant que la tolérance de Moscou s’amenuise, ce qui laisse penser que de nouvelles provocations pourraient déclencher des représailles que Washington pourrait alors exploiter pour faire monter les tensions. A quoi cela servira-t-il ? Pas évident – à moins que les ultras de l’administration Biden ne recherchent le type de confrontation directe qu’ils ont évité en Ukraine, jusqu’à présent.

L’implication est que l’option du déni et l’option de l’ajustement progressif sont exclues. Une sérieuse remise en question s’impose  logiquement parlant.

Le scénario le plus inquiétant voit la frustration, la colère et l’anxiété s’accumuler à Washington au point d’encourager une initiative irréfléchie pour démontrer les prouesses américaines. Cela pourrait prendre la forme d’une attaque contre l’Iran en compagnie d’Israël et de l’Arabie saoudite – le nouveau couple bizarre de la région.

Une autre perspective, encore plus sombre, serait un test de volonté artificiel avec la Chine. Nous en voyons déjà des preuves croissantes dans la rhétorique belliqueuse des dirigeants américains, depuis le président Joe Biden. [Voir aussi : PATRICK LAWRENCE : Le discours de Biden sur Taïwan].

On peut être enclin à considérer ces discours comme de vains coups de poitrine et une démonstration de force. Du shadow boxing devant une photo grandeur nature d’un adversaire à venir, puis l’envoi d’une cassette vidéo de votre entraînement. Cependant, il existe des personnes influentes au sein de l’administration qui sont prêtes à se battre avec Pékin et à laisser les choses suivre leur cours. La réaction américaine probable en cas de défaite en Ukraine est moins dramatique.

Une politique « suffisante »

Une politique « suffisante » viserait à résumer l’ensemble de l’affaire. Du mieux que l’on peut, l’oublier et l’enterrer diplomatiquement. Les États-Unis sont devenus très bons dans ce domaine : pensez au Vietnam, à l’Irak, à l’Afghanistan, à la Libye, à la Syrie, etc.

Laissez les Européens payer pour l’entretien et la reconstruction partielle du pays. Faire des chèques est à peu près la seule chose pour laquelle Bruxelles est douée. En effet, il y a quelques jours à peine, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé à Kiev que Bruxelles était prête à accepter la demande de l’Ukraine d’être reconnue comme « candidate » à l’adhésion à l’Union.

Dans une boussole plus large, Washington pourrait mettre en banque ses modestes gains. Les Européens sont désormais unis dans leur servitude et leur obéissance à Washington. Cela leur épargne la redoutable perspective de se lever – et de se tenir ensemble – pour assumer leurs responsabilités dans le monde.

En outre, toute disposition à accueillir la Russie dans un espace européen commun est morte. Cela s’applique aux relations économiques, y compris le commerce des ressources naturelles essentielles, ainsi qu’aux relations politiques. La Russie est définitivement coupée de l’Europe depuis des décennies, voire des générations. Si cela conduit à une Europe industrielle moins robuste économiquement, qu’il en soit ainsi – c’est leur problème.

L’économie américaine, elle aussi, pourrait subir quelques dommages collatéraux. Elle sera toutefois stimulée par un accès privilégié aux marchés énergétiques européens et par l’affaiblissement d’un concurrent dans le domaine des biens et des services.

La menace grave et systémique qui pèse sur l’économie américaine se profile à l’horizon. L’armement radical des mécanismes de gestion de la finance internationale par Washington a accéléré l’abandon de la suprématie du dollar. Une nette diminution du rôle du dollar en tant que principale monnaie de transaction et de réserve dans le monde érodera le « privilège exorbitant » des États-Unis de mener une économie de déficit/dette sans contrainte.

Certes, de l’autre côté de la balance, une Russie confiante et intacte verra son avenir économique et politique orienté vers l’Est. Le partenariat sino-russe, déjà profondément ancré, est le développement géostratégique clé du 21e siècle. Cela n’aurait guère dû être une surprise ; après tout, presque toutes les actions américaines à l’égard des deux puissances au cours des 15 dernières années ont conduit inexorablement à ce résultat. Cela inclut, bien sûr, la maladresse d’essayer d’utiliser la crise ukrainienne comme levier pour faire tomber Poutine, et la Russie avec lui.

Quelle que soit la trajectoire que prendra le conflit entre l’Occident et le bloc sino-soviétique, il faudra désormais faire preuve d’une imagination et d’une habileté toujours plus grandes pour le gérer – sans tenter le sort – que si les États-Unis avaient été enclins à suivre une voie plus constructive.

On peut affirmer que le choix historique que l’Amérique a fait en décidant de suivre la doctrine Wolfowitz comme guide de la stratégie au 21e siècle a été fait pour des raisons profondément ancrées dans la psyché du pays.

L’amour-propre américain, la croyance d’être l’enfant du destin, le numéro 1 de l’ordre mondial, a été la pierre de fondation de notre société. Nous n’avons pas dépassé cette dépendance magique à l’égard des mythes et des légendes, pour notre plus grand malheur et celui du monde entier.


Michael Brenner, professeur à l’université de Pittsburgh.

Lire aussi du même auteur:

Le dernier tango à Washington ?

La dissidence sur l’Ukraine meurt dans l’obscurité

Guerre, conflit et ennemis de la vérité

Les conséquences lorsqu’on humilie la Russie

 « L’Amérique n’est pas venue à bout de ce qu’elle a fait et des démons qu’elle a déchaînés »

Source: Consortium News

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer