Le Liban empêchera Israël de piller le gisement de Karish

 

Tel Aviv sait qu’il a le soutien de Washington sur la question des ressources – plus précisément le champ de Karish – et que les États-Unis ne permettent ni au Liban ni à la Syrie de bénéficier de leurs propres ressources.

Par Robert Inlakesh – 14 juin 2022

Les tentatives d’Israël d’imposer sa volonté au Liban et d’exploiter les ressources naturelles du champ de Karish se solderont par un échec retentissant. Sachant cela, le régime de Tel Aviv poussera-t-il cette affaire au bord de la guerre comme seule stratégie ?

Le 5 juin, le président libanais, Michel Aoun, a averti Tel Aviv que son activité prévue dans la zone frontalière maritime contestée représente « une provocation et une action agressive ». Cet avertissement a été lancé par les dirigeants libanais à la suite de l’incursion d’un navire grec dans la zone où se trouve le gisement de Karish, riche en ressources.

Dans les médias occidentaux, le champ de Karish a été décrit comme étant « à l’ouest de Haïfa », ce qui est la description israélienne officielle de ce site riche en pétrole et en gaz. En réalité, cette description du champ de Karish est géographiquement incorrecte, et il est clair que le champ se trouve plus au nord de la ville de Haïfa, occupée par Israël. Depuis octobre 2020, Tel Aviv et Beyrouth entrent et sortent de négociations, via un intermédiaire américain, sur la délimitation exacte de la frontière maritime entre le Liban et le régime colonial occupant la Palestine. Israël exploite déjà les ressources de tous les autres champs pétroliers et gaziers, souvent appelés champs Léviathan, mais s’est longtemps abstenu d’explorer les ressources naturelles du seul champ qui prétend faire partie du territoire libanais.

La position du gouvernement libanais a été de s’abstenir d’explorer ces ressources dans le champ de Karish, en raison de l’absence d’accord sur les frontières maritimes, ce qu’Israël aurait également accepté comme statu quo. Pourtant, la semaine dernière, Tel Aviv a provoqué non seulement l’État libanais, mais aussi le peuple libanais, non seulement en envoyant un navire dans la zone contestée, mais aussi en affirmant que l’endroit où le navire est entré était la zone économique exclusive d’Israël.

Israël n’a pas besoin des ressources du champ de Karish ; cette question est loin d’être aussi litigieuse que les différends relatifs au territoire terrestre dans des endroits comme le plateau du Golan occupé, la Cisjordanie et Al-Quds. D’autre part, le Liban souffre d’une crise économique et d’une crise politique écrasantes, sans compter que le pays est également pressé par des puissances extérieures. Le gisement de Karish est un trésor potentiel pour le Liban, capable de sortir le pays de l’effondrement économique et des pénuries d’électricité.

Pour Israël, revendiquer les ressources du champ de Karish n’est pas une question de vie ou de mort en termes économiques, mais militairement, c’est une toute autre question. En réponse aux provocations israéliennes, le secrétaire général adjoint du Hezbollah libanais a déclaré que la Résistance était prête à utiliser la force pour empêcher Israël de piller les ressources du champ. En réponse, Tel Aviv a annoncé qu’il était prêt à défendre le navire qui sera prêt à commencer les efforts d’extraction d’ici 3 mois. Puis, mercredi, le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, a prononcé un discours télévisé dans lequel il a assuré que le champ de Karish était tout aussi précieux à libérer que le territoire libanais dans le passé, exhortant le peuple libanais à se mobiliser contre cette provocation. Nasrallah a déclaré que la Résistance « a la capacité d’empêcher l’ennemi de commencer à extraire de Karish, et toutes les actions de l’ennemi ne seront pas en mesure de protéger ce navire. » Malgré les préparatifs israéliens, des informations militaires ont été divulguées sur l’incapacité d’Israël à protéger son navire du Hezbollah.

La réalité est qu’Israël est dépassé par les événements, car il sait qu’il ne pourra jamais s’en sortir en extrayant le pétrole et le gaz du champ de Karish et que les menaces du Hezbollah, à elles seules, constituent déjà une entreprise beaucoup plus coûteuse. Ce qu’ils essaient de faire maintenant, c’est de pousser la provocation ; ils veulent voir jusqu’où ils peuvent aller sans que la situation ne dégénère en une véritable guerre. Tel Aviv sait qu’il a le soutien de Washington sur la question des ressources – en particulier le champ de Karish – et que les États-Unis ne permettent ni au Liban ni à la Syrie de bénéficier de leurs propres ressources. L’armée israélienne a également tenté d’intimider la défense civile libanaise le long de la frontière terrestre avec le Liban, dans une tentative de démonstration de force, utilisant même ses chars pour faire de petites incursions dans le sud du Liban. Le soutien américain place les Israéliens dans une position de négociation forte, mais ce soutien américain ne pourra pas l’emporter sur la force des armes de la résistance libanaise.

Immédiatement après les menaces du Hezbollah contre les tentatives d’Israël de s’emparer des ressources des champs de Karish, Israël s’est tourné vers son punching-ball habituel, la Syrie. Les dernières frappes aériennes israéliennes,  une fois de plus, ont visé l’aéroport international de Damas, détruisant les pistes d’atterrissage civiles et militaires. La télévision israélienne a affirmé que Tel Aviv cherchait à envoyer un message à l’Iran à propos de ce qu’elle prétend être des tentatives de contrebande de pièces d’armes vers le Hezbollah.

Sur les photographies aériennes de l’aéroport international de Damas, les dégâts montrent clairement que l’attaque israélienne n’a touché aucun équipement militaire. Cela peut être facilement observé car il n’y a aucune marque de brûlure suggérant qu’une explosion secondaire s’est produite quelque part, de sorte que les frappes aériennes israéliennes n’ont pas réellement détruit d’armes à l’aéroport même. Au lieu de cela, l’attaque a entraîné la suspension des vols. L’aéroport a été déclaré non opérationnel, et tous les vols ont été détournés vers la ville d’Alep. Outre le fait qu’il n’y a aucune preuve qu’Israël visait des pièces d’armes iraniennes ou envoyait un message à la Syrie, à Téhéran et au Hezbollah concernant les transferts d’armes, les preuves basées sur la logique semblent pointer dans une autre direction. Il serait plus compréhensible de croire qu’Israël s’en est pris à la Syrie pour saper le sentiment de sécurité générale du peuple syrien, en plus de fournir une occasion de prouver au public israélien qu’il répond de manière forte aux menaces du Hezbollah. Si Israël a vraiment frappé l’aéroport à cause de transferts d’armes, pourquoi frapperait-il la piste civile et pourquoi ne viserait-il pas les armes qui, selon la presse israélienne, y sont introduites en contrebande ?

Tant que la Résistance restera au Liban, il n’y a aucune chance qu’Israël parvienne à créer une réalité dans laquelle il pourrait exploiter le champ de Karish, et bientôt Tel Aviv se rendra compte qu’il doit abandonner son petit jeu.

Robert Inlakesh 

Source : Al Mayadeen 

Traduction : Arretsurinfo.ch

Imprimer
Économie Etats-Unis Histoire Israël Liban Palestine Syrie
Document sans titre

Les assertions et opinions exprimées ici sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

Vous pouvez reproduire les articles d’Arrêt sur Info à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact