Le langage médiatique encourage la gauche à soutenir les guerres, les coups d’État et les interférences contre la souveraineté des pays


Par Alan McLeod

Paru le 9 avril 2021 sur Fair sous le titre How media language encourages the left to support wars, coups and intervention


Dans un article précédent, nous avons étudié quelques cas montrant la façon dont la presse aide à fabriquer un consentement pour le changement de régime et autres actions américaines à l’étranger parmi les audiences de gauche, un groupe ne soutenant traditionnellement pas les conflits.

Un certain niveau d’adhésion, ou au moins une hésitation à résister, parmi la moitié la plus à gauche des États-Unis est nécessaire pour garantir que les interventions américaines puissent être menées avec un minimum d’opposition nationale. À cette fin, les médias grand public invoquent les droits de l’homme et l’humanitarisme pour convaincre les personnes situées à gauche du centre d’accepter, voire de soutenir, les actions américaines à l’étranger – une sorte de traitement pour le syndrome du Vietnam, qui est utilisé depuis 50 ans.

Voici quelques-uns des arguments couramment utilisés par les médias de l’establishment pour convaincre les gauchistes sceptiques que, cette fois, les choses pourraient être différentes, en vendant une intervention progressiste que tout le monde peut soutenir.

Pensez aux femmes !

La grande majorité du monde était contre l’attaque américaine contre l’Afghanistan qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001. Cependant, l’idée bénéficiait d’un soutien écrasant de l’opinion publique américaine, y compris des Démocrates. Lorsque Gallup (Brookings, 1/9/20) a posé une question sur l’occupation en 2019, le soutien au maintien des troupes sur place était même légèrement supérieur chez les Démocrates que chez les républicains – 38 % contre 34 % – et légèrement inférieur au retrait des troupes (21 % contre 23 %).
La couverture médiatique peut expliquer en partie ce phénomène, en convainquant certains et en fournissant au moins une bonne excuse pour les personnes au pouvoir. Ce n’était pas une guerre d’agression, insistaient-ils. Ils n’étaient pas simplement là pour capturer Oussama Ben Laden (que les talibans avaient en fait proposé de leur remettre) ; il s’agissait d’un combat pour apporter la liberté aux femmes opprimées du pays. Comme l’a déclaré la première dame de l’époque, Laura Bush :

Nous respectons nos mères, nos sœurs et nos filles. Combattre la brutalité contre les femmes et les enfants n’est pas l’expression d’une culture spécifique ; c’est l’acceptation de notre humanité commune – un engagement partagé par les personnes de bonne volonté sur tous les continents….. La lutte contre le terrorisme est aussi une lutte pour les droits et la dignité des femmes.

Les guerres ne sont pas menées pour libérer les femmes (FAIR.org, 26/07/17), et bombarder des gens n’a jamais été une activité féministe (FAIR.org, 28/06/20). Mais le New York Times a été l’un des principaux architectes de la construction de cette croyance en une guerre féministe fantôme. Dans les semaines qui ont suivi l’invasion, ce journal a fait un reportage sur le « joyeux retour » des femmes sur les campus universitaires, présentant une étudiante qui :

montait les marches timidement au début, le corps couvert de coton bleu du visage aux pieds. Lorsqu’elle s’est approchée de la porte, elle a retourné le tissu sur sa tête, révélant des joues rondes, des boucles de cheveux sombres et les yeux bruns d’une étudiante.

Ce symbolisme à outrance était difficile à manquer : C’est un pays transformé, et tout cela grâce à l’invasion.

Le magazine Time a également beaucoup joué sur cet aspect. Six semaines après l’invasion, il annonçait aux lecteurs que « le plus grand spectacle de libération de masse depuis la lutte pour le suffrage » était en train de se produire, alors que « des visages féminins, timides et brillants, émergeaient des caves sombres », enlevant leurs voiles et les piétinant symboliquement. Si l’implication n’était pas assez claire, l’article disait directement aux lecteurs que « le spectacle de la jubilation était un cadeau de Noël, un rappel des raisons pour lesquelles la guerre valait la peine d’être menée, au-delà de celles de la simple autodéfense ».

« Dans quelle mesure leurs vies seront-elles meilleures maintenant ? » se demandait le Time (12/3/01). Pas beaucoup mieux, en fin de compte.

Quelques jours plus tard, la couverture du Time présentait le portrait d’une femme afghane blonde à la peau claire, avec les mots « Lever le voile. L’histoire choquante de la façon dont les talibans ont brutalisé les femmes d’Afghanistan. Dans quelle mesure leurs vies seront-elles meilleures maintenant ? ».

Ceci était représentatif d’un phénomène beaucoup plus large. Une étude de Carol Stabile et Deepa Kumar publiée dans Media, Culture & Society révélait qu’en 1999, 29 articles de journaux américains et 37 reportages télévisés ont été consacrés aux droits des femmes en Afghanistan. Entre 2000 et le 11 septembre 2001, ces chiffres étaient respectivement de 15 et 33. Cependant, au cours des 16 semaines entre le 12 septembre et le 1er janvier 2002, les Américains ont été inondés d’articles sur le sujet, avec 93 articles de journaux et 628 reportages télévisés sur le sujet. Une fois que les véritables objectifs de la guerre ont été sécurisés, ces chiffres sont tombés en chute libre.

Par contre, les messages anti-guerres étaient totalement absents de la couverture médiatique grand public. En effet, comme l’a noté le fondateur de FAIR, Jeff Cohen, dans son livre Cable News Confidential, les dirigeants de CNN ont donné pour instruction à leur personnel de contrer constamment toute image de victimes civiles par des messages en faveur de la guerre, même si « cela peut commencer à sembler routinier ». Ce type de couverture a contribué à pousser 75 % des électeurs Démocrates à soutenir une guerre d’occupation.

À mesure que la réalité s’installait, il devenait de plus en plus difficile de prétendre que les droits des femmes en Afghanistan s’amélioraient sérieusement. Les femmes étaient toujours confrontées aux mêmes problèmes qu’auparavant. Comme une femme membre du parlement afghan l’a expliqué à Phyllis Bennis de l’Institut d’études politiques, les femmes en Afghanistan ont trois ennemis principaux :

Le premier est le Taliban. Le deuxième est ce groupe de seigneurs de la guerre, déguisé en gouvernement, que les États-Unis soutiennent. Et le troisième est l’occupation américaine….. Si vous, les Occidentaux, pouviez faire disparaître l’occupation américaine, nous n’en aurions plus que deux.

Cependant, le Time a réussi à trouver un moyen de tirer sur la corde sensible du public de gauche pour soutenir la poursuite de l’occupation. Avec l’image choquante d’une jeune femme de 18 ans à qui on a coupé une oreille et le nez, un article de couverture de 2010 demandait aux lecteurs de se demander « ce qui se passerait si nous quittions l’Afghanistan », l’implication claire étant que les États-Unis devaient rester pour empêcher de nouvelles brutalités – malgré le fait que la mutilation de la femme s’est produite après huit ans d’occupation américaine.

 

Vox : Un moment « émotionnel » lors d’une réunion du NSC montre pourquoi le retrait de l’Afghanistan est si difficile. Vox (3/4/21) a affirmé que l’occupation américaine de l’Afghanistan s’est traduite par « de meilleurs droits pour les femmes et les enfants » sans offrir de preuve que ce soit le cas.

Cette astuce est encore utilisée de nos jours. En mars, Vox a rapporté de manière crédule que le président du Comité des chefs d’état-major, le général Mark Milley, avait plaidé avec émotion auprès de Biden pour qu’il reste en Afghanistan, sinon les droits des femmes « retourneront à l’âge de pierre ». C’est si bon de savoir que les échelons supérieurs du complexe militaro-industriel sont remplis de féministes aussi passionnées.

En réalité, près de 20 ans d’occupation n’ont fait qu’engendrer une situation où zéro pour cent des Afghans se considèrent comme « prospères » tandis que 85 % « souffrent », selon un sondage Gallup. Seule une fille sur trois va à l’école, sans parler de l’université.

Et tout cela ne tient pas compte du fait que les États-Unis ont soutenu les groupes islamistes radicaux et leur prise de contrôle du pays en premier lieu, un mouvement qui a réduit considérablement les droits des femmes. Avant l’arrivée des talibans, la moitié des étudiants universitaires étaient des femmes, de même que 40 % des médecins, 70 % des enseignants et 30 % des fonctionnaires du pays, ce qui reflète les réformes du gouvernement soutenu par les Soviétiques, que les États-Unis ont consacré des ressources massives à détruire.

Aujourd’hui, dans la moitié des provinces du pays, moins de 20% des enseignants sont des femmes (et dans beaucoup d’entre elles, moins de 10%). Seulement 37% des adolescentes savent lire (contre 66% des garçons). Pendant ce temps, être une femme gynécologue est désormais considéré comme « l’un des emplois les plus dangereux au monde ». Voilà pour le nouvel âge d’or.

L’argument « pensez aux femmes » est loin d’être propre à l’Afghanistan. En fait, les propagandistes impériaux britanniques du XIXe siècle utilisaient déjà le sort des femmes hindoues en Inde et des femmes musulmanes en Égypte comme prétexte pour envahir et conquérir ces pays. La longévité de cette tactique témoigne peut-être de son efficacité.

Il s’attaque à son propre peuple !

L’une des nombreuses justifications utilisées pour obtenir le consentement du public à la désastreuse guerre en Irak était que Saddam Hussein était un monstre qui représentait un danger pour son propre pays. « Il ne fait aucun doute que le dirigeant de l’Irak est un homme mauvais. Après tout, il a gazé son propre peuple. Et nous savons qu’il travaille sur des armes de destruction massive », déclarait fréquemment le président George W. Bush, dont les médias reprenaient chaque mot.

À l’approche de la guerre d’Irak, le New York Times s’est soudainement montré extrêmement préoccupé par les crimes de Saddam Hussein contre les civils. Le correspondant étranger, John F. Burns, par exemple, l’a comparé à Staline et l’a critiqué pour avoir plongé l’Irak dans un « bain de sang aux proportions médiévales ». La pierre angulaire de l’argument de Burns en faveur d’un changement de régime était, ironiquement, le traitement des prisonniers à la prison d’Abu Ghraib. Comment cela a fini ?

 

McClatchy : Kadhafi accusé de génocide contre son propre peuple La preuve offerte par McClatchy (21/02/11) pour accuser Kadhafi de « génocide » repose sur une seule interview sur Al Jazeera.

Au moment où l’OTAN décidait d’intervenir en Libye pour renverser Mouammar Kadhafi, les médias grand public étaient remplis de dénonciations passionnées de son régime, la plupart disant aux lecteurs qu’il avait attaqué « son propre peuple » (par exemple, McClatchy, 21/02/11 ; Washington Post, 11/03/11 ; New York Times, 15/03/11).

Le Washington Post (4/1/11), qui approuve l’intervention, rapporte qu’« un massacre de civils, assimilable à des crimes contre l’humanité », se serait probablement produit sans l’intervention de l’OTAN. Il comparait le massacre supposé imminent à l’Holocauste, laissant entendre que les actions des États-Unis « faisaient suite à une réflexion de la communauté internationale sur les échecs de la prévention du génocide dans les années 1990 ». Le chroniqueur du New York Times, Ross Douthat, faisait également l’éloge de l’attaque en disant qu’elle était « le bel idéal d’une intervention internationaliste libérale », affirmant que son « objectif humanitaire » était évident pour tous.

L’expression « tuer son propre peuple » (ou le « gazer ») est devenue courante dans les comptes rendus médiatiques des méfaits de l’ennemi, car elle alimente directement la nouvelle doctrine de la responsabilité de protéger, un cadre juridique qui autorise l’intervention militaire dans d’autres pays sous des auspices humanitaires. Dans la pratique, cependant, elle était généralement invoquée pour renverser des États adverses. Les données de Google Trends montrent que les droits de l’homme en Libye ne suscitaient qu’un intérêt mineur jusqu’au début 2011, avant de connaître un pic massif en mars (date de l’intervention de l’OTAN), puis retomber rapidement à des niveaux négligeables et y rester depuis. Une majorité d’électeurs Démocrates ont soutenu l’intervention, presque à égalité avec les Républicains.

Le fait que les discussions sur les droits de l’homme en Libye se soient réduites à un filet d’eau suggère soit que la situation s’est radicalement améliorée, ce qui n’est manifestement pas le cas, soit qu’il y avait des motifs cachés pour toutes ces discussions sur les droits de l’homme. (FAIR.org, 28/11/17). Le fait que les médias se soient désintéressés de la situation des droits de l’homme juste après une intervention militaire réussie suggère fortement que leur nouvelle passion n’était pas authentique, et qu’elle n’était qu’un outil pour vendre la guerre depuis le début.

