Plus jamais ça, plus jamais ça, plus jamais ça. (By M. Fish)

En occultant et en falsifiant les leçons de l’Holocauste, nous perpétuons le mal qui l’a défini.

Le lebensraum d’Israël pour Gaza, emprunté au dépeuplement des ghettos juifs par les nazis, est clair. Détruire les infrastructures, les installations médicales et les installations sanitaires, y compris l’accès à l’eau potable. Bloquer les livraisons de nourriture et de carburant. Déclencher une violence industrielle aveugle pour tuer et blesser des centaines de personnes par jour. Laisser la famine – les Nations unies estiment que plus d’un demi-million de personnes sont déjà affamées – et les épidémies de maladies infectieuses, ainsi que les massacres quotidiens et le déplacement des Palestiniens de leurs maisons, transformer Gaza en morgue. Les Palestiniens sont contraints de choisir entre la mort sous les bombes, la maladie, l’exposition ou la famine, et l’expulsion de leur patrie.

Il arrivera bientôt un moment où la mort sera si omniprésente que la déportation – pour ceux qui veulent vivre – sera la seule option.

Danny Danon, ancien ambassadeur d’Israël aux Nations unies et proche allié du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré à la radio israélienne Kan Bet qu’il avait été contacté par « des pays d’Amérique latine et d’Afrique désireux d’absorber les réfugiés de la bande de Gaza ». « Nous devons faciliter le départ des habitants de Gaza vers d’autres pays », a-t-il déclaré. « Je parle de la migration volontaire des Palestiniens qui veulent partir.

Pour l’instant, le problème « ce sont les pays qui sont prêts à les absorber, et nous y travaillons », a déclaré M. Netanyahu aux membres du Likoud à la Knesset.

Dans le ghetto de Varsovie, les Allemands distribuaient trois kilos de pain et un kilo de marmelade à tous ceux qui s’inscrivaient « volontairement » en vue de leur déportation. Il est arrivé que des centaines de personnes fassent la queue pendant plusieurs heures pour être « déportées » », écrit Marek Edelman, l’un des commandants de l’insurrection du ghetto de Varsovie, dans “Les combats du ghetto”. « Le nombre de personnes désireuses d’obtenir trois kilos de pain était tel que les transports, qui partaient deux fois par jour avec 12 000 personnes, ne pouvaient les accueillir toutes.

Les nazis envoyaient leurs victimes dans les camps de la mort. Les Israéliens expédieront leurs victimes dans des camps de réfugiés sordides dans des pays autres qu’Israël. Les dirigeants israéliens présentent également de manière cynique le nettoyage ethnique proposé comme volontaire et comme un geste humanitaire visant à résoudre la catastrophe qu’ils ont créée.

Tel est le plan. Personne, et surtout pas l’administration Biden, n’a l’intention de l’arrêter.

La leçon la plus troublante que j’ai apprise en couvrant les conflits armés pendant deux décennies est que nous avons tous la capacité, avec un peu d’insistance, de devenir des bourreaux volontaires. La frontière entre la victime et le bourreau est très mince. Les sombres désirs de suprématie raciale et ethnique, de vengeance et de haine, d’éradication de ceux que nous condamnons comme incarnant le mal, sont des poisons qui ne sont pas circonscrits par la race, la nationalité, l’ethnie ou la religion. Nous pouvons tous devenir des nazis. Il suffit d’un rien. Et si nous ne restons pas éternellement vigilants face au mal – notre mal – nous devenons, comme ceux qui commettent les massacres à Gaza, des monstres.

Les cris de ceux qui expirent sous les décombres à Gaza sont les cris des garçons et des hommes exécutés par les Serbes de Bosnie à Srebrenica, des plus de 1,5 million de Cambodgiens tués par les Khmers rouges, des milliers de familles tutsies brûlées vives dans les églises et des dizaines de milliers de Juifs exécutés par les Einsatzgruppen à Babi Yar, en Ukraine. L’Holocauste n’est pas une relique historique. Il vit, tapi dans l’ombre, attendant de déclencher sa contagion vicieuse.

Nous avons été prévenus. Raul Hilberg. Primo Levi. Bruno Bettelheim. Hannah Arendt. Alexandre Soljenitsyne. Ils ont compris les sombres recoins de l’esprit humain. Mais cette vérité est amère et difficile à affronter. Nous préférons le mythe. Nous préférons voir dans notre propre espèce, notre propre race, notre propre ethnie, notre propre nation, notre propre religion, des vertus supérieures. Nous préférons sanctifier notre haine. Parmi ceux qui ont témoigné de cette terrible vérité, on peut citer Levi, Bettelheim, Jean Améry, l’auteur de « Aux limites de l’esprit : Contemplations d’un survivant sur Auschwitz et ses réalités » et Tadeusz Borowski, qui a écrit « Par ici le gaz, Mesdames et Messieurs », se sont suicidés. Le dramaturge et révolutionnaire allemand Ernst Toller, incapable d’inciter un monde indifférent à aider les victimes et les réfugiés de la guerre civile espagnole, s’est pendu en 1939 dans une chambre de l’hôtel Mayflower à New York. Sur le bureau de l’hôtel se trouvaient des photos d’enfants espagnols morts.

