Dans sa chronique, Gaspard Proust revient sur la chute d’un missile en Pologne et sur les propos de Volodymyr Zelenski, qui affirmait que le missile était russe. 


Gaspard Proust © Robert Jean-François


Gaspard Proust

19/11/2022 à 18:00, Mis à jour le 19/11/2022 à 18:01


C’était prévisible. Ce mercredi 16 novembre, en matière de transition énergétique, la planète a failli passer au tout nucléaire. La faute à qui ? À un missile égaré dans un potager polonais que l’inénarrable Zelensky a voulu immédiatement utiliser comme prétexte pour se payer un déluge atomique mondial. On peut le comprendre, on se lasse vite du bruit du mortier. Et puis, quand on sait qu’il y a du stock, ça serait quand même con de mourir sans avoir fait péter au moins une fois la fusée qui vous fait le plus beau des feux d’artifice !

On est donc passé tout près du drame. À décharge, certains diront qu’il est normal de se tromper dans l’utilisation d’un système anti-missile quand c’est Joe Biden qui vous lit le mode d’emploi. Mais faut comprendre, on passe tout à Volodymyr, cet enfant abandonné adopté sur le tard. Mais quelle adoption ! Ce ne sont pas un papa et une maman qu’on lui a trouvés, mais toute une tribu de pères, de mères et d’oncles : maman Ursula, papa Macron, tonton Michel, oncle Joe…

Lire plus sur le jdd.fr

Imprimer