Comme pour la Libye, le pic des discussions sur les droits de l’homme en Syrie a coïncidé avec le bombardement américain du pays en avril 2017. Il est resté élevé pendant toute la période initiale de la guerre civile, bien qu’il se soit essoufflé ces dernières années, alors que la victoire du gouvernement de Bachar el-Assad devient de plus en plus certaine. Pour les médias grand public, Assad est un dictateur qui « gaze son propre peuple » (par exemple, Vox, 4/4/17 ; Bloomberg, 12/4/18 ; New York Times, 6/25/18 ; Economist 6/18/20) et, par conséquent, il faut faire quelque chose, ce qui implique probablement des avions militaires. (Dans un sondage réalisé en 2019, les Démocrates sont beaucoup plus nombreux que les Républicains à s’opposer au retrait des troupes américaines de Syrie : 66 % contre 23 % – Brookings, 1/9/20).

On trouve un argument interventionniste libéral de premier ordre dans le Huffington Post, quand l’avocat Josh Scheinert soutient que « les civils syriens ont payé le prix le plus élevé » pour l’hésitation d’Obama, et a exigé que « cela… doit changer. » Scheinert a écrit qu’il voulait « croire qu’en tant que communauté mondiale, lorsqu’il s’agit des pires atrocités, et pas seulement des mauvaises, nous ne devons pas répéter notre sombre histoire d’échecs. » Par échecs, il n’entend pas la participation active ou le leadership des États-Unis dans les coups d’État, les guerres et les génocides en Amérique latine et en Asie du Sud-Est (pour n’en citer que quelques-uns), mais les moments où l’armée américaine n’est pas intervenue.

 

Natalie Nougayrède du Guardian (3/1/19) a présenté l’arrestation de Bachar el-Assad comme une question de justice plutôt que d’invasion militaire.

La chroniqueuse du Guardian, Natalie Nougayrède (3/1/19), a avancé un argument similaire, soutenant que « Assad peut encore être amené devant la justice – et le rôle de l’Europe est crucial »« Ses violations massives des droits de l’homme ne doivent pas rester impunies », affirme-t-elle, prétendant que son arrestation « aurait un effet dissuasif sur la poursuite du massacre. » Bien sûr, la seule façon réaliste d’arrêter Assad, comme elle l’a sûrement compris, serait d’envoyer une force d’invasion dans le pays pour renverser le gouvernement et le kidnapper. Ainsi, elle a réussi à faire passer ce qui serait un assaut militaire total, à l’échelle de celui contre l’Irak, pour un acte de justice visant à prévenir des violations des droits de l’homme.

Parfois, des atrocités sont tout simplement inventées de toutes pièces, comme les escouades de viols de Kadhafi alimentées au Viagra, les soldats de Saddam tuant des bébés dans des couveuses ou le canular de la « fille gay à Damas« . Le président Lyndon Johnson a utilisé l’imaginaire « agression ouverte en haute mer » connue sous le nom d’incident du golfe du Tonkin pour convaincre le Congrès d’autoriser la guerre du Vietnam (FAIR.org, 8/5/17).

Si l’on remonte plus loin dans le temps, des incidents comme l’explosion de l’USS Maine – qui a donné l’impulsion à l’intervention américaine dans la guerre d’indépendance cubaine – et la propagande britannique de la Première Guerre mondiale sur les Allemands qui passaient les bébés à la baïonnette, crucifiaient les prisonniers et coupaient la tête des enfants ont contribué à pousser un public sceptique et pacifiste dans une ferveur sanguinaire.

Nous devons sauver la démocratie !

Cet argument a été largement utilisé contre le Venezuela, comme l’illustre le Washington Post. Le comité éditorial du journal a publié éditorial après éditorial exigeant un coup d’État (ou plus) afin de soi-disant sauver la démocratie.

 

WaPo : La région ne peut pas rester les bras croisés alors que le Venezuela s’oriente vers la guerre civile. Plutôt que de « rester les bras croisés alors que le Venezuela s’oriente vers la guerre civile », le Washington Post semble vouloir que les États-Unis interviennent activement pour rendre la guerre civile plus probable.