« La plupart des gens n’ont pas d’imagination », écrit Toller. « S’ils pouvaient imaginer les souffrances des autres, ils ne les feraient pas souffrir ainsi. Qu’est-ce qui sépare une mère allemande d’une mère française ? Des slogans qui nous assourdissaient et nous empêchaient d’entendre la vérité ».

Primo Levi s’est insurgé contre le récit mensonger et moralement édifiant de l’Holocauste qui culmine avec la création de l’État d’Israël, récit repris par le musée de l’Holocauste à Washington D.C. L’histoire contemporaine du Troisième Reich, écrit-il, pourrait être « relue comme une guerre contre la mémoire, une falsification orwellienne de la mémoire, une falsification de la réalité, une négation de la réalité ». Il se demande si « nous, qui sommes revenus », avons été « capables de comprendre et de faire comprendre aux autres notre expérience ».

Levi nous a vus reflétés dans Chaim Rumkowski, le collaborateur nazi et chef tyrannique du ghetto de Łódź. Rumkowski a vendu ses compatriotes juifs pour obtenir des privilèges et du pouvoir, bien qu’il ait été envoyé à Auschwitz dans le dernier transport où des Sonderkommando juifs – des prisonniers forcés d’aider à rassembler les victimes dans les chambres à gaz et à éliminer leurs corps – dans un acte de vengeance l’auraient battu à mort à l’extérieur d’un crématorium.

« Nous sommes tous reflétés dans Rumkowski », nous rappelle Levi. « Son ambiguïté est la nôtre, c’est notre seconde nature, nous, hybrides modelés à partir d’argile et d’esprit. Sa fièvre est la nôtre, la fièvre de la civilisation occidentale, qui « descend en enfer avec des trompettes et des tambours », et ses ornements misérables sont l’image déformée de nos symboles de prestige social. Comme Rumkowski, « nous sommes éblouis par le pouvoir et le prestige au point d’oublier notre fragilité essentielle. Bon gré mal gré, nous nous accommodons du pouvoir, oubliant que nous sommes tous dans le ghetto, que le ghetto est entouré de murs, qu’à l’extérieur du ghetto règnent les seigneurs de la mort, et qu’à proximité le train attend ».

Levi insiste sur le fait que les camps « ne pouvaient pas être réduits aux deux blocs des victimes et des persécuteurs ». Il affirme : « Il est naïf, absurde et historiquement faux de croire qu’un système infernal comme le national-socialisme sanctifie ses victimes ; au contraire, il les dégrade, il les fait se ressembler ». Il fait la chronique de ce qu’il appelle la « zone grise » entre la corruption et la collaboration. Le monde, écrit-il, n’est pas noir ou blanc, « mais une vaste zone de consciences grises qui se tient entre les grands hommes du mal et les pures victimes ». Nous habitons tous cette zone grise. Nous pouvons tous être amenés à faire partie de l’appareil de mort pour des raisons insignifiantes et des récompenses dérisoires. Telle est la terrifiante vérité de l’Holocauste.

Il est difficile de ne pas être cynique face à la pléthore de cours universitaires sur l’Holocauste, étant donné la censure et l’interdiction de groupes tels que Students for Justice in Palestine et Jewish Voices for Peace, imposées par les administrations universitaires. Quel est l’intérêt d’étudier l’Holocauste si ce n’est pour comprendre sa leçon fondamentale : lorsqu’on a la capacité d’arrêter un génocide et qu’on ne le fait pas, on est coupable ? Il est difficile de ne pas être cynique à l’égard des « interventionnistes humanitaires » – Barack Obama, Tony Blair, Hillary Clinton, Joe Biden, Samantha Power – qui parlent en rimes moralisatrices de la « responsabilité de protéger » mais restent silencieux sur les crimes de guerre lorsque le fait de s’exprimer menacerait leur statut et leur carrière. Aucune des « interventions humanitaires » qu’ils ont défendues, de la Bosnie à la Libye, n’est en mesure de reproduire les souffrances et les massacres de Gaza. Mais la défense des Palestiniens a un coût, qu’ils n’ont pas l’intention de payer. Il n’y a rien de moral à dénoncer l’esclavage, l’Holocauste ou les régimes dictatoriaux qui s’opposent aux États-Unis. Tout ce que cela signifie, c’est que l’on défend le récit dominant.

L’univers moral a été bouleversé. Ceux qui s’opposent au génocide sont accusés de le préconiser. Ceux qui commettent des génocides sont accusés d’avoir le droit de se « défendre ». Le refus des cessez-le-feu et la fourniture à Israël de bombes de 2 000 livres qui projettent des fragments de métal sur des milliers de mètres sont la voie de la paix. Refuser de négocier avec le Hamas libérera les otages. Bombarder des hôpitaux, des écoles, des mosquées, des églises, des ambulances et des camps de réfugiés, et tuer trois anciens otages israéliens, dénudés jusqu’à la taille, agitant un drapeau blanc improvisé et appelant à l’aide en hébreu, sont des actes de guerre ordinaires. Tuer plus de 21 300 personnes, dont plus de 7 700 enfants, en blesser plus de 55 000 et faire de la quasi-totalité des 2,3 millions d’habitants de Gaza des sans-abri, est un moyen de « déradicaliser » les Palestiniens. Tout cela n’a aucun sens, comme le constatent les manifestants du monde entier.