Le Post a fortement soutenu une vague de violence de l’opposition en 2017 qui a tué au moins 163 personnes, y compris un incident où un leader de l’opposition a volé un hélicoptère militaire et l’a utilisé pour bombarder la Cour suprême et le ministère de l’Intérieur. Le Post a fortement (et mensongèrement) laissé entendre qu’il s’agissait d’un coup monté de l’intérieur par le « régime » Maduro, qui avait recours à une répression de plus en plus « farfelue » et « brutale » des manifestations qui ont le « soutien de la grande majorité des Vénézuéliens. »

En fait, cette « vaste majorité » s’est avérée représenter moins de 3 % du pays, comme l’a montré un sondage réalisé cette semaine-là par un cabinet lié à l’opposition. 85% des personnes interrogées étaient opposées aux tactiques du mouvement, et 56 % à toute forme d’action de l’opposition, même si elle était entièrement pacifique. Ce sondage s’inscrit dans une longue tendance des médias à invisibiliser la majorité des Vénézuéliens, seuls ceux qui approuvent les ambitions de Washington étant dignes d’être qualifiés de « peuple vénézuélien » (FAIR.org, 1/31/19).

Le même éditorial faisait un certain nombre de prédictions incendiaires disant que si les États-Unis n’agissaient pas, Maduro « éliminerait l’Assemblée nationale contrôlée par l’opposition » et « transformerait le Venezuela en un régime calqué sur celui de Cuba ». Rien de tout cela ne s’est avéré vrai. Le Post semblait déconcerté par le manque d’appétit des voisins du Venezuela pour un coup d’État américain, expliquant cela en disant aux lecteurs qu’ils avaient été « soudoyés par Caracas avec du pétrole à prix réduit ».

Un mois plus tard, le comité éditorial du Post nous informait encore que la violente tentative de coup d’État soutenue par les États-Unis était en fait une manifestation pacifique soutenue par la « grande majorité de son propre peuple », et que « le régime sans foi ni loi du Venezuela » était lui-même celui qui menait un coup d’État contre la démocratie. Nous devons agir maintenant, tel était le message, car Maduro était sur le point d’« abolir » l’Assemblée nationale et d’« annuler les futures élections » – encore une fois, rien de tout cela ne s’est réellement produit.

« La réponse des États-Unis et des autres démocraties [au Venezuela] a toujours été inadéquate », déplore le conseil. Étant donné que les États-Unis font tout ce qu’ils peuvent pour éviter une intervention militaire active dans le pays, l’implication de ce qui devrait être fait est claire.

Cependant, au cas où cela ne serait pas assez évident, le Post a également publié une colonne intitulée « Les chances d’un coup d’État militaire au Venezuela augmentent et les coups d’État peuvent parfois mener à la démocratie ». L’article affirmait que Maduro avait « réprimé les dissidents par la force et fait peu de cas des institutions démocratiques du pays ». L’armée, note l’article, « joue un rôle clé pour déterminer si un pays va évoluer vers une véritable démocratie ».

WaPo : Le président du Nicaragua ridiculise la démocratie. « Ortega a dirigé le Nicaragua pendant 11 ans après la révolution de 1979, jusqu’à son éviction lors de la première élection véritablement démocratique du pays », a écrit le Washington Post (le 8/12/16) – ignorant les élections de 1984, car pour le Post, les élections ne sont démocratiques que si le candidat favorisé par les États-Unis gagne.

Le Washington Post a également affirmé qu’une action contre le Nicaragua était nécessaire pour sauver la démocratie. Le président de gauche Daniel Ortega, a déclaré l’éditorial aux lecteurs, a fait preuve d’un « mépris étonnant des normes démocratiques », notamment en supervisant « une abrogation bidon de la limite des mandats constitutionnels, la fraude électorale, l’intimidation de l’opposition et le contrôle des principaux médias. » Comment les États-Unis, qui, selon le Post« ont dépensé tant d’argent et de capital politique pour promouvoir la démocratie au Nicaragua dans les années 1980 », peuvent-ils rester assis et n’offrir « qu’une légère opposition verbale » ?

Le niveau de mépris affiché ici pour la vérité historique de base est stupéfiant. En réalité, dans les années 1980, le gouvernement américain a formé, armé et financé des escadrons de la mort d’extrême droite qui ont fait des ravages au Nicaragua et dans le reste de la région, tuant des centaines de milliers de personnes dans des génocides dont la région ne se remettra jamais. Outre le fait que ses architectes ont été reconnus coupables par les tribunaux américains, l’administration Reagan a été jugée et condamnée par la Cour internationale de justice pour 15 chefs d’accusation liés à l’usage illégal de la force. Ce sont ces actions, vraisemblablement, que le Post a décrites aux lecteurs comme étant la « promotion de la démocratie », utilisant ainsi un passé mythique pour convaincre des audiences de gauche que la « promotion de la démocratie » est nécessaire aujourd’hui.

Les États-Unis soutiennent depuis des années un mouvement de protestation national visant à renverser Ortega. Cependant, ce mouvement n’a pas réussi à aller très loin, principalement en raison du large soutien de l’opinion publique et de l’impopularité de l’opposition.

Les médias ont critiqué les États-Unis, mais en général uniquement pour ne pas avoir fait assez pour assurer un changement de gouvernement. « Ce que l’Amérique doit faire pour aider le Nicaragua à restaurer la démocratie »titrait The Hill. L’article conseillait aux États-Unis de « diversifier leur stratégie et d’accroître les sanctions à l’encontre des initiés du régime complices des violations des droits de l’homme »« Deux ans après le début du soulèvement de masse au Nicaragua, pourquoi Daniel Ortega est-il toujours au pouvoir ? », grommelait un titre du Washington Post, déçu que la démocratie™ n’ait pas encore été restaurée.

Malheureusement, même une grande partie des médias de gauche américains se sont alignés sur la presse grand public pour condamner les administrations progressistes d’Amérique latine, graissant ainsi la patte aux tentatives de changement de régime soutenues par les États-Unis (FAIR.org10/12/191/22/20).

Qui peut parler des droits de l’homme ?

Le sourçage est un élément clé du journalisme ; l’identité des sources détermine le ton et l’argumentation de tout ce que produit un organisme d’information (Extra !, 1-2/06). Cependant, il existe une myriade de personnes ou d’organisations susceptibles de convenir, et les journalistes eux-mêmes sont largement maîtres de leur choix. Les médias peuvent donc décider efficacement quels arguments sont entendus et lesquels ne le sont pas, simplement en s’adressant aux personnes qui reflètent les opinions qu’ils souhaitent promouvoir.

Au début de l’invasion de l’Irak, les médias grand public étaient saturés de voix pro-guerre, tandis que la dissidence était largement étouffée. Une étude de FAIR sur les informations télévisées au début de 2003 a révélé que 64% de toutes les sources étaient favorables à une attaque, tandis que seulement une sur dix exprimait une opposition à l’idée. En conséquence, les téléspectateurs étaient effectivement bombardés de voix plaidant pour une intervention.

Aujourd’hui, une recherche sur les groupes de réflexion favorables à la paix, tels que l’Institute for Policy Studies et le Center for Economic and Policy Research, donne respectivement 86 et 53 résultats dans le New York Times au cours des cinq dernières années, depuis le début de 2016. Les organisations va-t-en-guerre sont référencées bien plus fréquemment ; le Center for American Progress, dont la directrice exécutive Neera Tanden a appelé les  » pays riches en pétrole «  à payer les États-Unis pour le privilège d’être bombardés (FAIR.org, 3/3/21), figure dans 432 articles du Times depuis 2016, tandis que le think tank conservateur Heritage Foundation apparaît dans 529 articles sur la même période, ce qui suggère que ce que nous avons vu lors de l’invasion de l’Irak est la règle plutôt que l’exception.

Si des chroniqueurs américains bien payés commencent à se préoccuper des droits de l’homme dans votre pays, c’est un assez bon signe que vous êtes sur le point d’être bombardé. Il est également remarquable de constater la rapidité avec laquelle ces mêmes chroniqueurs perdent leur vif intérêt pour les droits de l’homme dans un pays après une intervention américaine. Par conséquent, la prochaine fois que vous entendrez parler sans cesse de la liberté, des droits de l’homme et de la démocratie dans un autre pays, méfiez-vous des arrière-pensées ; ces figures médiatiques au sang froid pourraient bien verser des larmes de crocodile au service de l’empire.

Alan McLeod

Traduit par le Saker Francophone

Source: Fair.org

Imprimer