Un nouveau monde est en train de naître. C’est un monde où les anciennes règles, plus souvent respectées dans leur violation que dans leur observation, n’ont plus d’importance. C’est un monde où de vastes structures bureaucratiques et des systèmes technologiquement avancés mettent en œuvre, au vu et au su de tous, de vastes projets d’extermination. Les nations industrialisées, affaiblies, craignant un chaos mondial, envoient un message sinistre au Sud et à tous ceux qui pourraient penser à se révolter : nous vous tuerons sans retenue.

Un jour, nous serons tous des Palestiniens.

« Je crains que nous vivions dans un monde où la guerre et le racisme sont omniprésents, où les pouvoirs de mobilisation et de légitimation des gouvernements sont puissants et croissants, où le sens de la responsabilité personnelle est de plus en plus atténué par la spécialisation et la bureaucratisation, et où le groupe de pairs exerce d’énormes pressions sur le comportement et fixe des normes morales », écrit Christopher R. Browning dans Ordinary Men, à propos d’un bataillon de réserve de la police allemande pendant la Seconde Guerre mondiale qui fut finalement responsable de l’assassinat de 83 000 juifs. Dans un tel monde, je crains que les gouvernements modernes qui souhaitent commettre des massacres échouent rarement dans leurs efforts parce qu’ils sont incapables d’inciter les « hommes ordinaires » à devenir leurs « bourreaux volontaires ».

Le mal est protéiforme. Il mute. Il trouve de nouvelles formes et de nouvelles expressions. L’Allemagne a orchestré le meurtre de six millions de Juifs, mais aussi de plus de six millions de Tziganes, de Polonais, d’homosexuels, de communistes, de Témoins de Jéhovah, de francs-maçons, d’artistes, de journalistes, de prisonniers de guerre soviétiques, de personnes souffrant de handicaps physiques et intellectuels et d’opposants politiques. Après la guerre, elle a immédiatement entrepris d’expier ses crimes. Elle a habilement transféré son racisme et sa diabolisation aux musulmans, la suprématie raciale restant fermement ancrée dans le psychisme allemand. Dans le même temps, l’Allemagne et les États-Unis ont réhabilité des milliers d’anciens nazis, en particulier dans les services de renseignement et la communauté scientifique, et n’ont guère poursuivi ceux qui avaient dirigé les crimes de guerre nazis. L’Allemagne est aujourd’hui le deuxième fournisseur d’armes d’Israël, après les États-Unis.

La prétendue campagne contre l’antisémitisme, interprétée comme toute déclaration critiquant l’État d’Israël ou dénonçant le génocide, est en fait la défense du pouvoir blanc. C’est pourquoi l’État allemand, qui a effectivement criminalisé le soutien aux Palestiniens, et les suprématistes blancs les plus rétrogrades des États-Unis, justifient le carnage. La longue relation de l’Allemagne avec Israël, qui comprend le paiement de plus de 90 milliards de dollars depuis 1945 en réparations aux survivants de l’Holocauste et à leurs héritiers, n’est pas une question d’expiation, comme l’écrit l’historien israélien Ilan Pappé, mais de chantage.

« L’argument en faveur d’un État juif en guise de compensation pour l’Holocauste était un argument puissant, si puissant que personne n’a écouté le rejet catégorique de la solution de l’ONU par l’écrasante majorité du peuple de Palestine », écrit M. Pappé. « Ce qui ressort clairement, c’est la volonté européenne de se racheter. Les droits fondamentaux et naturels des Palestiniens devaient être mis de côté, éclipsés et complètement oubliés au nom du pardon que l’Europe cherchait à obtenir de l’État juif nouvellement formé. Il était beaucoup plus facile de rectifier le mal nazi vis-à-vis d’un mouvement sioniste que vis-à-vis des Juifs du monde entier. C’était moins complexe et, surtout, cela n’impliquait pas d’affronter les victimes de l’Holocauste elles-mêmes, mais plutôt un État qui prétendait les représenter. Le prix à payer pour cette expiation plus commode était de priver les Palestiniens de tous leurs droits fondamentaux et naturels et de permettre au mouvement sioniste de les nettoyer ethniquement sans craindre la moindre réprimande ou condamnation ».

L’Holocauste a été instrumentalisé presque dès la création d’Israël. Il a été dénaturé pour servir l’État d’apartheid. Si nous oublions les leçons de l’Holocauste, nous oublions qui nous sommes et ce que nous sommes capables de devenir. Nous cherchons notre valeur morale dans le passé plutôt que dans le présent. Nous condamnons les autres, y compris les Palestiniens, à un cycle sans fin de massacres. Nous devenons le mal que nous abhorrons. Nous consacrons l’horreur.

Chris Hedges

Source: TheChrisHedgesReport